Effet hirak : solidarité inédite en France pour un «sans-papiers» algérien

France sans-papiers
Manifestations à Paris contre le système en Algérie. D. R.

Par Saïd N. La mobilisation citoyenne en France en faveur d’un «sans-papiers» algérien de 45 ans, Mohamed Lakel, menacé d’expulsion vers l’Algérie ne cesse de prendre de l’ampleur et tend à devenir une affaire d’opinion publique.

Selon la presse locale française, Mohamed Lakel a été interpellé lors d’un contrôle d’identité le 6 août dernier. Jeudi 8 août, sa demande de remise en liberté avait été rejetée alors que son dossier de demande de régularisation était en cours d’étude à la Préfecture, qui doit donner une réponse en septembre.

Ainsi, parallèlement à la marche organisée hier mardi à Lille, suivie d’un rassemblement devant le consulat d’Algérie dans cette ville, pour demander la remise en liberté de Mohamed Lakel, détenu dans un centre de rétention, de nombreuses associations et sections locales de partis politiques et de syndicats, en plus de collectifs citoyens de la région lilloise, ont signé une pétition à travers laquelle ils s’adressent au préfet du Nord pour demander la remise en liberté, «dès maintenant», de Mohamed Lakel et de soutenir sa régularisation.

Les signataires appellent à poursuivre la mobilisation pour montrer à la Préfecture que «Mohamed est ici chez lui et qu’il doit pouvoir y rester».

Cette solidarité française est tout à fait inédite, de par son ampleur mais, surtout, de par la diversité des segments de la société qui y sont impliqués. Du coup, ces marques de sympathie, aussi actives qu’assumées pour un Algérien en situation irrégulière, viennent rehausser, de la plus belle façon, l’image des Algériens, longtemps ternie par les discours xénophobes et islamophobes véhiculées jusqu’au sein du gouvernement français. Elles sonnent en même temps comme une réplique cinglante aux réactions ulcérées d’une certaine classe politique parisienne suite aux défilés des Algériens de France lors de la dernière Coupe d’Afrique de football, tout au long du mois de juillet.

Plus globalement, ce renchérissement fulgurant de l’image des Algériens dans l’Hexagone et dans le monde est le fruit de la «révolution du sourire» qui, depuis le 22 février, n’en finit pas d’épater  le monde entier, par son haut niveau de civisme et de maturité citoyenne.

S. N.  

Comment (21)

    Nord-africain
    14 août 2019 - 18 h 02 min

    Nous avions perdu des hommes pour rien!Des millions de chouhada pour rien,vous dis-je!La France est partie,nos dirigeants,les successeurs des chouhada,nous ont montré les dents et commençaient à dévorer en nous menaçant du regard!Résultat:nous avons choisi la douceur et l humanisme de la France en allant vivre chez elle!Nos chouhada ont lutté pour l indépendance et au lieu que leur successeurs se consacrent à lutter contre l ignorance et la pauvreté,ils s emportent dans leur cupidité négligent le peuple et s efforçant à remplir leurs ventres insatiables!!Si les français nous laissent la France et vont vivre ailleurs,nous la bousillons et les suivrons là où ils iront!!C est qu ils sont doux!Nous,nous sommes des rongeurs qui ne cherchent qu à détruire,jamais à construire.La France a travaillé l Afrique du Nord comme si celle-ci lui appartenait,les nôtres la détruisent comme si ça ne leur appartient pas!!Appelons la France à revenir c est dans notre intérêt et soyons cette fois-ci dociles,elle fera des miracles

    170
    11
      Moh
      14 août 2019 - 21 h 13 min

      Ici c’est l’Algérie ce n’est pas l’Afrique du Nord ni l’UMA ni Tamazgha.

      3
      6
    Anti-trolls
    14 août 2019 - 15 h 56 min

    AZOUL : Je te confirme pour ta gouverne que les traitres et nos anciens collons travail ensemble depuis longtemps main dans la main, donc ton commentaire est erroné voir plus que douteux !!

    7
    37
    Azoul-man
    14 août 2019 - 15 h 53 min

    Tout ce que l’on ne ferait pas pour rester en France, celle qui pille nos richesses et nous empèche de nous develloper !!! La logique c’est une mobilisation pour une meilleur redistribution de nos richesses avec le peuple afin de vivre en Algérie en ce débarrassant des traitres ?!

