Un général français aux Algériens : «Méfiez-vous de Bernard-Henri Lévy !»

BHL Delawarde
Le sioniste Benard-Henri Lévy. D. R.

Par Kamel M. – Le général français Dominique Delawarde a affirmé, dans une tribune publiée dans un média français, qu’il ne croit pas à la «spontanéité de tous les événements qui agitent aujourd’hui la rue algérienne». «Aucun des deux grands camps qui s’opposent aujourd’hui dans le monde ne peut être indifférent à ce qui se passe en Algérie. L’ingérence étrangère y est donc plus que probable. Le contraire serait surprenant», écrit cet ancien patron du renseignement électronique français.

«Ceux qui s’ingèrent sont ceux qui y ont un intérêt et qui en ont les moyens. Ils s’appuient très habilement sur la triple opportunité qui leur est offerte : l’usure du pouvoir en place et de son chef, l’indéniable crise économique et sociale imputée à la gouvernance Bouteflika et l’échéance électorale prévue par la Constitution», souligne le général Delawarde, en expliquant qu’«ils s’appuient aussi sur les moyens techniques – les réseaux sociaux – et les moyens financiers et humains dont ils disposent».

Le général Delawarde, qui était en charge de la cyberguerre à l’état-major interarmées de planification opérationnelle, affirme avoir «beaucoup travaillé sur le dossier algérien» lorsqu’il était en fonction et avoir continué «de le suivre depuis». Pour lui, la réponse aux événements politiques actuels «se trouve dans un contexte géopolitique qui dépasse largement les frontières de l’Algérie». «L’Algérie est un grand pays [qui] a su rester indépendant, contrairement à de nombreux pays arabes qui se sont, peu ou prou, rapprochés de la coalition occidentale», observe-t-il.

L’expert français du renseignement estime que «les indices ne manquent pas dans la crise algérienne qui font furieusement penser à une opération de Regime Change (changement de régime) dont les Occidentaux sont particulièrement friands», en faisant un parallèle avec les «révolutions colorées» en Ukraine et au Brésil, entre autres, et «dont ils gardent jalousement les secrets de fabrication», ironise-t-il.

Le général Delawarde ne manque pas de citer les «déclarations enflammées à l’attention du peuple algérien de l’inénarrable Bernard-Henri Lévy qui constituent, à elles toutes seules, un marqueur indiscutable qu’une opération de changement de régime est en cours». «Il faut se souvenir de son engagement constant et toujours théâtral dans ce type d’opération en Bosnie, au Kosovo, en Libye, en Syrie, et même au Venezuela dernièrement», met-il en garde, tout en faisant remarquer que «la teneur des déclarations des grands leaders de la coalition occidentale sur cette affaire algérienne montre clairement, jour après jour, qu’ils apprécieraient un changement de gouvernance en Algérie et l’avènement d’un nouveau pouvoir qui leur serait plus favorable».

A cela s’ajoute «le ton des réactions médiatiques sur ce qui devient, peu à peu, la crise algérienne et qui pourrait être baptisé dans quelques jours le printemps algérien», écrit le général Dominique Delawarde qui cite le New York Times, le Washington Post, Le Monde, BFMTV, ainsi que les journaux israéliens Haaretz et Jerusalem Post dont la couverture des manifestations en Algérie est «édifiante et facile à décrypter pour un bon spécialiste du renseignement».

«Facebook et Twitter, outils sous contrôle occidental, sont utilisés au maximum pour manipuler et chauffer les foules et pour organiser très rapidement de grands rassemblements protestataires. Là encore, il s’agit de méthodes expérimentées avec succès par Cambridge Analytica dans un passé récent, notamment en Amérique du Sud», croit savoir le général français qui met en avant le fait que «ceux qui contrôlent ces opérations numériques ne résident pas toujours dans le pays objet de l’ingérence». «Il s’agit d’organiser d’abord le lâchage du régime en place et, dans un deuxième temps, le soutien du candidat à promouvoir», écrit encore le général Delawarde qui se garde d’émettre «le moindre pronostic» sur la situation future en Algérie. «On ne peut dire qu’une chose : bonne chance l’Algérie !» a-t-il conclu.

K. M.

Comment (158)

    ya tayeb
    25 mars 2019 - 13 h 17 min

    Vous allez tomber des nues : BHL s`appelle en réalité Tayeb… faites des recherches et vous verrez!!!

    6
    1
      Moh
      25 mars 2019 - 17 h 31 min

      On s’en fou de lui nous on connait les noms des voleurs du trésor public, c’est le plus important.

      3
      4
    SI KOUIDER BOUNETEF
    25 mars 2019 - 13 h 16 min

    Il y a belle lurette que l’Algérie est dans l’oeil du cyclone, il faut se méfier comme de la peste de certains réseaux sociaux, et les prophéties des lendemains qui chantent, le but final c’est la déstabilisation de l’Algérie et ses terribles conséquences sur le peuple.

    16
    2
    Anonyme
    25 mars 2019 - 13 h 15 min

    BHL on s’en occupe, c’est juste un clown grillé.

    Maintenant le plus grand danger pour la stabilité du pays est le Clan de BSK (Bouteflika, Said, Kouninef)

    4
    8
      Farid1
      25 mars 2019 - 23 h 18 min

      Un clown grillé qui a anéanti la Lybie et laSyrie, ll faut s’en méfier quand même

      1
      1
    Makhloufi
    25 mars 2019 - 13 h 09 min

    Et si l’avenir proche donnerait raison a ce Général qui a voulu certainement dire que « l’irakisation » de l’Algérie est en cours grace a ces Morocco d’Oujda et a son innocente jeunesse et le tout dans l’interet de de cette France et de son « Protectorat dit Maroc » ?

    15
    3
      Lallali
      25 mars 2019 - 13 h 35 min

      Ma réponse au Général parue https://tunisitri.wordpress.com/2019/03/25/le-hirak-en-algerie-entre-spontaneite-et-manip-lanalyse-glacante

