Pourquoi la Sûreté nationale est-elle fréquemment ciblée par des fake news ?

Bouhedba DGSN fake news
Abdelkader Kara Bouhedba. PPAgency

Par R. Mahmoudi – La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) s’est de nouveau plaint de fausses informations qui lui sont attribuées concernant, cette fois-ci, l’affaire Kamel-Eddine Fekhar, mort en détention le 28 mai dernier, suite à une grève de la faim.

Dans un communiqué rendu public mardi sur sa page Facebook, la DGSN tient à apporter un démenti «catégorique» à l’information parue le jour même dans un quotidien national, selon laquelle les services de la police auraient entamé une enquête sur le décès du défunt Kamel-Eddine Fekhar, en insistant sur le fait que cette information «est totalement infondée».

C’est la cinquième fois depuis le début des manifestations populaires du 22 février que la DGSN s’est élevée contre la diffusion de fake news ciblant directement ses services et attentant à son image. Ce qui prouve que des parties occultes ne se lassent pas de tenter de déstabiliser ce corps de sécurité qui accomplit aujourd’hui sans abus son rôle de préservation de la paix et de la sécurité dans une conjoncture propice à toutes les dérives.

Dès le mois de mars dernier, la DGSN avait tenu à démentir des rumeurs répandues sur les réseaux sociaux selon lesquelles les salaires des membres de la police auraient été augmentés. La célérité avec laquelle la DGSN avait réagi indiquait clairement que derrière cette rumeur malveillante, il y avait eu une tentative de briser la solidarité qui s’était forgée entre les manifestants et les forces de l’ordre.

En avril, la DGSN mettait encore en garde contre de fausses images et vidéos qui circulaient sur les réseaux sociaux, montrant des scènes impliquant des policiers dans le but de semer la zizanie à la veille d’un vendredi de manifestations. La DGSN informait que ces images étaient soit vieilles, soit prises dans des pays étrangers.

Durant la même période, la DGSN s’est dit, une nouvelle fois, victime de fausses informations relatives au port de l’emblème amazigh, colportées par des fauteurs de troubles qui cherchaient visiblement à semer la discorde dans un contexte national aussi sensible que celui que traversait le pays actuellement.

Il y a eu ensuite l’affaire du compte-rendu de Reuters qui attribuait à la même DGSN de fausses statistiques sur le nombre de manifestants à Alger. Une fausse information qui a valu à l’envoyé spécial de l’agence britannique d’être renvoyé.

R. M.

Comment (7)

    mohamed
    19 juin 2019 - 15 h 36 min

    Dans ce cas, montrez nous que vous aimé l’Algérie, en expulsons les 450 000 clandestins
    du pays du haram. des esclaves a homo6…!

    9
    7
    TOLGA - ZAÂTCHA
    19 juin 2019 - 15 h 11 min

    Pourquoi la Sûreté nationale est-elle fréquemment ciblée par des fake news ?

    Tout simplement parce qu’elle fait correctement MAIS surtout….. EFFICACEMENT son travail ! Alors, bien sûr, et comme de bien entendu : ELLE GÊNE, quelque part, certaines parties et certaines sphères de décisions tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du pays. C’est l’ÉVIDENCE même !

    So, just carry on like that et don’t worry, at all, about barking dogs mates…..

    16
    6
    selma
    19 juin 2019 - 14 h 18 min

    Faire et laisser braire, on sait que l’Algérie fait face à de nombreux ennemis, aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur, il appartient donc au citoyen algérien de soutenir les 2 institutions qui ont permis au pays de ne point sombrer dans le chaos: l’armée et la sûreté nationale. Puisse Dieu vous aider à éliminer la vermine qui a gangréné ce pays. Allah yahfadhkoum, mais on attend d’être totalement débarrassé de tous ceux qui ont mis l’Algérie à genoux.

    23
    5
    Antisioniste
    19 juin 2019 - 9 h 40 min

    Tout à fait, , pourquoi ? Mais surtout par qui et qui a intérêt en ce moment que cela se fasse EN DEHORS DE LA MAIN ÉTRANGÈRE ?

    19
    1
    karimdz
    19 juin 2019 - 9 h 31 min

    Ce sont des tentatives des imposteurs sionistes qui tentent de pousser les algériens à protester voir plus, mais nous ne sommes pas dupes.

    Ils peuvent toujours user de leur hasbara…tin, çà ne prend pas chez nous !

    50
    5
    nous
    19 juin 2019 - 8 h 50 min

    je pense que les fausses nouvelles relèvent de la responsabilisée des journalistes qui rapportent n importe quoi sans vérifier les sources et l authenticité ,d autres médias appartenant a des membres du système le font sciemment pour provoquer et déstabiliser la manif et je pense aussi que d autres journaux sur le web sont la solde des turc , qataris ,français marocain,((des amis qui nous aiment bien)) quoi!?!?!
    en plus la sûreté national a les moyens de découvrir l origine des fake news (…)

    27
    3
    Elephant Man
    19 juin 2019 - 6 h 32 min

    À qui profite le crime comme toujours …. aux ennemis de l’Algérie !!

    49
    8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.