De la Russie à Israël : la presse internationale suit l’actualité algérienne

presse décision
La presse étrangère décrypte les décisions de Bouteflika. D. R.

Par Sadek Sahraoui La décision du président Bouteflika de renoncer à briguer un 5e mandat et de reporter le scrutin présidentiel prévu pour le mois d’avril prochain, annoncée lundi, a fait les choux gras de la majorité des grands médias de la planète. Tout en reprenant l’information, le quotidien français Le Monde relève toutefois dans un article intitulé «Bouteflika reporte la date de la présidentielle algérienne» que cette décision laisse entendre que le chef de l’Etat algérien reste en poste après expiration de son mandat, le 28 avril 2019. Le Monde souligne à ce propos que cette nouvelle offre politique a suscité «des réactions mitigées de la part des Algériens».

«Lundi soir, ils étaient nombreux à célébrer le renoncement du Président à se présenter une cinquième fois, tout en condamnant le prolongement implicite de la durée de son quatrième mandat», rapporte le média français. A titre d’exemple, Le Monde reprend un tweet de l’ex-diplomate et ancien ministre de la Culture Abdelaziz Rahabi, qui estime que «le président Bouteflika se moque du peuple (…) Son acharnement à rester au pouvoir va pousser le pays vers l’inconnu et est un danger pour la stabilité de l’Etat et l’unité du pays».

Toujours en France, le quotidien Le Figaro précise que l’annonce a été saluée par la classe politique française. Le quotidien reprend une déclaration dans laquelle le secrétaire d’Etat français auprès du ministre de l’Education nationale, Gabriel Attal, indique que «la France prend acte du renoncement du président Bouteflika» de se présenter à un cinquième mandat à la tête de l’Algérie. «Je ne crois pas avoir beaucoup d’autres commentaires à faire. Les Algériens tiennent à ce qu’on respecte leur indépendance, leur souveraineté, ils ne veulent pas qu’on fasse de l’ingérence», a-t-il poursuivi. Le Figaro reprend, par ailleurs, un tweet du leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, qui estime que «par sa mobilisation massive, le peuple algérien obtient la satisfaction de sa principale revendication : Abdelaziz Bouteflika renonce à se présenter à la présidentielle. Chapeau le peuple algérien ! En France on devrait y réfléchir».

S’agissante des médias russes, la version arabophone du site internet de RT a consacré plusieurs dépêches à la décision du président Bouteflika de renoncer au 5e mandat. Dans l’une d’elles, RT reprend néanmoins une déclaration du président du parti Front Al-Mostaqbal, Abdelaziz Belaïd, qui estime que les initiatives prises par le chef de l’Etat algérien «violent de manière claire la Constitution». A l’instar du site internet de la BBC, les médias britanniques se sont, pour l’heure, contentés de reprendre telle quelle l’annonce du président de la République et de rappeler la mobilisation pacifique massive des Algériens contre le projet du cinquième mandat.

Ce n’est pas le cas, en revanche, du site internet de la chaîne de télévision israélienne I24news qui, en plus de donner l’information, tend le micro au journaliste Mohammed Sifaoui qui soutient que «la décision d’Abdelaziz Bouteflika de reporter les élections est scandaleuse car elle instaure calmement une dictature en Algérie». Pour Mohamed Sifaoui, en prétendant qu’il renonce à l’élection, «Bouteflika va continuer à être Président de l’Algérie sans aucune légitimé démocratique». Le média israélien indique également que les Algérois ont défilé lundi soir et chanté «Pacifiquement, on a fait tomber la marionnette !».

Aux Etats-Unis, le Washington Post indique dans un article intitulé «Le président algérien ne sera pas candidat à un cinquième mandat après des manifestations de masse réclamant sa démission» estime qu’Abdelaziz Bouteflika a procédé à un «revirement spectaculaire».

Le célèbre quotidien américain rappelle que «Bouteflika, âgé de 82 ans, est devenu le cinquième dirigeant depuis les soulèvements du Printemps arabe de 2011 à être démis de ses fonctions par la pression de l’opinion publique». Il précise, en outre, que «même si Bouteflika a été mis de côté, ses alliés continueront de diriger le pays». Et de préciser : «Les changements ont eu lieu après que Bouteflika eut rencontré le puissant chef d’état-major de l’armée, le général de corps d’armée Gaïd-Salah» qui avait confié, dimanche, que l’armée et le peuple algérien avaient «une vision unie, suggérant que les jours de Bouteflika étaient comptés».

Le Washington Post reprend, par ailleurs, le tweet de Timothy Kaldas, analyste politique au Moyen-Orient basé au Caire, qui estime que «le nouveau Premier ministre était l’ancien ministre de l’Intérieur». Elle ajoute que «l’ancien régime reste profondément ancré au pouvoir, bien que secoué. La pression pacifique doit être pleinement soutenue».

S. S. 

Comment (10)

    Karim
    12 mars 2019 - 21 h 50 min

    Vous nous donner les impression des médias israéliens maintenant???
    Rohi ya dzair rohi!!!

    Nasser
    12 mars 2019 - 20 h 34 min

    CITATION:
    Le Monde reprend un tweet de l’ex-diplomate et ancien ministre de la Culture Abdelaziz Rahabi, qui estime que «le président Bouteflika se moque du peuple (…) Son acharnement à rester au pouvoir va pousser le pays vers l’inconnu et est un danger pour la stabilité de l’Etat et l’unité du pays»
    (…)
    Tous les « Ex » qui sortent du trou (dont Benflis) sont les plus bavards ces derniers jours!

    2
    2
    numi
    12 mars 2019 - 20 h 27 min

    Vive la presse anglo saxonne…tout les reste à la poubelle.

