Interview exclusive – Abdelaziz Rahabi : «Le socle de l’Etat-nation est en danger»

dialogue Rahabi
Abdelaziz Rahabi. PPAgency

Abdelaziz Rahabi est catégorique : si le dialogue ne se tient pas dans les plus brefs délais, ce sera inéluctablement la confrontation. Et si le changement tarde à venir, c’est parce qu’il «signifie pour beaucoup une perte de la rente», affirme le coordinateur du Forum du dialogue national, tout en soutenant que «le hirak a libéré l’expression et les énergies». Interview.

Algeriepatriotique : Comment évaluez-vous les résultats du Forum du dialogue national dont vous venez de coordonner les travaux ?

Abdelaziz Rahabi : Je suis globalement satisfait parce que nous avons pu convenir d’une plateforme consensuelle qui représente, à mon avis, une amorce de dialogue. Le dialogue doit commencer et ce que nous proposons est juste le début du dialogue et non une sortie de crise. Nous n’avons pas la prétention de proposer une initiative globale et consensuelle. Le consensus reste à faire avec d’autres initiatives. L’objectif du Forum est de participer à la sortie de la crise parce que nous avons pris conscience de la gravité de la situation. Nous vivons un vide constitutionnel, les perspectives pour une solution politique ne sont pas très claires ni visibles et il y a une radicalisation de toute part. L’absence de perspective a créé la crainte et la peur chez les Algériens et je pense que le moment du dialogue entre tous les Algériens est arrivé.

Avez-vous eu des échos du pouvoir concernant votre plateforme ?

Non. Nous n’avons eu aucun signal de quelle que nature que ce soit à part l’accueil favorable des médias publics, globalement.

 Avez-vous eu des échos du hirak ?

Je vous remercie d’avoir posé cette question. Je pense que la question n’a pas été soulevée suffisamment par les médias. La réunion d’Aïn Benian a été consacrée, dans la matinée, aux syndicats et partis politiques et la seconde partie des travaux a été essentiellement dédiée aux jeunes des mouvements associatifs et aux jeunes du hirak qui ont afflué de l’intérieur du pays même pour s’exprimer. J’ai donné la parole à 64 personnes du mouvement populaire et qui ont été très critiques vis-à-vis de la classe politique et très critiques vis-à-vis du pouvoir, mais qui ont fait preuve d’une maturité et d’une responsabilité impressionnantes, surprenantes mêmes. Ces jeunes ont fait la démonstration qu’ils étaient capables d’assumer pleinement la période à venir.

Les jeunes ont pris conscience de leur engagement politique, qu’il ne faut pas compter sur les autres pour aller vers le changement, mais qu’il faut compter sur soi-même, qu’il faut entrer dans le fait politique. Et une de mes plus grandes satisfactions était dans les interventions de l’après-midi. D’ailleurs, il y a eu de très mauvais procès, dans les médias, sur la plateforme d’Aïn Benian. Cette dernière est ouverte et nullement scellée. Elle est négociable. C’est une plateforme qui peut être enrichie. Elle n’appartient pas à un parti, à un groupe politique ou à un groupe associatif ; elle appartient à tous les signataires.

D’où émanent les attaques contre la plateforme ?

Il y a une attaque massive contre le principe même du dialogue. Cette attaque est insignifiante par rapport à son impact, mais elle est dangereuse parce qu’elle renseigne sur des capacités – je ne sais si elles sont nationales ou internationales − de nuire à un processus de dialogue. Nous ne pouvons pas comprendre qu’un Algérien qui vit la crise actuelle puisse rejeter le dialogue comme option de sortie de crise. Ou c’est le dialogue ou c’est la confrontation. Nous, nous privilégions le dialogue pour sauver l’Algérie. Nous privilégions le dialogue pour sauver l’Etat algérien. Je privilégie le dialogue parce que je sais que seule des élections libres et transparentes participeront à l’instauration d’un système démocratique en Algérie. Cela, si un président est élu démocratiquement de façon claire, transparente et sans fraude, qui sera porté par une légitimité des urnes et qui pourra enclencher les premières réformes démocratique de l’Algérie indépendante.

Je ne comprends pas et je ne comprendrais jamais que des attaques aussi virulentes, aussi bien des réseaux sociaux que des médias, puissent viser une dynamique de dialogue destinée essentiellement à trouver une issue à la crise. Et je pense que le dialogue ouvert sans exclusive est la seule solution en ce moment. Et, de toutes les manières, tout a été essayé en Algérie, sauf le dialogue, alors c’est la voie la plus consensuelle, la plus pacifique et c’est la voie qui créé le plus de convergence. Le dialogue est une action portée par les convergences. Il faut arriver à un compromis solide entre toutes les revendications, celles qui sont portées par le hirak, celles qui sont exprimées par la classe politique et la société civile et celles de l’Etat. Comment converger tout cela ? Il faut le faire dans le sens de la responsabilité. Il faut sauver l’Eta-nation, le socle de l’Etat-nation est en danger. Il faut dialoguer est donner le temps au dialogue. Dans notre histoire, nous avons donné suffisamment de temps, trop de temps, à la confrontation. Aujourd’hui, il est l’heure de donner le temps au dialogue.

Des personnalités et des partis politiques n’ont pas pris part au Forum. N’ont-ils pas été invités à y participer ou ont-ils refusé d’y assister ?

Tout le monde a été invité. J’ai principe de ne pas parler au nom des autres. C’est aux autres qu’il faudra demander pourquoi ils ne sont pas venus. Le Forum est un espace pour une initiative ; un espace ouvert à toutes les initiatives. Je l’ai voulu comme espace de dialogue, d’échange et de convivialité et j’ai voulu qu’il soit ouvert à toutes les sensibilités.

Vous me donnez l’occasion de souligner que tous les invités au Forum sont des membres des partis et de la société civile. Moi-même, je n’ai invité qu’une personne, l’imam Aït Aljat qui ne pouvait venir pour des raisons de santé. La société civile et des partis politiques ont participé à l’organisation du Forum. Cet espace n’est pas exclusif et peut être ouvert à d’autres espaces. Nous ne pouvions pas inviter toutes les plateformes. Cela aurait demandé beaucoup de temps, beaucoup de moyens et d’organisation.

Il y a une très forte demande d’expression. Le hirak a libéré l’expression et les énergies. Et il y a quelques espaces d’expressions pour ces énergies nouvelles. Il y a chez certains des formes de proposition exceptionnelles, sensées, fondées, matures, le tout sur un socle patriotique.

Quelle sera la prochaine étape ? Y aura-t-il un autre Forum ?

Je pense que ceux qui ont adhéré à la plateforme d’Aïn Benian – que ce soit à titre individuel, partisan ou associatif − doivent pouvoir faire la promotion de ladite plateforme. Ce n’est pas un cadre exclusif. Il est dit dans le document qu’elle est ouverte à des amendements et à des enrichissements. C’est une base de travail et de dialogue.

Ceux qui n’ont pas assisté au Forum peuvent-ils l’enrichir et y apporter des modifications ?

Bien sûr ! Il faut juste trouver un cadre. Si un débat est engagé entre un parti politique, une personnalité, des élites ou des syndicats avec les forces de l’alternative démocratique, nous pouvons chercher les convergences entre leurs plateformes et celle d’Aïn Benian.

La plateforme d’Aïn Benian appartient à tout le monde. Elle n’appartient pas à un groupe de partis. Elle a été signée par tous les présents, qui étaient au nombre de 700. A ce titre, le document appartient à la collectivité. Il n’est l’apanage ni la propriété de personne. Il est de droit à tous les Algériens qui voudraient y souscrire. Ils ne souscriraient pas à la plateforme en tant que telle, mais ils peuvent souscrire à l’esprit de la plateforme. On peut ne pas accepter ce document dans toute son intégralité, mais on peut accepter l’idée d’aller vers le dialogue pour sortir de la crise. On peut, valablement, accepter l’idée qu’il faut des mesures d’apaisement et des garanties destinées au peuple algérien et, aussi, à donner des signes d’ouverture du pouvoir vers la plate-forme qu’il faut envisager comme le début d’un dialogue.

Etes-vous optimiste ?

Je suis raisonnablement optimiste pour deux raisons. Tous les Algériens qui sortent, comme ceux qui ne sortent pas, ont pris conscience de la gravité de la situation. Aujourd’hui, quand vous sortez, les gens ne vous disent pas de continuer à manifester. Ils disent : «Nous sommes inquiets, trouvez-nous une solution !» Quelle est la solution ? Nous avons probablement vécu une période pendant laquelle les Algériens rendaient uniquement le pouvoir responsable de l’impasse. Aujourd’hui, nous allons finir par être nous-mêmes tenus responsables de l’impasse, parce que nous n’avons pas été suffisamment généreux et parce que nous n’avons pas été capables d’avoir un compromis solide entre nous.

J’ai conscience de la gravité de la situation, j’ai conscience que toute la classe politique et la société civile doivent faire un effort. J’ai confiance en les attentes des Algériens lesquelles sont claires et irrévocables : un système démocratique dans lequel ils auront leur mot à dire, dans lequel ils pourront contrôler les richesses publiques et dans lequel ils n’y aura plus de déni de justice ni de hogra.

Les revendications du hirak sont en elles-mêmes un programme. Un véritable programme électoral pour celui qui voudrait s’engager dans les présidentielles, mais ce sont aussi des indications très claires en direction du pouvoir et en direction de la classe politique. La situation n’est pas simple ni normale. Je pense que nous devons tous avoir un sens de la responsabilité, nous élever à la hauteur de ce que les Algériens attentent de nous. Le temps n’est plus à l’égoïsme. Il est temps pour les plus ambitieux d’entre nous de différer leurs ambitions et de travailler en vue d’une solution la moins couteuse, la moins longue et la plus rapide possible parce que le temps peut favoriser la radicalisation du mouvement.

La légitimité du pouvoir en place est arrivée à échéance. Que va-t-il se passer, selon vous ?

