Les ministres intensifient les sorties et les annonces spectaculaires

Yousfi coup
Youcef Yousfi, ministre de l'Industrie et des Mines. PPAgency

Par R. Mahmoudi Les membres du gouvernement n’ont pas attendu une semaine pour mettre à exécution l’instruction qu’ils avaient reçue le 16 janvier dernier, leur enjoignant d’intensifier les visites sur terrain pour donner un coup d’accélérateur aux nombreux projets en chantier dans divers domaines mais, aussi, pour être plus à l’écoute des citoyens et de leurs doléances, à quelques semaines de l’entame de la campagne électorale d’avril prochain.

Ainsi, pour la seule journée de dimanche, au moins quatre ministres sont montés au créneau pour faire des annonces fortes qui auraient pu être faites bien avant, en choisissant des thèmes politiquement porteurs. C’est le cas, par exemple, de la décision annoncée devant les députés par le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, concernant la création d’un pôle pénal financier qui doit suppléer, dans ses fonctions comme dans ses prérogatives, l’Office central de la lutte contre la corruption. Le gouvernement sait bien que la corruption occupera une bonne place dans les discours de la campagne électorale et que c’est un des thèmes de prédilection de l’opposition. La nouveauté dans cette nouvelle structure, d’après ses statuts, est qu’elle fonctionnera sous l’autorité de la justice.

Autre ministre à être intervenu dans la même ligne offensive : le ministre de l’Industrie et des Mines, Youcef Yousfi. Lors d’une conférence de presse, il a, lui aussi, touché à un des sujets les plus controversés, à savoir le marché de l’automobile. Il a mis en garde les concessionnaires contre toute négligence dans l’application du cahier des charges auquel ils sont soumis, en rappelant que l’Etat a accordé beaucoup de facilités aux opérateurs privés pour améliorer la production nationale et l’orienter vers l’exportation. En chiffres, le ministre a estimé le nombre de projets montés en Algérie dans son secteur à 4 000, avec la création de 143 000 postes d’emploi. Pour l’année en cours, 2 300 projets ont été lancés, avec 92 000 postes d’emplois créés, selon Youcef Yousfi.

De son côté, la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, dont le secteur a été récemment éclaboussé par un scandale, celui des mauvais traitements infligés à des personnes âgées dans un centre d’accueil à Batna, a promis que le nombre effectif des personnes aux besoins spécifiques en Algérie sera fixé au prochain recensement de la population en 2020. En matière d’aide à l’emploi de jeunes, Mme Eddalia a annoncé de nouvelles mesures de facilité afin de bénéficier de ces crédits en 2019, dont la possibilité d’accorder un deuxième crédit à un bénéficiaire ayant déjà remboursé le premier, outre la possibilité de demander un crédit de la même agence.

Plus offensif, le ministre de l’Enseignement supérieur, Tahar Hadjar, menace de «dissoudre» toutes les organisations estudiantines qui ne se conformeraient pas aux nouvelles dispositions régissant leur fonctionnement. Dans une instruction adressée à l’ensemble des directeurs d’établissements universitaires, le ministère fixe des conditions draconiennes pour la constitution d’un syndicat d’étudiants, dont l’âge minimum des membres de bureaux est fixé à 27 ans, et exige une surveillance étroite de leurs actions.

R. M.

Comment (23)

    A3ZRINE
    24 janvier 2019 - 17 h 45 min

    Sans l’ombre d’un doute, on n’entendra plus parler d’eux après avril.

    Au Clapier, Les Lapineaux
    23 janvier 2019 - 19 h 46 min

    Le message est codé : le scrutin est déjà ficelé. Pas la peine de fatiguer vos petites pattes les lapineaux, la course est truffée d’obstacles ,et impossible à remporter.

    Hakikatoune
    23 janvier 2019 - 12 h 08 min

    Youcef Yousfi évite d’affronter la presse libre avec des questions libres de journalistes (même quand il était Ministre de l’Energie, c’était le même comportement) il ne choisit que la radio Chaîne 1 ou Chaîne 3 pour s’exprimer. Il oublie de nous dire que si Sétif est une ville industrielle depuis déjà quelques temps, cela ne vient pas de sa « politique et stratégie industrielle », mais du courage et du savoir faire du privé , des entrepreneurs privés ! Si lui et ses compères du pouvoir avaient laissé Rebrab tranquille (pour ne parler que de lui car il y en a bien d’autres encore à qui on met les bâtons dans les roues) , la Wilaya de Béjaia serait aussi une ville industrielle !

    8
    1
    Anonyme
    22 janvier 2019 - 15 h 55 min

    minable…!!! Faut pas s’étonner alors que des milliers de nos médecins se tirent ailleurs ou la qualité de l’air est plus respirable

    19
    2
      SoyonsLucides
      23 janvier 2019 - 1 h 03 min

      Ils sont ridicules,des tetes à claques

      10
    Lghoul
    22 janvier 2019 - 15 h 49 min

    Continuez a faire semblant. La feuille de route, le fameux programme, la stabilité et dans tout cela les pauvres malhereux qui cherchent les poubelles la nuit dans un pays aussi riche que l’Algérie. Pendant que des khelil sont affichés officiellement par les justices européennes pour corruption, laissez le visiter les zaouias et le tour est joué car tout est halal chez vous et entre vous. S’il vous plait, laissez nous tranquilles, personne ne vous croit plus.

