RND : Seddik Chihab fustige «les professionnels de l’indignation»

Seddik
Le porte-parole du RND, Seddik Chihab. D. R.

Le porte-parole du Rassemblement national démocratique (RND), Seddik Chihab, a fustigé samedi depuis El Tarf ceux qu’il a qualifiés de «professionnels de l’indignation» qui, a-t-il soutenu, se déploient pour «créer un climat de doute et d’instabilité».

Mandaté par le Secrétaire général du RND pour présider une rencontre du bureau local de cette formation politique, tenue à la maison de la culture Ahmed Betchine, Chihab a dénoncé «les gens qui critiquent toute action et décision pour semer le doute et freiner le développement du pays». Il a dans ce sens souligné que «les professionnels de l’indignation» ont critiqué le recours au financement non conventionnel décidé par le gouvernement, attestant que «ces mêmes voix auraient certainement critiqué l’option du recours au Fonds monétaire international (FMI) pour relancer des projets de développement».

Chihab a considéré que «ces voix critiquent pour critiquer» et omettent, a-t-il soutenu, de «débattre du meilleur moyen pour aller de l’avant». Rappelant l’appel du président de la République, Abdelaziz Bouteflika à «la construction d’un front populaire solide» devant garantir la sécurité de l’Algérie, le porte-parole du RND a plaidé pour la continuité du processus de développement pour davantage de progrès et de stabilité. «La réconciliation et la concorde nationales, initiées par le chef de l’Etat, ont permis d’importants acquis pour le pays sur les plans social, économique et politique», a-t-il ajouté, soulignant que le choix de la continuité que prône le RND était dicté par le souci de «consolider les fondations d’une société développée et solidaire». «La stabilité est un acquis résultant des décisions sages du président de la République, qu’il faut préserver pour édifier un pays fort, démocrate et stable par ses institutions», a-t-il encore ajouté. Affirmant que la ligne de sa formation politique était inspirée de la Déclaration du 1er novembre 1954, le porte-parole du RND a appelé les jeunes à s’impliquer davantage dans la vie politique pour assurer la continuité. Saluant les efforts déployés par les éléments de l’Armée nationale populaire (APN) et de tous les corps de sécurité dans la préservation de la stabilité du pays, Chihab a renouvelé «la confiance du RND aux moudjahidine qui se sont sacrifiés pour le pays».

R. N.

Comment (21)

    YAM BOUR
    2 décembre 2018 - 20 h 29 min

    A l’époque de feu boumedienne , le baril avait dépassé 40 $, soit si je ne me trompe pas l’ équivalent de 500 $ en monnaie actuelle, sans commentaire.. Ceux qui étaient au fait des affaires disaient qu’avec cette manne, on aurait pu construire une villa au bord de l’eau pour chaque Algérien wa allah yaalem!

    1
    1
    Anonyme
    2 décembre 2018 - 13 h 45 min

    Le Fln et Rnd se sont la honte de la nation Algérienne;composé de corrompus et des fraichement naturalisé décoré avec les ex collabos; c’est le cocktail des traitres

    10
    1
    Anonyme
    2 décembre 2018 - 9 h 33 min

    @ vector
    1000 milliards (en fait 1300), ce n’est pas le PNB, c’est une rentrée de devises qui a servi à l’import-import de khorda (voire container vides) et transfert de devises vers l’étranger. Avec tout cet argent, entre les mains de gouvernants compétents et nationalistes ont aurait réalisé un plan Marshall. Boumedienne, tout aussi limité mais nationaliste, a créé un tissus industriel, et formé une élite digne des plus grandes nations en moins de temps et avec un baril à 3$.

    11
    4
    anonyme
    2 décembre 2018 - 4 h 28 min

    Son chef et premier ministre a dit texto
    “L’État a mis en place, durant les dix dernières années, suffisamment de forces publiques, police et gendarmerie, et elles sont assez formées, donc il vous revient de faire face à ces problèmes (…) Nous ne pouvons indéfiniment accepter la prolifération de la violence et de l’anarchie”, a recommandé le Premier ministre.