Je pense que nous ne sommes plus dans le débat sur la légitimité du pouvoir. Cette dernière ne s’est jamais posée en Algérie depuis 1962, parce que le problème n’est plus là. Nous parlons de transition démocratique depuis 1962. L’Algérie s’appelle l’Algérie démocratique et populaire, mais nous sommes en 2019 et nous n’avons pas encore construit la démocratie, donc la transition dure depuis 1962. Le débat n’est pas sur la légitimité mais plutôt comment passer cette phase dans laquelle il y a une crise, aussi bien institutionnelle que politique, ce à quoi il faut ajouter la crise économique. Pourquoi ? Parce que nous n’investissons que dans un environnement favorable à l’investissement. Nous investissons quand nous sentons qu’il y a des mesures de confiance et aussi quand il y a une visibilité. Or, ces éléments manquent à l’Algérie d’aujourd’hui.

L’Algérie de 2019 ne présente pas de garanties pour l’investissement et pour la relance de l’emploi. Voilà ce qui est inquiétant. Ajoutons à cela tous les risques que nous vivons à nos frontières. Nous avons sept frontières communes, très longues et très difficiles à protéger, ce qui implique un coût économique élevé et une mobilisation humaine très forte.

Pour résumer, tous les secteurs sont sous pression. Et c’est cela la crise. La crise, c’est quand les Algériens vous disent «nous sommes inquiets !», c’est comme cela que je mesure la crise.

En clair, que risquent les Algériens si cette situation perdurait ?

Si la situation venait à durer, nous entrerons dans une sorte de désobéissance civile qui serait une menace non seulement pour la stabilité du pays, mais pour l’Etat que l’Algérie essaie de construire depuis 1962, un Etat démocratique, un Etat solide. C’est la plus grande des garanties pour les Algériens. Seulement, un Etat ne peut être solide que lorsqu’il est juste. Un Etat ne peut être solide que lorsque les élus seront élus par une légitimité véritablement populaire.

Dans une crise aussi globale que celle que traverse l’Algérie, nous ne pouvons pas analyser les choses de façon sectorielle. La crise, qui est globale, nécessite des solutions globales. La crise que nous vivons aujourd’hui nécessite l’engagement et des concessions de tous. Elle nécessite l’esprit de responsabilité et aussi d’être véritablement à l’écoute des Algériens. C’est ce que j’ai entendu à Aïn Benian quand j’ai donné la parole aux jeunes, qui demandent à être écoutés.

Finalement, il y a très peu d’espace de libre expression en Algérie et notamment à l’intérieur du pays. Alger n’est pas le bon miroir de la réalité algérienne. A l’intérieur du pays, les espaces d’expression sont très limités parce que les walis exercent le pouvoir politique local et il y a dans le système politique algérien actuel énormément de résistance au changement parce que le changement signifie pour beaucoup une perte de la rente. C’est pour cela que la question des mesures de confiance et d’apaisement est posée par toute la classe politique. Elle est posée par l’ensemble des Algériens. Le pouvoir doit monter des signaux véritablement favorables au dialogue, favorable à la normalisation de la situation. Et si la situation se normalise dans des délais très courts, nous pouvons envisager un retour à la normale.

Nous n’avons plus le choix. Je pense que le temps des calculs politiques, des ambitions et de la stratégie de la fragilisation de l’autre et révolu. Nous sommes dans une dynamique démocratique irréversible parce qu’elle est portée par le peuple, car la seule garantie que nous avons dans cette dynamique irréversible c’est le peuple et personne ne peut donner des garanties à part le peuple. C’est grâce au peuple que nous avons pu recouvrer cette liberté d’expression, cette dignité et cette fierté.

Faudra-il attendre «mardi» pour connaître la réponse du pouvoir ?

Notre plateforme est avant tout destinée aux Algériens. Elle est destinée essentiellement à ceux qui ont peur pour leur pays et à ceux qui ont une volonté sincère de participer à la sortie de la crise. L’histoire et Dieu jugeront. Ceux qui ne sont pas d’accord avec nous sont aussi sincères. Je ne ferai un procès d’intention à personne. Je dis seulement que la voie du dialogue est la voie la moins coûteuse et la moins longue pour arriver à une solution en Algérie. Il n’y a pas que la plateforme d’Aïn Benian. Il y en a d’autres. Nous devons tous travailler ensemble pour faire converger ces plateformes.

Dans mes contacts avec toutes les forces politiques, j’ai senti deux choses : j’ai senti une très forte détermination à sortir de la crise mais pour instaurer un système démocratique uniquement. J’ai senti aussi l’absence de confiance envers le pouvoir politique. Ceci s’explique par les 58 dernières années. Il est très difficile de construire une confiance entre un peuple et son système quand vous connaissez la nature de votre système. Cela demande du temps et je n’espère pas beaucoup. Les Algériens n’ont pas confiance et si la confiance n’est pas instaurée, il sera difficile d’envisager des élections dans des délais raisonnables. Nous devons tous travailler pour instaurer la confiance.

Comment faire pour converger les exigences du peuple, de la classe politique et du pouvoir ?

C’est la responsabilité de la classe politique, du pouvoir, des patriotes algériens. Et les Algériens sont tous patriotes. Ils ont chacun sa façon de s’exprimer. Ils s’expriment dans la diversité, mais ils sont fondamentalement attachés à leur pays et à la stabilité de leur pays.

Nous devons observer les expériences de déstabilisation qu’il y a eu dans le monde. Tout peut arriver à n’importe quel moment si ne n’entrons pas réellement dans une dynamique de dialogue et d’apaisement. Une dynamique de dialogue, d’apaisement et de recherche de compromis solide, c’est la responsabilité de tout le monde, pas seulement de l’armée, pas seulement de la classe politique et pas seulement de hirak, mais de tous.

Poursuivrez-vous vos contacts avec les personnalités et les partis politiques ?

Je continuerai, à titre individuel, avec ceux qui partagent mes convictions sur la nécessité de travailler pour sortir le pays de l’impasse politique. Je continuerai à travailler, à essayer d’élargir cette plateforme et à jeter des passerelles avec les autres initiatives. Je le ferai avec tout le monde, y compris avec les autres partis politiques qui n’ont pas participé au Forum. Egalement, avec les récalcitrants au dialogue, parce que nous avons besoin de nous parler pour nous comprendre. Nous ne savons pas nous parler.

L’Algérie a été dirigée par une logique de rapport de force depuis l’indépendance, depuis la Guerre de libération. C’est le rapport de force qui a prévalu dans la détermination des politiques. Il faut que le dialogue prenne la place de l’esprit de confrontation et c’est la responsabilité de tout le monde. Ce que je dis n’est pas un discours politique de principe ; il procède essentiellement de ma crainte de voir mon pays persister dans la crise, de voir mon pays soumis à des pressions internes très fortes, de voir mon pays tourner le dos au dialogue et retourner à l’esprit de confrontation.

Ce qui me rend véritablement optimiste, c’est l’attachement des Algériens à leur pays. Je sais qu’à un moment, la raison et le bon sens prendront le dessus parce qu’il ne s’agit pas de sauver un système, mais il s’agit de sauver un pays. Cela, tout le monde en est conscient.

Interview réalisée par Mohamed El-Ghazi

 

Comment (85)

    Houbib said
    13 août 2019 - 6 h 13 min

    Malheuresement personnes en algerie est capable de dialoguer a part ceux qui ont l algerie au coeur que cela soit le hirac ou les partis dit democratique et encor moin l armee ne sont en mesurent de convenir ne serais-que sur un point d’entente cela permet aux ennemies de mon pays de jeter de l’huile sur le feu afin d’esperee la libyanisation de l’Algerie.

    ZORO
    11 juillet 2019 - 15 h 32 min

    A CHELABI
    N ESSAYE PAS DE FUIR LA QUESTION JE DISAIS QU IL EXISTE PRES DE CHEZ NOUS UN MARABOUT ORIGINAIRE DE ZWAWA QUI S APPELLE SIDI ZWAWI
    PAR CONTRE IL N EXISTE PAS DE TRACE DE SIDI AMAZIGH EN AFRIQUE DU NORD EN AFRIQUE OU DANS CE MONDE .CE MOT AMAZIGH EST UNE NOUVELLE CREATION A TRAVERS LAQUELLE VOUS VOULEZ VOUS FAIRE PASSER POUR DES HOMMES LIBRES??? C EST CLAIR ET NET .ET CELUI QUI PEUT PROUVER LE CONTRAIRE IL N A QU A ECRIRE.
    SIGNEZORO…Z…

    12
    8
      Anonyme
      11 juillet 2019 - 16 h 59 min

      Je te croyais un peu plus intelligent. Mais voilà que tu répètes la même sornette comme si tu en étais fier. Je n’ai pas fui la question. …

      3
      3
    ZORO
    11 juillet 2019 - 11 h 04 min

    A Chellabi et Mello
    Pour moi je lai souvent dit sur ce site le mot AMAZIGH ne veut rien dire les gens que j ai cotoye dans ce pays s appelaient zwawa beni mzab ,chaouia ,des tribus berberes chacune a sa spécificité. Le mot amazigh a ete cree en concomitance avec la forchitta par l acabemie berbere dans le but d instaurer TAMESKHART au detriment du MAGHREB ARABE qui leur tenait a la gorge..Pres de chez moi existe un marabout SIDI ZWAWI originaire de ZWAWA que nos gens continuent a visiter pour ses karametes, je vous defie Mello et Challabi de me trouver dans toute l afrique du nord un marabout nommé. SIDI AMAZIGH issu de TAMESKHART😁😁😁😁😁
    BARKANA METMESKHIR YA SAHBI MELLO
    SIGNE ZORO. …Z……

    63
    18
      Chelabi
      11 juillet 2019 - 11 h 56 min

      Désolé, je ne peux t’en citer aucun. Je ne suis pas un adepte des marabouts et je ne leur reconnais aucune karamet. Moi j’adore Dieu et ça me suffit.

      9
      62
      Lghoul
      11 juillet 2019 - 14 h 07 min

      « Amazigh pour ne veut rien dire! ou dire ? Que representes tu ? Et APRES ? Le plus important est que les algériens savent qui ils sont. Une chose est SURE: Tes amis et frangins chamelier qui paniquent n’arriveront ni a nous changer en quelque chose que nous ne sommes pas ni a nous diviser: UNE CERTITUDE Ya ZERO !

      8
      58
        ZORO
        11 juillet 2019 - 15 h 20 min

        CA NE SERT A RIEN LA FUITE EN AVANT MONSIEUR L HOMME LIBRE ( et depuis quand??? DEPUIS 70 ?
        DEPUIS QUE l ecrivain de NEDJMA (prenom arabe) A CHOISI A SON FILS LE PRENOM AMAZIGH et avant ca ? NOTHING ,sais tu aussi qu il avait choisi un tres joli pseudo dans cette SUPERBE LANGUE ARABE pour sa propre personne a savoir: KATEB YACINE
        Connais tu ya elghoul le vrai nom de KATEB YACINE qu il vous a caché????
        SIGNEZORO….Z….