      C’est son analyse, notre problème est d’ordre constitutionnel , il n’y a aucune fitna et aucune manipulation de l’extérieur, au contraire on n’a jamais été plus unie qu’aujourd’hui avec les marches, mais il s’agit du respect de la légalité et du retour aux élections et tout va rentrer dans l’ordre.
      J’ai fait une analyse socio -politique que je vous soumets à toutes fins utiles et qui a été publiée dans le Quotidien d’Algérie le 20 mars 20119
      Nul n’est indispensable !
      Nous sommes à un tournant décisif de notre histoire et se taire, c’est se rendre complice d’une situation qui va au pourrissement. Il faut bien se rendre à l’évidence devant cette foule scandalisée que l’Algérien ne supporte pas la (hogra) : le mépris. Le 4e mandat a fait grincer les dents, mais on supposait que le Président de la République pouvait encore miraculeusement se rétablir après son AVC, tout en supportant les railleries de l’étranger. Mais le Président A. Bouteflika a fait peu d’apparitions et aucun discours apaisant, sinon que d’avoir par médias, la presse, certains partis et officiels interposés : « Le Président A. Bouteflika a dit, Le Président A. Bouteflika a fait et maintenant Le Président A. Bouteflika a écrit. » C’est grotesque ! Ça frise la tragédie quand on voit qu’il n’a pas pipé mot depuis. A Chaque fois que j’entendais son nom, mes oreilles grinçaient car cela sonnait faux.
      Or, après six ans de patiente, on s’est rendu compte que sont état était irréversible ! Il a stagné à part de pouvoir bouger la main, il n’a pas retrouvé son autonomie, ajouté à cela une aphasie qui l’ empêche d’articuler. La maladie peut arriver à chacun de nous, ce n’est pas une tare en soi et ceux qui par fatalité, pensent que c‘est à Dieu d’y mettre fin, on peut penser que le pouvoir lui a été ôté quand il a perdu tous ses moyens. C’est une autre façon de voir la réalité et le 4ème mandat était déjà le mandat de trop. J’avais exprimé mon ressentiment déjà à ce moment-là par une lettre ouverte(1) car sa candidature m’avait choquée. Il y a eu également une levée de boucliers comme le mouvement « barakat » qui est sorti spontanément manifester et a été réprimé vigoureusement dans l’œuf car ses éléments et à leur tête le Dr Amira Bouraoui n’étaient pas encore nombreux. Maintenant c’est tout le monde, à l’échelle nationale et internationale qui dit « ça suffit » et ne veulent plus cautionner encore cette mascarade.
      Cette fois la pilule n’est pas passée, sa candidature, validée par le Conseil Constitutionnel était la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Surtout que l’état de santé du Président s’est tellement dégradé qu’il ne peut plus assurer aucun rôle lié à ses obligations ; Aussi sa personnalité est devenue inadaptée à son statut.
      En outre, le fait de s’être inscrit parmi les candidats à la course et demander d’emblée une année a eu pour effet de distendre encore plus le fossé entre les citoyens et ses gouvernants car ils ont pu faire la lecture suivante : Donnez-nous une année pour pouvoir encore modeler la Constitution et ajouter ce qui a été omis afin d’assurer la survie du système, Le peuple a compris qu’il y avait un problème de gouvernance et que la gabegie était étendue par ceux qui tenaient les reines du pouvoir, surtout après la douche froide du recours à la planche à billets. C’est bien un aveu d’échec patent. Cette lettre a eu l’effet d’une révélation, laquelle loin de calmer les esprits a jeté de l’huile sur le feu car elle a montré par cette prorogation qu’il y avait un enjeu ; leur intérêt personnel à sauvegarder. Il n’est pas étonnant dans ces cas, que les avocats, les juges réagissent vivement à cette entrave, en demandant la séparation des pouvoirs et leurs présences aux manifestations les honorent. C’est une réaction normale car ils se retrouvent en conflits de rôles entre défendre le droit des citoyens et le premier magistrat qui enfreint la Constitution et que Ali Benflis nomme « les forces extra constitutionnelles ». La première par l’attestation de complaisance car tout le monde sait qu’il n’a plus les compétences nécessaires pour jouer son rôle de Président, soit la plus haute fonction de l’Etat. Ne dit-on pas Qu’ »il faut l’homme qu’il faut, à la place qu’il faut »?
      Pour nos sophistes et philosophes de la première heure qui pensaient déjà à une cité idéale et à une République, ne pas avoir un statut qui correspond aux capacités de la personne, c’est la première injustice en soi et la première violence qui entraîne des Révolutions. Du jamais vu dans l’histoire, un Président dans une incapacité totale pour un poste aussi prestigieux, on le fait encore gouverner, d’où cette forte indignation de la population. Alors, qu’il avait dit : « moi, je ne suis pas Mosmar Djeha ».
      Des pans entiers de compatriotes rejettent cette candidature de la honte car on a beau dire que l’attestation médicale a été validée pour le 4e mandat par le Conseil Constitutionnel, les Algériens ne croient qu’en ce qu’ils voient. Enfin, l’ultime manœuvre est le fait même de stopper le processus électoral dans sa lancée, sans faire fi de l’attente des citoyens et des candidats qui ont peiné à rassembler les 60 000 signatures pour souscrire aux exigences du Conseil Constitutionnel et celui – ci sans raison valable accepte les directives de l’annulation des élections, sous prétexte que le Président A. Bouteflika renonce à se présenter et il est décrété qu’elles seraient repoussées à une date ultérieure, n’excédant pas une année. Nous voilà de force devant le fait accompli avec en prime, l’économie du risque aléatoire des urnes, au vu de ses gigantesques manifestations.
      Ils auraient pu s’entendre dès le début sur un candidat du sérail valide, il n’y aurait pas eu cette levée de boucliers, seulement il y a eu la tentation de la facilité avec le risque zéro. Par cette volonté partisane à présenter une personne qui n’est pas conforme au statut de Président dont il ne peut plus jouer aucun rôle, ni se déplacer pour négocier des projets, ni recevoir des personnalités et des chefs d’Etat, ni donner des conseils avisés, ni rassurer son peuple par ses interventions. Au contraire, par cette représentation négative et laquelle a même été brandie en son absence sous la forme d’un cadre, ils ont montré leur parti pris pour leur caste sans faire fi des intérêts suprêmes de la Nation et c’est pourquoi maintenant, il y a le retour de manivelle par la population qui fait un rejet de tout le système. Maintenant c’est trop tard car il n’y a plus aucune confiance, mais juste de la défiance à toutes doléances qui sont rejetées en masse. Les manœuvres à vouloir s’accrocher au pouvoir à tout prix, suscite la suspicion car cela dénote une volonté de vouloir faire les prolongations pour une question d’intérêts étroits et personnels.
      Mr Gaïd Salah peut encore redorer son blason terni, en disant basta, ça suffit ! Ce n’est plus une question de loyauté envers un dirigeant, mais d’honnêteté envers un peuple. A défaut de ne pas avoir appliqué l’article 102, en son temps, il peut encore mettre fin au désordre, en relançant au plus vite la machine électorale, tout au plus un mois ou deux après l’expiration du mandat présidentiel pour éviter les dérapages et c’est au nouveau président de revisiter la Constitution avec l’aval et la participation de tous les acteurs de la société algérienne.
      Quant à la Conférence nationale préconisée comme une dynamique de changement, celle-ci sera sans effet et on l’a vu avec les gilets jaunes car c’est plutôt une fuite en avant d’un débat qui se situe en porte à faux des doléances des concernés et ce temps perdu risque d’attiser les tensions car c’est mettre la charrue avant les bœufs(2).
      A travers ces imposantes et multiples marches dans tout le territoire national, où toutes les catégories sociales sont représentées, mais où les jeunes sont en force en tant que démographiquement majoritaire dans la société car ce sont surtout ces derniers qui se sentent les plus concernés car ils voient leur avenir compromis. En effet, toutes les Révolutions commencent par le lumpen–prolétariat, soit les jeunes en difficulté, précarité, chômage, exclusion, désespoir … et les étudiants car ils sont les plus ambitieux, les plus téméraires, les plus conscients et les plus concernés pour leur avenir dans cette descente aux enfers. Quant aux lycéens je préfère ne pas me prononcer car je pense qu’il y a de la manipulation.
      On dit qui n’avance pas recule et faire des promesses de changement à des fins démocratiques, semblent un discours purement démagogique car ce sont les mêmes réformateurs qui avaient tout bouclé sur le plan politique et idéologique. Quant au niveau économique on aurait pu investir dans d’autres projets plus rentables sur le moyen terme comme l’agriculture et le tourisme, or, ils ont été marginalisés et les deniers dilapidés pour des profits exorbitants évidents, même s’il y a eu une part de distribution de la rente à des fins sociales et comme nos principales ressources le pétrole et le gaz ne font plus d’excédents, le divorce est consommé et la séparation devient un remède salutaire. C’est la seule solution pour calmer le jeu.
      Pr. Nadia Lallali, Sociologue
      Alger, le 19 mars 2019
      1) Lettre ouverte au Président de la République (Liberté le 01.03.2014)
      2) lettre à la Nation adressée le 18 mars 2019 à l’occasion de la célébration du 19 Mars.

