Guerre des nerfs

Alger République
Le mot d'ordre des marches est la paix. Mais jusqu'à quand ? PPAgency

Par R. Mahmoudi Le président de la République a pris l’habitude, depuis le début des contestations populaires, d’adresser un message au lendemain de chaque grande manifestation en faisant, à chaque fois, de nouvelles concessions, réelles ou symboliques, pour tenter d’apaiser les ardeurs et, par la même occasion, de gagner du temps.

Cela dure depuis un mois. Or, la situation n’est plus ce qu’elle était au début. Les manifestants qui sortent chaque vendredi par millions n’acceptent plus les demi-mesures, ni aucune mesure d’ailleurs. Ils n’attendent plus qu’une chose : le retrait sans délai du chef de l’Etat et le départ sans conditions de toute son équipe au pouvoir.

Jusqu’à quand va continuer cette guerre des nerfs qui, peut-être, ne transparaît pas, pour l’instant, dans ses démonstrations populaires tout en couleurs et tout en sourires mais risque, subrepticement et graduellement, d’alimenter la colère et de pousser au pire ?

Quand les autorités politiques – ou ce qui en reste – décideront-elles de rétablir la communication directe avec le peuple ? Cette situation où il n’y a plus personne au sein de l’Etat qui ne s’adresse pas directement aux citoyens devient, en effet, intenable. Un chef d’Etat, absent physiquement, fait lire des missives sans aspérités et sans âme, son Premier ministre s’est tu depuis sa première conférence de presse ratée, son adjoint ne parle plus qu’aux étrangers, le chef d’état-major récite, lui aussi, des parchemins pleins de non-dits et de messages à décrypter.

On ne parle pas de ces chefs de partis présumés loyalistes qui sont censés faire le lien entre le sommet la base mais qui ont, eux, perdu la langue pour de bon.

R. M.

Comment (14)

    Kenza Lahlou
    23 mars 2019 - 17 h 26 min

    C’est vrai que nous sommes à BOUT DE NERFS !!!

    4
    1
    K. DZ
    23 mars 2019 - 16 h 08 min

    Le peuple, dont l’immense majorité [auparavant] silencieuse qui c’est exprimée, a décidé du départ, et rien d’autre, de tous ceux qui ont incarné le système depuis 62, jusqu’ici pacifiquement. Si le pouvoir persiste dans son entêtement pour gagner du temps, pour permettre aux FLN/RND de se refaire une virginité c’est franchement jouer avec l’avenir du pays. Le FLN a eu sa chance durant la décennie noire, qu’il avait lui même provoquée, mais nous a fait faire un tour à 360* et nous ramener à la case départ avec tous les ingrédients pour une explosion atomique. La sagesse et la maturité du peuple ne devrait pas être prises pour de la faiblesse mais pour du patriotisme dans son sens le plus noble. La patience a ses limites et la facture sera autrement plus salée pour la mafia au pouvoir qui sera tenue pour responsable de tout pourrissement.

