Dix missiles sol-air saisis près de la frontière malienne 

Missiles MALI
L'ANP, la garante de la sécurité à nos frontières. New Press

Par Hani Abdi − Les forces de l’ANP ont saisi un important lot d’armes de guerre dans une vaste opération menée sur la ligne frontalière avec le Mali. Les forces de l’ANP ont en effet découvert une cache d’armes qui contient, entre autres, dix missiles sol-air. Dans le lot d’armes saisies, il y a des FMPK, des obus de mortiers calibre 82 mm, des fusées pour obus de mortier et une quantité de munitions.

Cette saisie d’armes lourdes nous rappelle une autre opération similaire en 2016 dans ce vaste territoire désertique proche des zones de conflit du nord du Mali. Cette année-là, les forces de l’ANP avaient saisi six systèmes de missiles anti-aériens Stinger, vingt pistolets-mitrailleurs de type kalachnikov, trois lance-roquettes RPG-7, deux fusils mitrailleurs RPK et 16 roquettes pour RPG-7.

Ces caches d’armes renseignent donc sur le risque terroriste élevé dans cette immense partie du pays. Si des groupes terroristes se retrouvent avec tant d’armes lourdes, ils risquent en effet de devenir une sérieuse menace pour la sécurité des frontières. Il faut rappeler que l’extrême sud du pays a été la cible de plusieurs attaques terroristes de grande envergure, à l’instar de celle menée contre le site gazier de Tiguentourine et contre l’aéroport de Djanet, dans la wilaya d’Illizi.

Outre la menace terroriste, les forces de l’ANP stationnées au sud du pays font face à la multiplication des orpailleurs clandestins, bien équipés pour procéder à des fouilles dans la région de Tamanrasset à la recherche d’or et de pierres rares. Rien que le 17 décembre, 23 orpailleurs ont été arrêtés. Aussi, un véhicule tout-terrain, trois motocyclettes et six détecteurs de métaux ont été saisis.

H. A.

 

Comment (5)

    Anonyme
    19 décembre 2018 - 17 h 00 min

    « Dix missiles sol-air saisis près de la frontière malienne » C’est les jouets des gamins de Boko haram et daesch.

    MÉFIANCE RIGOUREUSE
    19 décembre 2018 - 2 h 01 min

    Par les temps qui court nous ne pouvons plus faire confiance aux personnes étrangères à l’Algérie.
    HÉLAS. …..
    L’argent a corrompue n’importe qui dans se monde , même le president d’un état et corruptible.
    La corruptions continuera à corrompre n’importe qui sans distinction.
    Et la misère c’est pareille , quant elle touche des gens en détresses, elle pousse des gens à commettre l’irréparable l’impensable, l’inimaginable.
    Sans compter les tas d’ennemis que l’Algérie a.
    Ils convoitent tous ces innonbrables richesses que ce pays recèle en quantité énorme.
    Ils bavent tous sur le magot algériens.
    Pour toutes ces raisons nous nous méfions de tout le monde sans exception.
    Comprennent ceux qui le veulent.

    6
    1
    bozscags
    18 décembre 2018 - 23 h 37 min

    il faut donner toutes ces richesses aux algeriens pauvres qui vivent dans le sud et aux autres qui sont dans la misere.

    Richesses dîtes vous!
    18 décembre 2018 - 17 h 45 min

    Puisque le région de Tamanrasset , du Hogar etc…etc.. sont si riches en d’or et en pierres rares , pourquoi l’Etat algérien ne recrute-t-il pas ses propres orpailleurs algériens sous contrôle de l’armée pour exploiter …. CES RICHESSES … !

    21
    1
    Anonyme
    18 décembre 2018 - 16 h 17 min

    Cette frontière malienne est belle et bien effroyablement redoutable, multiplier la vigilance vis-à-vis des vrais et des faux maliens, et surtout il faut afficher clairement aux subsahariens qui s’incrustent en Algérie qu’il n’est plus possible qu’ils demeurent dissimulés quelque part en Algérie ou même derrière un travail et qu’ils doivent retourner chez eux. Il paraît qu’il existe une prise en charge par l’OIM pour les retours volontaires, les algériens doivent leur refiler cet indice.

    24
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.