Sahara Occidental : des ONG dénoncent les conditions d’incarcération de Mbarek Daoudi

Makhzen Daoudi
Le prisonnier sahraoui Mbarek Daoudi. D. R.

Près de 200 ONG ont dénoncé, hier, les conditions d’incarcération du défenseur des droits de l’Homme sahraoui Mbarek Daoudi, malgré l’avis du Groupe de travail sur la détention arbitraire du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU.

En effet, rappellent des médias sahraouis qui rapportent l’information, le Groupe de travail sur la détention arbitraire du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU a adopté, en août dernier, un avis concernant Mbarek Daoudi, dans lequel il établit que ce dernier n’a pas toujours eu un avocat durant les différentes procédures auxquelles il a fait face et qu’il a subi des abus qui l’ont conduit aux aveux que le tribunal a utilisés pour le condamner.

Mbarek Daoudi a été poursuivi, depuis 2013, devant le tribunal militaire avant d’être transféré devant un tribunal civil à cause de ses prises de position publiques réclamant le libre exercice du droit à l’autodétermination et à l’indépendance du peuple du Sahara Occidental. Il avait déjà été condamné à une peine qui avait déjà pris fin.

Dans une lettre ouverte au ministre marocain de la Justice, les 183 ONG rappellent les conclusions du Groupe de travail qui ont affirmé qu’il n’y a «pas de doute» pour que les accusations auxquelles Mbarek Daoudi a fait face jusqu’à ce jour «découlent de son identité sahraouie et de son opinion politique en faveur de l’autodétermination». «Le Groupe de travail a demandé aux autorités marocaines, rappellent encore les signataires de la lettre, de prendre les mesures qui s’imposent pour remédier sans tarder à la situation de Mbarek Daoudi et la rendre compatible avec les normes internationales applicables», demandant à le «libérer immédiatement» et à lui «accorder le droit d’obtenir réparation».

Les ONG indiquent, sur la base d’informations en leur possession, que l’administration pénitentiaire a fait savoir que le militant sahraoui sera libéré le 28 mars prochain, appelant le ministre marocain de la Justice à le libérer pour que les mesures préconisées par le Groupe de travail sur la détention arbitraire soient «mises en œuvre».

R. I.

Comment (5)

    […] Cette libération intervient deux jours après la clôture des travaux de la Conférence de solidarité avec le peuple sahraoui les 25 et 26 mars à Pretoria. Mais aussi et surtout cinq jours après la dénonciation par quelque 200 ONG des conditions d’incarcération de Daoudi, rapporte le site Algérie patriotique.  […]

    Kader
    24 mars 2019 - 5 h 10 min

    On doit tous se lever comme un seul homme et dire : One Two Three Viva l’ALGERIE libérée des marocains du Clan d’Oujda d’El Mouradia et Viva la RASD indépendante.

    31
    18
    Anonyme
    23 mars 2019 - 21 h 10 min

    Un militant très courageux, défenseur des droits de son peuple sahraoui à l’autodétermination, et à la liberté
    Amnesty International doit dénoncer son arrestation, et son incarcération dans des conditions difficiles
    Et inhumaines

    45
    19
    ALI
    23 mars 2019 - 20 h 27 min

    FINALEMENT MEME « ISRAEL » NE PEUT PAS FAIRE MIEUX A LIRE CET ARTICLE.

    42
    15
    Abbes
    23 mars 2019 - 20 h 19 min

    Que peut-on attendre d’un Regime Dit MakhNazi ?

    46
    14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.