      3
      14
        Mosaïque
        25 mars 2019 - 15 h 45 min

        @Lallali 25 mars 2019 – 13 h 35 min

        Cher(e) compatriote, même si certains ne s’en rendent pas compte, l’Algérie est déjà en… guerre.
        L’enjeu actuel, le seul en terme de priorité, est comment empêcher ce démantèlement programmé des institutions de l’état et comment contre-carrer cette feuille de route pré-établie par certains « gourous ».
        Votre contribution et votre niveau de savoir seraient les bienvenus à la construction de votre pays…

        UN ALGÉRIEN ET FIER DE L’ETRE !

        6
        1
    Abou Cadre
    25 mars 2019 - 13 h 05 min

    On s’en méfie mon général ! Si et seulement si vous en faisiez autant chez-vous en France.

    9
    16
    Anonymous
    25 mars 2019 - 13 h 01 min

    L’Algérie est prise en otage entre la secte du Clan d’Oujda qui se trouve au coeur du Pouvoir d’Alger et ces bambins qui sortent chaque vendredi appelant a la destruction de l’Etat Algérien, « zaama » le drapeau du pays du Million et demi des Martyrs a la main alors que leurs parents n’ont jamais eu le courage de mettre ce meme drapeau a leurs balcons les 1er Novembre et les 5 juillet et ce, depuis 1962.

    Oh bon dieu protege cette Algérie de ses ennemis (France, Maroc, Israel, pays du Golfe) qui manipulent notre jeunesse égarée et frustrée par le règne du Clan depuis 1999.

    15
    5
    Kamel Djaider
    25 mars 2019 - 13 h 01 min

    Commentaire édifiant de ce général…Reste toutefois à ajouter que les services parisiens en charge de l’Algérie sont à l’offensive pour assurer au moins la pérénité d’une influence française acquise au début des années 80.Et pour ce faire,des moyens considérables sont à l’oeuvre grace notamment à la disponibilité massive de supplétifs algériens ou binationaux de toute catégorie sociale(cadres et officiers supérieurs corrompus,intellectuels, écrivains et journalistes francophones parfois talentueux mais habités par une haine de soi et en mal de reconnaissance,immigrés de première,deuxième ou troisième génération manipulables à merci..).Il faux souhaiter qu’en cette période d’incertitude, l’Algérie dispose encore d’un niveau de vigilance suffisant pour faire face à l’extreme danger qui la guette.

    12
    7
      Malek
      25 mars 2019 - 13 h 28 min

      Kamel Djaider, je ne sais pas qui vous êtes, mais vos invectives nauséabondes reflètent l’état d’esprit d’un haineux à l’égard des immigrés. Les gens de votre acabit n’apportent rien de bon pour un dialogue sain en vue de l’instauration d’une démocratie en Algérie. Si vous n’avez pas grand chose à dire d’intelligent, alors fermez-là SVP !

      11
      5
    Mosaïque
    25 mars 2019 - 12 h 58 min

    @Anonyme 25 mars 2019 – 9 h 09 min

    Détrompez vous car en France, on parle des Rotschild, de Soros, d’un nouveau bureau inauguré par Pompéo en Europe,..
    Avez-vous remarqué, aussi, une montée sans précédent de l’antisémitisme en France ?
    Cela a même contraint le gouvernement français à voter deux lois :
    – Loi pour la protection des produits israéliens vendus en France. Donc boycott légalement interdit (sans jeu de mots).
    – Loi qui punit maintenant l’antisionisme au lieu de l’antisémitisme. Quel progrès me direz-vous !

    Nous concernant, la machination a débuté bien avant le 22 février et ses « gourous » sont facilement identifiables.
    L’essentiel, pour nous, est de rester lucides et de garder le bon cap. Celui de la construction d’un pays. Pas de son anéantissement !

    28
    2
    Kassaman
    25 mars 2019 - 12 h 58 min

    A savoir, le général Delawarde est sorti de ses années d’uniforme anti-sioniste acharné. Ces analyses montrant l’omniprésence et l’omnipotence des lobbys sionistes sont nombreuses.
    Ils est en général proche des pays anti-impérialiste notamment la Russie de poutine, l’Iran, la Syrie etc.
    Bien évidemment, il est médiatiquement inexistant dans les médias français…

    20
    1
    Anonyme
    25 mars 2019 - 12 h 54 min

    Merci aux lecteurs d’AP de lire cette intervention.

    Ce général de l’armée française ment. C’est de l’intoxication comme sait si bien faire l’état profond français. En général les cadres de son niveau ne disent rien (il a fait partie de la section renseignements-guerre électronique de l’état-major des armées, excusez du peu), quand ils parlent c’est parce que quelque chose a échappé à leur plan, à leur contrôle. Donc un moustique le dérange, sinon il ne dirait même pas qu’il observe la situation algérienne tout en l’observation, voire plus.
    Ces gens, surtout dans ce qui concerne l’internet, sont très discrets. Ce général vient de montrer par sa sortie que son pays soutient le système de Bouteflika et est en fait très gêné de la réaction populaire algérienne.

    En fait, la France soutient pour diverses raisons le Bouteflikisme et ses affidés, autrement ne pouvant plus tenir par chantage les membres du système, il faut faire chanter le peuple algérien par la menace d’un complot.

    Il ne faut pas oublier que les français ont nos archives où notre personnalité culturelle a été observée dans les plus petits détails (l’administration française est le premier service de renseignements de la France) et savent que nous sommes très sensibles à l’intrusion et que nous développons même des tendances de méfiance extrême.

    En fait la France ne veut pas que le peuple algérien dise son mot, elle veut continuer à faire chanter ses pions, car si le peuple algérien intervient, du coup la France ne peut plus faire chantage, car le peuple algérien n’acceptera jamais se faire dicter les choses.

    Autres arguments pour prouver le mensonge abyssal de ce général :
    – quels sont les intérêts qui le poussent à parler ? de quoi a-t-il peur ?
    – puisqu’il sait que BHL est un imposteur, pourquoi ne fait-il pas fonctionner la loi française pour empêcher ce criminel de semer des conflits partout ?
    – mais surtout pourquoi l’armée française intervient toujours là où BHL demande d’intervenir (Libye, Syrie… mais pas Égypte par exemple).

    Ce que ce pseudo-général tente de faire est de « casser » l’affirmation de soi du peuple algérien par la « paranoïa ».
    Ce général oublie faussement que tout algérien qui se respecte, partout, saura agir pour défendre l’Algérie.

    Monsieur Dominique Delawarde : mêlez-vous de vos affaires, l’Algérie ne vous concerne pas et allez faire vos emplettes de manipulation ailleurs, chez vous. Ne parlez plus de l’Algérie, elle est trop grande pour des gens comme vous.

    Disons les choses : ce général et ses consorts doit mourir de jalousie de voir un si beau peuple, malgré les vicissitudes de l’histoire, aussi patriote, prêt à se lever pour défendre sa terre. Dans son pays, il n’est pas sur que les gens aient cette ferveur patriotique.

    17
    21
      Anonyme
      25 mars 2019 - 22 h 05 min

      Étonnant qu’il y ait autant de pouces vers le bas, les français ont rappliqué pour discréditer un message qui pourtant soulève de vrais questions.

