Une Italienne issue de la noblesse parle de sa passion pour l’Algérie

Assekrem Caterina
La destination Algérie est très demandée par les touristes. D. R.

Née à Rome et issue d’une illustre lignée de la haute noblesse apparentée aux grandes familles d’Europe, Caterina Manca di Villahermosa est chercheuse en histoire de l’art et fait office de référence dans son pays en matière d’optimisation du tourisme archéologique, notamment à travers les moyens technologiques modernes.

En 2011, le tournant dans sa vie est la décision de rejoindre la structure du groupe Kanaga Adventure Tours et de s’installer à Bamako pour réaliser son rêve de toujours, à savoir promouvoir un tourisme de type culturel centré sur le Sahara et l’Afrique.

De passage dans la ville éternelle, elle a accepté de nous en dire un peu plus sur le succès enregistré par la destination Algérie auprès du public italien et nous avons pu l’interroger sur ses projets et sur les atouts de notre tourisme et d’autres questions liées à ce secteur. Interview.

Algeriepatriotique : Comment décriveriez-vous l’Algérie, un pays que vous avez visité plusieurs fois ?

Caterina Manca di Villahermosa : J’ai été la première fois en Algérie à l’invitation de l’Onat, en 2013, au Salon du tourisme d’Alger et, en qualité d’experte, j’ai été conviée à participer à un tour de promotion et de découverte de la destination.

Dès 2013, j’ai pu constater que des efforts importants étaient consentis pour essayer de relancer ce secteur dans votre pays et notre structure Kanaga Adventure Tours (opérateur touristique italien en Afrique, ndlr) a commencé à prendre en compte cette destination qui, à mon avis, a un grand potentiel commercial. Cela dit, nous avons attendu que les conditions soient réunies pour l’intégrer dans notre calendrier et cela s’est concrétisé en 2017.

En ce qui me concerne et pour le compte du groupe, j’ai accompagné des groupes en novembre 2018 et l’impact parmi les touristes a été immédiatement des plus positifs. On aurait dit que nos clients italiens n’attendaient que ça : visiter votre beau pays. D’ailleurs, entre la partie archéologique visitée en 2013 et les régions du Hoggar et du désert du Tadrart Rouge, je n’aurais pas de mot pour vous décrire les merveilles de l’Algérie. Car on ne peut décrire en quelques lignes un patrimoine archéologique d’époque romaine qui, en importance, vient juste après celui d’Italie, les paysages et les panoramas de la plus belle partie de ce fleuve immense qu’est le Sahara. Mille images et mille mots ne suffiraient pas.

Un matériel immuable qui enchanterait tout voyageur désireux de découvrir les magies de ce pays, parce que l’Algérie, il faut la vivre et la voir pour pouvoir la décrire et, vraiment, je ne me sens pas à la hauteur d’une description exhaustive. Seul un grand poète et un érudit pourrait se valoir d’un tel privilège.

Quelles demandes recevez-vous des groupes que vous accompagnez ?

Nous avons un profil de personnes et de voyageurs, experts et passionnés, qui nous demandent des circuits de découverte de la nature et de l’anthropologie. Plus particulièrement, le tour dans le désert algérien est de loin le plus recherché mais nous avons également d’excellents résultats avec le tour archéologique, des villes comme Cherchell, Timgad, Tipasa et Djemila sont des merveilles. Probablement le désert qui était auparavant déclaré off limits suscite toujours chez les Italiens un engouement et un émerveillement infinis.

L’Algérie pourra-t-elle devenir une destination touristique de niveau international ?

Absolument. Oui. Et c’est dommage qu’une telle richesse ne soit pas mise en valeur, bien qu’étant à quelques kilomètres de distance du marché européen. La contribution que nous pouvons offrir, à notre niveau, c’est de faire la promotion de cette destination auprès du marché italien mais cela ne doit pas être un effort isolé. Nous devons agir de concert avec nos partenaires algériens.

Votre dernière visite a coïncidé avec le début des manifestations populaires. Comment s’est déroulé votre séjour ?

Sincèrement, nous ne nous sommes même pas rendu compte de ce qui se passait mais, en traversant Alger, Djanet et Tamanrasset, l’ambiance était bon enfant et nous n’avons remarqué aucune agressivité, encore moins une animosité de la part des Algériens. J’ai cru comprendre que vos concitoyens étaient particulièrement fiers du caractère pacifique et jovial des marches et nombre de personnes m’ont fait le parallèle avec les marches des Gilets jaunes en France et les violences enregistrées là-bas.

