Les exportations du gaz algérien en Europe menacées par Israël ?

Benyamin Europe
Benyamin Netanyahou avec Federica Mogherini à Bruxelles. D. R.

Par R. Mahmoudi – Des révélations faites récemment par la presse israélienne sur l’existence d’un accord, qu’elle qualifie d’«historique», d’inauguration d’un gazoduc devant relier Israël à l’Europe, avec l’appui de l’Union européenne et le financement des Emirats arabes unis, suscitent indignation et inquiétudes en Algérie. Indignation parce que cette contribution d’un pays arabe au projet israélien confirme la tendance à une normalisation de plus en plus décomplexée dans la région du Moyen-Orient, au moment où l’Etat hébreu s’est de nouveau illustré par sa politique répressive à l’encontre de la population palestinienne.

Inquiétudes dans la mesure où ce projet constitue une menace directe pour le gaz algérien, qui a une part de marché importante en Europe. Cette annonce intervient à un moment où les prix du pétrole ont connu une nouvelle chute, après la décision prise par l’Arabie Saoudite de se soustraire à ses obligations dans le cadre de l’Opep sur la non-augmentation de la production pétrolière, et de satisfaire la demande américaine en augmentant la production, qui a fait dire au PDG de Sonatrach, Mustapha Guitouni, que les prix actuels sont «anormaux».

L’accord signé par Israël vise à construire un gazoduc sur une distance de 2 000 km, ce qui en fait le plus long du monde, dans le but d’approvisionner l’Europe en gaz israélien, ce qui se fera, d’une manière ou d’une autre, aux dépens de l’Algérie. Même si l’Algérie, selon certains experts, ne sera touchée qu’en troisième position, puisque le gaz israélien sera destiné aux pays de l’Est et les Balkans, généralement approvisionnés par le Qatar et la Russie. Or, il y a lieu de craindre qu’à long terme le gaz israélien intègre tout le marché européen, avec ses 500 millions de consommateurs de gaz. La part de l’Algérie, qui est actuellement de 8% risque, ainsi, de se rétrécir davantage. Ce qui se répercutera négativement sur ses recettes gazières.

Aussi la venue d’un nouveau fournisseur sur le marché européen peut-elle amener les pays consommateurs à privilégier les contrats de courte durée, alors que les pays producteurs préfèrent les contrats de longue durée, seul moyen de couvrir les coûts de production et d’avoir une marge de bénéfice acceptable.

R. M.  

Comment (115)

    Kader
    2 décembre 2018 - 10 h 24 min

    A quand la production d’énergie renouvelable à grande échelle en Algérie.
    Et dire qu’on a tout pour.

    Brahms
    28 novembre 2018 - 14 h 13 min

    Israël a volé la Palestine donc on comprends mieux pourquoi. Israël ne veut pas que la Palestine soit un Etat indépendant car elle en point de mire le gaz pour alimenter l’Europe. Les saoudiens les ont donc bien aidés à prospérer, pour voler la richesse des palestiniens en concomitance avec l’Europe qui a fermée les yeux sur cette rapine bien organisée et sur les crimes d’Israël en Palestine.

    4
    3
    Azzi
    28 novembre 2018 - 7 h 50 min

    Il n’ y aucun risque, car l’UE tient à la diversification de ses fournisseurs de gaz . Toutefois, l’Algérie doit durant les trois ou quatre prochaines années relever ses manches, se débarrasser des opportunistes et des manipulateurs politiciens afin de développer d’autres secteurs comme l’agriculture, les énergies durables comme le solaire, l’exploitation des gisements d’huiles de schiste (dits gaz de schiste) et surtout les industries pharmaceutiques, militaires et textiles. En un mot la BONNE GOUVERNANCE est le secret de toute réussite. La Malaisie et la Turquie en sont un exemple, d’autant plus l’Algérie est un pays riche avec ses ressources minières, hydriques (eaux fossiles de l’albien) et surtout humaines (jeunesse). Il suffit d’une bonne volonté politique et de le vouloir, alors on pourra réduire les exportations d’hydrocarbures et les conserver pour les besoins internes. Trois ou quatre années son suffisants pour s’en sortir de ce chantage et de la main mise de l’étranger, en particulier de l’ancien colonialiste.

