Article «sans eux»

article
Manifestation pacifique à Alger-Centre. PPAgency

Par Bachir Medjahed – Insensé. Affirmer que l’armée vient de découvrir les vertus de l’article 102 serait décrédibiliser sa capacité à analyser, à évaluer, à anticiper une menace très et même trop sérieuse sur la cohérence et la cohésion entre les institutions de l’Etat et le peuple. Une menace ? Plutôt un danger réel.

On veut nous faire croire, à travers le réveil sur les vertus de l’article 102, que l’armée met cinq années à réagir, allongeant d’autant sa montée en puissance. Pourtant, l’armée a beaucoup investi dans la recherche stratégique et dans la vigilance que permettent les positions permanentes de veille stratégique.

Il convient que Gaïd-Salah rectifie le tir qui a déjà commencé à faire mal aux intellectuels de l’armée. Quand on est chef d’état-major, on valorise les bien-pensants de l’institution qui ne chôment pas. Ces derniers méritent une réhabilitation. Ils sont très nombreux.

L’article «sans eux» ne règle plus rien car il est vieux de cinq ans. Durant ces cinq années, à combien s’élèvent les fruits de la corruption ? Combien de procès en justice ont été orientés sur intervention ? Ceux qui pouvaient faire appliquer cet article et ne l’ont pas fait en sont les premiers responsables et donc les premiers coupables. Coupables d’avoir vu et de n’avoir rien fait. Qui sont ces coupables ? Ceux qui y ont un intérêt, à savoir ceux qu’on appelle les oligarques, qui n’étaient rien il y a vingt ans et sont milliardaires aujourd’hui.

L’article que le peuple appelle dans son infinie intelligence article «sans eux» ne doit pas devenir article «avec eux» et surtout pas article «sang 2».

B. M.

Comment (4)

    Anonymalgérien
    30 mars 2019 - 3 h 01 min

    Jamais 102 107 c’est-à-dire SANS-EUX

    lhadi
    30 mars 2019 - 0 h 03 min

    Les indices ne manquent pas pour accuser les trolls du web, – facebook et twitter, outils sous contrôle des ennemis du pays d’un million et demi de martyrs.

    Cette véritable armée, qui sème des fakes news, se fertilise dans le terreau de notre société où une simple rumeur devient vacarme.

    En d’autres termes, je ne crois pas à la spontanéité du mouvement qui squatte la rue algérienne ; un mouvement qui se donne le nom de Hirak – comme celui du mouvement séparatiste yéménite ou plus récemment celui du mouvement séparatiste marocain du Rif – ne peut que nous interpeller sur son véritable objectif.

    Les patriotes algériens qui battent le bitume, égarés qu’ils sont, doivent réfléchir d’eux mêmes et se poser les bonnes questions afin d’éviter les manipulations dont ils sont l’objet.

    Tous ceux qui veulent la justice et respectent le droit doivent comprendre que les vertus individuelles qui sont indispensables peuvent prendre le contre-pied de nombre de principes enseignés si la raison est opprimée, le jugement bafoué, le talent meurtri.

    Le 28 avril, le pouvoir est vacant, c’est-à-dire l’autorité ne s’exerce plus,

    Le conseil constitutionnel se réunit de plein droit et constate la vacance définitive de la présidence de la République. Il communique immédiatement l’acte de déclaration de vacance définitive au Parlement qui se réunit de plein droit.

    Le Président du conseil de la Nation, s’il ne déroge pas aux prérogatives constitutionnelles, assumera la charge de chef de l’Etat comme le stipule l’article 102 pour une durée maximale de 90 jours, au cours de laquelle une élection présidentielle est organisée ; bien évidemment ce Président par intérim ne peut y souscrire.

    Ne nous laissons pas abuser par les appels des sirènes qui ne veulent ni la justice ni le droit…

    L’Algérie avant tout !!!

    Fraternellement lhadi
    ([email protected]

    1
    3
    ANONYME
    29 mars 2019 - 21 h 27 min

    Quand l’article parle, à juste titre, de « Ceux qui pouvaient faire appliquer cet article et ne l’ont pas fait en sont les premiers responsables et donc les premiers coupables » il désigne le crime de « non dénonciation de crime ou de drlit ». Dans le cas qui nous intéresse, les concernés, non seulement ont tu le forfait, mais ont participé de façon active à faire croire qu’il n’en était rien de l’ vacance du pouvoir.
    Le cas le plus abject a été la présentation de séquences montrant les principaux personnages de cette sinistre comédie, reçus par celui qu’ils disent maintenant inapte à giuverner

    3
    1
    MELLO
    29 mars 2019 - 17 h 11 min

    Constitution sans eux , constitution sans article , constitution sans valeur fondamentale pour un pays sans État. L’État Algérien à été démoli et la Constitution dessacralisée. L’article  » sans eux  » prend tout son sens et le cent deux n’a plus de valeur . Depuis 2008 , ils ont violé la constitution en nombre de mandats, puis en 2014 , lorsqu’une candidature d’un handicapé fut validée et enfin en 2019 l’orque le candidat président annula les élections , sans référence à cette constitution. Dans sa globalité le Chapitre II relatif au peuple n’à jamais été respecté . Finalement le seul article a appliquer : article Dégagez tous . Inutile de tourner en rond, l’ANP se gardera d’être le garant et l’arbitre de cette évolution démocratique , et si elle doit être actrice, elle doit inviter des représentants de la rue pour lui remettre les clés de toutes les institutions. Ces personnalités assureront le passage à une nouvelle république Democratique et sociale.

    6
    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.