Présidentielle : pourquoi l’offensive de la mouvance islamiste a échoué

présidentielle lutte
Les islamistes se dispersent. New Press

Par R. Mahmoudi – Au lieu de s’affermir à l’occasion du grand rendez-vous électoral du 18 avril prochain, l’alliance islamiste s’est écroulée avec grand fracas et les partis qui la composent se sont tout d’un coup révélés irréconciliables.

Lutte pour le leadership, clanisme, tribalisme, faillite idéologique : rien ne distingue plus les partis islamistes des autres forces politiques algériennes. Pourtant, il y a quelques mois, ces partis, à leur tête le MSP d’Abderrazak Mokri, semblaient déterminés à construire un nouveau rapport de forces qui leur permettrait de se repositionner sur l’échiquier politique et faire vite oublier la débâcle des législatives de mai 2017. Mais leur déclin n’a fait que s’accentuer. Les manœuvres de Mokri, couronnées par l’annonce surprise de sa candidature à la présidentielle, vont accélérer le processus de décomposition de ce courant politique et autoriser tous les errements politiques.

C’est le cas de Bouguerra Soltani qui, après avoir échoué à s’imposer au sein de son parti, le MSP, face à un rival plus rusé, se prépare à annoncer son soutien au seul «candidat de consensus» qui vaille à ses yeux, à savoir le président Bouteflika. C’est ce qu’il a laissé entendre dans une déclaration à Ennahar TV, samedi, en affirmant que les partis, y compris le sien, «n’ont aucune espèce d’importance si le pays est en danger». Dans un message facile à décoder, il annonce qu’il n’hésitera pas à répondre à «l’appel de la patrie», quand bien même cela irait contre l’orientation de son parti. Il faut donc s’attendre, dans les prochains jours, à ce que Soltani déclare son soutien à la candidature du Président sortant.

Autre parti islamiste sérieusement déstabilisé par l’échéance du 18 avril : le Front pour la justice et le développement (El-Adala) d’Abdallah Djaballah. Après avoir exprimé, haut et fort, son rejet d’un cinquième mandat pour le Président sortant et menacé de boycotter les élections, ce parti tente de tempérer ses ardeurs, en annonçant sa disposition à soutenir un candidat «consensuel» de l’opposition, sans fixer les critères que doit remplir un tel profil, ni faire allusion à la candidature d’Abderrazak Mokri.

Dans un communiqué rendu public, samedi, El-Adala affirme n’avoir aucun candidat à présenter mais n’en reste pas moins concerné par cette échéance à travers un travail de concertation avec «l’ensemble des forces influentes de l’opposition», en vue d’aboutir à une position «commune et sérieuse» qui pourra être concrétisée par la présentation d’un candidat commun.

Dans un registre plus caricatural, l’agitation que mène ces derniers jours l’ex-mentor du FIS dissous Ali Benhadj, à travers ses prêches incendiaires et des actions aussi téméraires que désespérées, dénote l’incapacité criante de ce courant dit radical – qui a aussi des partisans dans les partis dits modérés – à s’inviter au débat. Samedi, l’incoercible Benhadj a tenté de s’introduire jusqu’au siège du FLN à Hydra où se tenait la réunion des partis de l’alliance présidentielle. Mais il a été empêché par les forces de sécurité.

R. M.

Comment (7)

    صالح/ الجزائر
    3 février 2019 - 20 h 59 min

    l’offensive de la mouvance islamiste a échoué , car il n’y a pas de différence entre les hypocrites islamiques et laïcs . Le but est le même ou presque , le pétrodollar et le Dinar (conventionnel et non conventionnel ) .
    Les uns mènent , en rang serré , des luttes acharnée et hypocrite pour rester , coûte que coûte, tout près de la cagnotte , même au détriment de la paix et de la stabilité du pays , afin de préserver les avantages acquis , en dehors de toute transparence et d’accumuler davantage avant qu’il ne soit trop tard , car le jour J approche .
    Les autres cherchent à arriver , coûte que coûte , à la cagnotte pour bénéficier des mêmes privilèges avantages , mais dans un ordre dispersé, au nom de l’islam et de l’opposition . Ils ne sont pas de l’Islam parce que l’Islam en Algérie est uni , comme ils ne sont pas de l’opposition car ils mangent dans la même mangeoire, à savoir l’Assemblée du peuple .
    Les citoyens n’ont pas de confiance ni dans les uns ni dans les autres .