      2
      1
    Anonyme
    25 mars 2019 - 12 h 44 min

    La solution est très simple pour contrer toutes menaces extérieures : le départ immédiat et sans condition de Bouteflika et son clan en vertu de l’article 102 de la constitution.
    Ce que raconte ce général est une preuve qu’il ne connait pas le peuple algérien il sous estime son intelligence : ce même peuple qui a fait preuve de patience incroyable en endurant le régime Bouteflika le pire régime que l’Algérie a eu depuis son indépendance et ce durant 20 ans pour éviter à notre pays les soubresauts des printemps chaotiques dits arabe. Contrairement à ce que raconte ce général qui ne connait visiblement pas le peuple algérien et ses capacités à vouloir changer les choses en Algérie, je dis que le peuple algérien est sorti de son propre chef sans manipulation aucune pour dire STOP à Bouteflika et son clan qui ont pris le pays en otage, l’ont pillé, l’ont humilié, et qui a osé sollicité un 5e mandat au mépris du peuple le croyant stupide et incapable de se révolter. Notre peuple a fait son expérience par sa révolution contre le colonialisme français, il s’est toujours révolté contre l’injustice des gouvernements illégitimes qui ont pris le pouvoir en Algérie par la force, ce peuple n’a rien de commun avec les autres peuples qui ont détruit leur pays par les chaos des printemps chaotiques dits arabes, parce qu’ils n’ont pas eu l’expérience algérienne, ils n’ont jamais rien combattu même leur dictateurs en place par peur et manque de courage. Voilà la vérité. Ce général peut raconter n’importe quoi, mais il faut faire confiance à notre peuple. Ceci le vrai danger réside à l’intérieur de nos frontières avec ce clan maudit qui s’est associé à la mafia et à l’islamisme pour empêcher le pays de sortir du sous développement comme le souhaitent les puissances occidentales.

    10
    18
    ALI
    25 mars 2019 - 12 h 27 min

    ET POURQUOI CE SIONISTE DE BHL N’A JAMAIS DIT UN MOT SUR LE HIRAK MAROCAIN ?

    30
    2
      Smith
      25 mars 2019 - 15 h 39 min

      Qu’il s’occupe de son monarque en carton pâte Micron qui a donné l’ordre à son armée de tirer sur les Gilets jaune qui sont dans la rue depuis le 13 Novembre que d’aller commenter celle de la révolution populaire et pacifique du grand peuple Algérien.

      1
      1
      Kenza
      25 mars 2019 - 16 h 24 min

      De plus, lui et tous ses acolytes sionistes Fiekiel crotte, pour ne citer que ce raciste islamophobe, sont des adversaires acharnés des gilets jaunes jusqu’à les traiter d’antisémites afin de les décrédibiliser. Mais peut-on s’étonner de voir le CRIF et tous les médias et personnalités sous la coupe du lobby sioniste, venir au secours de la marionnette Macron aux mains des Rothschild, c’est dire l’oligarchie financière mondiale sioniste.

      1
      5
    Kader
    25 mars 2019 - 11 h 55 min

    Une seule réponse a ce Général de cette France néo-colonialiste : One Two Three Viva l’ALGERIE libérée pacifiquement des marocains du Clan d’Oujda d’El Mouradia et de ses soutiens oligarques et Viva la RASD indépendante

    33
    15
      Moh
      25 mars 2019 - 12 h 20 min

      Bonjour Kader, ce général vole au secours des naturalisés est bandits a qui son pays accordait mandat sur mandat, il pensais faire peur aux manifestants pour rentrer chez eux.

      17
      18
    Chelabi
    25 mars 2019 - 11 h 51 min

    Encore la fameuse main de l’étranger, cette arlésienne qui surgit tantôt de l’occident tantôt de l’orient. Un jour, elle s’incarne dans BHL, un autre dans Macron et un autre dans Ben Salman.
    On veut vraiment infantiliser ce peuple qu’on ne s’y prendrait pas autrement.
    20 millions de citoyens sortent chaque semaine que Dieu fait dans les rues d’Algérie, scandant les slogans de liberté et de démocratie mais on veut les réduire à de simples pantins qui ne savent pas que derrière cette bonhomie, il y aurait de grands méchants loups qui s’agitent.
    Ceux qui invoquent les manipulations extérieures veulent qu’on reste un peuple asservi, sans dignité et sans perspectives. Cela ne sera pas. Ce système partira. Il lui reste moins d’un mois Insha Allah.

    21
    28
    La vraie question
    25 mars 2019 - 11 h 49 min

    Une seule question aux vrais Algeriens : Pourquoi durant ces 4 vendredis on n’a vu aucune pancarte contre ce BHL ni Larbi Zitout. ni Rachid Nekkaz, ni Ferhat Mehenni, ni Said Bouteflika.ni Ben Salah du Senat, ni Ali Haddad et ses oligarques alors que nous avions vu des milliers de pancartes contre le patriote LAMAMRA, un homme d’Etat connu pour etre la bete noire du Regime Allaouite

    39
    14
      Anonyme
      25 mars 2019 - 12 h 30 min

      Aucune pancarte contre Haddad qui fait partie de la bande et comment ! C’est curieux, non ?

      18
      12
      Anonyme
      25 mars 2019 - 13 h 04 min

      Ni contre l’arabisation outrancière

      4
      16
    Mosaïque
    25 mars 2019 - 11 h 14 min

    @Antisioniste 25 mars 2019 – 7 h 07 min

    Sans vouloir être alarmiste à dessein, les mécanismes de fonctionnement des peuples se rejoignent à quelques variantes près.
    Les « leaders » ainsi que les architectes de ce mouvement populaire, même dans les cafés populeux, le petit peuple commence à les identifier. Et sans difficulté, aucune.
    Pas besoin d’être sorti de Saint-Cyr pour savoir qu’une telle opération qui a débuté depuis des années nécessite un investissement financier colossal, une logistique humaine et matérielle adaptée, une parfaite connaissance du terrain (us et coutumes, religion, mécanismes de fonctionnement de la société ciblée, tendance au régionalisme forte ou faible, groupes minoritaires vs majoritaires, pouvoir d’achat, composantes de la population en terme d’âge…).
    Recherchez ces termes : « ingénierie sociale » et « guerre de 4e génération », vous aurez un aperçu sur ces techniques diaboliques, élaborées par des scientifiques et des chercheurs, qui ont fait sombrer des peuples entiers vers les abysses.
    La supercherie est que l’on ne s’en rend même pas compte en exécutant ce plan pré-établi car il est basé sur nos propres revendications. La fourberie réside ici !
    Aux compatriotes qui voudraient croire naïvement que ce plan ne fonctionnera pas du fait de notre histoire et de notre amour pour la mère patrie… le plan est entrain de fonctionner déjà et à grande échelle. Et le pire reste à venir lorsque les voix de ces « gourous » nous demanderont de passer à une étape supérieure qui ciblera le démembrement des institutions de l’état !!!
    Donc, soit nous nous réveillons tous et ensemble pour sauver notre vaste et beau pays en prenant les choses en main, soit nous continuons à subir et à appliquer aveuglément ce qui reste à appliquer de ce plan diabolique…
    Les outils de subversion sont nombreux.
    Le principal en est FB en premier lieu car il cible notre jeunesse et se base sur ses aspirations refoulées ou inconscientes. Allez-y faire un tour principalement dans les groupes d’achat-vente, de sport, de cuisine…
    Des mercenaires du clavier y sont employés en permanence et y publient tout en contrant simultanément tout avis opposé en le noyant dans un déluge d’insultes et de grossièretés. Ce ne sont certainement pas ces jeunes qui sont sortis manifester avec discipline et honneur pour leurs droits. Qui sont-ils alors ? Et si l’état avait simulé une coupure d’internet. Pourquoi ne l’a t-il pas fait alors ?
    Les médias occidentaux, particulièrement ceux qui sont connus pour leur position anti-algérienne, n’y vont pas de main morte. Alors que leur couverture du mouvement des GJ est plus qu’insultante. Même le petit peuple français en est conscient.
    Tout ceci pour dire que le travail de subversion est organisé et hiérarchisé et peut prendre toutes sortes d’apparences.
    Profitons du merveilleux outil qu’est le web pour nous informer car ceci est nouveau pour vous comme pour moi. Cela m’a demandé beaucoup de temps pour faire une synthèse de toutes ces informations que je partage ici avec vous. Et orientons nos revendications vers ce qui peut être bénéfique et constructif pour notre grande Nation en mettant de côté nos différends et nos égos surtout.