    8
    1
    TOLGA - ZAÂTCHA
    23 mars 2019 - 14 h 52 min

    ABSOLUMENT ! A présent, c’est très clair qu' »ILS » sont entrain de mener contre L’ENSEMBLE du peuple Algérien et L’ALGÉRIE une VÉRITABLE GUERRE DES NERFS !!!
    A présent, j’ai vraiment peur ! Très peur… même !
    Pour preuve :
    On nous apprend, hier, PAR VOIE DE PRESSE, la présence d’agents actifs de la C.I.A. en ALGÉRIE, au cours de la présente période. Ces agents font QUOI EN CE MOMENT – EN ALGÉRIE – ? ET DANS QUEL BUT, ils sont ici ?
    2 – Le M.A.E. français, LE DRIAN affirme avec force aux journalistes français que « C’EST BOUTEFLIKA QUI EST AUX COMMANDES ET DIRIGE L’ALGÉRIE…! » rien que çà ! En clair, ya le peuple Algérien : TU PEUX TOUJOURS CAUSER, MARCHER ET CRIER A TUE-TÊTE ! MAIS POUR NOUS, NOTRE HOMME C’EST Boutef ET SA MAFIA QUE NOUS RECONNAISSONS COMME SEULS MAÎTRES A BORD AUX COMMANDES DU NAVIRE ALGÉRIE !!!
    C’EST EXTRÊMEMENT GRAVE…
    YAL KHAWA ! A PRÉSENT, C’EST PLUS QUE CLAIR ! IL Y A UN COMPLOT D’UNE TRÈS GRANDE ENVERGURE ADOUBÉE PAR UNE TRÈS GRANDE MANIPULATION MENÉE DE LA PART DE VÉRITABLES PROFESSIONNELS DE LA PART DE LA france ET DE PAYS TIERS… CONTRE L’ALGÉRIE ET LE PEUPLE ALGÉRIEN DANS SON ENSEMBLE.
    SOYONS VIGILANTS !!! L’HEURE EST TRÈS GRAVE…
    A CELA, UNE QUESTION ESSENTIELLE M’INTERPELLE ET M’INTRIGUE AU PLUS HAUT POINT :
    POURQUOI NOTRE ARMÉE – L’A.N.P. – NE BOUGE-T-ELLE PAS ??? POUR SAUVER L’ALGÉRIE ET LE PEUPLE ALGÉRIEN… BIZARRE ! VRAIMENT TRÈS BIZARRE…..
    C’EST – MAINTENANT. – QUE NOUS AVONS BESOIN DE NOTRE GLORIEUSE ARMÉE POUR NOUS SAUVER DE LA GEHENNE DE L’ENFER ET DE LA DESTRUCTION…..

    5
    7
    Anonyme
    23 mars 2019 - 14 h 38 min

    Jamais un système opaque, corrompu, honni ne l ‘a été que notre gouvernement algérien, un système voyou détesté en Algérie, en Afrique et à l’international.
    je pense que le 28 Avril quant le système aura rendu les clé du palais et jeter dans la poubelle de l’histoire, ce jour là doit être féries et de fête internationalement, car le monde ne se portera que mieux

    10
    2
    Lghoul
    23 mars 2019 - 14 h 09 min

    Jusqu’a quand ? Jusqu’au 28 avril a minuit 1 minute exactement. A minuit 01 minute, le gouvernement de boutef sera ILLEGITIME. A minuit 01 minute, gaid salah ne sera plus le vice ministre de la defense car don patron est illegitime aux yeux de 40 millions d’algeriens. A minuit 01 minute, l’ANP, soutenue par le peuple et appliquant le droit international pourra agir pour proteger la constitution contre sa nieme violation. A minuit 01 minute L’Algerie sera vraiment independente pour la premiere fois de son histoire car le peuple et son ANP, qui vient du peuple, ont prouve et demontre au monde entier que l’Algerie n’est PLUS une republique bananiere. Entre temps, si ceux qui continuent a faire du mal en narguant et meprisant le peuple partent avant le 28 avril, on serait independent plus tot. Sinon, plus ils persistent dans leur arrogance, plus le peuple ne leur pardonnera jamais tout le mal qu’ils ont fait et continuent a faire et subir au peuple et au pays.

    9
    3
    DZA
    23 mars 2019 - 13 h 59 min

    Le 22 février 2019, le peuple, a répondu, BASTA, ça suffit, a un 5e mandat, et à tout le système politique en exercice.
    Bouteflika est un manipulateur, qui n’a plus aucune crédibilité auprès du peuple. Même, s’il avait encore quelque chose à dire, c’est trop tard le peuple ne veut pas l’entendre, le peuple sait ce qu’il ne veut pas.
    Bouteflika a perdu la face et l’a fait perdre à tous ceux qui se sont approchés de lui.
    Le peuple n’écoutera que celui qu’il aura élu.
    Je ne vois aucune guerre des nerfs, le peuple est sage, conscient, inquiet, mais pas paniqué. Une force paisible qui manifeste pacifiquement sa volonté tous les vendredis.
    Ce sont plutôt ceux qui n’ont pas la conscience tranquille qui ne savent pas quoi faire.
    Ils sont à bout de nerfs !!??

