Libye : Al-Sarraj fait appel aux partisans de Kadhafi pour arrêter Haftar

Libye, Al-Sarraj
Fayez Al-Sarraj. D. R.

Par Sadek Sahraoui Le chef du Conseil présidentiel du gouvernement de réconciliation nationale, Fayez Al-Sarraj, a annoncé hier la décision de nommer le lieutenant général Ali Suleiman Muhammad Kaneh au poste de commandant de la zone militaire de Sabha.

Cette décision coïncide avec le contrôle par des unités de l’armée nationale dirigées par le maréchal Khalifa Haftar d’un champ pétrolifère et de la ville d’Opare dans le cadre d’une grande opération dans le sud-ouest du pays.

Ali Kaneh est l’un des officiers supérieurs de l’ancienne armée libyenne restés fidèles à l’ancien régime. Les observateurs pensent que sa nomination au poste de commandant de la région de Sabha pourrait changer la donne et empêcher l’Armée nationale libyenne et Khalifa Haftar d’étendre leur influence à d’autres villes du sud-ouest du pays. Ali Kaneh a l’avantage en effet d’appartenir aux Touaregs qui peuplent la région sud-ouest de la Libye et d’être très respecté.

Le lieutenant général Ali Kaneh, âgé de 74 ans, est originaire en effet de Merzek, une localité située au cœur du désert libyen. Il avait occupé plusieurs postes de responsabilité pendant la période Kadhafi, dont les plus importants étaient celui de commandant de la région de Sabha, commandant des troupes spéciales libyennes et commandant de la région de défense d’Ubari, où il a participé aux batailles contre l’armée tchadienne dans la région frontalière d’Ouzou en 1987. Il connaît donc très bien Khalifa Haftar qui, lui aussi, a participé à la guerre contre le Tchad. Il convient également de noter que cet officier, qui a maintenu sa loyauté envers l’ancien régime et œuvré à former ces dernières années des unités militaires, faisait partie du mouvement d’officiers libres formés par Kadhafi à la fin des années soixante pour renverser la monarchie libyenne en 1969.

L’autre avantage pour Fayez Al-Sarraj est que cet officier ne reconnaît pas le commandement général de l’armée dirigée par le maréchal Khalifa Haftar. Sa nomination au poste de commandement de la zone militaire de Sabha le met directement face à Haftar, dont les forces ont récemment pris le contrôle de la ville. Et beaucoup pensent que les affrontements entre les deux parties sont imminents.

S. S.

Commentaires

    Anonyme
    7 février 2019 - 11 h 46 min

    Ils s affronteront mais negocieront en fin de compte pour se rallier et marcher sur tripoli ensemble….et ce sera le debut de la fin du chaos….

    1
    7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.