Contribution – La Révolution pacifique du 22 Février menace l’ordre néocolonial

manif 22 février
Le mouvement du 22 février s’attaque frontalement à l’ordre néocolonial et sa pernicieuse mondialisation. PPAgency

Par Youcef Benzatat – Si la Révolution du 1er Novembre 1954 avait réussi à mettre fin à l’ordre colonial dans le monde, celle que mènent aujourd’hui ses héritiers depuis le 22 Février 2019 est en train de s’attaquer frontalement à l’ordre néocolonial et sa pernicieuse mondialisation.

Si les peuples pris en otages par les effets dévastateurs de la mondialisation se sont solidarisés avec la Révolution du 22 Février et s’étaient identifiés au peuple algérien dans sa révolte contre le pillage de ses richesses par la complicité de ses gouvernants avec le nouvel ordre mondialiste, c’est surtout parce qu’eux-mêmes subissent la même méprise de la part de leurs propres gouvernants, qui sont, eux aussi, soumis à leur tour à cet ordre néocolonial par leur complicité dans une corruption endémique.

En souhaitant le triomphe de la Révolution du 22 Février, ces peuples sont en train de se l’approprier symboliquement, ce qui ne manquerait pas fort probablement qu’ils s’en inspirent dans la foulée pour en faire leur propre combat contre le pillage de leurs richesses par cet ordre néocolonial, en s’engageant frontalement contre les stratégies de gouvernance de leurs propres pouvoirs, comme ce fut le cas des aînés pendant le combat contre le colonialisme.

Comme on le constate pendant les manifestations populaires, l’objectif de cette Révolution ne consiste pas en la prise du pouvoir par quelques courants idéologiques, identitaires, religieux, nationalistes ou autres partisanes. Notamment par l’insistance de la volonté d’homogénéisation du peuple autour de son appartenance principale à la patrie algérienne, d’une part, et son rejet de toute tentative de représentativité, de toute structuration et de plate-forme pour une quelconque feuille de route, d’autre part. Car il s’agit prioritairement de la remise en question de la stratégie globale de gouvernance dans son rapport à la mondialisation et la corruption généralisée qui les solidarisent, par tout le peuple dans son ensemble, indépendamment de ses clivages et de ses sensibilités. Le peuple veut «changer le système» pour que «le pillage des richesses par les voleurs» ne puisse plus devenir possible. Ce sont là les deux principaux slogans, chantés et brandis sur des pancartes par les manifestants depuis le 22 février.

Ces deux principaux slogans sont étayés par une foule d’autres slogans secondaires récurrents qui viennent confirmer la nature profonde de cette Révolution, qui est dirigée principalement contre cet ordre néocolonial et qui se résument à ceci près : refus de toute solution venant du pouvoir et l’incrimination de toute ingérence étrangère dans l’issue de la crise engendrée par cette situation révolutionnaire. Notamment par l’incrédulité dans la sincérité de l’action du pouvoir dans sa chasse aux corrompus, alors que la Révolution exige le changement des fondements du système judiciaire et son indépendance de tout pouvoir constitué, pour pouvoir bénéficier de moyens institutionnels lui permettant de neutraliser toute forme de corruption et ses complicités internationales, principalement vis-à-vis des marchés publics et de la pègre internationale du pétrole.

Aussi, les prises de position de la diplomatie étrangère dans la crise algérienne qui, elles aussi font l’objet de méfiance de la part du peuple algérien soit par le fait de vouloir que le régime politique soit préservé pour préserver leurs intérêts, soit de vouloir le chaos pour trouver un alibi à leur ingérence directe mais, dans tous les cas, certainement pas pour le triomphe de la Révolution. D’ailleurs, un tel triomphe pourrait entraîner beaucoup d’autres pays à suivre l’exemple algérien, notamment en Afrique et au Moyen-Orient, et menacer structurellement l’hégémonie de l’ordre néocolonial.

La Révolution du 22 Février doit résister à toutes ces tentatives intérieures et internationales qui espèrent la contrer et la dévier de son principal objectif : la mise en échec de l’ordre néocolonialiste. Un ordre cynique, axé sur la paralysie de toute émancipation des peuples dominés, politiquement, économiquement, culturellement, socialement, pour les maintenir dans un sous-développement permanent, qui leur permettrait le pillage de leurs richesses avec la complicité active de leurs gouvernants.

Tous les moyens sont bons pour y parvenir : l’usage de propagandes religieuses, identitaires, séparatistes, voire psychologiques, en s’attaquant aux référents historiques et aux valeurs qui fondent leur humanisme et leurs principes de solidarité en les faisant sous-traiter à des journalistes et écrivains issus de ces peuples en échange de quelques indignes récompenses et sournoises reconnaissances, au même titre que les gouvernants complices dans les méga-réseaux de corruption par quelques miettes de la masse des richesses pillées et réinvesties le plus souvent dans leur propre économie.