        11
        5
          ZOroh ! commt. 15h20mn
          11 juillet 2019 - 20 h 14 min

          Je vous sens un peu Serbe adepte du nettoyage ethnique.
          On vous mariera avec Naïma, vous ferez beaucoup d’enfants qui remplaceront tous ceux que vous détestez !
          Aâmmi Salah viendra vous bénir pour service rendu à la nation. Exulte Zorrrrrrrrrrrrrrrrrrooooooooooooooh !!!!!!!!!!!!

          1
          5
      Anonyme
      5 septembre 2019 - 2 h 40 min

      Rectificatif .Tu veux t’appeler Zorro je n’ai pas de problème avec ça ni moi ni tous les lecteurs qui te lisent. Par contre laisse la paix aux autres .Ils ont le droit de s’appeler comme ils veulent du moment que le dénominateur commun et L’Algérie ce qui est le cas .Tu possèdes un discoure pas correct irréfléchi, et offensant tu attaques tes compatriotes et tu es insultant pour une grande partie de la population. Ressaisi toi ce n’est pas le moment à moins que tu aimes ça la provocation.

    Mme CH
    11 juillet 2019 - 1 h 47 min

    Qui a désigné cet ancien dinosaure pour présider ce dialogue qui n’a rien de national…?? Selon certaines déclarations, cette réunion a été un fiasco monumental… Des absents, du mépris pour certains jeunes qui ont participé….et si les uns rejettent les autres dès le départ, alors il n’y aura pas une sortie de crise…!! Tout le monde (sans exception) doit participer au dialogue national et se mettre d’accord sur un seul principe pour le moment : l’élection d’un président et tout ce qui va avec…! Il n’y a pas d’Algériens plus algériens que d’autres…(sauf les harkis et les traîtres)…!

    18
    11
    Observateur
    11 juillet 2019 - 0 h 23 min

    Les personnes farouchement contre le dialogue cherchent inévitablement la confrontation et l’affrontement. L’Algérie n’est pas isolée de son espace géostratégique; l’ingérence étrangère est inévitable dans le cas de confrontation. On peut spéculer que l’objectif des anti-dialogues c’est l’internationalisation de la crise politique nationale. L’exemple libyen et syrien sont là devant nous…Les antagonistes de la crise syrienne (pouvoir et opposition) ne dialoguent mais s’affrontent sur le terrain. Si il y a dialogue, il est entre les intermédiaires et acteurs régionaux (Iran, Qatar, Turquie Israel) et internationaux (France, USA, Russie)…L’ironie, c’est les turques, les russes et les iraniens qui parlent de la future constitution syrien…

    L’objectif unique du dialogue est l’organisation d’une election présidentielle transparente, ouverte et démocratique dans les plus bref délai. Le future président de la république aura une légitimité incontestable devant le monde entier.

    Il faut impliquer les jeunes du hirak dans l’organisation, la surveillance et la transparence du scrutine. Rendre le vote obligatoire. Voter devant le publique et non dans un isoloir (on peut compter les voix pour chaque candidat en temps réel). Mettre au pied des comités de citoyens pour surveiller les urnes. Enfin, innover des moyens pour prévenir la fraude…

    Avec intelligence, il faut débusquer les gens, les partis et les personnalités qui refusent le dialogue et cherchent la confrontation, les mettre sous la lumière de la raison pour connaitre leur finalité…

    18
    11
      2ème république
      11 juillet 2019 - 6 h 54 min

      « L’objectif unique du dialogue est l’organisation d’une election présidentielle transparente » sans blague!! et tu crois que Bedoui et le ministre de l’intérieur te laisseront comme ça la présidence sans toucher aux chiffres?? Aucun algérien sensé ne croit à ça, aucun! En 2014 18% des algériens ont voté … Le résultat final publié était 50,7%. Va faire ta propagande ailleurs…

      17
      12
    Anonyme Utile
    10 juillet 2019 - 23 h 44 min

    Rahabi n’a jamais été mandaté ou choisi ni par le Hirak ni par le peuple ni par les personnalités en qui le peuple a entièrement confiance ni par les partis politiques, pour présider la conférence nationale.

    Rahabi fait partie du système Bouteflika et plus précisément de Hizb Franssa, preuve à l’appui. Il a été le bras droit de l’autre traître Lakhdar Brahimi, fils de caïd traître. Le Hirak et le peuple Algérien ont déjoué le complot Franco-sioniste et Lakhdar Brahimi a échoué lamentablement et a disparu de la scène Algérienne.

    Et Rahabi a été mis en réserve de Hizb Franssa, preuve à l’appui, pour régénérer le système Bouteflika, comme le prouvent les manœuvres derrière le rideau des résidus du système Bouteflika, qui travaillent pour la France officielle néocoloniale, et qui sont derrière la nomination de Rahabi, propagée avec la complicité de certains médias Algériens au service de la France officielle, omme si cela est la décision officielle. Et le plus grave, c’est que tout cela se passe avec le silence assourdissant de Gaïd Salah, synonyme d’approbation. La complicité de Gaïd Salah ne laisse aucun doute.

    Rahabi n’a présenté aux représentants du Hirak, du peuple et de l’opposition aucune feuille de route de la conférence ni même aucun ordre du jour pour cette conférence nationale CADUC. Dans le bluff le plus total, Rahabi s’est auto-proclamé président de la conférence nationale en toute illégalité.

    Ce qui explique l’absence à cette pseudo conférence de la quasi totalité des personnalités en qui le peuple a confiance, de l’opposition et des partis de l’opposition.

    Le GRAND MOUDJAHID Lakhdar BOURAGRÂA, commandant de la IV région militaire historique a dénoncé ce complot. Et c’est pour cette raison que Gaïd Salah l’a incarcéré illégalement.

    Tout ce qu’a dit Rahabi est un tissu de mensonges, du Bluff et de la politique politicienne.

    Le PEUPLE ALGÉRIEN est uni et solidaire, il l’a prouvé et le monde entier l’a vu et le prend en EXEMPLE.

    Ce ne sont les bobards d’un traître comme Rahabi, qui changeront quoique se soit.
    IL NE FAUT ACCORDER AUCUN CREDIT AUX PROPOS DE RAHABI.

    Le HIRAK doit absolument faire dégager le traître Rahabi, un des verrous de la démocratie et le plus rapidement possible. C’est URGENT.

    VIVE LE PEUPLE ALGÉRIEN ET VIVE LA NOUVELLE RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE.

    11
    15
    Anonyme
    10 juillet 2019 - 21 h 04 min

    Il a raison Il nous faut un état militaire et non civil. Abane et BenMhidi se sont trompé et ceux qui pense comme eux sont des traîtres.

    6
    18
    Vroum Vroum 😤..
    10 juillet 2019 - 20 h 00 min

    Oui il y a un plan d’ensemble Remodelage du Moyen-Orient Élargit jusqu’en Afrique du Nord , le Plan Israël /USA lancé depuis 2011 dont la Destruction des Tours Jumelles à New York , on se souvient de Bush et son prétexte  » la guerre contre le Terrorisme  » , le Fameux 11/9 wtc a été le point de départ , invasion de l’Irak et Afghanistan..et depuis cela ne s’est jamais arrêté !!.. Puis l’arrive de Africom (Otan) au Sahel ..Le Général Américain Wesley Clarck parlait à l’époque de la déstabilisation de 7 Pays Musulmans dont l’Iran en finalité . . On a constaté qu’en vertu de Guerre contre le Terrorisme islamiste Wahabite (Alkaida ) , c’est bien ceux-ci qui furent instrumentalisé pour executer le plan Remodelage du Moyen-Orient Élargit jusqu’en Afrique du Nord…Destruction de la Libye en alliance avec les Frères Musulman /Otan , suivi de la Syrie par Terrorisme islamiste Wahabite interposé , on se souvient de la Photo du Sénateur John McCain en Syrie avec les Chefs Terroristes dont Abdelkrim Belhadj de Alkaida..De Guerre contre le Terrorisme celà à tourné en soutient au Terrorisme islamiste par ceux-là mêmes sensé le combattre sous le faux motif , soutient à « l’opposition Modérée en Syrie « …Voilà pour l’ensemble…Donc pour ce faire à ce Remodelage du Moyen-Orient Élargit jusqu’en Afrique du Nord , il est clair que sans la complicité des Monarchies du Golfe et la ‘ » Bénédiction  » des Chouyoukhs Wahabite des Saouds , et aussi Erdogan Turquie Frères islamiste membre de L’Otan sioniste et Bénédiction du frère Qardawi , Ghanouchi , ce plan Diabolique Remodelage du Moyen-Orient Élargit jusqu’en Afrique du Nord n’aurait jamais pu ce faire !!!…Concernant l’Algérie , les instruments de l’OTAN Sionisme sont les Islamistes Frères Musulman de Rachad de Dhina ex FIS basé en Suisse et Zitout et Al Maghribya Ben Chenouf basé à Londres , avec leurs relais en Algérie pour soit déstabiliser le pays ou prendre la tête du Hirac , ..Le But des Frères Musulman du Faux Djihad est d’instaurer un Califat partant du Moyen-Orient à l’Afrique du Nord . . Ce Califat serait inclus dans le Plan vaste Zone Géographique sous autorité Usa OTAN Sionisme . . Si ce plan est en Échec c’est grâce à Allah en premier et Iran pour le Moyen orient et Algérie en Afrique du Nord et bien sûr l’intervention Russe en Syrie . . Si ces deux Pilliers Iran /Algérie venaient à tomber alors on pourra dire que l’objectif Remodelage du Moyen-Orient Élargit jusqu’en Afrique du Nord aura réussi par l’intermédiaire des Islamistes Frères Musulman ou plutôt faux Musulmans . . Et si le Califat abouti , alors une Guerre interne au Califat aura lieu entre les Saouds Wahabisme et Erdogan Turquie Frères islamiste , le prolongement naturel du contentieux , de la Dislocation du Califat Ottoman par les Wahabites dit Salafistes aidé en celà par les Britanniques ..Qui sera le Calif !!? ..En conclusion , oui l’Algérie est toujours une Cible pour l’OTAN Sionisme /Islamistes Frères Musulmans . . Notre Rempart contre ce plan Diabolique est bien notre valereuse ANP et son État Major et nos Services Sécurité qui jusqu’à présent nous ont protégé de ce fléau . . On peut constater l’acharnement actuel de l’OTAN Sionisme USA Gb Israël contre l’Iran … L’Iran est le pilliier au Moyen-Orient et Algérie le Pillier en Afrique du Nord .. Le danger est reel . .

