Pourquoi la Tunisie est devenue l’un des plus grands pourvoyeurs de terroristes

Abou Waqas al-Tunisi
Image d'une ancienne vidéo officielle de prédication de l'EI avec Abu Waqqas al-Tunisi au Kurdistan irakien. D. R.

Par Sadek Sahraoui Dans une communication présentée en décembre lors d’un forum organisé par le Washington Institute, dans la capitale fédérale américaine, le spécialiste des groupes djihadistes sunnites en Afrique du Nord et en Syrie Aaron Y. Zelin explique la présence massive de terroristes tunisiens en Irak et en Syrie par le fait que le gouvernement tunisien a préféré, durant les deux années qui ont suivi la chute de Ben Ali, le dialogue à la répression. Ce choix délibéré, ajoute-t-il, a permis aux djihadistes de s’organiser et d’opérer ouvertement. Et cela sans être inquiétés.

Cependant, précise Aaron Y. Zelin, à mesure que la menace militante augmentait, le gouvernement a commencé à combattre Ansar al-Sharia (AST) au printemps 2013. Tunis finira par désigner ce groupe comme terroriste au mois d’août de la même année.

Pour le chercheur américain à l’Institut des politiques du Proche-Orient à Washington, la répression a, par la suite, entraîné un afflux de «combattants» vers le Proche-Orient qui a coïncidé avec l’expansion de l’Etat islamique d’Irak en Syrie.

Aaron Y. Zelin révèle qu’environ 27 000 terroristes tunisiens ont tenté de rejoindre Daech, précisant que seuls 2 900 d’entre eux se sont rendus dans la zone de conflit. Il explique, en outre, que la «mobilisation» était un phénomène national en Tunisie et non spécifique à une ville ou une région en particulier. Et d’ajouter : «Certains combattants ont rejoint, dans un premier temps, Jabhat al-Nosra, groupe affilié d’Al-Qaïda, mais la plupart a fini par rallier l’EI après avoir annoncé ouvertement sa présence en Syrie en avril 2013.»

En ce qui concerne les motivations de ces combattants, trois facteurs se dégagent selon Aaron Y. Zelin.

Premièrement, indique-t-il, de nombreux Tunisiens ont été déçus par la politique suivie après la révolution, en particulier les jeunes instruits, qui ont connu un taux de chômage extrêmement élevé. «Malgré les progrès politiques graduels observés au cours des sept dernières années, les retombées économiques ne sont pas encore apparues, ce qui a incité certains à se radicaliser», souligne le chercheur américain.

En deuxième position, «le rétablissement du califat a été un puissant facteur de motivation pour rejoindre le djihad». «Lorsque l’EI a annoncé qu’il venait de le faire, de nombreux membres de mouvements djihadistes ont vu dans cette nouvelle une opportunité pour les musulmans de retrouver leur place», explique-t-il.

Enfin, le troisième facteur qui, selon lui, explique cet afflux tient au fait que «pour expier leurs péchés passés, certaines personnes ayant un passé criminel se sont jointes à des groupes djihadistes dans le but de se racheter».

Une fois à l’étranger, poursuit le chercheur américain, les combattants tunisiens ont été impliqués dans plusieurs types d’activités. «Le plus notoire est peut-être que deux d’entre eux ont pris part à la torture et à l’exécution du pilote jordanien capturé, le lieutenant Muath al-Kasasbeh», indique-t-il, précisant que «d’autres, parmi lesquels Abu Waqas al-Tunisi, ont participé à des activités de prosélytisme». Dès le début de l’année 2013, Abou Waqas al-Tunisi a été ainsi impliqué dans le programme de la Daawa de Daech. Au passage, Aaron Y. Zelin nous informe que la tristement célèbre brigade Al-Khansa était dirigée par une tunisienne du nom de Umm Rayan.

En ce qui concerne les combattants de retour en Tunisie, Aaron Y. Zelin lance avec sarcasme que le gouvernement tunisien «semble espérer que le problème se réglera tout seul». «Le gouvernement n’offre aucune démarche de réadaptation ou de réintégration aux personnes ayant combattu en Syrie. Les rapatriés sont soit détenus en prison, soit libres de se mouvoir à leur guise dans la société». Le chercheur américain dit comprendre d’ailleurs pourquoi la situation sécuritaire en Tunisie inquiète encore de nombreuses capitales occidentales.

S. S.

Comment (10)

    Kassaman
    13 janvier 2019 - 0 h 08 min

    Aaron Y. Zelin, sioniste notoire et expert auto-proclamé des mouvements dit « jihadiste » il est le fondateur et animateur du site jihadology.
    Il est évident en même temps qu’il en sache un minimum sur ces mercenaires, ils les soignent dans leurs hôpitaux à tel aviv.

    Felfel Har
    10 janvier 2019 - 22 h 55 min

    Une seule réponse me vient à l’esprit pour répondre à la question posée. C’est parce que les Tunisiens ont voté pour Caïd Essebsi (un laquais des Frères musulmans) à la présidence et pour le parti de Ghannouchi, (l’agent spécial du M16 anglais et du Mossad).
    C’est avec leur bénédiction que des jeunes Tunisiens s’enrolent comme chair à canon au bénéfice des judéo-chrétiens. CQFD!