Y. B.

Comment (35)

    Anonyme
    25 mai 2019 - 9 h 24 min

    C’est une erreur, voire dangereux (sournois?) de comparer le 1er novembre 54 avec le 22 février. Que risquaient les manifestants le 22 février et les jours d’après, L’ANP et les forces de l’ordre ont protégé les citoyens et de ce fait l’ANP et le forces de l’ordre sont les plus pacifiques au monde. Voir violences Gilets jaunes, patriot act aux USA. Allez manifester en Corée du Nord, en Russie, en France, en Chine et dite sur l’équivalent Gaïd Salah « dégage », « tu es un attardé » (Tabou, Zitout, Amir Dz). La Chine et la Russie, l’Inde se débrouillent très bien avec ou sans la mondialisation, donc l’analyse est fausse. On sait le problème de la dette, banques, le dollar… La corruption existe en Algérie, Mais ce n’est pas une raison de descendre l’Etat et son ANP. Sinon tous les pays du monde s’écrouleraient, la corruption est partout au grand jour ou cachée. La solution imminente c’est d’aller aux votes avec la surveillance des citoyens. C’est tout simple. Bensalah, Bedoui est un prétexte, ils ne sont pas corrompus. Madoff a ébranlé l’économie du monde entier et on n’a pas dit tenahaw ga3.

    2
    5
    Les loups et les requins!
    24 mai 2019 - 22 h 24 min

    Ce serait une erreur de vouloir situer l’ennemi comme étant externe à notre pays. A mon avis, le loup qui se trouve dans la bergerie algérienne, il est bel et bien de chez nous; made in dzd.
    Balayons d’abord à notre porte avant d’aller chercher des ennemis lointains, chez FAFA ou notre voisin de l’Ouest.
    Bien entendu, il faut rester vigilant vis à vis des tentatives d’ immixtion ou de menaces externes et nous devon nous montrer jaloux de notre souveraineté.
    Mais il faudra, aussi, accepter l’évidence que la vermine et les corrompus sont bien de chez nous.
    Notre peuple qui vient de s’éveiller grâce à sa jeunesse éclairée, a pour devoir de continuer sans relâche sa pression pour se débarrasser, une bonne fois pour toute des loups et des requins, qui minent les fondements de l’Etat algérien et qui ne respectent aucune loi.
    Ces loups et ces requins sont bien de chez nous, il ne faut jamais l’oublier!

    7
    1
    Citoyen
    24 mai 2019 - 20 h 38 min

    Qu’allahnous protege et nous accorde la volonté du peuple a sa determination
    A vivre libre et épanouie dans notre grand pays .

    Anonyme
    24 mai 2019 - 19 h 53 min

    Contribution – La Révolution pacifique du 22 Février menace l’ordre néocolonial
    L’ordre néocolonial français, est, encore, très enraciné, et très ancré, par la langue, et la culture »civilisatrices »
    De Jeanne d’Arc, de Victor Hugo, de Molière, de Jules Ferry l’apotre de la colonisation culturelle,
    Et de l’école laique, de François Mauriac (Prix Nobel de Littérature 1951)
    D’Albert Camus (Prix Nobel de Littérature 1957), etc,…..
    Tant qu’il de nombreux écoles, collèges, lycées, centre culturels français, bien financés, et pris en charge
    Par l’état policier-renseignements français, tant qu’il y a une demande, un engouement prononcés
    Une admiration, et une fascination pour apprendre la langue et la culture française,
    Les études supérieures en France, s.v.p (économie, gestion, commerce, comptabilité
    Pour dominer, et maitriser les rouages de l’administration algérienne de l’économie, des finances,
    Des banques, du commerce extérieure algériens), et dans les métiers libérales (Médecine, Droits,….)
    Le Français se porte très bien en Algérie, les dirigeants, et les responsables français sont optimistes
    En tant que réfléchis, et sages d’une vision d’interets lointaine, sans trop de passion
    Pour l’avenir du français, et des affaires économiques,en or, octroyés par des algériens, en Algérie
    C’est une question de culture, et de mentalités
    La diversification culturelle, et linguistique clé de la diversification de partenaires économiques
    L’Anglais, l’Allemand, le Russe, le Chinois, le Coréen, le Japonais langues de travail, de savoir faire
    De Sciences, et de Technologies

    5
    3
    ANONYME 1
    24 mai 2019 - 18 h 24 min

    Se souvenir que Bouteflika avait reçu la Croix de Malte, symbole de la franc-maçonnerie, c’est toute dire.
    Que ce monsieur devait être impliqué d’une façon ou d’une autre.

    11
    2
      Argentroi
      25 mai 2019 - 12 h 39 min

      Il est de tradition chez les francs-maçons de revendiquer, pour se prévaloir et se valoriser auprès de l’opinion publique, l’appartenance maçonnique d’un homme d’état ou d’un illustre personnage après sa mort, sa destitution ou autre. Mais ce qu’il faut savoir, contrairement à ce que colporte la propagande islamiste, c’est qu’il y des loges maçonniques catholiques, protestantes, athées, agnostiques et il y a même une loge maçonnique américaine, les Shriners ou AAONMS (Ancient Arabic Order of the Nobles of the Mystic Shrine) ou Ordre arabe ancien des nobles du sanctuaire mystique), qui se réclame du soufisme.
      Quelques mois, deux ou trois, avant l’assassinat de Boudiaf, un journal gouvernemental, El Massa, publia dans sa dernier page un fac-similé de l’attestation de l’adhésion de Boudiaf à une loge maçonnique ; j’ai compris qu’on préparait son assassinat !
      Anonyme 1, il n’est plus la peine d’assassiner Bouteflika avec ce fake news comme on l’a fait pour Boudiaf !