Un projet ou une idée que vous comptez lancer pour motiver les Italiens à visiter notre pays ?

Nous avons d’ores et déjà lancé un programme assez ambitieux et je peux vous dire que les résultats sont excellents. On dirait même que les voyageurs italiens n’attendaient que ça. Ils guettaient le feu vert pour se lancer en direction de vos belles villes. Mais pour être franche avec vous, nous devrions également motiver les autorités algériennes à nous faciliter la tâche. Par exemple, pour obtenir un visa touristique, on doit faire avec des conditions assez contraignantes. Prenons, par exemple, le cas de la Mauritanie, autre pays frontalier, considéré très dangereux jusqu’à une période récente et qui est en train de s’ouvrir au tourisme.

Si je puis me permettre, vos autorités devraient simplifier la procédure en délivrant ces visas au niveau de l’aéroport, comme le font de nombreux pays. Vous savez, le tourisme exige une certaine flexibilité et c’est ainsi qu’on motive les voyageurs à choisir une destination plutôt qu’une autre. Or, en ce moment, nous fixons nos programmes au moins trois mois avant et nous demandons à nos clients d’accepter nos offres sans détails, sans leur fournir des dates et des horaires précis. Et vous savez que pour obtenir le visa, on nous demande, entre autres, les plans de vol. Enfin, l’escorte obligatoire à Constantine ou à Ghardaïa n’est pas de nature à offrir un cadre serein à ces voyages, d’autant que nos clients, pour rien au monde, ne voudraient perdre le lever du soleil sur l’Assekrem. Certes, je comprends que les dispositions de sécurité sont plus que justifiées mais, à l’avenir, un peu plus de flexibilité nous facilitera la tâche, rendra nos séjours plus agréables et la destination Algérie plus fun, si je puis m’exprimer ainsi.

Propos recueillis à Rome par Mourad Rouighi

Comment (17)

    JAGUAR.DZ
    13 mai 2019 - 22 h 00 min

    Les seules touristes en Algérie doivent être que des Algériens ! L’Algérie que nous ont laissés les anciens moudjahids et femmes moudjahidates doit être verrouillé et surveillé. Nous avons une grande responsabilité sur notre immence territoire !!

    Les touristes seront que des Algériens !!!
    12 mai 2019 - 2 h 19 min

    Le tourisme c’est comme une tumeur et quand il y en a plein cela devient comme un cancer, et ensuite ils y font leurs lois, demandé au Maroc !!

    7
    6
    elyahia
    11 mai 2019 - 19 h 57 min

    pourquoi cette precision, »issue de la noblesse « 

    9
    3
    El pueblo
    11 mai 2019 - 17 h 36 min

    Les effets conjugués de la croissance économique, de la pression démographique, du développement du tourisme accentuent, d’année en année, les menaces qui pèsent sur l’avenir même de l’homme (corinne le page)

    Pre servons notre pays et notre environnement de cette industrie de m…
    Pourquoi toujours vouloir copier sur tous les plans cet occident prédateur

    13
    4
      Elephant Man
      11 mai 2019 - 19 h 13 min

      @El Pueblo
      Exactement.
      Je renvoie à l’excellente contribution de Mr Mesloub Khider « Du tourisme exotique au tourisme lubrique » 06 mars 19.

      3
      1
    rayes el bahriya
    11 mai 2019 - 15 h 43 min

    les algériens attendent des princes et des nobles pour leur faire prendre conscience de la richesse de leurs
    pays.
    helas le complexe du coloniser fait encore des ravages…
    nous on connait mieux que vous notre histoire millénaire Amazigh et numides.
    Le kaharabo baathisme se moque de notre histoire pluri millénaire…

    9
    19
    karimdz
    11 mai 2019 - 11 h 21 min

    Nous avons sincèrement un très beau pays, j ai découvert des paysages, que je ne soupçonnais meme pas, quand j ai regardé pour la première fois, l Algérie vue du ciel.

    Avec le développement des infrastructures hôtelières dans le pays, et une tarification qui doit être abordable, les algériens devraient visiter leur pays qui fait quand meme presque 5 fois la France.

    Pour ce qui est du tourisme étranger, l Algérie doit veiller à ne pas copier sur nos deux voisins de l est et de l ouest, elle doit plutôt privilégier le tourisme culturel.