    TNT
    3 février 2019 - 19 h 46 min

    Des religieux qui ment,qui fraude,qui corrompre,qui collaborent avec les puissances étrangères surtout Israël, vous appeler ça des croyants en Dieu, plutôt qu’ils croient a l’argent et la richesse illicite

    République
    3 février 2019 - 11 h 35 min

    Séparation du politique et de la religion. La religion est une affaire personnel, la vie de la cité doit être régit par les lois de la République.

    12
    1
    Nadma
    3 février 2019 - 11 h 24 min

    La mouvance islamique ne peut qu’échouer, il faut être un idiot complet pour croire que l’islamisme en tant qu’idéologie politique a un avenir quelconque. Normalement les partis islamistes devraient être interdits mais finalement ce n’était pas une mauvaise idée de ne pals les interdire, ils sont tellement discrédités auprès des peuples qu’ils vont eux mêmes fermer boutique et ce ne sera pas difficile car ces gens ne sont rien que des opportunistes et des imbéciles. Personne Ils oublient que nous les avons vu à l’œuvre, ils ne se rendent pas compte qu’aujourd’hui tout le monde qui ils sont et qui ils servent, aucun de ces partis n’est algérien dans le fond ils sont tous aux ordres des pays étrangers et ennemis, ce sont donc nos ennemis. Les partis religieux et ethniques n’ont pas lieu d’être, dans le fons les partis sont désormais obsolètes on devrait arrêter cette mascarade des partis, ils nous coutent de l’argent et c’est tout. La démocratie n’existe pas, nulle part, alors arrêtons ce simulacre.

    10
    2
    Pig pong
    3 février 2019 - 10 h 08 min

    La mouvance islamiste est discridite, le peuple a pris conscience que c’est des partis qui amènent le chaos. Ces partis ne devraient même pas exister. La religion se fait à la maison et à la mosquée, la politique n’à rien à faire dans la religion et tout ira mieux.Chacun a sa place et chaque place a sa chose.

    9
    2
    LE NUMIDE
    3 février 2019 - 8 h 14 min

    CE COURANT WAHABISTE transnational ,, monarchiste , obscurantiste et terroriste dans son essence et dans ses instruments a non seulement sali la religion de l’islam dans la conscience universelle , mais pire que ça il a ruiné l’Algérie dans ses profondeurs .. il a bloqué A JAMAIS les pays et les peuples arabes et musulmans et a entravé définitivement leur progrès démocratique , Economique , culturel et civique … ce Courant a fait pire que tout ça .. dans l’exemple de l’Algérie , par sa faute depuis 1992 , il a porté atteinte à la virilité même des algériens et à leur gout de la beauté et de la propreté .. il a interdit par ses actes lâches de terreur de te fourberie aux officiers et aux soldats de notre armée de sortir en uniforme comme toutes les armées du monde et a remplacé dans les rues l’élégance la sportivité la courtoisie de l’Homme algérien et la Beauté de la Femme algérienne par des Mutants et des Gnomes de la laideur de arriération et de l’esclavage .. Par sa faute depuis 1980 et 1992 , l’Algérie est plongée dans la corruption dans le bricolage , dans sa mise en Alerte quotidienne …Il est le principal responsable de la perversion constitutionnelle que nous vivons , de toutes les réactions extrémistes qui rongent la nation , de la dépression psychologique et même psychiatrique que subissent les algeriens , de la psychopathie ambiante et sa violence dans la société , de la ruine de l’école et de l’Éducation , du recul de la science, du savoir , de la culture , du travail , du civisme , de la morale et de la technique dans le pays , de ce désir mortuaire des jeunes et des élites à vouloir quitter coûte que coûte cet enfer monstrueux qu’ils ont installé par la terreur et la laideur .. Ce courant doit être combattu sans pitié et sans état d’âme et dégagé de notre beau pays , pour que les algeriens recouvrent leur dignité et leur avenir et le sens de la vie , du travail et de la politique

    13
    2
    Émigré
    3 février 2019 - 8 h 13 min

    Comment voulez vous qu’un parti politique avance lorsqu’il est infecté par des intrus venant de partout et à majorité des Escrocs et opportunistes,avec aussi des espions,la mouvance islamistes n’a rien d’Islam, juste pour berné et manipulé les fidèles, l’exemple d’un cas d’un haut dirigeant FIS réfugié en Belgique ex Imam d’une grande ville,vend sa religion son pays, juste pour un titre de séjour a lui et membre de sa famille, c’est ça l’islam, comme par hasard tout les Émirs et leurs adjoints sont devenus des archi-milliardaire en dinars et en Dollars, certains ne prient plus ça y est ils ont rejoint le paradis de Bouteflika

    10
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.