    Felfel Har
    24 mai 2019 - 18 h 04 min

    En se soulevant comme il l’a fait le 22 février dernier, le peuple algérien est à la recherche d’une revanche sur ceux qui depuis le Congrès de la Soummam ont fait l’inverse de ce sur quoi nos authentiques moudjahidine s’étaient mis d’accord: primauté du civil sur le militaire entre autres. La confiscation de notre indépendance par des aventuriers, sortis de nulle parte et sans antécédent révolutionnaire, nous a entraînés loin de ce dont on rêvait: un pays où les citoyens sont libres à tous point de vue, un pays où triomphe la justice, une nation ouverte sur la modernité et la prospérité pour tous.
    J’ai récemment retrouvé un commentaire du chahid Larbi Ben M’hidi (Allah yarrahmou) qui m’a ému aux larmes: « Lorsque nous serons libres, il se passera des choses terribles. On oubliera toutes les souffrances de notre peuple pour se disputer les places. Ce sera la lutte pour le pouvoir. Nous sommes en pleine guerre et certains y pensent déjà… Oui j’aimerais mourir au combat avant la fin. »
    Le peuple ne peut plus, ne doit pas se satisfaire de vagues promesses qui sont trop belles pour être crédibles. Le pouvoir politique, exercé par les militaires, véritables chaperons de tous ceux qui ont eu à gérer le pays depuis 1962, a montré les limites de sa capacité à impulser la vie politique future dans le sens voulu par la population. Il doit d’abord renoncer à son entêtement à gérer la vie politique en imposant des personnes de son choix (souvent vomies par le peuple) et surtout s’imposer l’obligation de non-immixtion dans des affaires qui ne relèvent pas de ces missions constitutionnelles.
    Ce n’est qu’à ce moment-là que nous pourrions assembler les materiaux nécessaires à la construction d’une nouvelle Algérie respectée, car respectable qui fera honneur à ses enfants. « A coeur vaillant, rien d’impossible! » Le peuple algérien saura relever tous les défis.

    20
    2
    صالح/ الجزائر
    24 mai 2019 - 15 h 21 min

    il y a sans aucun doute mondialisation , néo colonialisme , « printemps arabe » , « révolutions colorées »…, mais il y avait aussi et pendant plus de 20 ans mépris , incompétence , clientélisme … et corruption à grande échelle .
    L’ordre néocolonial n’oblige pas les dirigeants des pays , comme l’Algérie , à recourir :
    Au régionalisme hideux et étouffant .
    Au fraudes systématiques des votes électorales .
    A la construction des Mosquées parmi les plus grandes et les plus hautes , avec des milliards de dollars et , d’aller ensuite , se soigner chez ces néo colons.
    Etc etc ..L’ordre néocolonial n’a pas empêché certains autres nations , gouvernées par des émérites , d’émerger et de progresser . L’exemple de la Malaisie , sous Mahathir Mohamed , est très éloquent, mais on peut les trouver même au niveau du continent africain .
    Les dirigeants de l’Ethiopie (plus de 90 millions habitants) ont opté pour la construction du plus grand barrage hydroélectrique d’Afrique , le « barrage de la Renaissance  » , malgré le nombre important de musulmans qu’elle contient . les gouvernants compétents et efficace de ce pays ( autrefois synonyme de famine et des images d’enfants chétifs qui circulaient dans le monde entier) ont permis à leur pays de sortir de l’extrême pauvreté pour aller progressivement vers le progrès . La croissance de son PIB est l’une des plus importantes au monde , aux alentours des 10 % par an (10,9 % en 2017) .

    28
    1
    Sindra
    24 mai 2019 - 15 h 06 min

    L’un des meilleurs articles publiés sur ce site. Bravo!

    25
    3
    Vroum Vroum 😤..
    24 mai 2019 - 13 h 29 min

    La Solution de l’Algérie est In Président visionnaire sur le moyen et long terme en Géopolitique et Géostratégie ce qui est son rôle principal , Souveraineté nationale et Indepandence . .Un bon Général à la Tête de ANP et Services Sécurité , et bon Premier ministre Chef de Gouvernement dont chacun maîtrise sont Domaine , et y est compétant … Voilà l’Algérie a besoin de Cerveaux , concernant notre sécurité , notre ANP est là ainsi que nos Services Sécurité , reste à trouver un Président Visionnaire comme Bouteflika ou Boumediene..ou Général Toufic… Car la sécurité Géopolitique et Géostratégie va de Paire avec le choix des Dirigeants au bon Postes et bonne Gouvernance …Donc on a besoin de Cerveaux capable de répondre au Défi actuel , ces cerveaux existes , le problème n’est pas le « Système  » mais le choix de l’équipe qui fera fonctionner le Système..Donc on a besoin de Cerveaux compétant au bons postes , pour développer notre Pays , à l’exemple de notre ANP , Proffessionelle , efficace , au Top , bon Dirigeants Militaires …C’est le meme principe de réussite pour le développement intérieur … On a besoin de Cerveaux compétant au bons postes et les cerveaux existent…Un Bon Président bien entouré efficacement ..Notre ANP garante .. La Position Stratégique de l’Algérie sur l’échiquier Géopolitique international nous oblige à ne pas donner le pouvoir à n’importe qui , c’est vitale ..La solution est là . Le reste de la politique politicienne . , n’oubliez pas que la Decenie Noire Islamistes Terrorisme , et ajouté à cela le passage Printemps Arabes déstabilisation de Pays ciblés dont L’Algérie , ont freiné considérablement le développement intérieur de l’Algérie..Après dix de Terrorisme vous avez besoin de vingt ans à trente ans pour vous relancer et récupérer . .C’est ce que connaîtra la Syrie..Quand à la Libye elle est toujours malade , l’Irak en convalescence depuis 2003 , l’Iran après 30 ans (Guerre Irak Iran ) sanctions US..a réussi de faire surface et c’est pas fini…Alors pour l’Algérie elle revient de loin et c’est pas fini , on a la Paix et Stabilité de revenu , après Dix ans de Terrorisme et 15 à 20 ans pour encaisser et revenir en surface …dans 58ans d’indépendance…et une seconde Révolution 2019 dans ces 58 ans..Alors faites la Part des choses et soyez indulgents et construit . .L’Algérie après Indépendance , se cherche , et va trouver ce dont je n’ai aucun doute ..Le cheminement naturel après une si longue Colonisation et dure Guerre de libération..pour moi , l’Algérie se cherche , un cycle vient de passer , un autre se construit et soyez heureux d’avoir notre Puissante ANP et son État Major et nos Services Sécurité efficaces pour nous protéger dans ces moments délicat alors qu’un autre Pays faible militairement serait déjà à plat et complètement déstabilisé…Merci à tous crus qui ont construit notre ANP car sans elle , plus d’État Algérien et un Hirak dévastateur , chaos par l’entremise de puissance Étrangère . . Voila ma façon de voir . .