    17
    Madiba
    22 janvier 2019 - 15 h 08 min

    moi aussi je suis étonné que le ministre de l’industrie n’ait pipé un mot sur le blocage des projets de Cevital. pourquoi n’ose t-il pas en parler? que se cache t-il vraiment derrière ces projets? Mr Rebrab serait il un danger pour la république? pourtant son groupe active en toute légalité dans divers domaines, emploie 14000 travailleurs (je crois) et paye ses impôts comme Sonatrach. alors où est l’os? va-t-on enfin nous expliquer ce qui ne va pas? j’ajouterai au passage que Cevital n’est qu’un exemple (enfin le plus médiatisé) parce que des milliers d’autres projets sont en souffrance quand le gouvernement peine à lancer l’investissement hors hydrocarbures! c’est à s’arracher les cheveux.

    14
    4
    Yahia
    22 janvier 2019 - 14 h 21 min

    NOUS VOTERONS TOUS POUR GUEDIRI , juste pour tourner la page et aller vers une 2-ieme republique .
    Tout les traitres paieront quelque-soit leurs bords !

    22
    3
    Chére Démocratie...
    22 janvier 2019 - 12 h 11 min

    la démocratie avec la vraie liberté d’expression , cela s’arrache , ça ne s’offre pas , et encore moins sur un plateau..

    14
    Anonyme
    22 janvier 2019 - 11 h 09 min

    A mon avis, cette campagne qui ne dit pas son nom est une preuve supplémentaire que Bouteflika se présentera pour le prochain mandat. Sinon pourquoi se donner tant de peine pour essayer de magnifier les réalisations des précédents mandats. La presse qui fait mine de l’ignorer, roule en fait pour le même candidat.

    11
    Nora
    22 janvier 2019 - 11 h 02 min

    Mouille la chemise mon petit bonhomme mouille!! Intensifie sorties, gesticulations et bobards ‘khatar’ quand on a du foin dans le ventre, ne reste que ca comme moyen de perdurer! Si le vent tourne, tu mouilleras toi et tes copains la chemise dans les travaux d’utilitė publique au Sud!!!
    Ils ont avachi le peuple avec une lange morte et sûrs d’avoir rėussi leur coup, ne prennent même pas la peine de moderniser leurs entourloupes! Un peu d’innovations dans le
    ‘tbal3iiiiiite’ que diable!!

    8
    1
    salah
    22 janvier 2019 - 10 h 49 min

    La campagne pour l’empereur a commencer, pardon pour le cadre de l’empereur!!!!

    TnT
    22 janvier 2019 - 10 h 21 min

    Il faudra sauver le soldat traître le FLN-RND, toutes les troupes sont engagés à garder un pouvoir corrumpus et injustes,ou risque d’être jugé est condamnés sévèrement par des nouveaux locataires maison, c’est juste un rêve tous nos traîtres ont plusieurs nationalité surtout Française et Marocaine

    9
    1
    elhadj
    22 janvier 2019 - 10 h 01 min

    il est quand même aberrant qu une affaire d investissement local prenne une tournure dramatique faisant mobiliser des régions entières n ait pas été réglée ni que les raisons du blocage du projet n aient été communiquées a l opinion publique excédée par le mutisme des responsables et des institutions républicaines ni d ailleurs par les pseudo représentants élus .avec le système de gouvernance actuel on ne peut espérer un redressement du pays ni favoriser l investissement productif. l affaire CEVITAL nous indique amplement comment est géré le pays

    11
    1
    Anonyme
    22 janvier 2019 - 9 h 58 min

    Trop tard les amis le train du président Ghediri Ali a démarré et certainement vous avez les informations sur le large soutient de la population espérant une fois au pouvoir vous allez passez l un derrière l autre devant une nouvelle justice juste ! c est la fin des haricots des khoubsistes du systeme ! aucun algerien ne croira vos racontars c est trop tard c est le chant du cygne ; adios la valisa !

    20
    3
    ANONYME
    22 janvier 2019 - 9 h 51 min

    DÉGAGEZ ON NE VEUT PLUS DE VOUS

    17
    Djamel
    22 janvier 2019 - 9 h 18 min

    De Anonyme
    22 janvier 2019 – 8 h 34 min

    c est quoi ce leurre de dernière minute,…

    Pas du tout, c’est le même plan qui fonctionne à chaque élections.
    On commence par trouver un nouveau vocabulaire à la lutte contre la corruption, puis les visites des ministres à travers le territoire national avec des arbres qui poussent miraculeusement en une nuit le long de leurs trajets puis les différents appels à la candidature de fakhamatahou par l’ugta, les partis sans militants, …etc …
    La démarche est bien rodée.

    15
    1
    Anonyme
    22 janvier 2019 - 9 h 07 min

    Rapiécer coute plus cher que du neuf. Donnez les comptes …

    10
    FAID
    22 janvier 2019 - 9 h 05 min

    Les danseuses du ventre ont reçu instruction d’amuser la galerie Trop tard on vous fait plus confiance.

    11
      Anonyme
      22 janvier 2019 - 12 h 45 min

      ils préparent déjà leurs valises pour s installer la bas et fuir la justice algerien de ghedidi !

      11
      3
    Anonyme
    22 janvier 2019 - 8 h 34 min

    c est quoi ce leurre de dernière minute, ,,,,,,,le dernier acte de désespoir
    y a comme un petit retard d un vingtaine d année,, non?

    15
    Anonyme
    22 janvier 2019 - 8 h 00 min

    Mais on n’a pas entendu ce pseudo ministre parler de l’affaire Cevital avec a la clé des milliers de pistes d’emploi pour nos enfants et de milliards de dollars pour le trésor.Même un soumis a un degré de Nif.Un bloque le pays et les autres suivent.

    12
    2
    bozscags
    22 janvier 2019 - 7 h 55 min

    des mesures bidons qui ne servent a rien .

    18

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.