    5
    3
    Chaoui Ou Zien
    28 novembre 2018 - 0 h 22 min

    Le jour ou on comprendra sans complexe que le « echerrr » et la misere du type qui dure dans le temps nous sont toujours venus des pays arabes (les vrais pas les faux), le jour ou on commencera a humer le bon sens, celui qui fait du bien au cerveau. Franchement, je n’en veux pas a Israel. Elle cherche ses propres interets et elle n’a jamais cache ou deguise ses mauvaises intentions et hostilite a l’egard de notre pays. Je ne blame pas les Europeens. Ils cherchent a diversifier leurs sources d’energie. Qui peut leur en vouloir pour ca. J’en veux a ceux qui sans relache veulent a tout prix nous faire croire que les arabes sont nos freres et nous veulent du bien. En voila une autre preuve aussi flagrante que beaucoup d’autres. J’en veux aussi a ces irresponsables qui ont occupe le pouvoir depuis 1962 et grace a leur incompetence qui semble etre sans limite n’ont pas apporte un iota de plus value a ce malheureux pays qui est le notre. Comme en 62, on depend toujours des revenus du gaz et petrole. Jusqu’à quand avec ces cons bon dieu?

    12
    1
      Abou tamtam
      28 novembre 2018 - 7 h 35 min

      Nous avons de tout temps été les dindons de la farce du monde arabe « frère ». Et on n’en a pas fini car le coup de grâce nous viendra des deux pays que nous soutenons actuellement contre vents et marais en faisant des ennemis à la pelle, lorsque ces derniers auront acquis leur indépendance ou autonomie. Voir nos slogans à la c… lors des matchs qui ont surtout lieu à ALGER.

      4
      2
    Anonyme
    27 novembre 2018 - 23 h 35 min

    @Houcine : Nos dirigeants étudient avec les USA ( car ils sont technologiquement les plus avancés au monde ) cette piste de produire du Gaz de Schiste ( dit Gaz non conventionnel) quand notre pays arrivera vers 2023-2025 au Pic de Gaz naturel.

    Pour produire du Gaz de Schiste, il y a 2 défis :
    1) Le prix du Gaz ne doit pas être internationalement trop faible ( + de 50 dollars / baril )
    2) Minimiser au max les risques environnementaux et de pollution.

    Concernant le Pétrole, notre pays ne produit que 0.9% du pétrole mondial ( avec un Pic du Pétrole Algérien) vers 2030.

    L’économie de notre pays est donc essentiellement basée sur la vente de Gaz. C’est grâce à cet argent que marche quasiment tout le reste de l’économie dans le pays d’où la crise actuelle.

    A3ZRINE
    27 novembre 2018 - 23 h 13 min

    Nous n’arretons pas de crier à tue tête à qui veut l’entendre que nous allons diversifier notre économie, et que la part du pétrole et gaz dans notre création de richesse va et doit diminuer. Où est alors le problème si Israël rentre dans le bal des exportateurs de gaz. Je dirais tant mieux, saura ce qu’est la valeur du travail car pour l’instant elle nous échappe.

    8
    2
    Anonyme
    27 novembre 2018 - 22 h 10 min

    Moi je pense que ce gisement découvert appartient en premier lieu aux palestiniens , oui en effet aujour d hui on l appel Israël et c est La force occupante et c est un fait ; En Algerie aussi une force occupante a trouvé du pétrole et du gaz et a mis les moyens pour opéré sur ce sol , des sites que nous connaissons bien nous algériens Arzew et Ait Messaoud gaz et pétrole ; ils étaient et appartenais aux Français quand ils étaient chez nous et qui les ont découvert; maintenant il est aux algériens , cette puissance française occupante est bien resté 132 ans et nous l avons sorti en un lapse de temps de 54 à 62 donc 8 ans , je suis optimiste et j espère la meme à nos frères palestiniens ; il reste facile 61 ans aux palestiniens pour faire 132 ans comme les algerien(nes); tout est possible y a bcps de choses qui peuvent se passer entre temps ; le monde tourne , pensions nous un jour viré la France de l Algérie ? hé oui aujour d hui le pétrole et le gaz est algerien nationalisé , pkoi pas eux?

    9
    8
    YSA
    27 novembre 2018 - 20 h 57 min

    Pour info les Russes exportent prés de 400 milliards de m3 de gaz par an vers les pays européens !!!!
    Est ce que ce n’est pas, aussi, de la concurrence pour le gaz Algérien ????
    Est ce que l’on peut dire qu’il y a une bonne concurrence venant de certains pays frères et une mauvaise concurrence venant d’autres pays ????

