Les révélations accablantes du député Lakhdar Benkhelaf sur Hassan Aribi

Benkhelaf Aribi
Lakhdar Benkhelaf. PPAgency

Par Kamel M. – C’est un député très remonté contre le président du MSP qui s’est exprimé, ce jeudi, sur la chaîne de télévision Beur TV, suite à l’affaire Toufik-Tartag-Saïd. Mais c’est surtout une révélation accablante sur le député du FJD, Hassan Aribi, qui a eu l’effet d’une bombe.

Lakhdar Benkhelaf nous apprend, en effet, que Hassan Aribi, qui s’est toujours targué d’être un proche du général Toufik, était en relation directe avec les éléments des groupes armés au profit desquels il a servi d’intermédiaire entre les chefs de la guérilla islamiste et le patron des services secrets au moment des négociations secrètes qui devaient déboucher sur la reddition des terroristes.

Très critique envers l’ancien patron du DRS, accusé d’avoir fait imploser le parti d’Abdallah Djaballah pour avoir refusé de se soumettre à son «diktat», le membre de la direction du FJD a affirmé qu’aucun membre de ce parti n’a participé à la réunion à laquelle auraient pris part les généraux Toufik et Tartag ainsi que le frère du Président déchu, Saïd Bouteflika, ou même rencontré une de ces trois personnes. Cependant, il a précisé que les relations de Hassan Aribi avec Abdelmalek Sellal et le général Toufik «sont un secret de Polichinelle». «Les relations de Hassan Aribi avec Toufik et Sellal sont connues et il ne s’en est jamais caché, si bien que tout le monde est au courant», a précisé Lakhdar Benkhelaf.

«Hassan Aribi a fait un grand travail dans le cadre de la médiation qu’il a entreprise avec ceux qui, à l’époque (de la décennie noire, ndlr), étaient dans les maquis (les terroristes, ndlr), et la relation s’est nouée (avec les services de renseignement, ndlr) à ce jour. Cette relation se limite à cette affaire, et il entretient des contacts avec Toufik, Sellal et d’autres sans jamais s’en cacher», a insisté Lakhdar Benkhelaf, en faisant observer, toutefois, que «ces positions (de Hassn Aribi, ndlr) n’engagent aucunement le FJD et les instances légitimes du parti».

Voulant disculper son parti de toute accointance avec le trio emprisonné à Blida, Lakhdar Benkhelaf a affirmé que «Hassan Aribi, à ma connaissance, n’a pas rencontré le général Toufik depuis le début de la crise». «Je rappelle que la relation entre Hassan Aribi et le général Toufik n’est pas corrélée à ce qu’il s’est passé et ce qu’il se passe depuis le 22 février», a-t-il dit. «Quant à ses accointances antérieures, celles-là concernaient des questions personnelles, et il doit les assumer seul», a martelé le député qui a paru néanmoins incertain, répétant sans cesse : «Autant que je sache.»

Hasan Aribi n’a pas tout dit sur cet épisode de la crise des années 1990 à la provocation de laquelle il a contribué avec ses acolytes du FIS. S’est-il proposé lui-même au DRS dans cette intermédiation entre les services secrets et les criminels du GIA ou est-ce le DRS qui l’a sollicité sachant ses relations clandestines avec les terroristes ?

Cet avocaillon du FIS a, en tout cas, été rétribué pour ses «bons offices» en se voyant gratifier un confortable siège permanent à l’APN à partir duquel il mène sa campagne en faveur de ses mentors du parti dissous et d’Ankara dont il est un des vassaux attitrés en Algérie en étant couvert par l’immunité parlementaire.

K. M.

Comment (16)

    Tredouane
    17 mai 2019 - 22 h 11 min

    Je pense qu’il faut bien faire la différence entre la relation des personnes avec les services par un soucis de sauvegarde des intérêts suprême de l’État,ce qui es a mon avis un devoir citoyen,et d’autre part être au service de complots contre l’État.

    4
    5
    Anonyme
    17 mai 2019 - 20 h 59 min

    C’est une réplique de Amar Saadani…

    Anonyme
    17 mai 2019 - 20 h 27 min

    Ce Lakhdar Benkhelaf n’est pas un sain non plus. C’est aussi un islamiste

    Felfel Har
    17 mai 2019 - 19 h 58 min

    Ces révélations, bien que tardives, apportent la démonstration:
    1- que la manipulation des mouvements islamistes par le patron des moukhabarate sur ordre de Abdeka, son commandant-en-chef est avérée, et
    2- que le gouvernement savait que ces islamistes étaient aux ordres de pays étrangers, ce qui normalement, les aurait rendu passibles du peloton d’exécution pour intelligence avec les ennemis et haute trahison.
    Au lieu de les combattre, le despote les a utilisés comme épouvantails pour effrayer et museler les démocrates, véritables patriotes. Il leur a même offert des licences d’import-export, en les exonérant d’impôts et en leur offrant protection.
    Privés de leur Papa Noël, les islamistes ne savent plus où est la kabla, où se tourner pour ne pas sombrer.
    Quand le rais coule avec son bateau, tous les rats qui pululaient dans la soute ne savent plus comment survivre.

    16
    1
    Omerta
    17 mai 2019 - 17 h 53 min

    On parle beaucoup des généraux janvieristes, du DRS et des massacres des années 90, mais personne ne parle des Afghans du FIS, de sa milice armée, de son AIS, de ces Emirs qui ont avoué sans scrupule avoir égorgé des gendarmes et des soldats comme ce crapuleux Madani Mezrag et ses copains criminels, de ces crimes monstrueux commis par les « moudjahidines ».