    16
    5
      Complotite aiguë
      11 juillet 2019 - 6 h 58 min

      @Vroum vroum et en français ça donnerait quoi?

        Vroum Vroum 😤..
        11 juillet 2019 - 23 h 48 min

        @Complotite aiguë… Si tu es ignorant et bouché c’est ton problème . . Le comploteur hypocrite c’est toi , car si tu es un peu instruit , et comprend les enjeux internationaux ce sera mieux pour toi . . @Comploteurs aigu , soit tu es ignorants ou tu joues les idiots qui cherchent à noyer le poisson..tu sais pertinemment que mon analyse tient debout , pertinente et c’est ce qui te fait peur . . On a compris votre jeux malsain et diabolique , dit à ton Otan Sioniste et Frères Musulman du Faux Djihad que vos masques sont tombés , vous êtes un vrais danger ..Je continuerai toujours à faire tomber vos masques cher Hypocrites aigu . . Tu sais que ce que j’ai écrit est Vrais, , et je maîtrise parfaitement le Français .. alors lis et tais toi … Je sais que mon Analyse sur le plan diabolique de ton Otan Sioniste et Frères Musulman du Faux Djihad te fais trembler . .Tant mieux .

    ZORO
    10 juillet 2019 - 19 h 43 min

    QUE CEUX QUI SE DISENT AMAZIGH ET QU AUCUNE LOI NE LES EMPECHE DE BRANDIR LEUR DRAPEAUX ,QU ILS SACHENT QUE LES ARABES DE CE PAYS PEUVENT AUSSI CONCEVOIR UN OU DES DRAPEAUX ET LES BRANDIR A LEUR CONVENANCES, CE QUI MENERA INEVITABLEMENT A LA FAOUDA.DONC S ILS VOUS PLAIT NE JOUEZ PLUS AUX PROVOCATEURS GARDEZ VOS EMBLEMES ET LES STATUES DE VOS IDOLES DANS VOS MAISONS L ESPACE TERRIEN ET AERIEN DE L ALGERIE N APARTIENT QU A UN SEUL DRAPEAU.CELUI DE NOS CHOUHADDAS
    SIGNEZORO…Z…

    21
    19
      Chelabi
      11 juillet 2019 - 9 h 07 min

      Ya si zorro. Est ce que tu es vraiment sérieux ou tu fais semblant. Je vais essayer de rester courtois ne sachant pas si tu fais le troller ou si tes convictions concernant les Amazigh sont réellement ancrées en toi. Restons dans le comique. Comment feras tu pour éliminer le drapeau Amazigh de toute la Kabylie et de tous le sud algérien. Je peux te voir en Zorro masqué mais je ne t’imagine pas en hercule au (12 + 2) travaux

      10
      28
      MELLO
      11 juillet 2019 - 10 h 09 min

      En parfait connaisseur , tu disais que l’embleme Amazigh n’existe pas et maintenant tu nous donnes des « ordres » pour l’accrocher a l’interieur de nos maisons. C’est genial !! Ta vision irrationnelle va jusqu’a vouloir faire chanter les oiseaux en arabe .
      Ne t’en fais pas le coeur de chaque Amazigh est bien plus vaste pour accueillir et son emblème , ses idées et ses projets.
      Mais sachez , toi et tes semblables , que vous ne ferez pas de nous -Amazighs- des indiens d’Amérique ou d’Amazonie.
      Il y avait suffisamment de sagesse dans la pensée philosophique , durant la période antique pour permettre de vivre ensemble malgré les différences.

      7
      5
      Lghoul
      11 juillet 2019 - 13 h 30 min

      Tout ce qui touche de pres ou de loin l’Amazighité rte rend malade car tu es pressé par tes frangins chamelier pour nous enterrer. Alors tu pourras leur dire que nous serons toujours la pierre pointue, qui fait mal dans le soulier de tous nos détracteurs et des des diviseurs du peuple algérien pour exploiter les richesses du pays a leur guise. Sachez une chose, nous serons toujours la pour defendre et nos droits et l’Algérie. Y’en a marre des mercenaires et des naturalisés de la derniere pluie.

      2
      1
    Soldat Schweik
    10 juillet 2019 - 19 h 34 min

    Les evenements s’enchainent et les masques tombent un a un et tant mieux… il y’a panique a bord et les « rois » sont nus
    La junte militaire dictatoriale et mafieuse des gininars ne sait plus sur quel pied danser.
    En effet, face au desaveu infligé a ses serakines-heggarines par le tsunami populaire depuis 4 mois, le chef du clan symbolisé par le plus vieux soldat du monde AGS vient de sortir du bois et de se mettre a nu en menacant tout ceux et toutes celles qui ne se range pas derriere lui et sa « issaba » comme ce journaliste d’el yatima quia participé a la derniere reunion de ain beniane pour trouver une « solution ».
    Ces harkis sont prets a mettre le feu au pays afin de sauver leurs tetes et leurs avoirs mals acquis.
    Il est grand temps pour le peuple de se preparer afin de se lancer dans l’assaut final et envisager toutes formes d’actions pacifiques en dehors des marches hebdomadaires.
    L’heure H est arrivé… ou bien l’Algerien se libere définitivement de cette junte mafieuse en prenant ses responsabilités et en faisant des sacrifices… ou bien alors on est foutus pour encore des decenies et l’algerie sera définitivement enterée.
    When to free Tahya el DZaier… Gloire et paix eternelle a tout nos martyrs de tout les temps

    9
    6
    MELLO
    10 juillet 2019 - 19 h 30 min

    Lorsque Saadi parle d’un projet libyen en Algerie tous les volcans se réveillent en crachant leur feu , mais quand c’est Rahabi qui parle d’un danger sur le socle de l’Etat nation , tous ces volcans sommeillent pour laisser place a une fumée sans risque.
    Que c’est beau la politique en Algerie!….

    10
    5
    Révolution 2.0
    10 juillet 2019 - 19 h 02 min

    Chers concitoyens algériens, il faut se préparer à autre nouveau 22 février du type 2.0 ! Il nous faut une autre révolution plus corsée car le 22 février 2019 n’a pas été suffisant hélas et pourtant on y a mis notre cœur, nos tripes durant 20 semaines de manifestation pour sauver le pays.

    Que le hirak reprenne de nouvelles forces pour une autre forme de combat que les marches car le pouvoir Bouteflika, le système Bouteflika, le système FLN de 62 est toujours là et s’est renforcé avec un Gaid Salah qui nous amuse , qui amuse la cour la cour et ses courtisans avec les emprisonnements par téléphone et ses discours sans consistance et sans vision politique ! Gaid veut sauver sa peau et nous on veut sauver l’Algérie. On n’a pas les mêmes objectifs. Il nous faut beaucoup plus d’imagination, de solidarité et une autre stratégie de lutte beaucoup moins veloutée et moins molle car Gaid est plus que dangereux pour le hirak, le pays et la paix civile !

    Bon courage et que le combat s’intensifie plus que jamais !

    23
    31
      Anonyme
      10 juillet 2019 - 20 h 38 min

      Tiens une hyène marocaine en mission qui appelle à l’émeute et au désordre.
      Un algérien digne de ce nom ne fait pas de tels appels. ..
      Alors un bon conseil : va d’abord renverser yon roi pédophilie et sioniste et ensuite vient nous parler…
      GS maintiendra les frontières fermées et continuera à vous haïr et à soutenir le polisario!

      Dégage sale marochien!

      19
      9
    Karim
    10 juillet 2019 - 19 h 01 min

    Nous sommes comparables aux gens du bateau racontés dans le hadith du Prophète Mohamed (SWS).Certains se sont retrouvés sur le pont du navire, les autres dans la cale. Ceux du bas ont décidé de creusé un trou pour récupérer de l’eau. Si ceux du pont supérieur les laissent faire, tout le monde fera naufrage ; mais s’ils les empêchent, tout le monde seraient sain et sauf.