    Anonyme
    2 décembre 2018 - 2 h 52 min

    Pendant ce temps là :
    « Algérie – Alors que la justice a ordonné, le 27 novembre dernier, une restitution immédiate « sans conditions ni restrictions ». Un important équipement de la société EvcON Industry, filiale du Groupe Cevital, est bloqué au niveau du port sec de Boudouaou depuis le mois de juillet dernier, et le receveur des douanes refuse catégoriquement d’appliquer une décision de justice et permettre au premier Groupe industriel privé en Algérie de récupérer son équipement. »
    Bled Mickey

    15
    lhadi
    2 décembre 2018 - 2 h 50 min

    Dans une structure de pouvoir de type hiérarchique, la faute du subordonné ou son inaptitude à remplir les missions qui lui sont assignées sont sanctionnées par le supérieur. Sur le plan politique, la sanction de telles défaillance est normalement la destitution, accompagnée le cas échéant de poursuites judiciaires.

    La représentativité/accusation – pratiquée par tous les régimes – tend parfois à remplir une fonction d’exorcisme sacrificiel, obéissant alors à la logique du bouc émissaire.

    Les gouvernants autoritaires ou totalitaires inclinent tout particulièrement à désigner comme responsables des difficultés rencontrées, des individus, des organisations, sinon même des groupes sociaux entiers, pour détourner sur eux la colère ou le ressentiment. Ce peuvent être des collaborateurs ou des subalternes abandonnés, par exemple, à des procédures judiciaires plus ou moins sommaires ; ce peuvent être également des opposants virtuels qu’il sera possible, à cette occasion, d’affaiblir voir d’éliminer. Mais cette logique du bouc émissaire se déploie d’une manière dangereuse lorsqu’elle devient un principe permanent de gouvernement.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    11
    1
    Anonyme
    1 décembre 2018 - 22 h 53 min

    1962 : moudjahidines, constantes nationales, développement, stabilité, continuité, main de l’étranger, ….
    1963 : moudjahidines, constantes nationales, développement, stabilité, continuité, main de l’étranger, ….
    1964 : moudjahidines, constantes nationales, développement, stabilité, continuité, main de l’étranger, …
    1965 : moudjahidines, constantes nationales, développement, stabilité, continuité, main de l’étranger, …
    …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
    1999 : moudjahidines, constantes nationales, développement, stabilité, continuité, main de l’étranger, …
    ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
    2018 : moudjahidines, constantes nationales, développement, stabilité, continuité, main de l’étranger, …
    ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
    2028 : moudjahidines, constantes nationales, développement, stabilité, continuité, main de l’étranger, …
    ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
    2038 : moudjahidines, constantes nationales, développement, stabilité, continuité, main de l’étranger, …
    ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
    2048 : moudjahidines, constantes nationales, développement, stabilité, continuité, main de l’étranger, …

    11
    Anonyme
    1 décembre 2018 - 22 h 37 min

    Je demande à cet australopithèque de nous expliquer, nous les homo sapiens, comment ils ont fait pour faire disparaître les 1000 milliards de dollars…

    17
    1
    Vector Chiatte
    1 décembre 2018 - 22 h 24 min

    Vector le naturalisé, arrête de changer de pseudos tu es démasqué !

    13
    4
    Djeha Dz.
    1 décembre 2018 - 21 h 09 min

    Il vaut mieux être un professionnel de l’indignation, qu’un opportuniste, qu’un corrompu, qu’un politicard, qu’un faux patriote.
    Vous et vos semblables continuaient à faire de la propagande pour un régime perverti. Vous faites de la réconciliation nationale un fond de commerce sur le dos des victimes. Vous ne faites pas la différence, entre l’immobilisme et la stabilité, vous et vos semblables continuaient de ruiner le pays par vos magouilles et affairisme. On voit ce qu’est devenue l’Algérie et ce qu’il en reste après 20 ans de règne d’un régime battit sur la corruption et la destruction de l’Etat et des Institutions.

    Vous avez fait de l’Algérie, un des pires pays au monde, sur tout les plans.
    Quel est l’état de notre système de santé publique? faites un tour dans les hôpitaux. Quels sont les niveaux et la qualité de notre école, de nos universités? Quelle fin ont fait les meilleurs cadres du pays? quelles sont les aspirations de notre jeunesse?
    La liste des dégâts et très longue. Si ce ne sont pas les tribunaux qui vous jugerons, l’histoire le fera sans aucun doute.
    Vous et vos semblables, vous nous avez hotté tout ce qui faisait notre fierté et notre orgueil. Vous voulez qu’on s’ écrase. Dés qu’une voix discordante se fait entendre, vous criez au complot. Ça ne fonctionne plus. Fakou.

    Il reste au peuple encore assez de fibres patriotiques pour crier son indignation. Vous pouvez toujours discourir, votre propagande n’y pourra rien.

