Les Algériens chez les Ch’tis ou la récompense d’un Poilu algérien de la guerre 14-18

tirailleurs Nord-Pas-de-Calais
Des tirailleurs algériens durant la Première guerre mondiale. D. R.

Par Abdelkader Taleb – Mon grand-père Mohamed Taleb a fait la guerre des tranchées lors de la Première Guerre mondiale de 1914 à 1918, qui se déroulait en partie dans le Nord-Pas-de-Calais comme beaucoup de soldats conscrits des colonies françaises, qui ont permis à la France de remporter la victoire sur les Allemands.

La guerre terminée, tout était dévasté et à reconstruire dans la région dès la fin des combats, soit le long du canal de la Deûle qui était la ligne de front. Aussi les militaires algériens ont-ils été sollicités pour travailler à reconstruire les villes et l’économie du lieu. C’est ainsi que le nord de la France a accueilli les premiers Algériens qui y ont trouvé une terre d’exil en acceptant de rester pour relever cette terre dévastée.

Mon grand-père était parmi ces pionniers et y a travaillé. J’ai eu en main des documents de paie de la Malterie Vilain de Dourges 62 (située sur le canal de la Deûle) près de 20 ans ou plus, soit de 1918 à 1938.

Il y a eu cet intervalle de la guerre 39-45 mais les premiers Algériens avaient tracé un chemin vers le Nord-Pas-de-Calais. Avec le développement économique d’après-guerre et le besoin de main-d’œuvre grandissant, outre la famine en Algérie en 1945, due à la restriction et au pillage de la nourriture de l’Etat français, beaucoup se sont expatriés.

Mais le gros de l’émigration s’est fait à l’indépendance de l’Algérie en 1962. C’était compréhensible, en ce sens que l’économie algérienne s’est effondrée avec le départ de tous les pieds-noirs.

Lors de mon arrivée en France en 1950, mon grand-père y était. Depuis le début de son arrivée en 1918, il vivait comme seufri (ouvrier célibataire) qui, à chaque été, retournait dans son douar d’Ouled Taleb à Djebala-Nedroma.

De France, il faisait parvenir via un commerçant de Nedroma des montants d’argent pour que sa famille puisse vivre et quand, à son retour, il pouvait s’acheter un âne ou un lopin de terre pour agrandir son domaine agricole car c’étaient des fellahs avant tout attachés à leur patrimoine et à leur culture. Leur terre et les animaux en Algérie, c’étaient leur femme et leurs enfants qui s’en occupaient sans la présence paternelle.

Ma grand-mère Abid Fatima était une femme remarquable de courage, de douceur et de prestance. Elle était fière et quand j’allais avec elle au marché de Maghnia, au mois de juillet 1962, elle ne portait pas de voile et marchait la tête haute. C’était une vraie Berbère qui n’avait pas peur d’affronter la tempête : elle avait perdu son époux, sa terre, sa maison au douar et ses fils et filles tous partis en France. Mais elle restait imperturbable comme une patriote algérienne, invincible.

Mon grand-père est retourné en Algérie en 1954 pour s’occuper de ses terres et de ses animaux. Quand la Révolution a débuté, il est resté en Algérie.

Lors de la bataille de Fillaoucène ou les patriotes algériens ont résisté brillamment à toute l’armée française disposant de l’aviation, de l’artillerie, du napalm, etc., ils ont rasé le douar où je suis né, à la frontière avec le Maroc. Ils ont interné mon grand-père et mes oncles et les ont torturés au fort de Bab Taza, au pied de la montagne au-dessus de Nedroma.

Mon grand-père a été battu sauvagement ainsi que mes oncles, subissant le supplice de la baignoire (ingurgitation forcée d’eau et saut sur la panse gonflée d’eau) et à la gégène (électricité). Comme il avait déjà presque 60 ans, il n’a pas résisté à ces tortures. Ils l’ont jeté dans une fosse commune à El-Houanet-Djebala pour faire disparaître son corps. Mes oncles, plus jeunes, s’en sont sortis et sont venus en France grâce aux contrats de travail à la mine de charbon que mon père leur avait fait parvenir en 1958.

Pour finir, voilà le remerciement de la France à un Poilu de la guerre 14-18 et aussi voilà comment les Algériens, nombreux dans le Nord-Pas-de-Calais, ont trouvé le chemin du Nord-Pas-de-Calais, chez les Ch’tis…

A. T.

Ndlr : Poilu est le surnom donné aux soldats français de la Première Guerre mondiale qui étaient dans les tranchées.