    11
    1
      Anonyme
      27 novembre 2018 - 23 h 57 min

      @ YSA : Quand il s’agit d’intérêts ou d’argent qui font vivre les Etats, les cadeaux et les prétendues amitiés disparaissent. Cela s’appelle de la Real Politik

      Même les soit disant DONS entre Etats sont tôt ou tard transformés en contrats ou accords commerciaux sans parler des soutiens diplomatiques demandés en échange.

      C’est vrai l’Algérie a des concurrents dans le Monde: USA, Russie, Monarchies du Golf, Nigéria etc..etc…etc…..sans compter les pays qui viennent de découvrir du Gaz et qui vont le commercialiser bientôt.

      6
      1
      ezzerbout idour الزربوط يدور
      28 novembre 2018 - 5 h 32 min

      cher concitoyen,
      …et une mauvaise concurrence venant d’autres pays ????
      Vous appelez ces gens là un « Pays » alors que l’on l’a jamais reconnu comme tel ?
      Reprenez-vous allons !!!
      A bonne entendeur,,

      2
      7
    UMERI
    27 novembre 2018 - 19 h 47 min

    Déjà, branle bas de combat, attendez, ki zid n’smiouah Bouzid, réaliser un pipe Line de 2000 Kms, cela demande plusieurs années. Et puis faisons comme certains pays, qui utilisent leur « matière grise », pour faire face a leurs difficultés. Serrons nos coudes, utilisons toutes nos ressources et nos énergies matérielles et humaines, pour relever le défi du développement et arrêtons de pleurnicher. Sans gaz et sans pétrole, au moins, il y aura moins de voleurs et de corrompus et on ne crèvera pas de faim, le peuple algérien, ne l’oublions pas, a combattu le colonialisme, le ventre creux et avec les moyens de bord les plus rudimentaires.Le matérialisme n’a jamais fait bon ménage avec le patriotisme.

    17
    1
      Anonyme
      27 novembre 2018 - 20 h 21 min

      La concurrence force en effet les gouvernants dotés de matière grise et entourés d’experts compétents à trouver des solutions pertinentes et durables au lieu de rester dans le carcan de leur confort qui a mené notre pays là où il en aujourd’hui.

      Apparemment ce Gazoduc va traverser plusieurs pays d’Europe de l’Est qui sont intéressés car ils ne veulent plus dépendre du Gaz Russe.

      Il faut savoir que Plus un Gazoduc traverse et alimente de pays, Plus il est financièrement rentable.

      6
      1
        hocine
        27 novembre 2018 - 20 h 44 min

        La meilleurs réponse a ce nouveau venu est de produire de gaz de schiste est casser les prix en augmentent la production de celle-ci
        Pour gagner des nouveau clients est de la-il vont pas arrêter leurs projet

        2
        12
          Anonyme
          27 novembre 2018 - 21 h 25 min

          Arret de schnouffer. En 2019, on risque d’avoir un Brent entre 35 et 45 dollars avec une demande en forte baisse à cause d’un ralentissement économique mondiale.
          Actuellement, le brent est en chute libre (il est à 60 dollars) car les vendeurs et les marchés anticipent cette crise de 2019. Depuis octobre 2018, le Brent a perdu 70% cela s’appelle un crash comme en 1986, 2015 et 2016.
          On est broyé par les lois du marchés, une offre abondante et une demande moribonde donc baisse des prix de 70%.

          2
          2
    Tredouane
    27 novembre 2018 - 19 h 34 min

    Ainsi va le monde,la concurrence,au risque d’étonner je n’y vois aucune menace mais une motivation,un stimulateur pour travailler plus beaucoup plus,regardons vers l’avenir le monde change et nous devons avoir notre place,c’est la réalité.L’ALGERIE ÉTERNELLEMENT…..

      Hakim
      27 novembre 2018 - 20 h 54 min

      Tout a fait d’accord, ainsi va le monde, à nous de s’adapter et d’agir ou de regarder et subir.

    Quo vadis ?
    27 novembre 2018 - 19 h 32 min

    @ Va De Retro
    il y a de quoi perdre son latin avec ce flicha l’enragé qui n,a rien compris à ton message et qui s’accroche comme un morpion s’accroche.
    La locution latine prêtée à Jésus et utilisée par les catholiques lors des séances d’exorcisme s’écrit: « VADE RETRO SATANA » est parfaitement de circonstance pour parler de la visite de ce diable et lui demander de s’en aller. Accompagne-moi (veni mecum) pour dire à ce flicha « VADE AD INFERNO, FLICHA »

    2
    2
      Flicha
      28 novembre 2018 - 12 h 58 min

      Tu l’as échappé belle!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.