    21
    MELLO
    1 décembre 2018 - 20 h 49 min

    De quel développement, il s’agit ? Développement de la corruption, développement des détournements, développement des maux sociaux ? Très probablement que Mr Chihab fait partie de l’un de ces créneaux.
    Mr Chihab, l’opposition vous offre un projet de consensus national , où chacun exposera son Algérie de demain , mais vous avez une autre vision de cette Algérie : vous la voulez toujours comme cette vache à traire.
    Pourquoi alors, tous ces harraguas, ces médecins et ces ingénieurs qui quittent le pays ? Pourquoi alors ,tous ces officiers supérieurs de l’armée mis en prison ,pourquoi tous ces journalistes mis en prison tous comme de vulgaires criminels ? Pourquoi et tant de pourquoi notre pays reste à la traîne dans tous les domaines ?
    Pourquoi le Président ne s’adresse pas à son peuple ?

    17
    Chibl
    1 décembre 2018 - 20 h 41 min

    Ce vulcanisateur a construit un hotel a Ben Aknoun.

    18
    anonyme
    1 décembre 2018 - 20 h 09 min

    La continuité dans a prédation
    et qu’on ferme nos gueules

    18
    Saidani Chakib
    1 décembre 2018 - 18 h 37 min

    Il oublie leurs escrocs professionnels des salons d’honneur des aéroports aux multiples immunités et biens et comptes a l’étranger.

    22
    1
    Réseau W13
    1 décembre 2018 - 17 h 53 min

    Vous devriez avoir honte et de clipsé pendant un certains temps;vous avez sali l’image de la nation Algérienne avec vos députés entrains de marchandé au sein de l’hémicycle du parlement;vous n’avez aucun respect ni pour le peuple,ni pour la nation,vous etes que des bandits entrains de pilier les biens du peuple

    29
    2
    Tredouane
    1 décembre 2018 - 17 h 47 min

    Mr permettez moi de souligner que grande est la différence entre posés les problèmes du citoyens ,attiré l’attention sur les dérives de l’instance législatif et/ou exécutif,dénoncer les abus de certains représentants de l’État n’est nullement de l’indignation bien au contraire c’est bénéfique pour l’édifice de l’État fort.

    21
    1
    Anonyme
    1 décembre 2018 - 17 h 40 min

    Freiner le développement du pays dites vous.
    On se demande qui a gaspillé 1300 milliards de dollars sans aucun développement économique, qui a imposé l’import important au détriment de la production, qui a promu des voyous et des ignares à des postes clés, qui continue à bloquer les rares entrepreneurs qui crée de la richesse et de l’emploi, qui continue à s’accrocher au pouvoir en se cachant dernière un homme vieux et malade et se maintient par la fraude et la répression ?

    27
    8
      Vector
      1 décembre 2018 - 18 h 14 min

      Votre propagande est grotesque !
      1000 milliards de dollars sur 20 ans pour 40 millions d’habitants correspond à seulement 100 dollars par mois !
      Si vous n’êtes pas un entrepreneur, ce n’est pas la faute du RND, c’est la faute de votre incompétence !

      8
      30
        Moha
        1 décembre 2018 - 18 h 34 min

        Propagande ? Je les ai pas vu ces 1000 milliards… Sauf si vous parlez de l’autoroute la plus chère du monde (même pas finie!!) une mosquée (à quoi elle sert ?) et ces cités dortoirs…
        Par contre, il y a quelques dollars qui sont bel et bien partis à l’étranger (ça doit être ça la propagande)
        Je dis ça, je dis rien

        23
        5
          Vector
          1 décembre 2018 - 19 h 20 min

          Encore de la propagande !
          1000 milliards de dollars correspond à 100 dollars par mois que vous le vouliez ou non !
          Les dérapages financiers dans les infrastructures sont monnaies courante dans le monde entier !
          Exemple :
          La Centrale EPR de Flamanville en France devait commencer à fonctionner en 2012 pour un cout de 3 milliards d’euros !
          Si tout va bien, elle fonctionnera en 2021 pour un coût de 11 milliard d’euros !
          C’est aussi la faute du RND ?
          Les habitants des bidonvilles du Brésil (exportateur de matières premières) seraient de vivre dans les cités dortoirs algérienne !
          Tout les riches cachent leurs argent à l’étranger !
          Je dis ça, je dis rien

          5
          21
          Etang
          2 décembre 2018 - 9 h 38 min

          Enfin ! le crocodile Vector d’Oujda est relaché;attention aux rats et taupes venant avec lui;surtout ne pas lui répondre,ni l’approché,il est contaminé

          9
          2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.