    20
    23
      Réponse à Vroum Vroum .. (commt.13h29mn)
      24 mai 2019 - 18 h 37 min

      On dirait que vous vous êtes trompé de carburant, ça démarre vraiment au gas oil aujourd’hui !
      Croyez-vous que toutes ces compétences que vous décrivez avec force et détails qui n’ont servi à rien depuis 57 ans, vont, comme par miracle ! Se mettre à faire »Vroum..Vroum » maintenant qu’elles sont rouillées ?
      c’est vrai qu’il n y a pas si longtemps on nous soutenait que Bouteflika avait encore sa tête de 20 ans ! Qu’à cela ne tienne on remet ça avec notre homme visionnaire puisque vous nous le conseiller !
      Et le Hirak vous remerciera d’avoir retrouver la pièce manquante du puzzle « Algérie ». Y’a Qu’à, Faut qu’on.

      15
      4
    lhadi
    24 mai 2019 - 12 h 41 min

    Aujourd’hui plus que jamais, on se demande si les événements qui défilent sous nos yeux ne sont pas le révélateur d’une société en mal d’équilibre où le sage a du mal à faire admettre sa vision d’une société harmonieuse, s’épanouissant sans heurts ni violence.

    Comment sortir de ce cercle vicieux si nous voulons arrêter le mal avant qu’il n’existe ; calmer le désordre avant qu’il n’éclate ?

    C’est a cette question que nous devons, sans plus tarder, s’atteler à trouver réponse.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    33
    8
      Zaatar
      24 mai 2019 - 16 h 09 min

      La réponse est chez Gaid Salah. Il suffit de répondre aux exigences du peuple, après le temps fera les choses. Du moins c’est l’avis de la masse qui sort tous les vendredi dans la rue.

      7
      9
    Vous mettez le doigt...
    24 mai 2019 - 11 h 47 min

    …là où ça fait mal !
    Et le comble ! c’est qu’on nous serine à longueur de temps que l’ennemi c’est l’étranger pendant que ces mêmes personnes se mettent au service de cet étranger pour piller notre pays à son profit. Penons un exemple simple pour illustrer cette situation : Chakib khalil (khlaha) au vu et au su de tous (le système).
    Il a été dénoncé par certains, et protégé par d’autres jusqu’à maintenant et il n’est pas le seul dans ce cas. Un autre comble ! Ces zélés protecteurs qui nous gouvernent encore continuent de nous faire prendre des vessies pour des lanternes (en jouant sur la fibre régionaliste, religieuse ou clanique). Ils vont même jusqu’à décréter la démocratie haram sous prétexte que c’est un système étranger pour continuer leur pillage dans l’anarchie la plus totale. Et on les croit ! Avouons que nous sommes un peuple masochiste qui se tire une balle dans le pied en se laissant persuader qu’un chaoui est meilleur qu’un kabyle ou qu’un constantinois est meilleur qu’un oranais. Ouvrant les yeux ! Dans les pays qui se respectent l’Homme n’est valorisé qu’au poids de ses neurones. Sortons de l’immaturité pour arrêter de se faire manipuler en prenant les choses en mains en ne comptant que sur soi !!!!

    24
    4
    Sof
    24 mai 2019 - 11 h 38 min

    TRÈS BON ARTICLE PLEINES DE VÉRITÉ

    31
    5
    kaddourbenali
    24 mai 2019 - 10 h 20 min

    Monsieur Benbitour est deja une personnalite consensuelle .il ne devrait peut etre pas beaucoup s’exposer.