    14
    7
    Chelabi
    10 juillet 2019 - 18 h 46 min

    J’ai lu le discours que vient de faire Gaid Salah avant de lire l’interview de Rahabi. Je suis sans voix.
    La plateforme de Ain Benian dont parle Rahabi a satisfait toutes les demandes de Gaid Salah, notamment en ce qui a trait à l’élection présidentielle et le rejet de toute forme de transition. Les seuls points de contentieux étant le départ des 2 B et la libération des prisonniers d’opinion.
    Cette plateforme ouvrait une porte à Gaid Salah pour accepter le principe de négociations en ce sens qu’en bout de ligne, il n’aurait pas lâché sur l’essentiel.
    Le mandat de Bensalah, venant à échéance, lui donnait l’opportunité de le remplacer par quelqu’un d’autre qui aura à choisir un nouveau chef de gouvernement. Ainsi, le point de contentieux sur les 2 B aurait disparu de lui-même.
    Le second point de litige étant la libération des prisonniers d’opinion. Sur ce point précis, il est utile de rappeler qu’aucun article du code pénal ne pénalise le brandissement du drapeau amazigh. Plus encore, l’article 4 de la constitution consacre l’identité amazigh du peuple algérien et la langue amazigh comme étant l’une des 2 langues officielles. Le principe de droit aurait été que toute personne qui dénigrerait l’identité et les symboles de la culture amazigh (à l’instar de naima Salhi et de ses affidés) serait poursuivie par la loi pour atteinte à l’unité nationale. C’est exactement le contraire qui se produit sous nos yeux ! Ce que consacre Gaid Salah, de fait et en vertu de ce qui se fait, c’est le non-droit. Il emprisonne ceux qui sont en phase avec la constitution et soutient ceux qui sont pour la division des algériens.
    Mes amis, le discours de Gaid Salah n’augure rien de bon. Je pense qu’en bon chaoui ( et toute mon affection pour les chaouis), il est dans cette logique de Maaza walaou Tarat. Il ne lâchera pas d’un iota car il est dans une situation de fuite en avant qui ne lui permet plus de raisonner. Et pour cause, dans son discours d’aujourd’hui, il poursuit son dénigrement du mouvement révolutionnaire, pensant toujours que ce dernier est manipulé par les restes du clan Toufik. Il persiste à dire que les porteurs de drapeau amazigh insultent les algériens. Il ne reconnait pas le statut de prisonniers politiques pour ces gens arrêtés injustement, dont Bouregaa. Il s’en prend violemment à ceux qui appellent à un pouvoir civil et refusent la mainmise des militaires sur le destin des algériens. Et comme cerise sur le gâteau, il vient de voler au secours de Bensalah, l’ami inconditionnel de Bouteflika et du clan Bouteflika (allez comprendre quelque chose) en disant que Bensalah avait raison et faisait bien les choses. Ce qui constitue un gage pour la prolongation du mandat de Bensalah à la chefferie de l’État et un affront sans précédent au Hirak qui demande son départ depuis au moins 4 mois maintenant
    Si la plateforme de Ain Benian, malgré toutes les concessions faites au système, ne semble pas satisfaire le chef d’état major et si ce dernier refuse de dialoguer avec les plus modérés du Hirak , c’est que GS veut passer en force quitte à provoquer une confrontation sanglante avec le peuple.
    Nous ne savons pas réellement si Gaid Salah est en train de jouer un poker menteur et que ses discours n’engagent que lui et certains généraux qui gravitent autour de lui ou bien exprime t-il la position de l’armée dans son ensemble. Si l’armée ne partage pas cette posture de GS, c’est à elle de régler ce problème car le peuple n’a pas le pouvoir de le faire. Maintenant, si l’armée est totalement en phase avec le chef d’état major alors il est clair que les semaines à venir seront chaudes et l’Algérie entrera inévitablement dans une phase dont on sait comment ca commence et on ne sait pas comment ca finit.
    Allhuma Aalayka bidhalimine wa aabadati attaghout. Wa akhud houm akhda aazizine moqtadar. Inahum lane youaadjizouka.

    25
    117
      Argentroi
      10 juillet 2019 - 21 h 28 min

      Ce discours annonce l’état d’urgence et la décantation politique va s’accélérer ces jours-ci ! C’est l’été de tous les dangers.

      4
      6
      Chelabi
      10 juillet 2019 - 23 h 54 min

      Allez-y kachir, pouces en bas à gogo. Et surtout n’y allez pas de main morte. Lorsque la seconde république naîtra, nous prendrons les dispositions qu’il faut pour mettre hors d’état de nuire tous ces moucherons qui empêchent le peuple de choisir son destin

      9
      47
        La roue tourne pour les moqueurs.
        11 juillet 2019 - 13 h 52 min

        @ Chelabi
        10 juillet 2019 – 23 h 54 min
        Viendra le jour où toi aussi tu mangera du cachir comme nous.
        La force de te moqué de nous qui n’avons pas les moyens d’acheter de la viande.
        Crois moi la roue tourne avec la justice d’Allah .
        Tôt où tard tu seras à nôtre place et peut être nous à la tienne.
        Nous mangerons de la viande une fois par semaine et plus jamais de cachir.

        14
        1
          Chelabi
          11 juillet 2019 - 23 h 08 min

          Insha allah rabi yaftah aalik ou yarzqak. Innahou houwa Errazzak. insha allah tbarka man khadmat edhoubab. Innaha
          Aamal ghayr sàah. Yankourouhu allah li anahou kadhib aala kadhib. Dhouloumat fi eddounia wa naroun fil akhira

    Révolution 2.0
    10 juillet 2019 - 18 h 40 min

    Ya el khaoua , il faut se préparer à autre nouveau 22 février du type 2.0 ! Il nous faut une autre révolution plus corsée car le 22 février 2019 n’a pas été suffisant hélas et pourtant on y a mis notre cœur, nos tripes durant 20 semaines de manifestation pour sauver le pays.

    Que le hirak reprenne de nouvelles forces pour une autre forme de combat que les marches car le pouvoir Bouteflika, le système Bouteflika, le système FLN de 62 est toujours là et s’est renforcé avec un Gaid Salah qui nous amuse la cour et ses courtisans avec les emprisonnements par téléphone et ses discours sans consistance et sans vision politique ! Il nous faut beaucoup plus d’imagination et une autre stratégie de lutte beaucoup moins veloutée et moins molle car Gaid est plus que dangereux pour le hirak, le pays et la paix civile !

    18
    28
      chelabi
      10 juillet 2019 - 19 h 43 min

      Il faut tout faire pour rester calmes et faire en sorte que la révolution reste pacifique. Nous ne voulons pas d’une confrontation avec l’armée. les soldats de l’armée sont nos enfants. Ils vivent les mêmes frustrations que nous. Ces soldats ont des parents, des amis, des voisins qui font partie du peuple profond. Si le haut commandement de l’armée veut tenter l’aventurisme, ils en porteront l’entière responsabilité. Pour ce qui nous concerne, restons zen. Gardons le cap pour faire valoir nos revendications légitimes et restant pacifiques. Nous gagnerons Insha Allah car nous sommes dans le vrai et dans le juste!

      6
      27
      Vroum Vroum 😤..
      10 juillet 2019 - 22 h 27 min

      @Révolution 2… et si tu allais faire tes révolutions ou plutôt déstabilisation chez Toi , tu nous rendrais un sacré service . . Et tu crois qu’on va t’écouter , non mais tu rêves !!.. On aime trop notre Algérie pour nous faire manipuler par des Agents de ton genres
      ..Dis nous pour qui tu travailles et on te diras qui tu es ?.. . Aller , passe ton chemin !!

      19
      6
    karimdz
    10 juillet 2019 - 18 h 26 min

    Les algériens sont des patriotes jaloux de l indépendance et de la souveraineté de leur pays.

    Quand le pays est en danger, il se lève comme un seul homme.

    Je ne crains aucun danger à ce niveau là. Ceux qui ont à craindre, sont ceux qui sèment la division et nous menacent.

    56
    14
      2ème république
      10 juillet 2019 - 19 h 26 min

      @Karim  je suis d’accord avec toi « Ceux qui ont à craindre, sont ceux qui sèment la division » comme par exemple un certain GS qui n’a vu qu’un peuple uni comme jamais pendant 17 vendredis et qui a subitement tenté de le diviser en emprisonnant des jeunes ayant revendiqué une amazighité reconnue par la constitution!!!

      12
      19
    Citoyen Dz
    10 juillet 2019 - 18 h 24 min

    Quand comprendront-ils enfin que le problème n’est absolument pas le pouvoir ( actuellement l’armée ) , qui ne cesse de les supplier d’aller vers des élections , pour les départager , et qu’il n’ y a aucune autre issue , surtout pas ces forums , conférences , réunions ( et autres propositions de personnalités , aussi farfelues les unes que les autres ) , qui ne sont que pure perte de temps et fatalement pourrissement de la situation ? . Je comprend qu’ils soient tétanisés par le hirak , mais c’est a eux de savoir les convaincre en faisant de la pédagogie politique et en leurs expliquant qu’ils ( le hirak ) sont en train de commettre exactement la même erreur que nos anciens moudjahids avec leurs slogans : yak hna li djabnaha ( sous entendu , yaw hna naklouha ! ) .

    10
    10
    L'armée dout passer à la vitesse supérieure sans s'il vous plaît.
    10 juillet 2019 - 18 h 19 min

    Si rien ne bouge.
    Il faut que l’armée impose un president.
    Ali Benflis.
    Puis parmi les jeune du HIRAK les plus intelligents de par le cursus des études qu’ils auront accomplie chacun.
    D’après une liste établi des étudiants en possessions de diplômes et après vérifications du réel niveau de chacun conformément à leurs diplômes.
    Ces étudiants du HIRAK seront les futurs députés sénateur ministres .
    Jusque des élections présidentielles soient organiser et appliquée.
    Où bien le provisoire restera définitive.

    3
    16
    Anonyme
    10 juillet 2019 - 17 h 00 min

    Pourquoi inviter un sponsor religieux comme Ait Aldjet du Fis pour mener le dialogue??
    Là je n ai pas compris le sens de l invitation de ce personnage ,la seule par Rahabi!!!
    N a t il pas eu assez de partis basés sur la religion pour mener ce débat ?
    La religion n a rien à voir dans la politique ,cela relève de la sphère privée ,rien que pour ça je suis déçu par l objectif de ce dialogue…
    Mais Rahabi n a fait que précéder les desiratas des maîtres actuels qui viennent de placer au perchoir Le Bras droit de Mahmoud Nahnah le scieur islamiste de poteaux…

    13
    6
    Brahms
    10 juillet 2019 - 17 h 00 min

    C’est normal, il y a 400 milliards de dollars qui dorment à l’étranger. Vous êtes en réalité la cause et les conséquences des problèmes des algériens. Dans la vie, il faut être juste et loyal, point barre. Il faut faire son travail de façon professionnel et ce, chaque jour et ainsi tout ira pour le mieux mais si vous faîtes n’importe quoi, de la fraude, de la corruption en mettant la ou les fautes sur les autres, automatiquement le pays coulera. Dans la vie, tout le monde se rend des services mutuellement mais si on fait n’importe quoi dans son domaine forcément on créé des problèmes.
    Imaginons que le Boulanger fasse des baguettes de pain à 100 grammes au lieu de 250 grammes afin d’arnaquer ses clients, qu’il mette la moitié des ingrédients afin de gagner plus d’argent. Que le facteur distribue que la moitié du courrier puis jette le restant du courrier à la poubelle afin de finir plus tôt sa journée etc.. etc.. etc…

    7
    1
    Mea Culpa car la situation vire au rouge !
    10 juillet 2019 - 16 h 24 min

    Waouh, l’actualité politique s’emballe et vire au rouge. Je viens de lire le discours de Gaid Salah, je crois , comme le dit Said Sadi, que l’idée de monter en cadence et en puissance dans la révolution citoyenne et de trouver d’autres formes de révoltes que de faire des marches seulement devient une nécessité ! Désolé de revenir sur mon jugement à propos de Said Sadi. Je reviens donc sur mon jugement et je regrette quelque part de l’avoir critiquer. Au début et avant le discours d’aujourd’hui de Gaid je pensais qu’il était encore trop tôt de penser à cela. Pardon de revenir sur mon premier jugement, car Gaid Salah se montre de semaine en semaine comme un personnage têtu et dangereux pour le pays, pour le hirak et pour la paix civile. D’une manière arrogante et menaçante :

    1/- il vient de décider de mettre en prison tout citoyen qui demande un Etat Civil et qui refuse l’Etat militaire
    2/- il légitime le fait que l’armée a le droit de faire de la politique et ce qu’une manière effrontée, insolente et menaçante
    3/- il dénie le qualificatif de prisonniers politiques ou de prisonniers d’opinion pour ceux qui rejettent ou critique le système et le pouvoir.
    4/- il affirme que le fait de porter ou de montrer le drapeau amazigh est une insulte à l’emblème national et qu’il continuera à interdire cet emblème dans les manifestations et pourquoi pas à jamais !

