Moscou : «Le poids et le rôle de l’Algérie lui permettent d’intégrer les Brics»

Messahel Brics
Abdelkader Messahel en réunion avec Sergueï Lavrov. PPAgency

Par Houneïda Acil – Moscou est convaincu que l’Algérie est capable d’intégrer les Brics, le groupe qui comprend le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, cinq pays considérés comme une force alternative et un contrepoids aux puissances occidentales du G7.

«Les membres du Brics entretiennent d’étroites relations avec d’autres pays influents dans le monde, dont l’Algérie qui a, pour le moment, le statut d’observateur», relève-t-on. Mais la Russie est convaincue que l’adhésion de l’Algérie aux Brics est «naturelle» compte tenu de «son influence dans le continent africain, dans le Bassin méditerranéen et au Moyen-Orient et de son poids sur le plan international».

La Russie, qui est par ailleurs «satisfaite» du dialogue politique dans les différents domaines de coopération avec l’Algérie, met en avant les «positions proches et similaires sur les questions internationales» et les «contacts permanents entre les responsables sécuritaires des deux pays».

Pour rappel, dans sa conférence de presse animée ce jeudi au siège de l’ambassade de la Fédération de Russie à Alger, l’ambassadeur Igor Beliaev avait salué la visite du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, à Moscou en 2018. «Des discussions stratégiques en ont découlé», a assuré le diplomate russe, en précisant qu’un accord sur l’abolition des visas pour les personnes détentrices du passeport diplomatique et du passeport de service entrerait en vigueur le 6 février prochain.

Louant les efforts de l’Algérie dans la lutte antiterroriste, l’ambassadeur a également exprimé sa satisfaction quant au «développement des relations militaires entre les deux pays» et salué «la contribution de l’Algérie à la sécurité et à la stabilité régionales, la mise en place de nouveaux mécanismes de coopération multilatérale et sa participation à ces mécanismes, à l’instar d’Afripol».

L’adhésion de l’Algérie aux Brics serait donc une question de temps, puisque la Russie, considérée comme un bouclier face à l’hégémonisme américain et aux velléités expansionnistes occidentales en général, plaide pour cette intégration effective de notre pays à ce groupe de pays dont les économies avancent à grands pas.

H. A.

Comment (63)

    Logique
    4 janvier 2019 - 18 h 24 min

    Si BRICS il y a, l’Algérie ce fera sabotter pour qu’elle ne face pas partis.

    pays des merveilles
    1 janvier 2019 - 18 h 39 min

    moi je le pense ils vaudrait débloquer et rapatriés les machines et matériels de la technologie de c vital une technologie qui est la seul et la plus performant aux monde . qui fera entré plus de 15 milliards d’euros par ans pour ETA algériens moi ji croit fort ci ont fait le ménage chez nous parmi les vendus

    BabElOuedAchouhadas
    1 janvier 2019 - 8 h 38 min

    Moi Président de l’Algérie, mes trois (03) objectifs à l’horizon 2030 seraient de tout faire pour :
    1/- Intégrer le BRICS.
    2/- Avoir un place de membre permanent au CS/ONU dans le cadre des prochaines réformes de cet Organe.
    3/- Ramener à Alger le siège de l’UA et quitter diplomatiquement la Ligue Arabe.

    En attendant je présente mes meilleurs voeux pour 2019 au peuple Algérien mais aussi aux peuples du Sahara occidental, de la Syrie, du Yémen et de la Palestine.

    10
    17
    Jokerpic
    1 janvier 2019 - 2 h 20 min

    Les organisations a laquelle appartient l Algérie est largement suffisant pour le moment , beaucoup de choses sont a améliorer et pas des moindres pour faire partie du BRIC .Seule la position géostratégiques peux intéresser les russes .

    Chine l’inde et la Russie sont des puissances économiques et militaires et spaciale majeurs .

    Nous ne devons absolument pas intégrer des organisations beaucoup plus puissantes que nous car en cas de conflit nous seront les premiers a être avalés.

    Nous ne devons penser qua nos intérêts et seulement a nos intérêts .Quelle intérêt aurions nous a intégrer des organisations pareils . Face au G7 .Ou le budget us égale celui des 30 premiers pays .Je préfère de loin le non alignement qui a mon sens existe depuis l’indépendance.

    Il faut d’abord régler le problème de gouvernance et l’avenir du pouvoir , ensuite essayer d’éradiquer la corruption , former et préparer la jeunesse a reprendre le flambeau , industrialiser developper et libérer les énergies avant de songer a changer de Cap .

    9
    2
      Souk-Ahras
      1 janvier 2019 - 8 h 25 min

      Bonjour,

      Très juste. Notre avenir et puissance économique réside en premier dans une économie d’ouverture afro-africaine. Si nous réussissons à nous imposer dans cette ouverture, les IDE viendront à nous logiquement à l’exemple de l’Afrique du Sud.

