Ni cap ni perspective

pole emploi
L'économie française à l'arrêt. D. R.

Par Mrizek Sahraoui – Les fêtes de fin d’année devaient être un intermède bienvenu pouvant donner lieu à un essoufflement du mouvement des Gilets jaunes et, par la même occasion, permettre à Emmanuel Macron de reprendre le bout du fil conducteur du quinquennat, un quinquennat basé sur le mantra «il faut garder le cap», auquel il a habitué les Français et qui s’est transformé au gré de la contestation en «ni cap ni perspective». Emmanuel Macron et (son) gouvernement vont, désormais, à vau-l’eau, multipliant les couacs les plus invraisemblables tout en essayant de complaire aux Gilets jaunes, déterminés, eux, à mettre un terme à la tartufferie.

Le sixième acte de la protestation des Gilets jaunes s’est déroulé, ce samedi, avec moins de fracas que les séquences précédentes. Pour autant, devrait-on en conclure que le mouvement se soit essoufflé ? L’affirmer, c’est faire montre d’une malhonnêteté et d’une mauvaise foi sans borne. Un chiffre : 70% des Français soutiennent encore le mouvement ; un constat : en dépit du nombre en nette baisse, la mobilisation demeure intacte. Deux éléments qui condamnent Emmanuel Macron à quarante mois avec sursis, dorénavant dans l’incapacité de mettre en œuvre le programme pour lequel il a été élu – par défaut.

Au moment où les Gilets jaunes réclament haut et fort la démission du Président, Macron le parangon du modèle disruptif, le chef des armées, passe les fêtes de Noël (avant l’heure) aux côtés des soldats de l’opération Barkhane, plus que jamais embourbée dans un conflit sans fin et sans résultat tangible, par ailleurs, un gouffre financier alors que les caisses de l’Etat n’en finissent pas d’accuser un déficit abyssal.

Il n’y a pas si longtemps, Emmanuel Macron voyait tous les feux allumés au vert. En interne, bien plus à l’international, il engrangeait des points, au point où il était à deux doigts d’incarner l’homme providentiel venu sauver la France, pays en déclin avec Sarkozy et Hollande ; l’Europe, en proie à la montée inexorable des nationalismes ; le monde qui fait face à toutes les incertitudes.

Du rêve à la désillusion. Avec Emmanuel Macron, le chantre du discours creux, les partis d’extrême droite se frottent les mains. Il faudra un miracle pour éviter l’explosion de l’Europe. Le monde est plus que jamais incertain.

M. S.

Comment (7)

    citoyen algerien
    23 décembre 2018 - 23 h 32 min

    le peuple français est un grand peuple, il étonnera toujours, il a toujours su bousculé les choses, c’est le peuple d’europe qui en fait le plus de révolutions, c’est une grande civilisation, on peut reprocher à l’etat francais beaucoup de choses mais son peuple est exceptionnel

    Anonyme
    23 décembre 2018 - 22 h 39 min

    tous le monde connaît l’expression française Après monsieur karcher et ensuite monsieur pain au chocolat et ensuite monsieur rotschild il ne reste plus qu’à poser la cerise madame ss le pen pour boucler la boucle et définitivement faire couler le bateau France. autoflagellation et devenu un sport national chez les français après ils critiquent le pays mollahs .ils y en à qui font bien leur travail avec leur poudre à perlinpinpin…..

    Ahcen
    23 décembre 2018 - 17 h 24 min

    Les gilets jaunes? Un beau cadeau de noël pour Macron.

    الهوارية في فرنسا
    23 décembre 2018 - 15 h 48 min

    J’ai reçu un sms dans mes deux smartphones de la part du président de la république  » intitulé poursuivre le dialogue », vu que je ne suis pas une gilet jaune, je ne sais pas si je vais lui répondre !!!!

    Aissa SEDDIKI
    23 décembre 2018 - 12 h 39 min

    SALEM, Macron c’est l’homme providentiel. La preuve en est : il y a du grabuge. En revanche, vous, ne vous aventurer pas trop. Vous avez pas la bonne lecture. Vous avez la tête dans le guidon. Lui, c’est un debonaire, on peut faire les choses. Tout autre chose, avant de virer le wali de Msila, il faut le rudoyer, lui envoyer, plein visage, une salve roborative. Le bonhomme a décidé de ne plus réfléchir. Alors retraite non méritée.

    2
    2
    Asma D
    23 décembre 2018 - 9 h 47 min

    Merci AP pour vos analyses très pertinentes. Macron va sans doute rester jusqu’au terme de son mandat. Du rêve au cauchemar pour les français.

    8
    1
    Kenza
    23 décembre 2018 - 8 h 37 min

    Maintenant que le mantra «il faut garder le CAP» a fini par CAPOTER, peut-être que Macron va-t-il finir par CAPITULER. Mais pour cela, il faut que ceux qui le dirigent arrivent à CAPTER la gravité de la situation. Ce dont, me semble-t-il, ils n’en sont pas CAPABLES car, pour eux, il est CAPITAL qu’il arrive au bout de son mandat en gardant le même CAP qu’ils lui ont donné ! CAPITO ?

    8
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.