Comment (23)

    Taleb rachid
    28 février 2019 - 21 h 43 min

    Bonsoir Abdelkhader…

    Je suis tombé par hasard sur votre mail et surprise, il semble que nous ayons un liens de parenté. Je suis le petit fils de Mohamed Taleb du village de Babtaza, près du petit bourg de Ouanet. Ma grand mère s appel Zineb Bentout. Je suis né et j ai grandit à Paris. Je vis désormais vers Genève en Suisse. Nous sommes beaucoup à avoir quitté Paris pour le pays de gex dans l Ain. Nous vivons en France et travaillons en Suisse. J ai oublié de me présenter, je m appel Taleb Rachid et j ai 41 ans. Mon père s appelait Abdelghani Taleb et il est malheureusement décédé il y a quelques années. D après ma tante, vous devez être un cousin de mon grand père. En espérant avoir de vos nouvelles. Salutations de France et de Suisse donc… a très bientôt peut être. Mon numéro de téléphone 0033.685.471.400 et mon mail [email protected] au revoir.

    Lecomgre
    25 janvier 2019 - 18 h 22 min

    Y’a une certaine vérité dans cette article,mais il faudrait aussi condamner les crimes que les arabes ont pratiqués lors de la conquête du Maghreb et les turcs considèrent les berbères comme des esclaves ,les arabes et les turques n’ont rien construit ni routes ni hôpitaux ni écoles ( ils ont construits que des Zaouis) les arabes et les turques doivent demander pardon aux peuples algériens ( 14/18 39/45 Indochine les algériens étaient des français comme les maltais les séfarades les pieds noir )pour les harkis ils sont des visionnaires ils savaient après l’indépendance les algériens vont s’entretuer entre eux (houth yakel houth)le bouriko ont lui a donné la rose il l’a bouffer

    13
    43
    benchikh
    25 janvier 2019 - 16 h 52 min

    La France est connue dans l’histoire qu’elle ne respecte pas ses engagements signés avec d’autres pays .Elle ressemble « à une fille de joie » pour ne pas dire n’importe quoi .Sinon qu’est qu’on appelle cette trahison envers notre cher citoyen Mohamed Taleb, que je le considère comme un martyre pour que l’Algérie gagne son indépendance. Merci Monsieur et que DIEU tout puissant t’accorde le paradis .Amen!

    21
    Biloute
    25 janvier 2019 - 16 h 40 min

    Cher Taleb tu as tout relaté tu n’as pas parlé des terrils qui restent t’as du connaitre fosse 9 et les Asturies qui ont
    employé beaucoup de monde de la région de Maghnia , dont la france a fait subir le traitement de la baignoire
    seau d’eau savonneuse meme aux femmes , sans parler du role des harkis voleurs et violeurs , cette france bombardait
    et brulait tout avec ses bateaux de guerre et tirait au large de Saida au marok sur les dechras Algériennes et tous les jeunes
    de 65 ans se souviennent de cette époque , après l’indépendance c’est les mines anti personnelles qui ont causés
    le plus de dégats en faisant des unijambistes , maintenant c’est le coin du front national , tout ce qui reste de cette
    région est le chomage endémique qui règne !!

    13
      Abdelkader Taleb
      25 janvier 2019 - 18 h 29 min

      Salut à toi biloute,
      J’ai grandi à Leforest et mon épouse est d’ Auby ou sont les Asturies et aussi avant les Engrais d’ Auby……J’ai quitté le Nord-PasdeCalais voila 50 ans maintenant….et j’habite au Québec depuis 45 ans……..Mon père, je vais faire un écrit la-dessus travaillait à la fosse10. Pas plus tard que l’année passée ,je suis passé revoir le pays de mon enfance soit Leforest et j’ai étais à Pasteur à Hénin.

      7
      2
        Biloute
        25 janvier 2019 - 19 h 42 min

        Salut Abdelkader comme quoi le monde est petit tu n’as rien perdu de quitter le nord pas de calais qui a vu tant
        de mineurs et le monde s’est arrété en 1974 les mines ont fermés la sidérurgie a été dissoute par le socialiste
        mitterand le bourreau des Algeriens , en revenant justement a tes racines tu ne reconnaitrais pas
        Nedroma qui est devenue une grande ville !! je suis moi meme né a Douai c’est pour te dire donc Henin , Auby
        et Pont de la Deule me sont commun et j’y vais encore
        voire de la famille en partant de la banlieue parisienne
        je connaissais un Taleb a Oran ton cousin sans doute
        de Nedroma aussi mes salutations !!

        6
        1
          Abdelkader Taleb
          25 janvier 2019 - 22 h 19 min

          Content de retrouver quelqu’un qui a les même repère que moi sauf que je n’ai pas mis les pieds en Algérie depuis 50 ans…..
          Je songe et fais le projet de retourner bientôt à Nédroma me replonger dans mes racines algérienne bien que je me sens algérien jusqu’au bout des ongles….tellement je suis fier de mon appartenance et de mes ancêtres.
          J’adore l’histoire de mon pays et je la raconte à tous ceux qui veulent l’entendre…..
          Je vous salue de loin et vous souhaite tout le bonheur du monde ainsi qu’à vos proches….