    PS: notre pays pourra compter sur nous quelque soit l’issue de cette crise politique. Et ce ne sont pas des paroles en l’air que je profère ici !

    UN ALGÉRIEN ET FIER DE L’ÊTRE !

    41
    3
      Anonyme
      25 mars 2019 - 11 h 34 min

      Ce que vous ne dites pas est que les vecteurs ont trouvé l’infrastructure prete: l’arabisation et l’islamisation. Mais cela dérangerait l’interet foncier, le statu quo arabislamique

      8
      32
        Moh
        25 mars 2019 - 12 h 34 min

        Le sujet n’a rien a voir avec les Arabes l’islam ou les Berbères.

        29
        2
      benchikh
      25 mars 2019 - 15 h 47 min

      merci cher(e) Mosaique
      Bien dit , il faut rester sage comme au début des revendications précises ,comme respecter la constitution du président sortant et nous demandons que le scrutin des élections pré. soit à la date précise.Et non pas fermer les APC comme c’était le cas à Khenchla et demandant que tout le monde dégage ,sortir de la ligne tracer on perdra le chemin .

      6
      1
        Khenchela
        25 mars 2019 - 21 h 00 min

        Nous ne voulons pas cette clique de voleurs protégé par son ministre Louh le traitre.
        Qu’ils dégagent avec leur Bouteflika ou ce qu’il en reste!

        1
        1
    Anonyme
    25 mars 2019 - 11 h 13 min

    et les algeriens dans tout cela .c’est les dindons de la farce

    25
    4
    EL Che
    25 mars 2019 - 11 h 08 min

    Que ce Hirak soit téléguidé exploite ou manipule l’essentiel est de ne pas sombre dans les idées Radicalistes ! Ne surtout pas revendique la dissolution du système existant car ceci laissera un vide qui permettra facilement l’instauration du chaos (comme ce fut le cas en Libye) – le système doit être remodelé et démocratise avec des personalites patriotique comme le President Zeroual , Mouloud Hamerouche , Maitre Bouchachi , Maitre Assoul………

    31
    7
      Réponse
      25 mars 2019 - 12 h 23 min

      L’équipe actuelle ne laissera pas le pouvoir quitte a provoquer un bain de sang car il y va de la vie de leurs membres qui risquent de finir derrière les barreaux pour de longues années dans le meilleurs des cas..

      6
      18
      Anonyme
      25 mars 2019 - 12 h 32 min

      Le Hirak est une marque déposée marocaine, veuillez ne pas nous maroquiniser, ça leur ferait tellement plaisir à ces marocains qui rêvent de voir qu’on s’inspire d’eux alors qu’eux pillent de nous tout ce qu’ils peuvent piller y compris nos propres expressions, genre  » les années de plomb ».

      19
      3
    Anonyme
    25 mars 2019 - 11 h 07 min

    Pour l’instant on ne sait toujours pas qui est derrière l’appel anonyme de la manifestation du 22 février ni les suivantes et pendant ce temps l’Algérie est en train de toucher le fond économiquement et nous on est en train de creuser quotidiennement pour lui assurer de bonnes funérailles.
    Bravo à ces gens sans cervelle et même si je suis un anti-système depuis 1962, Un anti-Régime MakhNazi depuis 1963 et un anti-Clan d’Oujda depuis particulièrement 1999.

    31
    7
    Sakhi
    25 mars 2019 - 11 h 05 min

    Bhl sait que les algeriens ne sont pas les lybiens il ne sera jamais accueilli chez nous et si jamais il essai il sera renvoyé decoupe en france en 3.5 millions de morceaux le sal sioniste !!!

    21
    11
    Anonyme
    25 mars 2019 - 10 h 59 min

    Merci du conseil, mais nous nous doutons bien que les officines étrangères notamment occidentales ne chôment pas. BHL est trop grillé en Algérie pour représenter un risque. Il peut par contre servir de lièvre pendant que d’autres font le travail. Attention également aux recommandations de Youtube, elle ne sont pas innocentes.

    30
    4
    Abou Stroff
    25 mars 2019 - 10 h 53 min

    pour moua, bhl est un simple agent sioniste au service du sionisme, en général et de l’entité sioniste, en particulier.
    par conséquent, le télé-philosophe n’occupe guère mes quelques neurones actifs.
    par contre, je me permets d’attirer l’attention des algériens lambda sur le danger (pour l’Algérie et les algériens) que constitue l’entêtement de bouteflika et de sa clique à demeurer rivés au pouvoir alors qu’il y a longtemps que la sentence « tab djanhoum » est d’actualité.
    l’armée étant la seule force organisée du pays, je réitère mon appel à la haute hiérarchie militaire pour qu’elle prenne ses responsabilités historiques en intervenant directement ou indirectement dans le champ politique qui est totalement miné.
    en d’autres termes, j’appelle l’armée à décréter la fin de la « récréation » en imposant une feuille de route aussi bien à bouteflika et sa clique qu’au mouvement de contestation. cette feuille de route viserait, dans un premier temps, la mise en place d’une procédure qui permettrait au mouvement de contestation d’élire ses représentants. ce premier pas franchi, le reste de la procédure n’en sera que facilité.
    moralité de l’histoire: le temps ne joue pas en faveur de l’Algérie, en tant qu’Etat et Nation. il me semble donc qu’il y a urgence à dépasser l’état de déliquescence avancée dans lequel nous nous débattons.

    22
    20
    Zombretto
    25 mars 2019 - 10 h 31 min

    Si je comprends bien, ce général, dont la profession même est l’espionnage/contre-espionnage pour les intérêts de son propre pays, voudrait nous faire croire que le peuple algérien tout entier se fait mener en bateau par quelques petits trucs en ligne et surtout par un bonhomme aux initiales de BHL ?
    Je ne dis pas que les tentatives de manipulation en ligne et par BHL n’existent pas, mais dire qu’elles atteignent leur objectif parmi les algériens au point qu’ils se soulèvent en masse est une insulte à leur patriotisme et à leur intelligence. Va au diable, général de mes bottes, et emporte BHL dans tes bagages !

    25
    26
      ridfa
      25 mars 2019 - 11 h 38 min

      @ Zombretto si vous ne croyez pas que du peuple est manipulé juste simple test, faites un sondage et poser aux manifestants ces simple questions , qui a lance ces appels et si il n avait pas eut ces appels serait il sorti dans la rue ? donc pour moi la soit disant spontanéité n est vraiment pas là ,

      21
      4
        Kenza
        25 mars 2019 - 16 h 01 min

        De toutes les façons, dans le monde d’aujourd’hui tout le monde est manipulé. Mais, manipulés pour manipulés, autant l’être par ceux qui ont unifié le peuple pour le faire descendre dans la rue pacifiquement et réclamer le départ du clan mafieux au pouvoir qui est entrain de mener le pays sa perte, plutôt que d’être manipulés par des officines sionistes qui veulent diviser le peuple et semer le chaos, au grand bonheur d’Israël et du satanique BHL !