    11
    3
    Antisioniste
    23 mars 2019 - 13 h 12 min

    Allons-y pour une petite philosophie révolutionnaire et commençons par citer en premier le grand Victor Hugo qui a dit « la populace ne peut faire que des émeutes. Pour faire une révolution il faut le peuple. » Il se trouve que ce peuple à prouver son existence, et démontrer sa valeur inestimable, à mes yeux du moins. Et il se trouve aussi que ce peuple Algérien a commencé sa révolution le 22/02/2019, et quel que puisse être son issue inéluctable (qui dépend de la conscience et de la volonté de chacun E de nous d’abord) je reste en mode optimiste et positif. Car on nous a fait descendre tellement bas qu’on a fini par remonter quand même, en provoquant un tsunami printanier vivifiant et revigorant (pas pour certains j’imagine bien). Ça, c’est briser ses chaines et se secouer, et le peuple algérien l’a fait.
    Maintenant il ne lui reste qu’à regagner la plage ou la terre ferme. Seulement il faut maintenir la pression en occupant les rues, et aussi que les fonctionnaires dans tous les secteurs douanes PAF banquiers etc…fassent leur part en surveillants tous se qui rentre ou sort de pas « catholique ». Parlons un peu moins de leurs nerfs à EUX, et plus de ce peuple qui est entrain de produire une véritable révolution, un paradigme nouveau, des concepts inédit et viable de ce qu’est le vivre ensemble, de ce qu’est de créer ensemble dans une démocratie de chez nous exemplaire par son pacifisme, son civisme, et sa créativité aussi varier qu’abondante music théâtre humour etc… c’est un volcan qui a explosé le 22 février, les solutions son claires et elles seront appliquées en leur temps qui ne saurait tarder, je pense.

    6
    1
    Anonyme
    23 mars 2019 - 12 h 48 min

    Mr. Bouteflika! Le temps joue contre vous par contre le peuple, c’est le moment de quitter le pouvoir dignement , sinon l’histoire vous jugera, comment vous allez réformer les institutions pour l’édification d’une
    deuxième république en quelques mois et en plus avec qui? tout le monde est entrain de quitter le bateau.
    Ce que vous n’avez pas réussi en 20 ans, vous ne pouvez pas le faire en quelques mois sans l’adhésion
    du peuple.

    10
    2
      El Kendy
      23 mars 2019 - 13 h 10 min

      l’anonyme c’était El Kendy

    BEN
    23 mars 2019 - 12 h 05 min

    Pour rassurer les investisseurs étrangers les algériens doivent s organiser dans le temps d’une part continuer à travailler dans la semaine et monter leur capacité et responsabilité dans le maintien du fonctionnement de l’économie, et d’ autre part, se reunir les soirs et les weed-end pour le projet politique

    38
    2
    BEN
    23 mars 2019 - 11 h 58 min

    Faites comme ont fait Abane, Benmhidi… à la soumam. L’ intellectuel prime sur le populaire. Le populaire est forcément la source des propositions et des revendications

    10
    3
    Selecto
    23 mars 2019 - 11 h 49 min

    Ce pouvoir n’a jamais eu l’intention de partir par des moyens pacifiques et ses membres sont prêts a mettre l’Algérie a feux et a sang pour garder le El Mouradia et et par extension le Trésor Public quitte a provoquer une guerre civil.

    9
    6
      Farida
      23 mars 2019 - 14 h 45 min

      C’est pour raison que je doute que le peuple va leur pardonner ni abondonner ce qu’ils vole.

      6
      1
    BEN
    23 mars 2019 - 11 h 31 min

    Il faut un comité de salut public en tête du mouvement. En bas du mouvement les gens doivent s’oganiser en comités dans un sens pyramidal qui va de chaque wilaya vers Alger (comités de quartiers, juristes, universitaires, gens du théâtre et de cinéma, urbanistes, philosophes….) ils seront une force de propositions sur les reformes et sur les delais de leurs réalisation. L’ armé et les services de sécurité (qui ont la confiance du peuple) aux frontières et à l’intérieur pour la surveillance dissuader les aventuriers. ils faut que ce mouvement soit encadré par intellectuels de tout horizons. Tout le monde doit participer dans le choix des personnes dans un premier temps ensuite dans les propositions.

    6
    6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.