    Ya el khaoua, on entre dans une zone de forte turbulence et de danger sans pareil ! Allah isterna comme on dit !

    23
    24
    mouatène
    10 juillet 2019 - 16 h 13 min

    en chargeant rahabi pour diriger le dialogue national, il ne falait pas faire appel aux « personnalités », puis que c’est leur « élève ». par contre il falait faire appel aux « écoliers », comme ceux des deux chambres par exemple. chez nous l’age et l’ancienneté jouent beaucoup. à refaire !

    3
    3
    Etat-Nation en danger ????
    10 juillet 2019 - 14 h 25 min

    Monsieur Abdelaziz Rahabi le vrai Etat-Nation algérien n’existe pas encore. On n’essaye justement de le construire et de le faire naître véritablement que depuis le 22 février 2019. Puisque il n’existe pas encore véritablement, en quoi il est ou peut être en danger ???????????????????

    11
    14
    Karamazov
    10 juillet 2019 - 12 h 35 min

    té vouala un ikstri de la réponse de mon Général à tous ces hurluberlus qui fantasment:

    « Ces présidentielles que nous considérons réellement comme la clé pour accéder à l’édification d’un Etat fort avec des fondements sains et solides. Un Etat que le Commandement de l’Armée Nationale Populaire œuvre résolument à atteindre dans des conditions de sécurité et de stabilité, en dépit des embûches que sèment sur son chemin certains de ceux qui répugnent le bon déroulement de ce processus constitutionnel judicieux, à l’instar des slogans mensongers, aux intentions et objectifs démasqués comme réclamer un Etat civil et non militaire. »

    Je traduis ?

    Il est en train de vous dire: votre dawla madania , vous pouvez boire beaucoup d’eau roqyée et vous assoir dessus. D’où la complainte de Rahabi qui a dû en boire une tasse avant de viender noyasser le poisson ici . .

    24
    56
      sidi fredj
      10 juillet 2019 - 14 h 30 min

      @Karamazov ;
      j’ai lu TOUT le texte de la déclaration de Gaid Salah. en effet en s’arrêtant là où vous vous êtes arrêté, on penserait comme vous. Mais ce qui en ressort c’est que le slogan  » Etat civil et non militaire » est erroné et mensonger, car l’ANP n’a aucunement l’intention de se substituer au civil et donc il n’a jamais été question pour les militaires de mettre en place un Etat Militaire au détriment d’un Etat civil. L’Etat civil est une évidence, pour l’ANP.
      Merci de ne pas commenter les extraits, mais les déclarations dans leur intégralité. ce que vous faites est indigne d’un patriote, (que je ne remet aucunement en cause)qui veut faire avancer les choses et faire sortir son pays de la crise.

      48
      18
        Abou Muppet Show
        10 juillet 2019 - 15 h 18 min

        Iben moua je dis merci et bravo pour votre honnêteté intellectuelle Sidi Fredj…Vous contribuez ainsi à rendre plus visible cette petite meute de hyènes collées au basques de 3ammi Gaid …La hyène n’apportera rien de bon à l’Algérie surtout quand elle réside en France…La hyène algérienne côtoie la hyène marocaine dont on connaît la haine farouche contre notre pays et notre ANP qu’elle rêve de voir s’écrouler…

        Bon ceci à chaque intervention des hyènes on a droit à des calembours et autres références culturelles francaiiiiise….On ne peut pas tout avoir

        37
        11
        Karamazov
        10 juillet 2019 - 15 h 27 min

        Vous semblez ne pas croire vos yeux, cher Monsieur Sidi Fredj.

        *Le slogan « dawla madaniya layssa 3eskariya » n’est pas scandé par quelques égarés mais par tout le Hirak et tout ce que compte l’Algérie de personnalités.

        Que vient-il faire dans cette déclaration si ce n’est pour marquer justement le fait que l’Armée n’a nullement l’intention de laisser les prérogatives à qui que ce soit.

        Dites tidswit que simoua qui ai rajouté ce paragraphe qui est suffisamment éloquent . Tout le reste du discours est dans le même jus et je ne suis pas le seul à l’avoir compris ainsi .

        Du reste , je n’ai pas dit qu’il a dit qu’il veut substituer un militaire à un civil à la présidence , il n’en a nullement besoin .

        Tous ceux qui ont lu la déclaration de GS ont mis en exergue ce paragraphe qui n’a rien de fortuit.

        Et nous verrons comment cette déclaration sera comprise par l’ensemble des observateurs.

        14
        27
    Djazaïri
    10 juillet 2019 - 12 h 34 min

    Ce processus de dialogue qui débute avec des non-dits est mal parti. On ne peut pas vouloir jouer au médiateur entre deux parties et dire que je n’ai pas de contact avec l’armée et je n’ai été mandaté par personne. Personne n’y croit. Il vaut mieux jouer carte sur table et dire quelles sont les désirs de l’autre camp, c’est à dire l’armée, pour voir si on a une chance d’arriver à un accord. Si ça se trouve on est peut être en train de perdre du temps pour rien alors l’armée ne veut lâcher sur rien

    36
    65
      sidi fredj
      10 juillet 2019 - 14 h 36 min

      @Djazairi
      Peut être qu’il ne le dit pas parce que certaines parties saboteront de fait l’initiative.
      laissons le fédérer autour d’une action concensuelle. Et puis tant mieux s’il a des contacts avec l’ANP. Au moins l’initiative aura un interlocuteur en face.

      25
      12
        Anonyme
        10 juillet 2019 - 16 h 43 min

        Juste un mot: à mon sens, je crois que l’armée n’a aucun désir de prendre le pouvoir pour la simple raison que si vraiment les militaires voulaient d’une DAWLA ASKARYA eh bien qui pourrait les en empêcher, ils ont fait plus que ça, beaucoup plus que ça en accompagnant la justice qui continue de mettre hors d’état de nuire la bande à Bouteflika(qui pourrait coffrer said le vice roi ou Toufik ou encore Ouyahia ou encore Rebrab)qui peut le plus peut le moins…. l’avenir de l’Algérie se construit avec l’armée et son commandement actuel.

        28
        18
    Karamazov
    10 juillet 2019 - 12 h 09 min

    Isk vous croyassez ya3ni qu’en choisissant un diplomate sipa que les petits poissons, le menu fretin, qui va se faire noyer ?

    Là, Rahabi nous fait sa salate el wada3 dans un langage diplomatique pour nous spliker pourquoi il s’apprête à déserter.

    Tous ces lumières des placards , comme ellels savent que ni Godot ni le Mahdi ne vont viender , qu’elles peuvent resquiller et imposer leur immensitude d’érudits face un peuple qui attend et qui il est vrai est prêt à accepter n’importe qui leur ferait croire qu’il cherche à les sortir de la m… où le Hirak les a empêtrés.

    Il y avait kamim un chouia d’opportunisme aussi chez ces sommités désintéressées mais qui va sans dire qu’il ne s’agit que de ça au fond.

    Moua je vous l’ai déjà dit quand il s’agissait de Lakhdar Brahimi, que quand on veut vendre des vessies au peuple , ce n’est pas un diplomate qu’il faut choisir.

    Et vouala maintenant que dialoguistes et hirak l’accusent de vouloir vendre au pouvoir un consensus à leur insu.

    Et c’est dayor vrai . Rien qu’à le lire on voit bien qu’il a d’autres intentions que ceux de la populace.

    Ih, il est en train de dire au pouvwar : faites au moins semblant de lâcher un peu, sinon je ne pourrai pas blouser la populace qui elle ne cherche qu’à vous dégager.

    En langage diplomatique : «Le socle de l’Etat-nation est en danger».

    Et le socle de la nation c’est qui, à votre avis ?

    Hein, vous ?

    Hahahaha, haha : c’est de l’humour ?

    17
    48
      sidi Fredj
      10 juillet 2019 - 14 h 41 min

      @Karamazov
      je me suis donner de la peine à vous repondre mais je me rends compte que vous n’apportez rien au débat critique.
      cela dit, j’aimerais bien savoir ce que vous proposez en lieu et place de l’initiative objet de cet aricle

      30
      5
    à Monsieur Rahabi et à l'opposition en général.
    10 juillet 2019 - 12 h 08 min

    Ya el khaoua, ya sh’aab l’opposition, si vraiment vous êtes engagés, sincères, non partisans et efficaces, vous ne devez plus perdre du temps avec vos réunions sans fin. Pourquoi ? Parce que :

    1/- le « hirak » demande des choses simples mais essentielles : l’Etat de droit, une justice indépendante, des médias libres, la liberté de la presse, d’opinion, de conscience et de culte, le respect des minorités, une justice sociale, un partage équitable des richesses nationales, libertés syndicales et associatives, la séparation des pouvoirs. Les islamistes, les laïcs et les autres ne devrait demander en principe que le respect et la considération de leur liberté de conscience, de croyance ainsi que leur identité qui repose désormais sur un même socle identitaire, un socle commun non hiérarchique et non exclusif l’un de l’autre, que sont l’amazighité, l’arabité et l’islamité. Le « hirak » demande aussi une ouverture sur le monde, sur la connaissance, sur les autres cultures et sur les autres langues du monde sans pour cela renoncer à son identité.

