Trop-plein ou vide ?

émeutes moral
Emeutiers et forces de l'ordre face à face. D. R.

Par Bachir Medjahed – Le moral des populations va en prendre un sacré coup à voir leurs enfants occuper dangereusement la rue et couper les routes. Le moral des policiers va en prendre un sacré coup, eux aussi, sachant que leurs proches s’inquiètent de les voir contraints par les émeutiers à s’engager dans des actions de répression qui n’auraient jamais dû arriver si le dialogue avait été la base de l’action stratégique quotidienne des acteurs politiques, toutes catégories confondues.

Lorsque les jeunes émeutiers et les jeunes policiers s’affrontent alors que la solution ne se trouve ni chez les premiers ni chez les seconds, c’est que, quelque part, il y a un échec. Peut-on dire qu’il y a un trop-plein de vie politique ou un vide politique ? Où allons-nous et où n’allons-nous pas ?

Si les «apparentés pouvoir» ne savent pas ce qui va se passer, si l’opposition ne sait pas non plus ce qui va se passer et, surtout, ce qui ne va pas se passer, car cette seconde remarque devrait être plus importante, alors, nous devons conjurer tous les périls.

Si sur le plan international on disait que  l’Algérie avait retrouvé sa place – encore faudrait-il le démontrer –, qu’en est-il pour ce qui concerne la politique interne ? Tout va bien quand on est proche – ou on croit l’être – du pouvoir et tout va mal quand on est dans l’opposition.

Avec quelles entreprises entrer dans l’économie de marché si celles existantes n’arrêtent pas de refaire sans cesse les mêmes recommandations ? Il y a, alors, la terrible impression que les conditions d’une réelle mise à niveau ne sont pas encore réunies et que, même, on ne sait pas exactement quand celles-ci finiront par l’être.

Même au niveau du gouvernement, les partis semblent absents, quoi qu’ils puissent dire, puisque l’essentiel des prérogatives pour ce qui concerne l’élaboration et la mise en œuvre des politiques d’action portant sur le futur économique ne relèvent pas de programmes de partis.

Peut-on alors se permettre de parler de forces politiques quand on évoque les partis politiques ? Cela paraît si peu crédible qu’une explication serait ainsi trouvée au fait que les jeunes populations préfèrent couper les routes et entrer dans des émeutes locales que de chercher la médiation des partis par le biais de leurs élus, tout comme des jeunes se sont laissés endoctriner au point de détruire leur propre vie et celle des autres en cédant à ceux qui en avaient fait des «kamikazes», tout comme d’autres acceptent de courir le risque de se noyer en Méditerranée, pourvu qu’ils tentent leur chance de se retrouver ailleurs.

B. M.

Comment (6)

    TRUMPISTE
    14 janvier 2019 - 23 h 05 min

    Je déclare notre incapacité à gérer le pays.
    TRUMP, venez nous conseiller car la France (U.E) nous sabote, les voisins nous envient, les Arabo-muzs nous enfoncent et nos meilleurs fournisseurs ne parlent que business.
    Mais de grâce pas le truc monétaire.
    REVEILLEZ-VOUS à la fin ! tout un continent de richesses, de civilisations et de pétrodollars et pas UN SIEGE à L’ONU ?
    Sortez de toutes cette machinerie et vous verrez qu’en un mois ils vous offrent ce siege à VETO et plus encore !
    Commercez tous avec la Chine Russie Brics et entre vous.
    Ou alors qu’ils nous bombardent tous et qu’on en finisse ! mais là c’est eux les perdants car il n’auront plus de consommateurs imbéciles.

    sissi
    14 janvier 2019 - 17 h 54 min

    Bon, supposons qu’il n’y aura pas de ce 5eme mandat et alors? Zorro est arrivé? les candidats sont comme ceux au pouvoir !
    la démographie et l’islamisme vont disparaitre comme par enchantement?
    Les tubes digestifs vont accepter de se serrer VRAIMENT la ceinture?
    La corruption, bureaucratie, trafics vont s’arrêter?
    Seule solution hélas : l’Armée au pouvoir, l’Arabisation et la religion dans la politique ouste, l’Éducation des mentalités à outrance et TRAVAILLER.
    – Bien entendu dénicher tous les « détourneurs » de fond etc et les faire rembourser d’une façon ou d’une autre mème à L’étranger !!!
    Enfin privatiser au maximum et fini le change parallèle et les importations bidon.
    Application de la peine capitale pour dissuader la vermine.

    Zaatar
    14 janvier 2019 - 9 h 40 min

    Vous pensez que H’mida se préoccupe vraiment de nos jeunes? allons donc, soyez sérieux, sinon il n y aurait jamais eu au préalable autant de harragas… alors les jeunes émeutiers et des forces de l’ordre qui s’affrontent… c’est exactement pareil pour H’mida.

    5
    3
      Celine
      15 janvier 2019 - 0 h 10 min

      Vos jeune, vos jeunes, il ne fallait pas pondre autant et les éduquer à l’islamisme sans refléchir…

        Zaatar
        15 janvier 2019 - 7 h 35 min

        Des vieux et vieilles vous en avez autant que nous nous avons de jeunes… vous avez pondu autant il y a bien des générations, celles qui ont fait les guerres… le temps passera sur les mémoires ne vous inquiétez pas.

    Djeha Dz.
    14 janvier 2019 - 9 h 06 min

    Un état des lieux triste et regrettable. Mais inévitable lorsqu’on cultive la corruption, la prédation, le mensonge, l’incompétence, les inégalités, l’injustice, l’ignorance, le clientélisme, l’arrivisme…
    Exemple, s’il en faut un. Un homme, dont la carrière s’est faite dans les sommets du pouvoir. Ministre, Premier ministre, secrétaire général de parti politique et autre grandioses références. Ouyahia fait fonctionner la planche à billets, et se met à claironner que le trésor public est en faillite.
    Il n’arrête pas de mentir et traite d’alarmistes, d’ennemies du peuple ceux qui critiquent ses actions.
    Les révoltes sociales sont la conséquence logique de la politique pervers que nous subissons..

    11
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.