    5
    67
    sam
    14 août 2019 - 12 h 29 min

    un sans papier c tune decision indeveduele , c pas l algerie qui réglera son problem puis retournez au bled c pas si catastrophique . il a une citoyenneté donc il a sa place chez lui . ils n arrêtent pas de critiquer la face mais la plupart aimeront reste dans ce territoire colonialiste c de la pure hypocrisie …..

    15
    53
      AZUL
      14 août 2019 - 13 h 56 min

      LE RETOUR DES COLONS,MOI CA ME DÉRANGERAIS PAS AU CONTRAIRE
      C4ES MIEUX QUE C’EST TRAITRE AU POUVOIR DEPUIS 62

      67
      17
        Algerien Pur Et Dur
        14 août 2019 - 15 h 12 min

        On ne te demande pas de respecter ceux qui ont remplace les anciens colons mais respecte au moins les millions qui ont donne leur vie depuis 1830 pour liberer l’Algerie. Ahcham! Ce sont de vraies solutions que l’Algerie veut pas de la “fitna” comme la tienne qui propose de faire revenir les anciens colons pour remplacer les nouveaux.

        16
        67
      Précision
      14 août 2019 - 14 h 01 min

       » la plupart aimeront reste dans ce territoire colonialiste c de la pure hypocrisie ….. »

      Pas comme tout tes proches de la clique de Bouteflika qui sont en France avec des biens et comptes en banques volés au peuple algérien.

      65
      5
    Solidarité
    14 août 2019 - 10 h 50 min

    Depuis bien longtemps déjà, que nous savions qu’il faudrait compter que sur nous-mêmes, les gouvernements qui se sont succédé depuis la mort de feu Préisdent Houari Boumédiène à nos jours, nous ont toujours considéré comme des demi-Algériens. Preuve, la dernière Constitution, faite sur mesure, est claire, elle exclut les Algériens vivant à l’étranger de postuler à des postes de responsabilité d’Etat. Vivement la 2e République Algérienne, démocratique, diverse, multiple, sociale… Nous aimons tous notre chère patrie, n’en déplaise à ceux qui veulent accaparer et s’approprier l’Algérie comme une propriété privée. L’Algérie appartient à tous les Algériens all over the word. …

    18
    13
      MohAkli
      14 août 2019 - 13 h 42 min

      Et à l’époque de Boumediene,on etait heureux,bien considéré,respecté,on vivait dans la démocratie totale,dans la liberté?

      6
      78
        Moh
        14 août 2019 - 14 h 32 min

        A l’époque je vivais en France et je suis toujours, on était respecté et le moindre problème iBoumedienne menaçait de couper le pétrole d’ailleurs l’ambassadeur de France en Algérie était souvent convoqué par le ministère des affaires étrangères sur ses ordres.

        Même les voisins Hassan2 et Bourguiba faisaient dans leurs frocs quand ils entendaient ses discours.

        14
        70
          MohAkli
          14 août 2019 - 23 h 19 min

          Moh
          14 août 2019 – 14 h 32 min

          J’ai demandé à savoir comment vivaient les algériens en « Algérie » et non pas en « France » à l’époque du colonel des frontières.
          pour les émigrés,la toile est pleine de vidéos-témoignage de Réda Malek qui était ambassadeur d’algerie en france à l’époque de l' »Amicale »,il était mieux indiqué pour ça et il disait le contraire de ce que tu fabules.
          A propos,tu as payé combien au chef de la kasma de ton village pour obtenir l’autorisation de sortie du territoire national?

          2
          2
    Anonyme
    14 août 2019 - 9 h 51 min

    ya salim il t a fais quoi pour y dire ca .

    44
    8
    Zyriab
    14 août 2019 - 9 h 24 min

    C’est ce type de démagogie qui nous a mené à la disparition de la Citoyenneté » tout respect de la loi et cultivé le sentiment d’impunité Nous réclamons « un Etat de droit  » et nous refusons lorsque cela se passe ailleurs Nous aimons à cultiver l’anarchie quand cela nous arrange et nous pleurons du manque de « DROIT » C’est justement cet état d’esprit qui depuis le 22 février que nous sommes incapable de désigner des représentants de nous organiser d’affronter sérieusement le pouvoir que nous sommes incapable de la moindre cohérence dans notre comportement

    22
    6
      Anonyme
      14 août 2019 - 11 h 42 min

      Désigner des représentants issue des couches populaires et de toute les origines sociales ,le peuple en dispose mais faut il leur donner des tribunes pour qu’il s’exprime !!!vous connaissez des médias en Algérie susceptible de leur accorder une visibilité politique? vous imaginez ENTV notre PRAVDA Stalinienne se tirer une balle dans le pied en mettant 5 ou 6 figure de proue du hirak lançant des pamphlets contre Gaid Salah !