      Ce qu’il faut essentiellement retenir, c’est que les BRICS sont encore appelés puissances pauvres car dans les faits, la pauvreté y est encore importante et leur PIB par habitant demeure bien inférieur à celui des habitants des pays développés. Pour ces pays en développement il s’agit d’un phénomène de prise de conscience qui les incite à progresser sur le sentier escarpé de la croissance économique ou de la recherche de la puissance économique dans le cadre de l’économie mondiale. Surtout que ces économies émergentes de la fin du 20ème siècle s’inscrivent dans la continuité des expériences capitalistes classiques, que ce soit l’Angleterre ou l’Allemagne du 19ème siècle, ou encore le Japon un peu plus tard.

      Pour les pays en voie de développement, il y a lieu de ne pas oublier les objectifs de réduction de la pauvreté et des inégalités sociales, et particulièrement, la réalisation du développement humain correspondant à la satisfaction des besoins fondamentaux des populations, l’éducation et la santé.

      Néanmoins, la montée en puissance économique des pays émergents leur confèrent un rôle accru dans la fixation des priorités mondiales et dans la prise des décisions dans le cadre de la gouvernance mondiale. D’un point de vue de la mondialisation également, les pays émergents impriment une dynamique économique nouvelle réduisant le pouvoir de la Triade (USA, Europe et Japon) au profit d’autres zones économiques.

      Bonne année et le plein de santé et d’optimisme à toutes et tous.

    Chaoui Ou Zien
    1 janvier 2019 - 2 h 04 min

    L’appellation BRIC telle que definie par un economist de la Goldman Sachs est en reference a 4 pays qu’il a bien defini elargie plus tard a BRICS avec l’integration de l’Afrique du Sud. Franchement, je ne vois pas comment d’autres pays peuvent etre ajoutes a cet acronyme sans continuer a le deformer. Certains parlent de l’Argentine et la Turquie. Va t’il tourner en BRICSAT? La seule maniere sensee pour d’autres pays de joindre un groupe de pays emergents performants base sur des criteres bien definis est de creer autre chose similaire au G8 pour les puissances economiques du moment. Une sorte d’appellation qui peut etre pronouncee sans se tordre la bouche et peut etre logiquement elargie ou retrecie en fonction de la performance des pays qui en font deja partie ou celles qui veulent joindre le groupe. « Joindre le groupe des BRIC » ne me semble pas etre ce que cet economiste de la Godman Sachs avait en tete. Bonne annee 2019 a tous les blogueurs sinceres d’AP.

    khalilsadek
    31 décembre 2018 - 23 h 08 min

    Les gens NEGATIFS trouvent toujours des PROBLEMES a des solutions

    5
    3
    issam
    31 décembre 2018 - 22 h 42 min

    Qu’est ce que l’Algérie va encore rétrocéder des feuilles ?

    Des feuilles de brick .

    10
    5
    faid
    31 décembre 2018 - 21 h 58 min

    Quoi ?? il faut d’abord qu’ils réussissent le passage de la brique, pour arriver aux brics.

    16
    6
    SABOTAGE EN VU !!!
    31 décembre 2018 - 21 h 55 min

    NOS ENNEMIS FERONT TOUT POUR QUE L’ALGERIE NE JOIGNE PAS LA BRICS !

    9
    10
    Ch'ha
    31 décembre 2018 - 20 h 29 min

    Perfect ! Machallah.
    À tous les trolls de tous horizons, allez pleuré ailleurs que sur AP.

    16
    9
    Mensonge
    31 décembre 2018 - 19 h 58 min

    Regardez ce ministre aux deux opérations a cœur ouvert et diplômes qu’on préparait en cours du soir obtenus au centre de formations administratives d’Alger dans les années 70 a qui on fait de la pub au détriment du géant Lamamra qu’on a viré pour lui faire place nette.

    Les Russes se foutent de nos gueules car il savent que la seule force qui reste a l’Algérie c’est l’ANP que les naturalisés et traitres malmènent .
    Il savent que l’Algérie est devenue le paradis des corrompus intouchables même par Interpol grâce a leur justice qui les protège.