      Anonyme
      25 mars 2019 - 12 h 40 min

      Je vous conseille de lire l’interview entière sur son site originel Breizh-Infos et non ce petit extrait, vous changerez d’avis. C’est une interview qui aurait pu être écrite par un authentique algérien, tant ce général décrit les choses lucidement sur la politique internationale anti impérialiste algérienne qui lui vaut l’inimité des manipulateurs. A son niveau on ne se raconte pas d’histoires, ce serait hautement contre-productif.
      Les manifs sont d’abord spontanées pour des raisons évidentes, les gens de l’ombre font le reste.

      8
      6
    Moskosdz
    25 mars 2019 - 10 h 30 min

    Dans l’espoir que les Algériens ne se doutent de rien,BHL a été remplacé par Nekkaz,sauf que ce dernier est ridicule.

    43
    3
      Anonyme
      25 mars 2019 - 11 h 32 min

      Merci pour cette précision…Nekkaz singe en tout point de vue BHL..
      .il est nuisible à notre avenir

      31
    FAID
    25 mars 2019 - 10 h 25 min

    mon général les gilets jaunes c’est quoi pour vous, une analyse des gens qui sont installer dans une zone de confort. éclairent nous surtout comment macron est arrivé aux pouvoirs.

    Vive la deuxième république.

    16
    9
      Double Quenelle
      25 mars 2019 - 12 h 44 min

      Bonjour, personnellement je défie ce sioniste de mettre les pieds en Algérie et je ne donnerai pas chère de sa carcasse. L ‘Algerie avec son peuple ne ressemble à aucune autre nation , le jour où un état sera constitué par la base vous verrai une autre Algérie qui va emmergee de sa jeunesse que beaucoup d’État l’envie.

      2
      7
    Rayés Al Bahriya
    25 mars 2019 - 10 h 11 min

    Ils ont leur BHL DZ1, R NEKKAZ OU NEKKACHE. ..JUDE1 D’ALGÉRIE.
    Y A DU VRAI DANS LE DISCOURS DR GÉNÉRAL.
    BHL N’AS JAMAIS OSÉ DIRE UN MOT SUR LE HIRAK du RIF.

    29
    2
    hommeLibre
    25 mars 2019 - 10 h 06 min

    Rien est innocent dans ce bas monde et les sources de facebook ou ailleurs doivent être rigoureusement vérifiées par les acteurs du peuple akgérien qui est sorti à la rue pour prendre son destin entre ses mains.
    Nous savons que les ennemis de l’Algérie (occidentat & Israel) ont créé de toutes pièces les organisations terroristes telles qu’Al Qaida,Daeche et compagnies.
    Ils ont planifié en laboratoire le « printemps arabe » pour disloquer , détruire la nation arabe.
    Attention l’Algérie aussi est clairement programmée et chaque puissance impérialiste occidentale ou orientale s’active à y trouver une place répondant à ses désiratas.
    Je me souviens il n’y a pas longtemps d’un jeune algérien (remercié chaudement par le ministre de la culture) qui a réussi à rassembler 20.000 personnes à Alger pour son anniversaire ! Etait ce un échantillon de test grandeur natrure ?
    Que ceux qui écrivent et arranguent la foule doivent se révèler au grand jour aux algériens aujourd’hui,il y a urgence pour leur permettre de distinguer les patriotes des virus.
    Nous sommes dans la période la plus dangereuse de ce « Hirak » et ne permettons pas aux ennemis de nous infiltrer( chevaux de troie) et de récupérer notre révolution pacifique.

    27
    co5
    25 mars 2019 - 9 h 46 min

    rien qu’à voir sa tête de serpent venimeux, l’écraser à coup de pioche est la seule solution.

    23
    2
      AmiAhmed
      25 mars 2019 - 10 h 12 min

      Les Algériens ont assez de hauteur pour suivre un B H L de m…, nous sommes pas au même niveau, il n y a que les faibles d’esprits qui suivront le rat d’égout qu’est BHL

      16
      8
    Mon opinion
    25 mars 2019 - 9 h 37 min

    Salam,
    Cela fait des années qu’on connaît bhl,il est même né en Algérie hélas,et on sait à quoi s’en tenir, le peuple algérien n’est pas né de la dernière pluie, il a eu sa chance avec sarkozy de commettre son crime contre l’humanité à l’égard du peuple libyen dans un contexte assez spécial et mérite tous les deux le tpi, hormis ce fait le général de l’otan Delawarde à du mal à saisir que ce Méphistophélès que les sionistes agitent comme un épouvantail est honni au plus haut point par le peuple algérien et ne lui donne guère d’importance si ce n’ est à hauteur d’un pet de lapin.
    D’ autre part le peuple algérien n’est pas dans une optique de changement d’idéaux mais dans le cadre du remplacement d’un système obsolète de gouvernance qui est en fin de vie. Mr Delawarde à sans doute remarqué que les algériens à l’opposé des français ont opté pour une méthode pacifique de manifestation, donc le plus grand danger ne réside pas semble-t-il là où les médias voudraient détourner le problème afin de permettre au gouvernement de macron qui est dans une mauvaise posture de souffler un peu. Mais l’escalade semble s’engager en France vue le déploiement de soldats dans l’espace public avec ordre de tirer si danger est établi. Même le général de Gaule au plus haut point de la crise de 68 n’a jamais donné un ordre pareil qui pourrait conduire vers un dérapage très grave si une nébuleuse passait aux actes, et qui pourrait arrêter cette folie?

    14
    10
    dal G ri
    25 mars 2019 - 9 h 33 min

    on ne touche a l Algerie sans risquer d éveiller mes instincts barbares

    23
    2
    Bokhzer
    25 mars 2019 - 9 h 29 min

    GET OUT à cet INFÂME personnage (la personnification absolue d’un SATANISME RAMPANT…)GET OUT AWAY!! NO MORE NO LESS!!!

    12
    3
    bebel
    25 mars 2019 - 9 h 12 min

    Et si pour notre malheur le commentaire de ce monsieur pourrait s’avérer réel,même en partie. Il faut garder la tête froide et essayer de comprendre sereinement ce qui nous arrive surtout que le contexte international n’a jamais été aussi défavorable pour notre pays.

    29
    El ghorba
    25 mars 2019 - 9 h 10 min

    Ce drogué et dégénéré de BHL de mierda il ferait mieux de se tenir à distance de l Algérie.
    Ici il n y a le lobby sioniste et le crie comme en France et l aipac aux usa.
    Ici il y a des hommes et des vrais qui peuvent s occuper de lui et de sa clique comme il se doit.L Algérie n est pas la Lybie.

    26
    5
    Anonyme
    25 mars 2019 - 9 h 09 min

    Ainsi lorsque pendant des semaines et des semaines les gilets jaunes casseurs font face à la furie des forces de police française, personne ne dit qu’ils sont manipulés mais que cette situation est le résultat des problèmes réels de la société française… Lorsqu’en Algérie un peuple se réveille après des décades de mépris; de rapine et de corruption au grand jour on parle de main étrangère pour semer le doute sur la capacité des algériens à se lever contre l’injustice….Pendant la révolution on parlait de fellagas et des terroristes pour désigner les larbi ben m’hidi, hocine ait-ahmed et de tout ce que l’Algérie a enfanté de plus noble…..Le ras-le-bol des algériens est spontané et légitime. Si aujourd’hui des offices étrangères travaillent à s’infiltrer dans le mouvement cela est l’affaire de nos services de sécurité….