    6
    6
    kaddourbenali
    24 mai 2019 - 10 h 02 min

    Monsieur Zaatar, convenons que la situation ne manque pas de confusion, que le champs politique est très chahuté, et que la prudence doit être de mise.
    Les lectures peuvent être multiples et elles sont nombreuses. Une lecture consisterait à souhaiter et a croire qu’il était attendu l’échec de la mission d’organisation des élections pour le 4 /07 et parallèlement la décantation du champs politique pour sortir avec des propositions plus ou moins consensuelles ouvrant une voie sécurisée à l’application des articles 7 et 8 demandée et une sortie indemne de l’armée qui a pris ses responsabilités .il faut un accord préalable sur les noms des personnes et leur feuille de route avant la démission des 2 B .souhaitons le le plus rapidement possible , le chantier qui attend le président élu est énorme.salutations

    11
    5
      Zaatar
      24 mai 2019 - 12 h 08 min

      Re bonjour Mr Kaddour Benali,
      Le champs politique est chahuté certes, et la prudence doit effectivement être de mise, mais la situation n’est pas confuse du tout. Je m’explique, il suffit d’un peu de pragmatisme pour dénouer tout l’écheveau.
      Notre pays est sous le joug, l’emprise d’un système totalitaire depuis près de 60 ans maintenant. Est venu ce moment où le peuple réclame un changement de ce système. Il le fait pacifiquement ce qui est fort et a son avantage politiquement. Après les premiers actes notables de début de changement constaté le peuple demande la suite qui n’obtient toujours pas. La seule institution puissamment organisée qui puisse gérer cette passation est l’ANP. Par son chef interposé un constat est vite fait à partir de ses discours successifs ou il y a eu volte face à deux reprises. On reconnait sans coup férir que le chef de l’ANP n’a pas dans son objectif d’accompagner le peuple dans son désir de changement. Mieux, on y décèle sans équivoque son désir de ressusciter et la remise en place du système. Un événement supplémentaire vient le confirmer, même si ce n’est pas une preuve, ce sont les 4 partis de l’alliance présidentielle qui font allégeance au chef d’état-major. Au-delà du fait qu’il refuse catégoriquement d’annuler les élections, mais il ne veut en aucun cas faire démissionner Bensalah et Bedoui. Et maintenant il rapporté un peu partout dans le pays les anciennes pratiques du système. Menaces, emprisonnement, barrages filtrants, kidnapings, interdictions multiples notamment la conférence de benbitour, la fermeture de certains endroits de rassemblement…et j’en passe. Avec l’entêtement de Gaid Salah et son cercle de généraux, les convocations à tout va aux tribunaux, les condamnations peut-être aléatoires, le retour des anciennes pratiques, on ne peut tirer qu’une seule et unique conclusion. Je pense bien que vous avez saisi l’ami et que la situation est on ne peut plus Claire et nette et non confuse.

      13
      6
        Elephant Man
        25 mai 2019 - 5 h 22 min

        @Zaatar
        Maintenant que Bouteflika est sur la touche, Gaïd Salah devient votre bouc-émissaire, .
        Il faut changer de système patati patata…on change de système en un coup de cuillère à pot, vos slogans publicitaires à la BHL n’amèneront le pays que dans le chaos.
        Pendant toutes ces années qu’est-ce qui vous a empêché de vous organiser …pour changer le système zerma.
        Où sont vos structures politiques représentatives…
        Vous n’en avez AUCUNE hormis votre propagande et mots d’ordre sortis de nulle part enfin si face de bouc dont n’importe quel novice sait quel outil de propagande ça représente et d’où ça sort qui sont les instigateurs.
        Qu’a gagné le Soudan : un gouvernement de transition souado-émirati avec Dahlan (agent du mossad) pour organiser le nouveau système zerma la future démocratie zerma démocratie qui n’existe même pas en occident !
        Gaïd Salah cristallise après Bouteflika tous vos maux …une opération mains propres ne se fait pas en 2 temps 3 mouvements !!!

        1
        2
          Anonyme
          25 mai 2019 - 12 h 58 min

          Et toi qu’est ce que tu proposes, à part prendre la défense systématique de tous les gens qui sont mis au pouvoir. Après avoir pris la défense avec zèle de Bouteflika pendant des années, tu t’es trouvée un nouveau maître Gaïd Salah.

          Zaatar
          25 mai 2019 - 16 h 13 min

          Tu sors d’où Elephant man ? Tu parles de quoi en disant qu’est ce qui nous a empêché de nous organiser? Tu me vois dans un parti politique ? On fait des analyses et des constats sur ce qui se passe dans notre pays, qu’est ce qui vous chagrine? On critique un système qui a mis à genoux tout un pays c’est quoi le problème pour vous? Vous avez l’air totalement a coté, vous racontez des choses à tort et à travers sans aucune logique…relisez vous ca prête à rigoler.