    90
    15
    Anonyme
    31 décembre 2018 - 17 h 27 min

    Les responsables russes malins, rusés, et grands stratèges qui pensent loin,…,meme très loin,…..
    Comme leurs grands maitres des échecs, les meilleurs au monde
    Les responsables russes se rigolent , et se moquent des responsables algériens,
    Pour les flatter, de compliments, et de jets de fleurs, pour arracher de nouveaux marchés
    (centrales nucléaires, avion civil Irkut MC 21-300, long courrier, avion civil moyen courrier
    Sukhoi Super Jet-100 avec des réacteurs modernes des bureaux d’études de Soloviov, à Perm,
    Concurrentes de Boeing, et d’Airbus, Céréales,…..)
    Ils agissent froidement par la logique, et les interets économiques stratégiques de la Russie Impériale
    Qui cherchent des marchés, des Dollar, des Euro, et des interets dans le monde pour sa grandeur,
    Et son expansion, et pour sortir de l’encerclement planétaire jusqu’à l’obsession sécuritaire
    Chère aux barbouzes du « petit père des peuples ?!,… » J. Staline
    Les Russes savent très bien que les Algériens sont sentimentales, impulsifs, parfois agressifs, nerveux
    Mais tout de meme honnetes, et sincères, jusqu’à la fidélité aux principes, et à leurs paroles
    Et ils les exploitent à fond ces paramètres, pour avancer calmement, et sereinement leurs pions en Algérie
    Et jouent à fond leurs cartes de Poker, en Algérie, contre la France Néo-Colonialiste-Envahissante (?!,…)
    La grande Allemagne (!!), la super puissante Chine, et l’étonnante Corée (!!)
    L’Algérie doit tout d’abord, apprendre à compter sur sois meme , et non sur les autres, et sur leurs paroles
    L’Algérie doit réformer, et restructurer radicalement, et totalement ses institutions, et son économie Malades de la bureaucratie, de la corruption, et du népotisme, manquantes de Justice, de Transparence, Et de Démocratie

    66
    18
      Tredouane
      31 décembre 2018 - 19 h 05 min

      Aucun mot à rajouté ,claire et net ,restons pragmatique.

      19
      3
      SoyonsLogiques
      31 décembre 2018 - 19 h 44 min

      Les Russes flattent l’Algérie pour une percée en Afrique déjà prise en étaux entre la Chine et Israel
      ATTENTION:Etre faible aux flatteries qui sont très souvent des louanges fausses, c’est se laisser dépouiller.
      Les Russes évoquent l’influence de notre pays ds le Continent Africain et son poids sur le plan international.De quel poids parlent-ils?.Or les fameux brics ont un poids économique et technologiques que notre pays n’a pas.Nous sommes encore et pour longtemps tributaires du pétrole et des pays occidentaux pour notre alimentation.Pour nous mettre à genoux,ils n’auront même pas recours à des actions militaires couteuses mais seulement à un embargo sur ls importations.Oui,nous sommes extrêmement vulnérables.Par contre les Brics se suffisent à eux-mèmes et font de l’exportation.Ils ne sont pas accrochés au cours du pétrole dont ils peuvent se passer,ce qui n’est pas notre cas.

      74
      12
      MELLO
      31 décembre 2018 - 20 h 08 min

      Apparemment, vous suivez un peu, trop les médias occidentaux qui portent une dent de loup envers la Russie. Sachez que la Russie , un grand pays de culture et de traditions, ne laisse jamais seuls les pays opprimés ;; la Russie a , de tout temps, été pourvoyeuse de la défense des plus faibles face aux ogres de l’occident. Jamais cette Russie n’avait des idées expansionnistes et vous pouvez le retrouver dans les cinq principes fondateurs de la politique étrangère Russe :
      – la primauté du droit international ,
      – la multipolarite du monde,
      – le désir d’éviter les conflits et l’isolement,
      – la défense de la vie et de la dignité des citoyens ,
      – la reconnaissance par la Russie de zones d’intérêts privilégiés.
      Pour les plus réfractaires, la Russie reste préoccuper par les problèmes de déploiement en Europe d’éléments du bouclier antimissile americain et l’élargissement de l’OTAN par certains États postsovietiques notamment l’Ukraine et la Géorgie.