    36
    7
      Mme CH
      12 mai 2019 - 2 h 44 min

      Tout à fait d’accord avec vous Karimdz, car le tourisme est une arme à double tranchant…!

      Saha Shorek..!

      5
      1
    Pomaria
    11 mai 2019 - 9 h 49 min

    Si les italiens acceptent de délivrer le visa à l’aéroport aux algériens, alors nous pourrons faire de même avec leurs ressortissants.
    .
    La signora Di Villahermosa qui est issue d’une longue lignée, devrait se souvenir qu’il y a peine 1500 ans, les algériens étaient des citoyens romains comme les italiens.
    Plus d’un tiers des sénateurs de Rome étaient algériens, ainsi qu’un certain nombre d’empereurs et de généraux.
    Il serait peut être temps de s’inspirer de l’édit de Caracalla, ma chère Caterina, pour faciliter la circulation entre nos deux pays, plutôt que de réclamer des facilitations unilatérales.

    54
    10
      Bonano
      11 mai 2019 - 13 h 50 min

      @Pomaria:Tout à fait et je rajouterais que les Algériens ont plus d’affinités historique et culturelle avec les Italiens qu’avec les baboucholatres de la péninsule bédouine du Golfe. Moi même je suis Italo/Algérien

      42
      9
        Moh
        11 mai 2019 - 15 h 51 min

        Nous ne voulons pas de pédophiles Français et des pays du Golfe.

        19
        25
      Caterina
      11 mai 2019 - 14 h 34 min

      Oui, je suis tout a fait d’accord avec vous

      27
      4
        Pomaria
        11 mai 2019 - 14 h 50 min

        Merci de votre réponse, Caterina.
        .
        Sachez que je suis un citoyen algérien qui n’a pas mis les pieds en Europe depuis 10 ans, car je refuse de demander un visa, par principe, les procédures étant devenues trop rébarbatives.
        .
        Et pourtant j’aime l’Europe, et flâner dans les rues de Rome, Vienne ou Barcelone me manque terriblement.
        .
        Ainsi va la vie…… vous n’êtes pas seule à avoir des motifs de vous plaindre 🙂

        24
        4
          Anonyme
          11 mai 2019 - 17 h 35 min

          @Pomaria
          D’où la nécessité de réciprocité des visas !
          Pas de tourisme occidentale capitaliste destructeur et plages hotels réservés aux français aux touristes non autochtones comme nos voisins de l’est et de l’ouest.

          14
          4
    Jean-Boucane
    11 mai 2019 - 9 h 47 min

    Effectivement on peut mettre en place le VISA à l’aéroport comme l’a fait le Viet Nam… on a beaucoup à apprendre du Viet Nam qui partage la même vision que l’Algerie!!!

    Toutes les personnes qui visitent notre pays sont surpris du niveau et de la beauté de l’Algerie

    La question est de savoir qui bloque le tourisme en Algerie? Afin de proteger quel marché? Alors que l’Algerie est à moins de 2 heures des principaux pays exportateurs de touristes au monde?

    Donc les dirigeants algériens vous allez enfin développer ce pays au lieu de vous cacher au club des pins!!!!

    30
    15
    abdel
    11 mai 2019 - 8 h 29 min

    Par réciprocité nous avons instauré le visa pour les occidentaux, donc le tourisme ne décollera jamais dans notre pays point.

    25
    14
      Le Berbère
      11 mai 2019 - 11 h 12 min

      Vous parlez de quel tourisme en Algérie, surtout qu’on sait bien que nos représentations diplomatiques à travers le monde découragent les gens d’aller visité notre pays . C’est la triste vérité , c’est amis canadiens, des Texans, des Brésilien et argentins qui m’on dit que les services consulaire algériens dans certains pays déconseillent vivement de ne pas se rendre en Algérie car il y’a risque d’enlèvement…Moi j’appel ça de sabotage économique car en vérité, les responsables de la sécurité de territoire ( le ministère de l’intérieur, et les services de renseignement) sont des bons à rien car ils n’assument pas leurs tâches qui consiste à rendre le territoire national un endroit plus sûr..Sans oublier le ministre de tourisme qui est lui même un incompétent confirmé .
      Je suis écœuré et triste parfois d’apprendre que certains de mes amis ( collègues et collaborateurs) n’ont pas réussis à obtenir un visa de tourisme à cause de ce pouvoir saboteur de l’Algérie…ALLAH hla Trabehhoum tous !

      23
      12

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.