    Djazaïri
    24 mai 2019 - 8 h 43 min

    La révolution du 22 février menace l’ordre néo-colonial c’est sûr. Nombre de pays sans démocratie craignent la réussite de notre mouvement à commencer par notre voisin M6 qui aura un jour ou l’autre son Hirak (national et pas seulement régional). Cela dit le danger principal est ici à l’intérieur. L’armée ne veut pas tout lâcher non pas par peur de l’ennemi extérieur (raison classique du régime de Bouteflika autrement dit, après moi le déluge) mais par peur des règlements de compte. On a peur de remettre le pouvoir au peuple sans savoir « jusqu’où il peut aller ». Le problème est que contrôler le système pour qui n’aille pas trop loin c’est revenir à la case départ et donc pas de démocratie. Comme cela a déjà été dit, la solution est entre les mains d’une seule personne. Soit il écoute son peuple et il devient un héros que j’applaudirai malgré tout ce que dit auparavant à son sujet. Soit il opte pour des demi-mesures et là il portera une lourde responsabilité dans l’échec de l’une des plus belles révolutions de ces dernières années

    23
    9
    Blakel
    24 mai 2019 - 7 h 57 min

    « Notamment par l’incrédulité dans la sincérité de l’action du pouvoir dans sa chasse aux corrompus, alors que la Révolution exige le changement des fondements du système judiciaire et son indépendance de tout pouvoir constitué, pour pouvoir bénéficier de moyens institutionnels lui permettant de neutraliser toute forme de corruption et ses complicités internationales, principalement vis-à-vis des marchés publics et de la pègre internationale du pétrole…. »
    Tout à fait Mr Benzatat, comment croire à une véritable lutte contre la corruption, lorsque :
    – les hommes de Louh sont encore dans les rouages du ministère de la Justice ;
    – Louh qui a étouffé tous les scandales financiers ces dernières années se promène toujours tranquillement ;
    – on laisse Chakib Khelil quitter le territoire national ;
    – seuls 3 oligarques sont arrêtés, alors que des dizaines d’oligarques dont les noms sont cités dans de grosses affaires de malversations financières, ne sont nullement inquiétés par la justice ;
    – le syndicat des magistrats déclare lui même que les conditions pour que la justice devienne indépendante, ne sont pas encore réunis ;
    – aucun ministre, ni haut fonctionnaire civil ou militaire n’a encore été inquiété pour des affaires de malversations financières, de favoritisme… ;
    – quand la question de la gestion des recettes pétrolières, ou celle des commissions sur les achats d’armement reste tabou ;
    – aucune transparence sur le contenu des audience ;
    – un homme cumule le contrôle de l’armée et de tous les services de renseignements ;
    – le maintien dans tous les rouages de l’Etat des hommes de l’ancien système qui a institué l’injustice comme mode de gouvernance ;
    On a eu le droit jusqu’à présent à 2 opérations hollywoodiennes (le 22 avril et le 04 mai), et certains prétendent que l’on s’est réellement attaqué au problème de la corruption, et qu’avec Gaïd Salah la issaba vis ses dernières heures. Qu’on m’explique alors pourquoi tous les membres des partis qui ont généré cette issaba (FLN, RND, TAJ, MPA, MSP…) affichent tous leur soutien à Gaïd Salah.
    De Deux choses l’une :
    – soit les membres de ces partis de la corruption sont aveugles et masochistes ;
    – soit ils ont au contraire très bien compris que tant que Gaïd Salah reste au pouvoir, le système maffieux a encore de beaux jours devant lui.

    32
    11
      Argentroi
      24 mai 2019 - 12 h 17 min

      Blakel, en te lisant, j’ai relevé cette phrase :  » seuls 3 oligarques sont arrêtés « . Mais c’est ahurissant que tu comptes Rebrab parmi les oligarques, toi qui l’adulait contre vents et marées. C’est quoi ça, c’est un changement de tactique ? Tu as parfaitement raison, il ne faut jamais ramer à contre-courant, sinon on risque de ne pas être crédible et d’être pris pour un paranoïaque qui affabule !

      6
      8
        Blakel
        24 mai 2019 - 19 h 22 min

        Ecoute monsieur l’obsédé de Rebrab, et grand défenseur de Chakib Khelil, je ne me renie en rien. Si j’ai inclus Rebrab parmi les 3 oligarques arrêtés, c’est pas souci de simplification de mon énoncé, pour ne pas alourdir mon propos. De plus il faudrait s’entendre sur le sens donné au mot oligarque. Si on considère qu’un oligarque est un entrepreneur qui a réussi dans un régime autoritaire et opaque, assurément Rebrab en est un. Si l’on considère qu’un oligarque est un affairiste qui ne réussit que grâce aux liens privilégiés qu’il entretient avec le pouvoir, là je considère que Rebrab n’en est pas un. De plus, je n’ai pas adulé Rebrab « contre vents et marée », mais tenu à dénoncer certains mensonges que l’on fait courir continuellement sur lui, et expliquer la raison qui me fait penser qu’il a été arrêté plus pour des raisons politiques, qu’économiques. Je rajoute même que je pense que l’arrestation simultané de Kouninef a été décidé avant tout pour mieux faire accepter l’arrestation de Rebrab. Enfin, comme je l’ai déjà écrit, je ne considère pas Rebrab comme un saint, mais je pense que ceux qui s’en prennent à lui, sont bien pires que lui.

        2
        1
          Argentroi
          25 mai 2019 - 3 h 58 min

          Blakel, c’est simple et ne passons pas par mille chemins pour expliquer la différence entre nos deux positions sur Rebrab et Chakib Khellil .Tu es pour Rebrab et contre Chekib Khellil parce que cela obéit aux plans tracés par Toufik. Moi, je suis contre Rebrab et pour Chekib Khellil seulement pour dénoncer les mystifications et les manipulations à la Béria de Toufik. Toi et moi, nous sommes ni obsédés ni paranoïaques, nous sommes dans deux camps opposés : la dictature et la démocratie ! Je t’accorderai le bénéfice du doute : est-tu conscient oui ou non que tu œuvres pour le maintien de la dictature ?