      16
      4
        SoyonsLogiques
        1 janvier 2019 - 15 h 21 min

        @Mello
        Oui,je suis d’accord avec vous.Les pays occidentaux ont de tout temps diabolisé la Russie,pour camoufler leurs méfaits dans le monde( La bombe atomique contre des ètres humains c’est le fait des occidentaux,l’holocauste c’est le fait des occidentaux etc…).La Russie n’a jamais agressé un quelconque pays.La Crimée stratégique a toujours appartenu à la Russie qu’elle a reprise pour l’empècher de tomber aux mains des occidentaux pour en faire une base.Son retour en force avec Poutine a permis de rétablir l’équilibre perdu sous l’ère Gorbachev. la Russie El Assad ne serait pas ce qu’il est à présent,il aurait subi le mème sort que Kadafi et
        Ceci étant,la Russie est un pays qui défend des intérêts. Churchill avait dit « Entre les pays,il n’y a pas d’amis il n’y a que des intérèts ».
        Les pays du Golfe,pour leurs intérèts et leur prospérité n’hesitent pas à se tourner vers Israel se souciant peu que ce qu’on dira d’eux.
        Les dindons de la farce,c’est nous qui n’avons plus aucun moyen de notre politique du Nif.
        Regardez la façon grandiose dont ils ont feter la nouvelle année. Chez nous alors que beaucoup de nos compatriote ont decidé de faire la fète chez eux,au Sud,à Taghit,ils ont été chassés à coup de pierres par des illuminés chauffés à blanc par un imam qui a décrété que le nouvel an et le tourisme ne sont pas halal et ce,dans un silence assourdissant des autorités qui n’ont mème pas daigner assurer au moins la sécurité des visiteurs. Si tout n’est pas Halal,comment l’économie de la région va-t-elle tourner.Et on s’étonne pourquoi les compatriotes vont dépenser leur argent en tunisie qui ne nous aime pas mais qui aime ce qu’elle nous soutire.
        Si les Algériens pensent qu’on a des amis,ils se leurrent. Mème les palestiniens ne nous aiment pas. Ils se victimisent pour impliquer les pays arabes contre Isreal, alors qu’eux-mèmes sont divisés. Les pays arabes ne sont pas dupes,sauf l’algérie. Mème les sahraouis ne nous aiment pas.Ils maintiennent la pression sur notre pays et nous utilisent afin qu’on ne renoue pas avec le Maroc. Lors de la crise algéro-marocaine dans les années 70,au camp de Tindouf,un sahraoui parmi ses pairs qui bénéficiaient de la nourriture et de la protection de notre pays n’hésita pas de déclarer haut et fort avec arrogance à un appelé « Tindouf nous appartient ».L’appelé,interloqué n’hésita pas à lui tirer une balle dans la jambe….
        Bonne année 2019

        3
        3
          MELLO
          1 janvier 2019 - 21 h 56 min

          A mon tour, je vous souhaite une bonne et heureuse année 2019, ainsi qu’a tous les lecteurs et toute l’équipe de AP.
          L’Algérie est malade, malade de ses dirigeants, malade de sa grandeur et malade de son peuple qui n’arrive pas saisir que ce pays possède d’énormes atouts ,tout autant que ce grand pays qu’est la Russie. Le peuple Russe à bien compris toute cette stratégie occidentale qui veut les « detruire ». La Russie maintient en premier lieu un niveau culture élevé et un niveau d’alphabétisation pour son peuple, qui lui permet de se situer dans le G8. La Russie a réussi à mettre en place des relations gagnant-gagnant avec tous les pays limitrophes de la CEI. L’Algérie reste tout de même un pays bien vu et apprécié par ces Russes.

      lyes2993
      31 décembre 2018 - 20 h 22 min

      Vous avez bien raison ! Mais il conviendrait d’insister sur le fait que l’Algérie n’est pas si naive pour croire que la Russie ou tout autre pays n’agit pas pour ses propres interets … c’est ce qui definit la stratégie algérienne : avoir des positions conformes à ses propres valeures et interêts en restant à distance raisonnable des Russes, Américains, Européens, Chinois, autres Africains, Moyen-Orientaux .. un résumé du principe de Non-Alignement cher à notre pays depuis son indépendance ! Si l’Algérie achetait massivement des armes russes, c’est surtout du fait que les Russes ont des armes compétitives et performantes et permettent d’avoir un transfert technologique pour maitriser le contenu et les évolutions techniques et de pouvoir faire ses propres modifications, contrairement aux Américains ( et autres occidentaux) qui non seulement ne donnent pas la capacité de vérifier ou maitriser le contenu mais en plus se laisse le luxe de mettre de la technologie soit obsolète soit dégradable ou bridée ! L’Algérie par sa doctrine de non-alignement aux superpuissances se laisse ainsi suffisamment de marges de manoeuvres géostratégiques avec tous ! @+

      11
      1
        Naturalisé
        1 janvier 2019 - 0 h 49 min

        L’achat de l’armement c’est l’ANP qui le décide et non pas les politiques qui se prostituent aux Français pour avoir les mandats présidentielles et ferment les yeux sur les provocations marocaines comme on l’a vu avec le viol de notre consulat.

        5
        32
      benchikh
      31 décembre 2018 - 21 h 24 min

      Anonyme
      31 décembre 2018 – 17 h 27 min
      une bonne analyse Bravo !!

      2
      3
        Djaffar
        1 janvier 2019 - 1 h 55 min

        lyes2993 + Benchikh = 1 Chiatte sous plusieurs pseudos.

        2
        2
          benchikh
          1 janvier 2019 - 9 h 32 min

          Djaffar
          1 janvier 2019 – 1 h 55 min
          cher ami vous devez comprendre que notre présence dans ce magazine AP qui nous donne la possibilité de s’exprimer pour le bien notre pays et loin de se montrer intéressant ,pour moi cher ami en politique il n’y a pas d’ami il y a des intérêts et une protection d’un territoire .Mes derniers amis sur la planète ne seront jamais Russes mais peut êtres leurs Musulmans .

          lyes2993
          1 janvier 2019 - 18 h 51 min

          @Djaffar Si prompt à juger les autres et si arrogant pour croire que tout le monde agit comme lui en multipliant les pseudos (j’imagine)! Fais nous profiter de tes lumières au lieu de perdre ton temps à surveiller les pseudos, grossier personnage !