    10
    3
    Vroum Vroum 😤..
    10 janvier 2019 - 16 h 38 min

    Tous ces milliers de milliers de Terroriste islamistes Wahabite ne sont que le résultat d’un plan planifié et orchestré par des États Occidentaux auxquels se sont greffés les Saouds Wahabisme et Qatar et Erdogan Turquie Frères islamiste pour fournir justement ces milliers de Terroristes pour faire aboutir ce Plan diabolique ciblant la Libye et Syrie et Yémen…et pour finir L’Iran !!!…Ce Chercheur Américain doit se focaliser sur les Commanditaires États Occidentaux à l’origine du Terrorisme islamiste..ces Terroristes ont bien été Armés , financés , entraînés et envoyés en Libye et Syrie…avec une grosse logistique que seuls des États Occidentaux Voyous peuvent mettre en place…Y’a bien eu Alliance entre Certains États Occidentaux OTAN et Regimes Wahabite du Golfe dont la Turquie Erdogan comme tête de pont !!..On ne peut faire le procès du Terrorisme en excluant les Commanditaires États Occidentaux..

    16
    1
    Clair-Obscur
    10 janvier 2019 - 15 h 54 min

    Moi c’est cette image qui me dérange.
    Que fait ce monstre avec cette pauvre fillette manifestement terrorisée ?
    J’aurais aimé avoir plus de détails car connaissant les moeurs de ces sanguinaires cette photo n’augure rien de bon…

    23
    1
      moh_blida16000
      11 janvier 2019 - 19 h 13 min

      Salut man,

      je suis comme toi choqué par cette photo avec cette petite fille terrorisée par ces chiens monstrueux connaissant aussi leur instinct bestiaux… Que le bon dieu protégé cette jolie fille.

      Islamisme barbare et sauvage dans toute sa laideur! faut les exterminer tous comme a fait ANP dans les années 90 chez nous.

      12
      1
    Lghoul
    10 janvier 2019 - 15 h 09 min

    Tout cela prouve la décadance généralisée, comme un cancer au stage final, qui ronge et gangrèner tous les pays ou ce nouvel islam s’enracine. Un outil de destruction massive pour tous les peuples qui veulent relever la tête.
    Si les visas n’existaient pas, combien de personnes resteront chez elles ? Pourquoi les gens fuient leurs familles, leur pays et leur terre ? Pourquoi personne ne voudrait jamais vivre en arabie saoudite par exemple, le pays ou cet islam bat son plein en direct chaque vendredi, le jour des coupures de têtes a la place publique ? Alors la conclusion est que les gens sont forcés a suivre la foule comme des moutons qui se feront conduire a l’abattoire.
    Quel est au juste leur but ? « Islamiser » la terre ? Une fois la terre « islamisée », que feront ils ensuite, que mangeront ils, comment vivront ils ? Vont ils se manger entre eux, s’auto-détruire ? Savent ils vivre en paix en dehors de la violence ?
    Imaginez des groupements d’humains par millions, qui ne connaissent pas leur but dans la vie ! Le seul but qu’il connaissent est d’aller vers la mort pour apparemment atteindre le paradis.Tout être rationnel va conclure que la folie, la confusion et le refoulement de tout gnere font des ravages irreversibles dans ces pays. Des sociétés entières doivent un jour être suivies par des psychiatres pour les fairre revenir sur terre, a la vie pour apprendre a commencer a vivre. Sinon si l’intervalle de temps entre la naissance et la mort, appelé dans certains endroits de la planète, « vie », n’esixte plus ou est supprimé, la désintégration totale sera la finalité de toute société prise en otage par ce fléau mental destructif. Quand tout le monde devient porte parole de Dieu, c’est a dire quand tout le monde devient son messager, alors Dieu n’aurait plus personne a qui s’adresser. N’est il pas donc « haram » de suppprimer la parole du Bon Dieu ?

    19
    Tin-Hinane
    10 janvier 2019 - 14 h 02 min

    Ils ne se contentent pas de commander les massacres des gens il faut aussi qu’ils se foutent de leurs gueules.
    Pourquoi il y a eu tant d’assassins tunisiens partis en Syrie, en Irak et en Libye, nous n’avons vraiment pas besoin de Mr Aaron Y. Zelin pour nous le dire, mais parce que les tunisiens sont sous les ordres des juifs sionistes et accessoirement de la France car ce pays n’est plus qu’une monture pour les juifs. Le mieux c’est quand ils nous expliquent les différences qu’il semblerait y avoir, d’après eux, entre les différents groupes de criminels assassins: l’EI, daesch,, al nosra etc… ils prennent un plaisir intense à les citer les uns après les autres comme si ça les rendait plus politiquement vrais ou crédibles, pour nous les humains ces monstres sont tous les mêmes. En fait, à ce stade on devrait peut-être arrêter de lire tous ces pseudos spécialistes des tueurs mercenaires de l’occident ça nous reposerait la tête.

    13
    1
    Karamazov
    10 janvier 2019 - 11 h 38 min

    Bounkistyou !

    Amounavi c’est parce qu’il ne sont pas suffisamment musulmans ou parce qu’ils n’ont pas bien compris notre religion la3ziza.

    Si ce n’est pas l’inverse, évidemment!

    16
    4
      Anonyme
      10 janvier 2019 - 17 h 48 min

      C’est l’inverse,ils l’ont bien comprit et ils ne font que l’appliquer selon ses textes fondateurs .

      6
      10
    Argentroi
    10 janvier 2019 - 11 h 37 min

    Ah non, j’arrête de lire ! Mais il est sidérant ce passage :
    « pour expier leurs péchés passés, certaines personnes ayant un passé criminel se sont jointes à des groupes djihadistes dans le but de se racheter ». Et ce n’est pas la peine de commenter cette imbécilité ! Cet Aaron Y. Zelin, est-ce vraiment un chercheur ? Ou bien, c’est un recruteur de terroristes à court d’argent et qui veut essayer ce nouveau mode de recrutement : Que celui qui veut expier ses fautes, me contacte ! D’autres l’ont déjà fait, et ils sont au Paradis.

    23
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.