    A ces pitoyables « analystes » des plateaux Tv Cachir : S’il faut solder les comptes il faudra solder tous les comptes ! et je pense qu’il y aura beaucoup + d’islamistes au tribunal que de généraux.

    44
    3
      Anonyme
      17 mai 2019 - 19 h 47 min

      Je suis entièrement d’accord avec vous.Ce n’est pas le DRS qui avait mis le pays à sang et à feu mais ce sont bel et bien les terroristes islamistes.Loin de moi de défendre le DRS ou de déculpabiliser qui que ce soit, je dirai que c’étaient les islamistes terroristes qui étaient les premiers à engager le pays en guerre.Nous avions vécu cette période, nous savions qui étaient alors les assassins des militaires, des gendarmes, des policiers de ceux qui avaient brûlé les édifices publics, de ceux qui agressaient les femmes qui ne portaient pas voile, avec de l’acide, de ceux qui faisaient des faux barrages pour racketter les passagers et tuaient ceux qui par malheur se trouvaient sur leur liste comme personnes à liquider.Ces terroristes affichaient une désobéissance totale à l’autorité de l’état : on en trouvait plus de policiers ou de gendarmes sur nos routes pour dresser les procès verbaux et infliger des amendes quand il y a infraction au code de la route.On en trouvait plus de policiers veillant sur la sécurité des citoyens sans qu’ils ne soient la cible de terroristes. La violence infligée par les terroristes à la société était générale et apocalyptique. C’est la vraie terreur.Je me demande comment on ose mettre Toufik, Tartag en prison pour une question d’une réunion( portant sur l’objet de destituer Gaid Salah qui mérite lui aussi des poursuites judiciaires) mais sans demander des comptes à tous les terroristes qui avaient été derrière les attentas de l’aéroport Houari Boumediène et d’Alger ayant causé des dizaines de morts pour l’unique raison que ces victimes étaient à ces endroits au mauvais moment.
      Voilà la piste que Gaid Salah doit emprunter pour attraper les vrais complotistes contre l’autorité de l’état, ces assassins des innocents qui avaient payé de leurs vies la bêtise des fous de dieu.Certes les voleurs doivent poursuivis en justice, mais aussi les assassins qui avaient ôté la vie à des innocents.Aujourd’hui on a tendance à s’en prendre d’avantage à certains de nos militaires pour des raisons personnelles, ceux qui avaient combattu le terrorisme, qu’à des terroristes qui avaient commis des carnages parmi les vies humains avec leurs attentats avec des bombes piégés.

      13
      2
      Charlie
      17 mai 2019 - 21 h 47 min

      Je suis de votre Avis,ils faut parler sur ces criminels ali balhadj l’architecte et ses jetables égorgeurs d’enfant comme mzdani marzak hattab ben aicha moufouk et touati et les petits jetables ils faut les dénoncer,il y’a aussi le travail de l’Association des VICTIMES DE TERRORISMES.

      13
      3
      Kader
      18 mai 2019 - 0 h 32 min

      Mort aux sanguinaires.

      8
      2
    JIJEL - ZIAMA
    17 mai 2019 - 17 h 01 min

    Cet énergumène est un pur….. KHOBZISTE. C’est tout.

    19
    4
    anti khafafich
    17 mai 2019 - 16 h 12 min

    ce benkhelaf s’il veut apporter toute la lumiere aux algeriens, doit aussi parler de ce aroubi quant a son intelligence avec l’etranger, notamment son « sultan » d’ankara.
    c’est de cette facon qu’il va prouver son patriotisme, ce n’est pas seulement en voulant eviter les coups de fouets de l’ANP.

    28
    5
    Anonyme
    17 mai 2019 - 11 h 41 min

    MIO tout ça ne peut que me réjouir ,,,haut et cour a moins de restituer tout les bien du peuple ,reste perpète

    13
    2
    Anonyme
    17 mai 2019 - 11 h 22 min

    Il essaie de sauver sa peau et celle de Djaballah alors qu ils sont tous pareils que ce soir Arribi ou eux!!!!!!!
    Bouteflika a trahi le peuple ,qui s est battu courageusement contre ces illuminés endoctrinés pour abattre l Algérie,en s alliant à eux.
    ils les a choyés ,enrichis,anoblis ces étrons et les a même laissé gérer le système scolaire.
    Ce crime est au dessus de tous les autres…

    49
    2
    La justice doit ouvrir des enquêtes sur ce type.
    17 mai 2019 - 10 h 35 min

    Il faut ouvrir plusieurs enquêtes sur ce Hasan Aribi.
    Nous allons certainement découvrir des graves anomalies qui conduiront la justice vers des révélations très graves .

    53
    3
      LeilatElKadr
      17 mai 2019 - 13 h 54 min

      Enfin le voile commence à se lever sur les islamistes qui ont toujours su tirer leur epingle du jeu en agissant comme hypocrites,opportunistes à la solde d’EL-ISSABA pour pauperiser le peuple et instaurer la médiocrité et appliquer une feuille de route concoctée à l’étranger par les ennemis de notre peuple qui dérange par sa fierté,son nationalisme,son dynamisme.

      35
      3
    Ali 2
    17 mai 2019 - 9 h 23 min

    Après un temps de pillages aujourd’hui c’est le temps de la balance, je ne connais pas un Islamiste qui est vraiment honnête comme s’est écrit sur le Saint Coran, comme par hasard a l’époque où le FIS avait le vent en poupe tout les délinquants du quartier ont adhéres à ce parti

    96
    12
      Anonyme
      17 mai 2019 - 11 h 29 min

      Tout à fait d accord avec vous.
      Dans ma petite ville tous les voleurs et délinquants sont devenus membres du FIS et semaient la terreur sur la population.
      Ils ont acquis une légitimité pour continuer à nuire dans la ville

      58
      9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.