      Farid1
      1 janvier 2019 - 0 h 03 min

      Tout ça pour dire qu’il n’y a pas d’amis en politique..Seuls les intérêts comptent ….
      .Et c’est de bonne guerre

      4
      1
    Souk-Ahras
    31 décembre 2018 - 17 h 07 min

    Même dans le cas où on ferait arbitrairement l’impasse sur la situation macroéconomique actuelle de notre pays, pour être éligible au titre de pays émergent, il faut considérer les critères suivants :
    1/ le taux de croissance économiques
    2/ la taille de la population
    3/ la diversification de la production
    4/ l’importance des exportations et des importations (taux d’ouverture)
    5/ l’intégration au monde financier internationale
    6/ le rôle stratégique de l’État pour le développement
    7/ les investissements dans la recherche et le développement
    8/ la capacité de protéger le territoire

    Sans devoir rentrer dans les détails fonctionnels de chaque point énuméré, il convient, hélas, de reconnaître que nous sommes loin de remplir la totalité des critères nommés.

    Considérons le seul critère du développement :

    Le développement implique le changement économique et social. C’est la combinaison des changements sociaux et mentaux d’une population qui la rendent apte à faire croître cumulativement et durablement son produit réel (PIB). Autrement dit, le développement, c’est l’ensemble des changements sociaux et culturels qui rendent possible la croissance économique.
    Or, le changement social est défini comme étant toute transformation observable dans le temps, qui affecte d’une manière qui ne soit pas provisoire ou éphémère, la structure ou le fonctionnement de l’organisation sociale d’une collectivité donnée et modifie le cours de son histoire.

    Comme on peut le constater, le seul critère du développement est un chantier titanesque. Gardons nos pieds sur terre.

    18
    2
      MELLO
      31 décembre 2018 - 20 h 58 min

      Merci pour ces détails importants qui restent à concretiser par notre pays . En effet, pour relever les defis
      et appréhender les enjeux du moment , notre pays a besoin , avant toute chose, de nouveaux visages ,voir d’un sang neuf qui mettra l’Algérie sur la voie du vrai développement : développement social et le développement économique qui permettront une intégration du pays dans ce mouvement international qu’est le BRICS.

    Une seule grandeur, les peuples
    31 décembre 2018 - 16 h 32 min

    Ils ont besoin de quelque chose à présenter pour la couronne prochaine. Le ventre gros fait d’eux des riches qu’importe le ventre creux des laissés pour compte. Ces moins algériens doivent se prosterner devant les agents du régime pour avoir de quoi survivre. Le cinquième mandat aura servi à rentrer dans cet espace vide, un labyrinthe qui ne donne sur aucune direction sauf celle de comprimer les besoins des moins lotis de la globalisation pour que la caste puisse servir au mieux les besoins de leurs maitres, les puissants. La grandeur d’un pays est lisible dans les libertés de son peuple et dans la justice de son Etat, la folie des grandeurs sert le controle social au service du statu quo des moins que rien. La fuite en avant sert à sauver ceux qui n’ont pas de bilan à présenter.

    43
    8
    Comme il a dit lui "avec lui c'est impossible"
    31 décembre 2018 - 15 h 41 min

    Avec une présidence inaudible, inexistante, malade, impotente et obsolète qui de plus n’a aucune ambition, vision du pays, l’intégration aux BRICS me paraît peu probable à court, moyen terme. Nous sommes une République bananière ou l’économie de bazar est dominant, la corruption est devenu endémique ou les valeurs: travail, méritocratie, entrepreneurial et patriotisme ont été détruit par notre président et sa cour qui souhaite faire un 5ème mandat pour enterrer notre pays définitivement. Après moi le déluge, à l’image de sa maison familiale qu’il a laissé se dégrader jusqu’à être détruite. Image subliminal? L’homme d(Oujda, veut il la même chose pour l’Algérie? Au secours, réveillons-nous avant que le cauchemar devienne réalité.