          1
          2
    kaddourbenali
    24 mai 2019 - 7 h 24 min

    faut se ressaisir, nous avons l’impression d’être dans une spirale  » négationniste  » dangereuse pour notre pays. Trop de critiques et de sous évaluation / sous-estimation des efforts de ceux qui ont fait de l’Algérie ce qu’elle est aujourd’hui , comme si rien n’a été fait depuis l’indépendance.

    Le verre n’est pas qu’à moitié vide , il est aussi à moitié plein . beaucoup, beaucoup , beaucoup a été fait, et certainement,  avec une meilleure gouvernance et moins de corruption avec les abondants revenus  (relatifs) tirés des hydrocarbures  ces dernières décennies, on aurait pu mieux faire .

    Ce n’est pas un drame , la corruption est un fléau planétaire qu’il faut relativiser et lui appliquer le traitement qui lui sied.

    Mais constatons : au lendemain de l’indépendance seules quelques grandes villes avaient des lycées et seulement Alger ,Oran et Constantine avaient des universités .il faut aller à Alger pour faire certaines études .

    Aujourd’hui et depuis longtemps , les universités ,écoles supérieures et instituts de formation sont dans toutes les villes d’Algérie avec un personnel enseignant entièrement algérien .toutes avec des centres de recherche.

    L’Europe et l’Amérique du nord sont envahis d’universitaires Algériens dans tous les domaines aux compétences reconnues, qui , cela ne tient qu’aux gouvernants,  seront d’un apport certain.

    Les traitres d’ici et d’ailleurs , acquis, formatés et commandités pour déverser au quotidien leur bile et leur prêche haineux sur leur pays et son armée dans des médias d’ici et d’ailleurs , notamment a Londres ,  ont été formés où ? par qui? et pourquoi ont ils fuit , pour certains ? Qu’ils aient la honte et la pudeur ( s’ils en ont ) de se taire.

    Constatons l’important développement de nos armée, services de sécurité, police , gendarmerie et des infrastructures de base dans ce grand et beau pays : routes , autoroutes, chemins de fer , ports et aéroports, distribution de l’eau et de l’énergie dans les coins les plus reculés, télécommunications,  nombreuses structures éducatives , universitaires,  et sanitaires  etc……. 

    La qualité n’y est pas partout , mais l’infrastructure est là et il importe de l’améliorer et la développer.

    Des ratios par tête d’habitant dans tous ces domaines sont certainement édifiants. de quoi ne pas être mécontent.

    Des choix et des politiques de développement , des qualités et des rendements financiers , discutables mais rattrapables avec une meilleure gouvernance.

    Quelque soit ce que l’on peut en penser , le HIRAK est une bonne chose qui arrive à notre pays eu égard a la consolidation de l’unité nationale et à la prise de conscience du peuple et surtout de sa jeunesse, de l’importance de leur grand et beau pays. 

    Des demandes légitimes ont été satisfaites et d’autres restent à l’être  dans des limites qu’il faut espérer   raisonnables pour préserver le fonctionnement des structures de l’État déjà amoindries par les effets de la décennie noire des années 90 et par les départs en retraite et les mises à l’écart de compétences au profit de choix dociles.

     Il importe de le préserver des manipulations de tout bord et notamment des extrémistes et commandités revanchards en embuscades ( des slogans dangereux conçus ailleurs et portés par des éléments infiltrés ), certains en instrument _alisant la religion ,continuant à abuser de la crédulité d’une partie du peuple  cherchant toujours à porter atteinte à des institutions névralgiques du pays et notamment l’encadrement de l’armée.

    Le peuple algérien n’est plus dupe au point de continuer à  croire à des écrits au laser sur des nuages dans le ciel (ikram min ‘aindi allah) , ni à l’appel à voter islamiste au risque de déplaire à dieu et de se retrouver en enfer .

     situation vécue par l’honorable nationaliste patriote ,moudjahed Abdeslam Belaid, père de l’industrie, candidat dans sa région  aux législatives de 1991 face à  un jeune sans expérience,   candidat élu du FIS. Un échec essuyé malgré tout ce qu’il a fait pour la région, usines et infrastructures induisant  un développement de la région comme cela est le cas pour tout investissement dans d’autres contrées.

    C est cet abus de crédulité du peuple et autres  fataouis  qualifiant  » de taghout  » des imminences grises et compétences dont l’Algérie s’est trouvée appauvrie par élimination ou fuite à l’étranger.

    C’est cette situation en contexte de difficultés du pays que la très forte abstention a donne la victoire « démocratique » contestée au FIS en 1991 .

    Il faut donc relativiser et ne plus permettre que la religion soit instrumentalisée à des fins politiques, faisant de l’Algérie une zone d’influence et de confrontation idéologique de pays du moyen orient .Une autre forme d’aliénation, voire de colonisation.

    Positivons et travaillons à faire de ce HIRAK , toujours pacifique , une révolution au bénéfice de notre pays, de notre peuple dans toutes ses composantes , pour un avenir meilleur pour tous et où l’armée n’a pas pour seul rôle la caserne et la surveillance des frontières même si le pays se fait détruire de l’intérieur.