      59
      7
      Naturalisé
      14 août 2019 - 13 h 20 min

      Tu es Salim d’en bas y chiatte aux mille pseudos de la clique de Bouteflika et Cie.

      Combien de cartes de résidences vous avez obtenus en contrepartie de contrats aux entreprises françaises ?

      6
      37
    Salim
    14 août 2019 - 7 h 09 min

    il est en situation irrégulière. il doit être expulsés. C’est la loi il s’est mis dans une situation irrégulière il a pris ses responsabilités ce n’est pas Algerie de régler son problème qu’il assume comme un homme il connaissait les risques

    41
    67
      Confidentiel
      14 août 2019 - 9 h 52 min

      Tu dois savoir comment les Préfectures donnaient les papiers aux proches et protégés de Bouteflika et sa clique de malfaiteurs et délinquants en cols blancs, voici comment pour te rafraichir la mémoire :

      L’une des institutions algériennes en France comme l’ambassade, le centre culturel algérien, les consulats, Air Algérie ou autre envoient a l’intéressé(é) un contrat de travaille avec ce contrat la personne dépose une demande de visa.
      Une fois en France les démarches pour les papiers sont prises en charge par les avocats des consulats.

      Des papiers ont été accordés a d’autres proches de ces escrocs en cols blancs et passeports diplomatiques en échange de contrats aux profits des sociétés françaises.

      Un enquête s’impose sur le personnel de ces institutions pour démonter ce réseau car certains de ses membres sont toujours en fonctions.

      23
      9
      Bogato
      14 août 2019 - 11 h 09 min

      Alors dites nous un peu Salim, quelle est la différence entre ce pauvre Mohamed et ton président avec sa cour qui se rendaient pratiquement chaque semaine au valde grace à Paris sans qu’ils ne soient interpellés ???
      Par votre intervention cher monsieur, on peut affirmer que vous êtes un bon lécheur de bottes des deux cotés de la méditerranée.

      15
      12
      azul
      14 août 2019 - 16 h 02 min

      la plus part des algériens qui vivent en France aujourd’hui en règle étaient des sans papiers avant,alors pourquoi pas lui aussi ne tenterait pas sa chance.tu as de la haine dans le cœur envers les algériens?C’EST QUOI TON PROBLÈME?

      2
      7
        Lyes Oukane
        15 août 2019 - 11 h 33 min

        @ Azul . Non , tu es dans l’erreur .
        La très très grande majorité des algériens vivants en France y sont rentrés officiellement pour travailler et (ou) pour se battre ( engagés de force puisque français malgré nous ) .
        Dès la fin de la 1er GM des Algériens s’installent en France . Il en est de même après la seconde GM et la guerre d’Indochine . La France recrute des hommes pour reconstruire le pays . En 62 la vague d’émigration s’amplifie . C’est d’abord les pères qui y ont émigré puis avec le regroupement familial les épouses et les enfants ont suivi . Tous et toutes ont eu leur carte de séjour dans les règles .

        Dans tout ce brassage de population je ne compte pas les pieds noirs et les harkis .Evidemment .

        Les sans papiers ne sont arrivés en France que bien plus tard . Durant la décennie sanglante exactement . Mais à cette époque , les années 90 ,la France ne régularisait plus les nouveaux arrivants Algériens depuis longtemps déjà . Dix ans plus tôt elle nous proposait même pour 1 million de centime de retourner chez nous définitivement …

        En 1982 ,les enfants majeurs nés en France deviendront français qu’ils le veuillent ou pas . Cette décision qui semble injuste ne l’était pas vraiment . Je m’explique .
        Dans les accords d’Evian ,il y est stipulé que les personnes nées sur territoire français deviendront françaises après la vingtième année de la signature de ces accords . C’est comme ça que sont apparus les bi nationaux . Personne ne leur a demandé leur avis .Ils n’ont fait que subir les accords de leurs aînés et leurs enfants par la suite aussi .
        l’Algérie ne rejetant pas ses enfants n’a pu que reconnaître les faits et n’a pas renié la nationalité algérienne à ces derniers .
        Voilà la réalité des faits contrairement à beaucoup de propagande en usages sur les deux rives de la Méditerranée .
        Ps / tout est vérifiable pour peu que l’on veuille s’en donner la peine .

        Bonne journée .

        6
        3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.