    64
    13
    MELLO
    31 décembre 2018 - 15 h 24 min

    Attendons d’avoir l’assurance d’une Russie, la démocratie d’une Afrique du Sud, l’économie du Brésil ou la culture de l’Inde ,pour pouvoir accéder aux BRICS. Le bien vouloir ou le voeux de faire partie de cette organisation , ne suffisent pas si le pays ne retrouve pas sa stabilité dans tous les domaines. Il est vrai qu’au niveau de la sphère dirigeante , l’Algérie possède tous les atouts afin d’y accéder, mais le commun des Algériens navigue dans un milieu trouble où seuls les affiliés du pouvoir évoluent « sereinement  » . Si l’on observe le pouvoir d’achat des Algériens , il dépend à plus de 80 % de la distribution de la rente pétrolière. Une baisse de 50% du prix des hydrocarbures entraînerait un climat social en ébullition. Les pressions inflationnistes , le manque d’emploi ainsi que le ralentissement de l’activité économique risquent d’entraîner une hausse de la pauvreté dans le pays.
    Il reste , maintenant, que l’intégration politicienne de l’Algérie dans ce groupe des BRICS pourrait ramener un ordre économique viable avec des échanges entre tous ces pays. Ce serait une belle opportunité de développement pour peu que les dirigeants Algériens remettent le vrai pouvoir au peuple.

    35
    9
    Les piliers strategiques.
    31 décembre 2018 - 15 h 20 min

    L’eau, les ressources sous-terre, énergie atomique, agriculture, industrie, tourisme, les services, modernisation de l’administration, etablir une vraie democratie avec alternance dans un temps court et garantir la liberte indviduelle. Il faut renforcer la main d’œuvre par aplanir tous les obstacles: permettre de se déployer a travers le territoire par délocalisation pour trouver l’emploi et trouver logement a louer facilement. Pour cela il faut une administration qui encourage le loyer et le contrôler. Passer a l’énumération par heure pour faciliter l’embauche. Faciliter aux étrangers avec expertises a appuyer les petites entreprises privées. etc…

    6
    3
    Nour
    31 décembre 2018 - 13 h 30 min

    Vous avez beau a voir une Ferrari, si le conducteur est un pietre conducteur cela ne sert a rien, ce qui manque actuellement a l’Algerie c’est de l’ambition telle qu’avait feu Houari Boumediene pour que l’Algerie retrouve son vrai rang au sein des pays emergents !

    23
    75
      Yeoman
      31 décembre 2018 - 14 h 40 min

      Je ne savais pas que les BRICS étaient une organisation. Je croyais que c’était juste une appellation informelle indiquant des pays dont l’économie est en pleine croissance. Par ailleurs, quand on sait que ces pays sont ceux où les inégalités et leurs petites sœurs (la drogue, l’addiction à la drogue et à l’alcool ainsi que la criminalité) sont en train de faire le plus de ravages, on n’a pas forcément envie d’integrer leur club.

      7
      57
    Anonyme
    31 décembre 2018 - 12 h 55 min

    La Russie se positionne en faveur des boutefs comme l’histoire de Bachar en syrie .. elle envoi un signe aux occidentaux et en particulier la France. Si on touche à Aziz et son frere, je lève mon armée….

    13
    58
      anonyme
      31 décembre 2018 - 13 h 36 min

      La Russie nous épargne le sort de la tragédie syrienne
      va precher ta propagande à 2 shekels ailleurs

      54
      6
    chark
    31 décembre 2018 - 12 h 40 min

    Pour intégrer les BRICS il est impératif de réduire son exposition au dollar ( dédollarisation dans les échanges internationaux ) diversifier son panier de devises , et augmenter ses réserves d’or physique !

    32
    2
      Le Berbère
      31 décembre 2018 - 13 h 57 min

      Avant de passer à l’économie de marché et de devenir un pays émergent , il faut trois choses primordiales : le système bancaire, la bourse et la douanes . Notre pays possède un système bancaire archaïques qui date des années 70 , la bourse ne gère guère les actions des grandes entreprises nationales et internationales, la douane c’est encore pire malgré les efforts pour modernisé ce corp de l’économie national il reste beaucoup à faire dans ce secteur . On n’arrivent même à intégré l’OMC et de libre échanges et ça dure depuis des années et des années.

      13
      24
        L'algérien
        31 décembre 2018 - 14 h 23 min

        faut arreter de voir tout noir
        notre pays avance, fait des progrès

        32
        67
        Oudalarga
        31 décembre 2018 - 16 h 22 min

        BRICS + Algérie = BRICABRAC

        51
        28
    Linguistique
    31 décembre 2018 - 12 h 28 min

    «Le poids et le rôle de l’Algérie lui permettent d’intégrer les BRICS» dixit le Sov-niet. Mais il ne sait pas ou feint de savoir que notre poids, nous le devons surtout à notre génie dans le BRIColage.

    65
    36
    Alilapointe13
    31 décembre 2018 - 12 h 22 min

    Me revoila les haineux, ca fesait longtemps. Comme dab les harkis sont la, vous n’avez pas changer de mode operatoire, juste vos pseudo… l’algerie malheureusement pour vous vos pere et grand pere ce retourne dans leurs tombes. L’economie est dans le vert, maintenant c’est au vrais enfants de l’algerie de travailler dur pour stabilisé l’economie et rendre la place du leader du continent. On arriveras inchalla seul les bras casser ne voie pas de potentiel en algerie et seul les ennemis souhaite voir l’algerie sombrer. Pour les harkis, pleurez ils ne vous restent que les larmes…

    38
    79
    karimdz
    31 décembre 2018 - 12 h 18 min

    Je l’ai toujours pensé, l’avenir de notre pays est dans les BRICS, quitte même à faire du troc et à abandonner la monnaie de singe qu est le dollar.