    24
    16
    lhadi
    25 mars 2019 - 8 h 58 min

    Ce général, qui était en charge de la cyber-guerre à l’état-major interarmées de planification opérationnelle, affirme qu’il ne croit pas à la «spontanéité de tous les événements qui agitent aujourd’hui la rue algérienne».

    L’analyse de cet expert donne plus de vigueur à ma modeste contribution sur les Erostrate algériens des temps modernes qui veulent bruler l’Algérie.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    24
    6
    Hibeche
    25 mars 2019 - 8 h 55 min

    BHL, nous en Algérie, on s’en méfie comme le SIDA.

    20
    4
    dal G ri
    25 mars 2019 - 8 h 50 min

    merci mon général mais on ce moment on se méfie se tout le monde même de nos cadres et toute la junte de tout les partis
    de certains de nos généraux on cherche a qui faire confiance et c est peu dire ,,alors « b h l » c est comme le loup blanc en se méfie même d’enrico marcias des qataris des saoudien de marie de momo en plus il parait que nos avons un systèmes de défense assez efficace ,,,aller salut

    11
    13
    Anonyme
    25 mars 2019 - 8 h 44 min

    Il y a quelques jours j ai lu un article d un Tunisien qu il adresse aux Algeriens pour les mettre en garde contre toutes recuperations de leur mouvement pacifique par les ennemis de l Algerie qui revent d un printemps Algerien et toutes ses consequences desastreuses..Cet article a ete repri par un lecteur de AP au synonyme Bison et transmi a Algerie patriote…qui l a publie…
    Je me permets aujourd hui encore une fois de revenir sur cet article qui retrace les erreurs qu il ne faut absolument pas faire pour ne pas tomber dans le piege catstrophal du « printemps arabes »,tellement il me semble que cet article est interressant a lire,a mediter et a partager avec la priere a Algerie Patriote de le publier car il correspond totalement a eclairer et confirmer davantage l intervention du general du renseignement francais Delawarde…et il me semble qu il est judicieux de prendre en compte ces deux interventions et d en mediter serieusement le contenus apres tout tres plausible…Voila ce qu a ecrit le Tunisien…..et surtout ne nous parlez pas d interventions etrangeres….ce sont 2 avis serieux et credibles.
    ::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

    «  » Très loin de moi la prétention de vous avertir ou de vous conseiller en quoi que ce soit. Ce qui se passe en Algérie en ce moment est la marque d’une citoyenneté exceptionnelle dont on ne peut être qu’admiratif. Mon intention, à travers ces mots, est juste de vous communiquer quelques faits qui se sont passés depuis la révolution tunisienne (2011) et dont je fus le témoin direct. Ces faits méritent d’être connus par les Algériens qui veulent que leur mouvement réussisse sans heurts ni crises et que l’Algérie reste souveraine.
    D’abord, la théorie du complot concernant les mouvements populaires qui ont lieu depuis quelques années dans nos pays sont de la pure chimère. Les complots ne sont que dans les cerveaux inertes. Ces mouvements populaires sont spontanés, légitimes, profonds et salutaires, sauf qu’ils sont rarement suivis d’une gestion intelligente, principalement à cause d’une effervescence difficile à canaliser. C’est sur ce point que se basent les islamistes pour tenter de s’imposer.
    La promptitude avec laquelle les islamistes ont réagi après le 14 janvier 2011 en Tunisie et ailleurs n’a rien d’un complot, il s’agit de récupération d’un mouvement civil. Toutes les révolutions du monde sont récupérées par les entités les plus organisées. Les islamistes ont vu là une grande occasion pour s’imposer et, pour ce faire, ils usent de leur esprit de secte et profitent des immenses aides de leurs alliées orientaux. Esprit de secte et aides financières sont les deux éléments dont les progressistes sont dépourvus. Dans ces conditions, comment peuvent-ils agir pour que leur mouvement salvateur ne soit pas récupéré pour des intérêts autres que ceux de l’Algérie?
    Le premier péril à éviter est de dissoudre l’ancien parti dominant, même si ce dernier traîne d’énormes casseroles.
    Pourquoi? Parce que ce parti n’est plus idéologique. Depuis des décennies, il est devenu une organisation de masse que le pouvoir utilise pour asseoir son système, ce qui veut dire qu’il s’agit d’une organisation d’exécutants dont il faut simplement changer la superstructure ou « l’ADN ».
    Plus pratiquement, ce parti, qui est une organisation très utile, doit demeurer, à condition de lui changer son mode de fonctionnement, de communication et d’action pour en faire la courroie de transmission de nouvelles valeurs comme celles de promotion et défense de l’honnêteté, de la propreté, démocratie, liberté, efficacité, etc… en fait tout ce que les Algériens demandent aujourd’hui.
    Pourquoi maintenir le parti? Parce qu’en face, les islamistes disposent d’une machine parfaitement huilée et autrement dangereuse car soutenue par l’étranger, menée par un esprit de secte et destinée à d’autres intérêts que ceux du pays.
    Le changement d’identité du parti au pouvoir n’est pas chose facile, mais ce n’est pas non plus impossible car ce parti dispose d’un énorme réseau d’intérêts qui risque d’être vite récupéré par les islamistes, comme ils l’ont fait en Tunisie. Or, la récupération du parti au pouvoir est quelque chose de très dangereux car ce parti dispose de tous les moyens nécessaires pour agir, qu’ils soient médiatiques, administratifs ou policiers.
    Il ne faut pas oublier que le parti au pouvoir n’est pas exclusivement formé de profiteurs, il dispose d’un nombre important de militants sincères qui ont eux-mêmes souffert du système et qui n’attendent que la bonne occasion pour travailler de façon saine et efficace. C’est à eux d’agir pour nettoyer le parti des mafias qui le parasitent et en faire l’outil de l’Algérie de demain, dans le respect des valeurs portées par la révolution.
    En définitive la question est simple : les progressistes ont-il le choix? Peuvent-ils céder aux islamistes (qui vont être les premiers à exiger la dissolution du parti) un pareil outil?
    Le second péril est celui de la division
    Le principal problème est dans l’unicité du mouvement islamiste opposée à la multiplicité des mouvements progressistes qui, même s’ils sont majoritaires, tombent dans le piège de la division. Et comme ils sont divisés, il exigent, pour les élections, une représentation proportionnelle, ce qui fait parfaitement le jeu des islamistes qui sont les premiers profiteurs de la proportionnalité.
    Pour arriver à imposer la proportionnalité, les islamistes poussent de toutes leurs forces la société civile à la division, et malheureusement, la société civile reste très sensible aux égos. Or, c’est justement sur ces égos que misent les islamistes. J’ai été moi-même l’un de ces nouveaux acteurs de la société civile en 2011, j’ai participé à la fondation d’un parti et observé la tactique des islamistes pour gagner le pouvoir.
    D’abord, ils vont, très vite, s’assurer des alliances secrètes avec d’anciens opposants qui, par goût du pouvoir ou par sensibilité conservatrice, vont céder à la tentation. Ces anciens opposants jouissent d’une certaine légitimité mais surtout d’une identité progressiste qui va pousser bien des citoyens à les suivre. Ces opposants croient souvent qu’ils vont maîtriser le jeu et sortir gagnants, mais ils se trompent car ils ne disposent pas d’une puissance suffisante et finissent par servir de serpillère aux mouvements islamistes. Ils auront, d’ailleurs, la destinée des serpillères.
    Outre ces alliances secrètes, les islamistes vont pousser à la division en caressant les petits partis dans le sens du poil en leur faisant parvenir des messages du genre « vous êtes les vrais forces vives de ce pays et on vous craint », ce qui va faire très plaisir à des micros formations qui vont se prendre pour des partis importants et ajouter à la division. Cette technique est essentielle pour les islamistes car 1, ils s’assurent de la faiblesse de leurs alliés « progressistes » et 2, ils s’assurent ainsi d’avoir des défenseurs du scrutin proportionnel que les petits partis vont exiger avec force.
    Voilà en gros, les premiers aspects du danger islamiste dans nos républiques débarrassées de la dictature.
    Il faut garder à l’esprit que les islamistes sont par essence des non-patriotes qui sont de simples commerçants de religion. Ils n’ont aucune espèce de compétence pour diriger un pays et ils n’usent du pouvoir de la religion que pour soumettre les peuples. Pour y arriver, ils sont prêts à toutes les compromissions et à toutes les arnaques et forfaits possibles, comme nous l’avons vu lors de la guerre de Syrie.
    Nos républiques sont, malgré leurs immenses défauts, bien plus respectueuses des citoyens. Si vous voulez en être persuadés, regardez l’état des Droits des peuples en Arabie Saoudite ou dans les pétromonarchies qui justement financent ces mouvements islamistes.
    Notre destinée est de réussir à sortir nos pays de leur sous-développement matériel et moral pour en faire des pays où il fait bon vivre.
    Pour cela, il faut être très vigilant, il faut user de patriotisme, d’intelligence et de bon sens et ne jamais céder à la passion ou à la facilité.