    2/- le « hirak » étant fort de ses millions de citoyens, de ses 20 semaines de revendication claires pour exiger le changement de système et la construction d’un Etat de droit, pourquoi cette sacrée feuille de route tarde-t-elle à être élaborée et vous parez être une montagne alors qu’il suffit d’imposer au pouvoir (des millions d’algériens sont sortis pour qu’on se permette d’utiliser le verbe « imposer ») ? Les propositions sont en principe claires : a) – création d’une Instance collégiale restreinte et crédible pour parrainer la transition, b) – la formation d’un gouvernement de transition ou de compétences, c) – modification de certains articles seulement de la Constitution de 2016, d) – modification de la loi électorale, e)- soumettre ces deux textes à l’abrogation du peuple par voix référendaire (article 7 et 8) au lieu de la Constituante qui demande beaucoup de temps, f)- création d’une instance indépendante chargée d’organiser et de contrôler les élections, d)- proposition du calendrier électoral pour engager d’abord la présidentielle, puis la législative et enfin la locale.

    Irham babakoum qu’est-ce qui vous gène, ya sh’aab l’opposition, de proposer une telle feuille de route au moins dans ces grands principes là au lieu de continuer de se répandre en palabres qui font le jeu du pouvoir ! En principe les revendications générales (mais fondamentales) du « hirak » que j’énumère dans le point 1/- sont claires et conviennent, je le répète encore, aussi bien aux islamistes, aux laïcs, aux communistes, aux athées, aux capitalistes etc… etc.. car ces revendications demandées légitimement par des millions d’algériens sont la base élémentaire nécessaire à formation d’un Etat de droit, à la construction d’un pays démocratique, moderne ouvert sur le monde sans pour cela perdre son identité. Alors qu’est-ce que vous attendez pour aller à l’essentiel, pour écrire la feuille de route, au mois dans sa ligne générale en ne s’en tenant qu’aux fondamentaux de la démocratie, des libertés individuelles et collectives et de la séparation des pouvoirs. Qu’est-ce vous cherchez en tergiversant en slalomant ?? C’est quoi votre but ?

    35
    6
    Anonimaoui
    10 juillet 2019 - 11 h 58 min

    Au moins Monsieur RAHABI a agit pour apporter sa contribution à une sortie de crise. C’est quoi cette campagne haineuse menée par des créatures malignes tapies derrière leur clavier dénigrant tout citoyen qui ose sortir du magma anonyme pour tenter de mener ne serait-ce qu’une ébauche de réflexion sur le sujet du moment, aussi grave de conséquences soit-il? Avec cet esprit nihiliste malheureusement majoritaire parmi nous le changement de régime n’est pas pour demain. Le système qui fête ses 57 ans perdurera encore des décennies à venir avec l’esprit grégaire régnant hélas parmi une large partie de la population. On tire à bout portant sur tout citoyen qui sort du lot de l’indifférence et on s’offusque à longueur de colonnes sur le désastre causé par le règne sans partage du Nain mort-vivant et sa smala pendant plus de vingt ans. Quelle mesquinerie digne des vierges éternellement effarouchées.

    25
    10
    Digage!!
    10 juillet 2019 - 11 h 20 min

    Pour le moment vous dialoguez avec vous-même, c’est à dire un Monologue.
    Vous attendez quoi, que Bensalah vous invite pour dialoguer avec lui ? il est dejà hors la loi, un président clandestin depuis le 9 juillet.
    On dialogue avec le vrai tenant du pouvoir : Gaid Salah, pas avec ses marionnettes.
    Mais vous évitez de citer le nom de Fakhamatouhou 2.0.
    Vous avez peur ?

    23
    40
      sidi fredj
      10 juillet 2019 - 14 h 48 min

      @Digage
      en effet, ils dialoguent avec eux mêmes. Il faut bien ca pour se mettre d’accord et eviter la discorde.
      une fois ce dialogue terminé et abouti, ils dialogueront avec le tenant du pourvoir de fait.
      n’es tu pas d’accord ?

      14
      3
    Salahdine
    10 juillet 2019 - 11 h 15 min

    Utiliser le hirak pour des intérêts personnel est strictement interdit. je ne sais pas qui a désigné cette personne a parler au nom de hirack?. Il n’y a que les élections qui peuvent élire des représentants du peuple.
    Cet individu, si il participe a une élection au sein de sa famille ( femme et enfants) il ne sera pas choisi?
    Donc il faut que cette personne cesse de raconter des histoires et laisse le peuple choisir son destin.
    Il était sous le capot avant le 22 février 2019, il était pour la continuité du système…etc. Maintenant il veut s’habiliter du costume de hirack pour assurer la survie du système d’une autre maniéré. Rahoum fako,…

    14
    27
      Essaid
      10 juillet 2019 - 14 h 14 min

      Si Salahdine bonjour.
      Permettez moi de vous dire ceci :Mr Rahabi au n’a qu’une seule intention : pousser au dialogue.
      Il n’a qu’un moyen :réunir ce qu’il peut comme adhérents
      Il n’a qu’une crainte :celle de voir des gens ,comme vous ,le taxer d’imposteur ,au motif qu’il essaye de catalyser les dynamiques patriotiques.
      Il n’a aucune ambition personnelle : il est retraité et cela lui suffit.
      Quant à vous :essayez d’être positif et voir ce qui est bon dans son initiative.
      Amitiés algériennes.

      20
      5
        sidi fredj
        10 juillet 2019 - 15 h 02 min

        @Essaid
        j’allais repondre à Salaheddine, mais en lisant votre réponse, je ne voit pas ce que je peux rajouter.
        je pense que salaheddine est inquiet pour son pays, comme nous tous, et qu’il craint la récupération, au point de penser que toute initiative est opportuniste.
        merci a vous, Essaid, de l’avoir et de nous avoir eclairé

        16
        2
          Salahdine
          10 juillet 2019 - 18 h 40 min

          Messieurs, je ne connais cette personne ni de prés ni de loin. Mais je ne veut pas que le hirack soit récupéré par des anciens du système ( lui, les autres et les parties politiques) afin de le dévier de sa noble réclamation.

          2
          2
    mus
    10 juillet 2019 - 10 h 48 min

    Mer Abdelaziz Rahabi vous parler du dialogue c’est une bonne chose malgré que c le pouvoir qui vous a déléguée mais de quel dialogue et avec qui
    c j’ai bien compris le discours de chef de l’état décide ni l’armée ni l’état qu’il représente ne fait partie de ce dialogue et plus grave encore ils nous dicte l’ordre du jours de ne pas parler d’autre chose sauf des élection en absence des liberté vous éte conscient Mer Rahabi,par contre il faut leurs demander d’ouvrir le débat dans les université,je vous jure que durant une semaine vous trouverez une représentativité légitime du peuple algériens mais bien sure on libérant les détenus d’opinion et ont libérant la parole

    21
    9
    Patriote
    10 juillet 2019 - 10 h 35 min

    Discutons..faisons une plateforme..un consensus..tout ce qui est salvateur pour le pays..a condition de ne rien ceder..et sans le f l.n…le r.n.d..et les partis islamistes.. coupables de la catastrophe nationale..en attendant leur dissolution definitive par le president elu

    22
    7
    tadj
    10 juillet 2019 - 10 h 28 min

    on ne pourra jamais aboutir a a un dialogue sincere et veritable sous le joug du kazole a mon avis il est temps que l’institution militaire rend le tablier au civil point final

    19
    7
    Le peuple veut sauver le pays...
    10 juillet 2019 - 10 h 20 min

    …entre les griffes du système !
    Mais, vouloir, n’est pas pouvoir !
    On peut avoir tous les dialogues possibles ouverts et ou intelligents et se heurter au statu-quo que le système impose depuis l’indépendance ! Ce qui est le cas aujourd’hui, ne nous voilons pas la face !
    N’est-ce pas M. Gaïd qui a dit récemment qu’il refusait de remettre en cause les 57 ans d’acquits, si tant est qu’on doivent qualifier cela d’acquits pour tous les algériens !
    Alors, n’inversons pas les rôles : C’est à Gaïd et son armée de faire des concessions et de nous dire jusqu’où ils peuvent aller dans la démocratisation du pays ! Ne jouons pas aux hypocrites. Nous connaissons tous les blocages. L’armée a toujours exercé le pouvoir par procuration depuis 1962, mais aujourd’hui le train est arrivé au terminus. Ils n’ont plus aucun choix, il faut qu’ils se dévoilent. A moins que notre armée soit atteinte du syndrome du Si, Si, …Auquel cas les carottes sont cuites !

    16
    13
    elyahia
    10 juillet 2019 - 10 h 14 min

    le nihilisme politique mene tout droit vers des lendemains qui dechantent .seule la sagesse de TOUS peut nous conduire vers des jours meilleurs .attention aux anarchistes…..

    45
    8
      Réponse à Elyahia Commt. 10h14mn
      10 juillet 2019 - 18 h 45 min

      M. la réalité dépasse la fiction ! Avez vous pris connaissance des dernières déclarations
      de Aâmmi Salah ?

    Patriote
    10 juillet 2019 - 10 h 13 min

    Laissons faire..ce n est que l amorce d un dialogue qui aboutira sur du costaud incha allah..il y a 2 conditions non negociables dans le dialogue et dans la plateforme finale 1…ni fln..ni rnd..ni partis islamistes..on ne peut concevoir que les architectes de la catastrphe nationale puissent etre presents..d ailleurs ils n ont ni participe ni defile avec le peuple..qui les rejette sans condition..2..ne rien ceder au pouvoir sur les revendications legitimes du peuple algerien..comme on n a rien cede sur la declaration du 1 er novembre..nous menons une seconde guerre pour la patrie..la liberte..la democratie..pour nos jeunes et pour nos enfants..pas question de se replier..c est nos droits inalienables…a prendre..ou a laisser.. alos il vaut mieux discuter.entre hommes responsables..et cesser de faite dans les coups fourres..les discours pompeux..et surtout cesser de croire que l on va renter dans nos chaumieres ..le couffin vide..allah yehdina li tarik el kheir ou salama..vive notre algerie..monsieur gs..nous sommes 40 millions de soldats..pas de soucis quand il faudra defendre la patrie.

    16
    7
    Karamazov
    10 juillet 2019 - 9 h 53 min

    Iben moua tout ce que j’ai pu retenir dans ce baragouin diplomatico-ésotérique de très très haute facture et impénétrable à mes pôvres trois petits neurones qui constituent l’essentiel de ma cervelle d’abruti et tellement l’espace mémoire flash est réduit, c’est une seule phrase.

