Dangereux pyromanes

Salah Dabouz pyromanes
Maître Salah Dabouz à l'hôpital après son agression. D. R.

Par Houari A. – Intervenant dans un contexte politique extrêmement sensible, l’agression à l’arme blanche qui a visé l’avocat Salah Dabouz, une figure de proue du Mouvement de contestation populaire, qui s’est illustré ces derniers mois par une présence permanente dans toutes les luttes politiques et, surtout, sur le terrain de la défense des droits de l’Homme, contribue à envenimer davantage le climat et à créer des tensions propices à des dérives violentes, notamment dans la région du M’zab où une simple étincelle peut ranimer rapidement le feu de la haine interconfessionnelle et interethnique qui a déjà fait près de trente morts en 2015. Qui a donc intérêt à voir cette région plonger dans un nouveau cycle de violence ?

Ami et avocat de feu Kamel-Eddine Fekhar, décédé en détention le 28 mai dernier suite à une grève de la faim, Maître Salah Dabouz avait lui-même lancé une action similaire pour contester le harcèlement judiciaire dont il est victime. Il est aussi très actif au sein des collectifs de défense des manifestants arrêtés pendant les manifestations populaires.

Il n’est donc pas à exclure que les commanditaires de cette agression ignoble visent à creuser les clivages régionalistes et idéologiques déjà exploités pour essayer de diviser le Mouvement populaire et le détourner de son caractère pacifique en provoquant des foyers de tension loin de la capitale pour éviter que la situation échappe à ceux qui ont intérêt à ce que le Hirak faiblisse par le fait de violences qui décourageraient les citoyens à poursuivre les manifestations contre le régime en place.

Deux agressions à l’arme blanche à quelques jours d’intervalle et dans deux villes différentes du pays, cela ne peut pas être le fruit du hasard. Quelqu’un cherche à mettre le pays à feu et à sang. Et ce ne peut évidemment pas être le Mouvement populaire qui a fait du caractère pacifique de sa révolte un principe immuable pour en finir avec le système corrompu hérité de Bouteflika et entretenu par ses symboles accrochés au pouvoir.

H. A.

Comment (7)

    Zenaty
    12 septembre 2019 - 22 h 43 min

    Hé Mon GEGE General.. Tu Cherches Quoi tu es en dehors du Passage Piéton.. Le Peuple par le Peuple pour Le Peuple… Tu as Oublier la Phrase des PARTISANS de La Liberté… Nous Sommes un Peuple Majeur et nous Avons pas Besoin de Tuteur et encore moins d un Patriarche qui Joue avec le FEUX… Nous Sommes toujours là les Hommes Libres et les Femmes Libres…

    Didou
    12 septembre 2019 - 20 h 00 min

    Et vous oubliez le cambriolage ayant visé la maison de Maître Bouchachi ?

    Début de la Fin ?
    11 septembre 2019 - 18 h 35 min

    Agressions physiques, Provocations de toutes sortes, emprisonnements, médias à l’index, chantages à l’emplois, interdictions de manifester et pour finir, iront-ils jusqu’à imposer « la valise ou le cercueil » même à leurs concitoyens ?
    Voilà, l’aboutissement de la république bananière dictatoriale et populace après 57 ans de régression !
    Avant, on était au bord du précipice, maintenant, on s’apprête à faire un grand pas en avant !!!!!!!!!!!!!!!!

    11
    Felfel Har
    11 septembre 2019 - 16 h 34 min

    Il y a pire que ces agresseurs. Que dire de Karim Younès, flanqué de Belhimer, Benabbou et toute la cohorte de ces « tama3ine » du panel qui, contre une vague promesse d’un poste dans la future administration, offrent leur peuple en pâture aux voraces, assoiffés de pouvoir et de privilèges?
    En volley-ball, une des pièces centrales de l’effectif est le passeur, rôle que vient de jouer KY, en servant des « balles de smash » à tous ceux qui font du Bouteflikisme sans Bouteflika. Lui et son panel ( porte-voix des despotes) dépasseront Ganelon (celui qui dans la chanson de Roland a trahi Charlemagne) dans son infâmie et sa trahison.
    Que deviennent ses « mesures d’apaisement » et ses exigences du départ du gouvernement nommé par Bouteflika, juste avant de s’éclipser? Que dalle! Comme un toutou, il s’est aplati et s’est fait tout petit dès que la voix du « maître » a tonné.
    Il a préféré sauver le soldat GS plutôt que de voler au secours de son pays, de ses compatriotes. Il ne vaut pas mieux que ceux dont il dénonçait les ambitions politiques et leur boulimie. Dès lors, il est coupable par association de tout ce qui ne va tarder à arriver au pays. Ya rabbi astar!

    16
    1
    mohblida16000
    11 septembre 2019 - 14 h 58 min

    un acte lâche et ignoble contre un grand homme défenseur des droits de l homme. tout le monde, parti et association doivent condamner cet acte lâche et dangereux en meme temps pour la stabilité. du pay.

    Tout mon soutien inconditionnel a Maitre DEbbouz S.

    la Issaba de GS veut une guerre civile en Algerie.

    9
    2
    @Yassine
    11 septembre 2019 - 13 h 16 min

    Ces lâches agressions profitent aux tenants du système qui directement ou indirectement commanditaires.
    Ces agressions ne sont que des actes terroristes dont l’objectif est d’intimider,de terroriser et de réduire aux silence,les démocrates,les défenseurs des libertés tel le Maitre Debbouz,la magistrate RCD de Chlef qui avait également échappé à une agression.
    Le système a epur des hommes de loi qui sortent des rangs qu’il a balisés

    10
    3
    Yassine
    11 septembre 2019 - 8 h 33 min

    A qui profite ces crimes d’agression a l’arme blanche contre des defenseurs des droits de l’homme .
    Je n’ai qu’une seule reponse . Il s’agit des centres d’interets qui cherchent le chaos afin d’imposer la loi martiale .
    Il ya donc un seul donneur d’ordre . C’est la police politique militaire DRS ou ECS ( peut importe son nom ) . Aujourd’hui c’est Gaid Salah qui est a la tete de cette police . Viendra le moment du solde tout compte .
    Aucun crime ne restera impuni . C’est une promesse du peuple algerien !

    18
    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.