    Abdelaziz Belkhodja

    Le Provincial, 20 mars 2019

    23
    le niveau
    25 mars 2019 - 8 h 44 min

    monsieur le general !!! fallait le dire au pays musulman
    et non pas a l’algerie.

    9
    17
    benchikh
    25 mars 2019 - 8 h 06 min

    Les ennemis sont des bons professeurs ,remerciez vos ennemis,ils sont vos plus grands maîtres,ils vous apprennent à faire face à la souffrance, à développer la patience ,la tolérance, la compassion, sans attendre en retour.par Dalai lama . Merci M. Levy ,et remplissez- vous la panse,vous aurez autant besoin.

    16
    3
    1commentaire
    25 mars 2019 - 7 h 45 min

    Il ya aucune ingérence et main de l’étranger c’est tout simplement le peuple qui a na marre d’une mafia qui dirige au mains de l’étranger nuance ce n’ai pas pareil alors le peuple feras dégager cette peste ainsi celui qui la propager a tout jamais

    27
    26
    Elephant Man
    25 mars 2019 - 7 h 41 min

    Excellent article.
    L’expertise de Dominique Delawarde n’est plus à démontrer.

    47
    22
    Yeoman
    25 mars 2019 - 7 h 35 min

    « On ne peut dire qu’une chose : bonne chance l’Algérie !» Et nous ne pouvons dire qu’une seule chose « merci général. » Voilà un homme qui croit savoir une chose et qui la dit en toute honnêteté et avec toute la réserve qui s’impose. À la différence de Lamamra et Brahimi qui semblent nous dire: « nous savons ce qui se passe et on vous em…. De toute façon, bêtes comme vous êtes, vous n’y comprendrez rien. »

    19
    31
      Elephant Man
      25 mars 2019 - 17 h 12 min

      @Yeoman
      BHL crache comme tous les sionistes et makhNazis sionistes sur ce grand et vrai patriote qu’est Lamamra.
      Pourquoi BHL ne court-il pas au secours des hiraks du Rif makhNazi ou des sahraouis ?!

    Anonyme
    25 mars 2019 - 7 h 32 min

    Commençant par se méfier de Saïd Bouteflika et le clan, BHL sera leur conseillé

    18
    20
    Anonyme
    25 mars 2019 - 7 h 31 min

    Ce general peut il nous éclairer sur les forces qui fond de notre constitution et de nos lois un marche pieds ? .Mon dieu protege mon pays de « nos amis » ,nous nous chargeons de le proteger de ses ennemis.

    26
    10
    ben
    25 mars 2019 - 7 h 25 min

    ENCORE UN GÉNÉRAL NO COMMENT
    BHL TOUCHE PAS A MA PATRIE

    18
    10
      K. DZ
      25 mars 2019 - 8 h 22 min

      Quelle bienveillance de la part de ce Général français à notre égard. Il cite tout le monde sauf la France, actionnaire majoritaire des richesses algériennes. À t-il le droit de nous dire qu’elles sont les implications et ingérence de son pays pour préserver ses intérêts ? Je crois que lui et BHL se complètent bien, l’un est tireur l’autre rabatteur.

      26
      15
        mimeh
        25 mars 2019 - 10 h 19 min

        fallait plutôt écrire s’il a le courage de dire les implications de fafa dans le monde politique et des affaires algériennes… « le droit » je n’en crois pas, parce que réserve oblige, car il s’agit d’un Général, même en retraite, à moins qu’il ne soit autorisé dans son article d’aujourd’hui…

        4
        7
        Elephant Man
        25 mars 2019 - 17 h 19 min

        @Ben @K DZ
        Sachez que ce Général a été un fervent critique des occidentaux et de la guerre terroriste sioniste en Syrie et a soutenu le Président Bachar Al Assad et ses Alliés.

          Faux !
          25 mars 2019 - 21 h 04 min

          C’est un amoureux de Marrakech et ses nuits !

    Anonyme
    25 mars 2019 - 7 h 14 min

    Général,tout Algérien pur est vaccine contre ce genre de serpents.Tout Algérien digne est averti de ce que propose ce et ces juifs,nous sommes vaccinés mais la vigilance est de mise

    20
    12
    A.T.E
    25 mars 2019 - 7 h 07 min

    Pas besoin d’etre une lumiére pour se méfier d’un truand comme ce BHL, cet énergumène n’as ni patrie ni religion , mange la récolte et insulte l’agriculteur, son seul souci c’est de foutre la m… la ou il met son nez et cela dans l’intéret de ses maitres israéliens , dommage qu’il soit français ca déshonore ce beau pays .

    25
    6
    Antisioniste
    25 mars 2019 - 7 h 07 min

    Monsieur Le général français Dominique Delawarde, je vous remercie pour les conseils que vous nous avez donnés, ainsi que pour le souhait que vous nous avez adressé. Mais bhl et ses semblables connu ou inconnu ne peuvent et ne pourront rien dans ce pays qui a toujours ses institutions bien établie et très solides. Sans oublier que le peuple algérien est un peuple à part, et il va le démontrer au monde entier dans les mois qui arrive, et mieux encore dans les quelques années qui suivront.
    J’ai une petite question, que pense Le général français Dominique Delawarde de ce qui se passe en France ?

    31
    4
    ANONYME 1
    25 mars 2019 - 6 h 58 min

    Cette fripouille est bien connue chez nous en Algérie pour ses coups tordus.
    Les algériens le connaissent très bien pour se fier à ses bobards et ses chaudrons bien préparés.
    On ne peut trouver pire hypocrite que cette personne perfide.
    Il encourage les citoyens des autres pays à se soulever.
    Et quand il s‘agit des citoyens français à travers les gilets jaunes, il change de comportement et devient critique envers eux.

    31
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.