    13
    14
      Zaatar
      24 mai 2019 - 8 h 06 min

      Monsieur Kaddour Benali,
      Vous le faites exprès ? Mais tout le monde est d’accord pour améliorer et surtout que c’est bigrement possible avec nos potentialités. Mais la vous nous éloigner du problème, et personnellement la maintenant je me retrouve à écrire ce que j’écrivais ici même sur il y a a peine quelques mois. C’est à dire pour appliquer ce que vous nous dites qui est en Somme tout à fait réalisable et honorable, il faut en préalable dégager H’mida. Retour a la case départ donc…et on n’est pas sorti de l’auberge, on va attendre l’issu de ce mouvement. Quant à cette attitude négationniste que vous voyez, je vous invite à lire l’article d’aujourd’hui côté sur l’interdiction à Benbitour d’animer une conférence à l’université de M’sila. Peut-être y verrais vous un indice révélateur qui sape considérablement les esprits les plus téméraires.

      16
      9
      harissa
      24 mai 2019 - 9 h 13 min

      L’Europe et les Etats – Unis sont envahis d’universitaires algériens ,il faut être modeste ,c’est une légende urbaine ,on ne peut à la fois décrire une université algérienne classée en bas dans tous les tableaux ,des années universitaires rarement achevées ( en arrêt cette année depuis février )pas un seule université dans le top 500 ,un ministre qui déclare  » pas besoin de prix Nobel en Algérie .c’est sûr que cela fait du bien de croire ,mais c’est surtout des manoeuvres et de chauffeurs de taxis que l’on voit .C’est juste la réalité ,on ne peut pas avoir des millions d’émigrés sans que certains réussissent sinon cela serait désespérant . Faire le bilan de la  » révolution du 22 février  » c’est peut – être prématuré ,non ? On ne comptabilise pas la récolte après les semailles mais après la moisson .Qu’en sera t-il dans 6 mois de cette révolution qui épate le monde entier ,on croirait vu d’Algérie que c’est le sujet des télévisions du monde entier alors que la plupart des gens ne savent pas ce qu’est l’Algérie ,sur l’échiquier mondial c’est très peu et l’Algérie ne pèse pas grand chose .C’est juste un rappel avant de partir sur des éloges dithyrambiques sur une révolution qui n’existe pas encore .

      12
      3
    Anonyme
    24 mai 2019 - 7 h 22 min

    Le gouvernement Bedoui donc de Gaïd vient de prendre des décisions pour le moins saugrenues:1-réduire l’importation d’éléments pour le montage automobile,2-importer des véhicules de moins de 3 ans,3-signer des accords pour mettre SONATRACH sous la tutelle des multinationales françaises et américaines notamment. Après l’emprisonnement insensé de Rebrab on commence à comprendre où veulent en venir ces « patriotes » qui gèrent le pays.

    17
    10
    Zaatar
    24 mai 2019 - 7 h 03 min

    En d’autres Termes Monsieur Y.B, vous dites que la révolution du 22 Fevrier doit à tout prix vaincre Gaid Salah qui lui fait tout pour revenir aux années de plomb. N’est ce pas?

    19
    20
      Argentroi
      24 mai 2019 - 12 h 46 min

      Zaatar, l’intention est louable mais que  » la révolution du 22 Fevrier doit à tout prix vaincre Gaid Salah » est un peu donquichottesque !
      La seule action révolutionnaire de l’heure est de couver ce nouveau-né qui est ce mouvement populaire naissant pour qu’il atteigne sa maturité et mener les centaines de batailles sont à venir. Vouloir lui imprimer maintenant des tâches en dessus de ses capacités psycho-motrices, c’est tout simplement l’envoyer au suicide et ainsi faire capoter tout processus de changement.

      26
      3
        Zaatar
        24 mai 2019 - 14 h 49 min

        Donc d’après toi il n y aura pas de changement de système pour le moment. Le peuple attendra encore avant de goûter à la véritable liberté ?

        9
        6
          Argentroi
          24 mai 2019 - 23 h 48 min

          Le peuple goûtera à la liberté dans l’action de se libérer. Rester vigilant et patient n’est pas attendre.

        tachour
        25 mai 2019 - 4 h 41 min

        Le hirak est salutaire à plus d’un titre.. ce que certains lui attribuent comme objectifs est démesuré… quand nous entendons système dégage.. de quel système s’agit il ?. Le système visé ne peut être que celui instauré depuis l’avènement de la prise de fonction du président Bouteflika… Mais depuis 1962, l’Algérie a connue plusieurs systèmes… Boumediene, Chadli, Zeroual…. et plusieures constitutions… l’Algérie a bien fonctionné ous ces divers mode de gouvernance avec des spécificités particulières, mais jamais à la manière des vingt dernières années.. et il y a bien mode de gouvernance dont il faut sortir c’est bien celui instauré durant la periode Bouteflika… au delà cela reviendrait à se renier et renier son histoire.
        S’agissant de definir les modes de transition, avec le respect du caractère SILMIYA, cela ne pourra se realiser que dans la durée, d’ou l’absolue nécessité de s’ancrer dans cadre institutionnel et d’établir une feuille de route consensuelle pouvant mener graduellement vers la réalisation des divers objectifs voulus par le peuple…. et le première ne saurait etre que l’installation dans les delais les plus courts d’une autorité légitime en mesure de conduire vers les changements souhaités… en dehors de ce schéma il y a risque de voir les acquis du HIRAK confisqués

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.