          10
          1
        Fiche-nous la paix
        25 janvier 2019 - 19 h 48 min

        tu vis au Canada. La belle affaire! Grand bien te fasse. Le raccourci est vite trouvé avec ce pays où il fait toujours froid: avec le réchauffement climatique tu es tel Hibernatus qui s’est décongelé On a dû te mettre au frais et t’y oublié. Et te voilà réactivé. Demande pardon et retire ta piteuse et pitoyable contribution qui n’a qu’un seul point positif; celui des harkis de service sur ce site qui likent mollement ta sortie.
        Ah! autre chose. Puisque tu dis que asd des papiers, utilise-les auprès de ta chère France: depuis Mitterrand, elle s’est s’est mise à payer une pension de retraite à tous ceux qui l’ont servie. Au milieur de travailleurs décédés dans les mines, elle a inclus subrepticement tous les anciens combattants et surtout tous ceux qui ont combattu contre leurs propres frères: renégats, traitres et félons rassemblés sous le vocable de HARKIS.

        5
        10
          Abdelkader Taleb
          25 janvier 2019 - 22 h 01 min

          Je ne suis pas de nationalité française et pour rien au monde, je ne le serai. Je me suis sauvé de ce pays diabolique et colonialiste qui a martyrisé l’Algérie….J’en veux à tous les assassins et à tous leurs collabos…..dont certainement tu en fais partie, à écrire de tel idiotie…..HARKI tu t’es toi-même dénoncé sur ce forum……Honte à toi et va en ENFER pour le mal que tu as fait à tes frères…….

          8
          1
          Biloute
          25 janvier 2019 - 22 h 06 min

          Fiche-Nous La Paix
          Quelle hargne et impolitesse , il ne t’as pas sonné

          7
          1
    Honte à la France et à ses larbins
    25 janvier 2019 - 15 h 35 min

    AbdelkaderTaleb
    25 janvier 2019 – 12 h 52 min
    La plupart des Algériens habitant le Nord de la France descendent de milliers déportés par la France non pas pour faire la guerre mais poussés par la faim, suite à l’invasion de notre pays par l’armée de Charles X qui assassinat enfumait, spoliait. Ces gueux furent dirigés vers le nord pour une seule raison: l’exploitation des mines de charbon. Si ton grand-père s’est trouvé dans cette partie de la France c’est tout simplement parce que que c’était le théâtre de la première guerre mondiale. Et s’il y était resté après 1918, c’est qu’il avaut survécu entier au massacre. Sinon il aurait été renvoyé au pays avec une breloque mais sans une jambe ou un bras ou un œil.
    Des centaines de milliers d’autres jeunes, parce que c’étaient des récalcitrants, furent déportés sans espoir de retour vers la Nouvelle Calédonie.
    Pour avoir un quelconque espoir de réhabilitation de la France génocidaire et criminelle de guerre, nous te suggérons de contacter Boualem Sandal ou Kamel Daouda: ils te trouveront bien une place dans leurs écrits redditionnistes, révisionnistes, repentis tes envers leurs maîtres de toujours.

    14
    3
      Abdelkader Taleb
      25 janvier 2019 - 18 h 40 min

      Tous ceux qui sont restés travailler en France ne le faisait que pour nourrir leur famille…..car en Algérie, c’était la famine et l’esclavage!!!!!!!!
      Mon grand-père Mohamed Taleb travaillait comme cantonnier (à faire des routes),à casser des cailloux de 6h du matin à 6h du soir sur les routes du coin et on le payait d’un pain par jour…..Voila l’image de l’exploitation des indigènes d’Algérie.
      Quant à ton association de révisionniste, je pense que vous en faites partie…….

      8
      1
    bouatra
    25 janvier 2019 - 15 h 22 min

    salam,les atrocités qu’ ont vécu nos grands parents par les français pour les défendre ,ont les force à rester en première ligne ,tandis que les traîtres et les lâches restaient en dernière position.Recit de mon grand père ALLAH YRHMAH DAHO SAID de sidi bel abbes

    10
    1
    AbdelkaderTaleb
    25 janvier 2019 - 12 h 52 min

    Salut à tous les Algériens patriotes.
    Par ce texte, j’ai simplement voulu expliquer pourquoi,il y a tant d’algériens dans le Nord de la France et aussi, rendre hommage à tous nos martyrs (Chouhadas) tombés et assassinés par le régime colonial, les harkis algériens et l’armée française.
    Nous ne devons pas oublier ces actes atroces, impardonnables qu’ils ont fait subir aux algériens……L’Algérie ne doit pas tourner la page mais demander des comptes à la France actuelle et qu’elle admette avoir martyrisé l’Algérie pendant toute la colonisation soit 132 ans. Cela peut-être, permettra de mettre un peu de baume sur cette plaie ouverte.