    45
    68
      Anonyme
      31 décembre 2018 - 12 h 53 min

      la monnaie de singe à abandonner est le dinar algérien, pas le dollar. LOL

      85
      47
        karimdz
        31 décembre 2018 - 13 h 56 min

        Le dinar n est pas une monnaie internationale et le dollar est c est une monnaie de singe qui enrichit son fabricant U.S.

        Et tous les états qui utilisent cette monnaie sont les dindons de la farce mdr.

        Donc l’alternative, ce sont les BRICS.

        35
        54
    Anonyme
    31 décembre 2018 - 11 h 58 min

    ce nos jours la neutralité est de mise a cause des bouleversement politiques économiques et sociales prendre parti de l un c est obligatoirement aller contre l autre et pour la non fiabilité économique gangrener par la corruption par la plupart des ir/responsables

    5
    5
    Chaoui
    31 décembre 2018 - 11 h 55 min

    L’avenir de notre pays, l’Algérie, est en…Afrique et dans les…BRICS.
    Tahia L’Jazeïr et bonne année 2019 à TOUS les Algériens !

    35
    80
    👍👈✌👉👍
    31 décembre 2018 - 11 h 35 min

    Ce serait une excellente chose que d’entrer dans le groupe du BRICS.
    Mais qu’allons nous apporter à ce groupe, à par que dans le domaine sécuritaires.
    Nous produisons d’excellentes Dattes et de l’huile d’olives en algérie et puis c’est tout.
    Nous importons tout, même des cailloux.

    74
    31
      Promises! Promises!!
      31 décembre 2018 - 13 h 50 min

      L´Algerie exporte hors hydrocarbures plus/moins 1 milliards de dollars, on ne peut pas se comparer á la Chine, au Brésil, ou á la Russie et même pas á la Sud-Afrique. Il faut être réaliste, on en est loin du compte, l´algerie a beaucoup de chemin á faire avant d´arriver au niveau des pays de BRICS… il nous faut d´abord trouver un « vrai » président, qui pourra nous sortir de la crise économique actuelle, et commencer enfin á travailler.
      La Russie pour continuer á nous vendre des armes, du blé entre autre, elle nous fait miroiter des promesses difficile á tenir…

      63
      16
    lyes2993
    31 décembre 2018 - 11 h 18 min

    La force des pays à fort potentiel est leurs capacités de résilience en conditions de crise telle que celles que vit le monde depuis plusieurs années notamment pour les producteurs de pétrole ! Or l’Algérie a prouvé ces dernières années qu’elle avait des capacités de résilience impressionnantes et a tordu le coup à tous ces oiseaux de mauvaise augure qui nous rabachent dans les médias que l’Algérie s’écroule et est au bord du cataclysme ! Ils oublient juste que la terre algérienne est bénie par le sang de nos valeureux ancêtres des ages farouches à nos jours … eh oui bien sûr que l’ALgérie sera une grande Nation mais elle doit impérativement continuer les efforts de reconciliation et d’implication de tous ses fils et ses filles ( arabophones, amazighophones, en interne ou à l’étranger,…) pour la construction d’une Algérie forte économiquement , militairemenent, socialement, culturellement … et géopolitiquement ! Toutefois, au coin de notre esprit, il ne faut pas aussi oublier que nous faisons face à des ennemis divers qui n’ont pas perdu espoir de nous détruire par besoin d’hégémonie ou de nous exploiter pour nos richesses encore enfouies ! à l’année prochaine les amis !

    37
    75
    Tonio
    31 décembre 2018 - 11 h 16 min

    L’Algérie dans le Brics? « Zaama? », je pense pas.

    63
    39
    sasa
    31 décembre 2018 - 11 h 03 min

    faut plutôt intégrer La Communauté des États indépendants et quittez l’union africaine la ligue arabe et toute c’est organisation international qui serve strictement a rien ,et développer un système économique militaro-industrielle !

    25
    6
    Anonyme
    31 décembre 2018 - 9 h 52 min

    c’est du pipo, on l’a conseillé il y a déjà 5 ans, mais le Peuple n’a aucune parole à donner. Ce qui compte c’est les faits, allez chiche, allez y pour montrer notre autonomie par rapport aux frangaouis.

    20
    35
    Nadim
    31 décembre 2018 - 9 h 41 min

    On parle encore de BRICS depuis le départ de LULA (ou Roussef) et de ZULA et l’arrivée de BOLSONARO (Brésil) et MODI(Inde)?….C’est plutot un autre bloc qui se dessine, le RIC!