    Une phrase qui d’ailleurs a aussi marqué le rapporteur de interviewe :

    « il y a dans le système politique algérien actuel énormément de résistance au changement parce que le changement signifie pour beaucoup une perte de la rente. »

    Phrase qui lue demyatiquement donne  en vraie langue populacière : il y a dans le peuple des envieux dont le seul objectif et de s’emparer de la rente qui en vérité pour toute la société constitue le seul enjeu.

    C’est dayor sek nous autres nous n’avions pas arrêté de vous ressasser et de vous décliner dans un langage vernaculaire à la portée des gens lambda.

    Nous sommes bel et bien dans une crise où le vieux ne veut rien lâcher et le nouveau ne peut rien lui prendre.

    Moua , malgré la plasticité de mes trois neurones et leur capacité d’adaptation je n’arrive pas à leur faire faire le grand écart que s’entête à réussir notre diplo-mate chevronné. A savoir trouver un deal pour le partage de la rente tout en sachant qu’il n’y en aura pas pour tout le monde.

    Et c’est justement parce qu’il n’ y en a jamais eu assez pour tout le monde qu’il ne pouvait y avoir partage équitable.

    Il reste que, malgré toutes les épées de Damoclès qui planent au dessus de nos têtes, notre diplomate est optimiste.

    Souhaitant lui de réussir à convaincre tous les envieux de renoncer à la revendication de la rente parce qu’il n’en reste qu’à peine juste assez pour nos dirigeants et que le peuple lui est plus habitué à se serrer la ceinture.

    C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il avait invité l’Imam Aït Aljat pour leur dire à tous ces opportunistes et envieux que leurs revendications concernant la rente ou le pouvoir , c’est du pareil au même, un vrai blasphème, et que Allahou tawassakoum bi essabri wa inna allahou ma3a essabirine.

    Et si ces judicieux émanant directement de Dieu ne vous suffisent pas pensez à cette lumineuse réflexion du zoizo de mon nom en personne:

    « ce ne sont pas ceux qui vous ont mis dans la m… qui vous voulaient forcément du mal, et ce n’est surtout pas ceux qui essaient de vous en sortir qui vous veulent du bien ».

    13
    41
      Anonyme
      10 juillet 2019 - 10 h 44 min

      Iben moua, je dis : « Ce ne sont pas les opportunistes et les résistants de la 27e heure qui ont reconstruits des pays, souvent ce sont les pires prédateurs… »

      Wel fahem yefhem…

      16
      6
    B.M
    10 juillet 2019 - 9 h 47 min

    @ Seulement, un Etat ne peut être solide que lorsqu’il est juste
    ——————————————————————————————————————————————-
    Avec ça, il a TOUT dit : TOUT !
    Donc aucun dialogue avec quiconque n’est pas juste, exclure le Diable de la table, tel est le défi !
    L’état a besoin des Justes, pas des ambitieux. La seule ambition tolérable dans ce contexte est celle qu’ont ceux qui, réellement, aiment Leur Watan. Qui séviront contre TOUS les comportements qui le salissent.

    13
    3
    MELLO
    10 juillet 2019 - 9 h 46 min

    Monsieur Rahabi doit nous expliquer une seule question et le journaliste a omis de la poser : Que s’est il passé entre le 25 Juin 2019 , jour de rencontre de toute la classe politique , sortie avec une plateforme sans ambiguite et le 06 Juillet 2019 jour de rencontre du forum a Ain Benian , sans la plateforme deja signee par tous. ? Si les memes points avaient été gardés , on aurait gagner du temps avec toutes les conditions de gage exigées au pouvoir.
    L’essentiel , c’est que Mr Rahabi ait découvert une jeunesse tres politisée , capable de se prendre en charge et d’indiquer les voies et moyens de sortir de cette impasse . Une impasse voulue par son excellence le chef d’Etat major qui imposa le fameux l’article 102 . On aurait pu ne pas s’y engouffrer , puisque la Constitution a été definitivement jetée au placard par l’annulation des élections du 18 Avril 2019 par celui qui a cédé a la pression de la rue en nous laissant une bombe , tous les B.

    14
    6
    co5
    10 juillet 2019 - 9 h 15 min

    « Le hirak a libéré l’expression et les énergies » et le harak libérera le pays du joug des vendus et autres collabos.

    18
    4
    2ème république
    10 juillet 2019 - 9 h 13 min

    Il peut parler de sa plate-forme!! Aucune mention n’est faite de la libération des dizaines prisonniers politiques comme préalable alors que des personnes comme Sofiane Djillali l’avaient demandé durant le débat. Aucune trace de cette revendication dans le document final, probablement rédigé d’avance par fakhamatouhou le général…Si on dit Tetnehaw Gaâ ce n’est pas par hasard…

    39
    17
    Anonyme
    10 juillet 2019 - 9 h 11 min

    « ….. le changement signifie pour beaucoup une perte de la rente », dites-vous.
    Oui mais de quel droit des Algériens ont-ils perçu une part de la rente pétrolière ???? Sauf erreur de ma part, SONATRACH n’a jamais été une société par actions du fait que les gisements d’hydrocarbures appartiennent au peuple !……
    A mon avis, non seulement ces individus devraient cesser de percevoir indûment cette rente, mais aussi d’être traduits en justice pour détournement de fonds publics et faire l’objet d‘un blocage de leurs comptes en devises.
    Et que dire de la hogra la plus outrancière infligée par ces mêmes individus à certains anciens responsables ayant montré un patriotisme et un dévouement sans borne pour la réalisation du grand projet d’oléoduc qui donna naissance à SONATRACH, et permis à celle-ci d’entrer de plain-pied au sein du très stratégique secteur des hydrocarbures ?

    20
    3
    Hibeche
    10 juillet 2019 - 9 h 10 min

    C’est vrai que le pouvoir a une responsabilité totale et entière sur l’impasse dans laquelle il a engouffré l’Algérie. 57 ans de totalitarisme, dont 20 ans (Bouteflika) de clochardisation des institutions de l’état. Depuis le 22 février, le peuple algérien s’est libéré, il veut construire un état libre, démocratique, et moderne. A mon avis, on doit amorcer un dialogue sérieux, honnête et le plus large possible, avec la vigilance qu’il faut, car la confiance envers le pouvoir est presque nulle. Il faut, en parallèle, continuer les marches et la mobilisation pour ne pas lui laisser la place à la manœuvre. Mais, un dialogue de sortie de crise est inévitable. Toutes les révolutions, toutes les guerres, tous les conflits se terminent par des dialogues, et des consensus. Nous devons faire aboutir les revendications populaires, en aidant le pouvoir à partir, sans tomber dans l’excès de tout ou rien, ni vouloir l’humilier. Le but de toute révolution, c’est d’arriver à un résultat politique.

    14
    4
    Elephant Man
    10 juillet 2019 - 8 h 35 min

    Trouver un consensus « le tout sur un socle PATRIOTIQUE ».
    Je réitère que Mr Ramtane LAMAMRA ce vrai PATRIOTE, qui a sillonné la planète entière avec brio et dernièrement à Madagascar, organise les élections présidentielles et se présente à l’élection présidentielle par là même.

    52
    51
      Djazaïri
      10 juillet 2019 - 12 h 54 min

      Lamamra n’est qu’une marionnette. Il est peut être compétent mais pas costaud pour dire non aux loups. Il a été contacté pour être premier ministre pour sauver Boutef , il avait accepté (première faute). 3h avant sa nomination Nacer Bouteflika a réussi à imposer son copain Bedoui (une amitié qui remonte au mandat ministériel de Bedoui à la formation professionnelle). On a dit à Lamamra que finalement il ne serait que vice-premier ministre il a encore accepté de devenir le second de Bedoui (deuxième et énorme faute). Des gens sans personnalité comme lui, non merci!!!

      56
      55
        Elephant Man
        10 juillet 2019 - 15 h 36 min

        @Djazaïri
        Si Mr LAMAMRA était sans personnalité ça se saurait et il n’aurait pas le parcours y compris international qu’il a eu.
        Mr LAMAMRA est un vrai PATRIOTE qyi a toujours servi son pays sa patrie et son peuple, et ceci n’est plus à démontrer.
        Il a les compétences et l’EXPERTISE pour organiser les élections présidentielles puisque notamment il a sillonné la planète entière dans des pays en crise et avec brio donc je réitère qu’il organise les élections présidentielles et se présente à l’élection présidentielle par là même.

        56
        39
          Djazaïri
          10 juillet 2019 - 19 h 48 min

          @Elephant man Vous n’avez aucun commentaire à faire sur ce que j’ai dit sur Lamamra. Comme on dit « ça vous a laissé sans réponse »!! Ça prouve que j’ai visé juste. Vous n’osez même pas le défendre sur ces 2 points, vous vous contentez de faire son hagiographie comme un directeur de campagne. Ah, j’allais oublier, les 50 pouces auto-décernés qui suivent tous vos messages à la seconde ne trompent personne…

          15
          11
    Anonyme
    10 juillet 2019 - 8 h 17 min

    le danger vient de ceux qui disent que nous sommes en danger mais lui il parle de socle mais le socle c est le peuple

    17
    7
    57
    10 juillet 2019 - 8 h 15 min

    le danger vient de ceux qui disent que nous sommes en danger

    12
    12
    Anonyme
    10 juillet 2019 - 7 h 50 min

    Cette situation est le résultat de la pratique de la politique dans une caserne.

    23
    18
      Anonyme
      10 juillet 2019 - 8 h 37 min

      Quand il y aura une alternative crédible à la caserne tu pourras affirmer une telle grossièreté. Visiblement tu ne sais pas grand chose. Sinon que proposes tu ? Quelle est et sera ta contribution ?
      Parler comme on parle dans un hammam n’a jamais rien apporter…

      17
      17
        Md Seghir
        10 juillet 2019 - 10 h 14 min

        Quand la caserne cessera de mépriser et de traiter le peuple comme un mineur on pourra se projeter vers un avenir meilleurs pour tous et un Etat de droit .

        16
        6
          Anonyme
          10 juillet 2019 - 10 h 43 min

          Quand les opposants de salons cesserons de vouloir manipuler les foules, on pourra entrevoir un meilleur avenir…C’est loin d’être gagné.
          Ce ne sont pas les opportunistes et les résistants de la 27e heure qui ont reconstruits des pays, souvent ce sont les pires prédateurs…

          11
          10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.