    Quand a cet ancien ministre de la culture…. je lui dit l’inconnu et le risque c’est de continuer à marcher dans le vide.

    Il faut avancer maintenant et construire. Aucune force politique n’est apte à prendre la relève aujourd’hui.

    Personne n’a proposé de programme, parler d’autres choses que Bouteflika.

    Il faut avancer, travailler et s’organiser. Le monde continue à tourner.
    L’Algérie s’est arrêté 10 ans et on en paie encore le prix on va pas remettre ça.

    Bouteflika ne se représentera pas. C’est une grande victoire, il faut la savourer maintenant et travailler pour proposer une alternative crédible prête à reprendre le pays lors d’élection.
    C EST CA LA DEMOCRATIE.

    Et quand à ce clown de SIfaoui qu’il reste là ou il est et qu’il la ferme cet incompétent !
    C’est pas lui qui nourrira les algériens en cas de crise.
    Cet diaspora (une poignée de clowns) au service de bandits n’est que bonne a donner des conseils de casse et révolte assis sur son canapé à l’étranger.

    Ca commence à me gonfler.

    Entre Derradji serviteur du Qatar, les Amir DZ, Nekkaz et compagnie on est pas dans la merde.

    Aucun d’eux n’est pacifique, censé ou force de proposition pour l’Algérie .
    Sur un canapé à conseiller de dégommer le système.
    Pour être crédible qu’il revienne vivre au pays.

    c’est maintenant que les choses sérieuses commencent.
    Parlons politique, projet et avenir…

    3
    44
    ANONYME 1
    12 mars 2019 - 16 h 41 min

    « « Bouteflika, âgé de 82 ans, est devenu le cinquième dirigeant depuis les soulèvements du Printemps arabe de 2011 à être démis de ses fonctions par la pression de l’opinion publique» ».
    ET VOUS EN OCCIDENT… ! ! Qu’attendez-vous pour bouger et chasser vos dirigeants qui ont les mains pleines de sangs des innocents.
    Tous vos dirigeants se sont enrichis à travers ces pillages opérés dans des pays arabes. Pour preuve les Etats Unis viennent de prendre auprès des terroristes de Daesh en Syrie près de 50 Tonnes d’or. D’autres responsables se sont enrichis avec le pétrole offert par Saddam Hussein, d’autres à travers les pillages des musées irakiens, puis des vestiges syriens, du vol effectués dans les banques Libyennes, des milliards de Kadhafi qui se sont volatilisé des banques européennes. Vous avez ici assez de preuves que vos dirigeants sont des criminels et de pillards.
    Que faites vous avers des pillards et des truands à la tête de vos pays, s’ils ont volé ailleurs ils ne se gêneront pas de le faire avec vous aussi.
    Tous vos dirigeants sont des criminels et tous sont derrière les terroristes qu’ils n’ont cessé de manipuler aussi bien en Europe avec le Gladio que dans les pays arabes avec Al Qaida et Daesh et autres mercenaires de Blakwater.

    8
    34
    DSDM
    12 mars 2019 - 13 h 15 min

    Les Algériens sont intelligents fiers et pragmatiques .
    ,ils ne laisseront personne leur dicter leur avenir.je suis tout à fait d,,accord pour traduire ce gouvernement en justice, ils ont pillé volé vidé les caisses de l,’état, ils ont mis la santé ,l,’instruction des jeunes ,l’avenir et l’espoir des jeunes algériens en danger voire aneantis .je demande ouvertement à maintenir les élections présidentielles au mois d’avril 2019, à constituer une commission pour poursuivre ce gouvernement ,les membres de leur famille et keurs amis à travers le monde pour restituer ce qu’ls ont volé en toute impunité l’Algérie à du potentiel par sa jeunesse qui brille par son intelligence à l,intérieur et à l,extérieur du pays et je reste confiante pour l’avenir de ce peuple si exemplaire

    56
    5
    icalG
    12 mars 2019 - 11 h 16 min

    FALLAIT PAS BRISER LA MANIF ILS ESSAYENT ENCORE DE NOUS DUPER

    42
    5
    cherif
    12 mars 2019 - 9 h 13 min

    Ce qui se passe en Algérie montre à quel point on ait irresponsable, au point ou on ait c’est la médiocrité de 57 ans ( je ne suis pas français) mais force et de constaté que les usurpateurs de l’indépendance du territoire Algérien ont montré qu’ils appartienne aucun espèce animalier.

    Nous avons raté plusieurs occasion a devenir une vraie démocratie voila la meilleur est entrain de partir soyons vigilant et nous laissons pas cette ocasion partir comme celle de 92 ( vous allez m’attaquer la dessus ) allez y je ne vous répondrais pas

    49
    10
    Elephant Man
    12 mars 2019 - 7 h 49 min

    Tous les meRdias français sont inféodés au sionisme le monde le figaro…
    Quant à Sifaoui que l’on ne présente plus en France un ULTRAsioniste ISLAMOPHOBE notoire proMAK (MAK = mossad/ BHL) que vous verrez régulièrement au côté du FRIC ahh pardon CRIF Kalifat et cie…
    So causes toujours tu m’intéresse !

    36
    83
      Anonyme
      12 mars 2019 - 17 h 33 min

      Elephant Man 12 mars 2019 – 7 h 49 min
      Quelque soit ce qu’ont fait tous les ennemis réunis de notre pays, ils n’arrivent pas à la cheville de ce qu’a fait le clan et la tribu de Boutef.

      57
      1
    Anonyme
    12 mars 2019 - 7 h 48 min

    Ceux qui ont provoqué cette situation en annonçant la candidature d’une personne malade méritent d’être jugés. Ils ont mis l’Algérie en danger juste pour garder les privileges de leurs poches.

    78
    7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.