    21
    3
      Anonyme
      25 janvier 2019 - 21 h 00 min

      Votre contribution est claire et la France doit rendre des comptes et être jugée pour ses atrocités du colonialisme et Crime contre l’Humanité pendant la guerre de libération et DÉCOLONISATION.

    Khoubzi Salim
    25 janvier 2019 - 10 h 34 min

    1914-1918: sur 173 000 furent «enrôlés» de force, plus de 20 000 algériens ne revinrent jamais des champs de bataille.
    1939-1945: Strasbourg est libéré par le 7ème régiment des tirailleurs algériens (le 7ème RTA ). Ils furent les premiers à franchir le Rhin en compagnie de 2 régiments de Spahis (algériens). Mais le fait le plus notable fut le démantèlement du verrou des alpes italiennes, surnommé l’enfer de Monte-Cassino .Depuis Sidi-Fredj ( Sidi Ferruch ) et pendant toute la colonisation française, l’indigène transformé en soldat fut une pratique permanente.Et il n’existe pas un arpent ou une contrée qui ne fut foulée par le soldat algérien: la Savoie, la Provence, le Var, l’Alsace, le Jura, les Vosges, la Corse, l’île d’Elbe.Franco-musulmans, disait-on de ces «conscrits » passablement sots… juste comprendre les ordres. La plupart d’entre -eux, démobilisés à la fin de la 2ème guerre mondiale, crurent leur pays libre de tout joug. La France d’alors ne l’entendait pas de cette oreille et réprima même les algériens revenus des théâtres de combat. La France notre ennemie d’hier, serait-elle devenue notre meilleure amie ? Nous ne demandons qu’à le croire. Et Voir !!!

    22
    3
      Apache
      25 janvier 2019 - 11 h 15 min

      La France ne sera jamais notre amie et elle le démontre chaque jour depuis que nous l’avions chassée de notre pays. Et seul Boumédiène (Allah yarhmou) l’avait compris, lui qui refusait même d’utiliser l’espace aérien français, juste pour ne pas avoir à saluer les Présidents français de l’époque. Ce qui n’est malheureusement pas le cas avec ceux qui sont venus après lui.

      31
      8
        Zeri
        25 janvier 2019 - 19 h 34 min

        Boumedienne avait réservé un accueil des plus chaleureux a Valérie Giscard d’Estaing ya des vidéo qui tourne

        7
        8
    La Honte de la France
    25 janvier 2019 - 9 h 23 min

    Et alors? L’auteur veut vous faire verser une larme sur cette conscription de force et de masse. Comme celle de Français pendant la 2e guerre mondiale qui furent obligés par les Allemands qui occupaient leur pays d’aller travailler en Allemagne pour soutenir l’effort de guerre de Hitler.
    La différence est que les Français continuent à tirer une gloire d’avoir été traités en esclaves alors que l’auteur, lui, se rappelle au bon souvenir de cette France qu’il semble remercier d’avoir utilisé son grand-père comme chair à canon. Il oublie, ce faisant, que des milliers de correligîonaires de son papy ne sont jamais revenus de cette boucherie alors que d’autres terminèrent leurs vies dans leurs diuars, estropiés, avec de lourdes séquelles dues aux gaz qu’ils inhalerent.
    Ils rejoints par les rescapés de la 2è Guerre mondiale puis par ceux de la Guerre d’Indochie. Comme le papy, ces trois générations furent dotés de médailles que leur décerna la France reconnaissante qui les faisait défiler à chaque commémoration pour faire « couleur locale »
    Par un raccourci surprenant, la France en perdant sa énième guerre , celle d’Algerie emporta avec elle les résidus de sa politique qu’elle appela les Harkis .
    Cette contribution, un non-événement pour nous ici, n’a d’autre but que de rendre plus humain cette France qui se veut avoir civilisé notre pays .

    19
    8
      Apache
      25 janvier 2019 - 11 h 18 min

      Qui que vous soyez, je vous dit bravo et merci pour ce commentaire que j’ai vraiment apprécié.

      8
      6
      mouatène
      25 janvier 2019 - 11 h 43 min

      messieurs, bonjour et M E R C I !!!

      6
      5
      régionalistes
      25 janvier 2019 - 13 h 46 min

      où tu vois qu’il remercie ta france ? si c’était un douar de ta région là tu fantasmeras sur le prétendu héroisme de toute ta région et ton clan

      8
      4
        La France honteuse
        25 janvier 2019 - 16 h 07 min

        pfffffft !

        8
        2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.