    12
    6
    Salim
    31 décembre 2018 - 9 h 22 min

    Bonjour AP,
    Ce matin, je me suis réveillé avec des maux de tête qui annoncait une journée long et pénible. Mais, A la lecture de cet article de Mr Fethi, tous mes maux ce sont dilués et des frissons ont colonisés mon corps.
    Il est évident que notre diplomatie est à l avant garde, des pays « Arrrab » , de grâce, ne nous comparons pas aux Marocains, pays dealer de drogue et fournisseur de plaisirs éphémères aux restes du monde, Arrêté d’ en parler dans vos commentaires! Nous, nous sommes dans la cour des Grands.
    Vive le DRS.

    61
    77
      Corso
      31 décembre 2018 - 16 h 12 min

      Effectivement dans la cour des grands si l’on tient comte d’une trentaine de haragas noyés au large avec femme et enfants après que leur embarcation eût pris feu. Ou encore ce pauvre Ayachi qui est resté coincé dans un puits artésien pendant 9 jours suppliant de l’aide. Sans parler d’une monnaie qui coute 200 fois moins qu’un petit euro. Et un président maintenu mordicus à la tête d’un système nébuleux aux desseins opaques.
      C’est inutile de gonfler un pneu crevé, il faudrait le changer et mettre le bon conducteur pour espérer se rapprocher du peloton.

      77
      13
        Salim
        31 décembre 2018 - 23 h 10 min

        Cher Corso,
        Vous êtes à l image du pays, c est à dire dans une médiocrité letargique contagieuse, ouvrez vos fenêtre et regardé au tour de vous! Le monde est en ébullition, votre médiocrité est désespérante. Les USA sont une grande puissance ? Pourtant Il y a des pauvres, la Russie idem, la Fronce que vous admirez tant, il y a les gilets jaunes qui manifestes pour du pain etc…
        Bien sûr je ne parlais pas des petites gens mais de notre diplomatie et nos services secret qui nous honore sauf votre.

        2
        104
    marri
    31 décembre 2018 - 9 h 20 min

    Avant d’intégrer les brics l’Algérie devrait revoir sa politique économique qui est faite de bric et de brac.

    21
    44
      lyes2993
      31 décembre 2018 - 10 h 56 min

      Peut-être as-tu des élements factuels qui nous auraient échappé ? alors dans ce cas, partage tes infos qui te permettent de « juger » que la politique algérienne est faite de bric et de broc ! sinon, il conviendrait d’éviter ce genre de commentaire trollien, digne de ces personnes qui quand ils ne maitrisent pas quelque chose et encore moins l’art d’argumenter, se contentent juste de balancer des jugements sans fondement !

      35
      83
        Alilapointe13
        31 décembre 2018 - 12 h 12 min

        Bien dit, les gens comme ça moi aussi m’énerve!!! L’occident est en crise, je trouve que l’algérie, malgré cette crise, s’en sort trés bien. Qu’attendent’ils de l’algérie??? le pays est trés grand. Il faut du temps et beaucoup d’argent. Le souci c’est que nous avons un peuple qui ne travaille pas et préfére risquer ce faire mangé par les poissons, juste pour boire des heineken…

        23
        85
    EL Che
    31 décembre 2018 - 8 h 07 min

    voila qui donnera un dynamisme substantiel au développement de notre grand pays . Tahya AL Jazayer

    46
    10
    Alhambra
    31 décembre 2018 - 7 h 48 min

    Ça serait la plus belle consecration de l’Algerie depuis Jugurtha.
    Et ça serait surtout une gifle monumentale pour Bibendum6 dont ne veut même pas pa CEDEAO.
    La cerise sur le gateau serait que la CEDEAO signe un accord préférentiel avec l’Algerie et que la Russie intègre l’Algerie dans les BRICS….ça serait les funerailles de Maztoul6 garantit !!!

    44
    65
    Anonyme
    31 décembre 2018 - 7 h 23 min

    Avec les exclusions,les blocages dans un pays dans le besoin ,ne permettent même pas au pays d’intégrer le cercle restreint des meilleures économies dans le continent.Le pays possède toutes les possibilités de faire mieux sue le brics,mais hélas il est tombe entre de mains malhonnetes et tout ce qui a été construit a été détruit par celui qui a pris le siège en 1999.Ce serait malhonnête d’attendre de celui qui bloque les nationaux d’investissement très porteurs et pour l’économie et pour la population,des résultats et le cauchemar de boutef continue si jamais un cinquième …..

    83
    20
      Jean-Boucane
      31 décembre 2018 - 8 h 55 min

      Pour rappel, lalgerie a la 4eme plus grande economie du continent et la 1ere en terme de devellopement humain…. what else???

      51
      116

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.