Djilali met en garde contre un glissement aux conséquences irréversibles

Sofiane Djilali
Soufiane Djilali, président de Jil Jadid.. PPAgency

Par Saïd N. Le président de Jil Jadid se dit sceptique quant à l’évolution de la situation en Algérie. Après avoir, un moment, prôné une solution alliant élection présidentielle et processus constituant, Sofiane Djilali appelle carrément à l’annulation des élections car, selon lui, «aller en ce moment aux élections sans le feu vert de la rue menacerait tout le processus électoral, surtout avec la hausse du nombre d’arrestations dans les rangs du Hirak dernièrement».

Dans un entretien accordé à l’agence allemande DPA, paru jeudi, Sofiane Djilali explique que «le pouvoir veut réprimer toute voix qui rejette le processus électoral et, par conséquent, s’attelle à démanteler le Hirak à travers une série d’interpellations et d’arrestations qui ont touché un certain nombre de ses dirigeants parmi les plus en vue». Le leader de Jil Jadid en conclut que le pouvoir «s’entête à tenir les élections même avec une faible participation limitée de la population».

Dans le même registre, Sofiane Djilali estime que toutes les mesures d’apaisement prises ou annoncées par le pouvoir ne suffisent pas, preuve en est «l’accroissement du nombre de manifestants, comme on l’a vu vendredi dernier, malgré le renforcement du dispositif sécuritaire et le bouclage instauré autour de la capitale».

Sofiance Djilali relève qu’avec le retour en force du Hirak, «après une période de déclin en raison de la vague de chaleur extrême en été», il y a lieu de craindre une radicalisation notable des voix du Hirak, conséquence des pratiques répressives du pouvoir, qui «peut mener à un glissement aux conséquences imprévisibles», avertit-il.

Enfin, le président de Jil Jadid ne manque pas de critiquer certaines attitudes de l’opposition qui, selon lui, avance parfois des revendications excessives, en exigeant le départ de tous les responsables de l’ère Bouteflika, chose qui, d’après lui, risque de menacer la stabilité de l’Etat.

Aussi Sofiane Djilali considère-t-il que l’opposition a raté l’occasion de contraindre le pouvoir à transformer son dialogue virtuel en dialogue sérieux, traduisant les attentes de la rue. Résultat : le pouvoir a réussi à gagner à sa cause quelques figures de l’opposition et à les convaincre de prendre part aux élections.

S. N.  

Comment (11)

    ABOU NOUASS
    27 septembre 2019 - 17 h 57 min

    @ Anonyme 27 sep 15h45

    Tu l’as si bien dit, et je crois que ces gens-là ne s’interrogent jamais sur leur ligne de conduite et quant ils se regardent devant un miroir ils ne font jamais leur mea culpa .

    Opportunistes d’un jour , aplatventristes toujours cher frère !

    On voit bien comment ont été lavé les cerveaux de ceux qui ont fréquenté ces grandes écoles encadrées par le bienveillant DRS.

    Moi je rajouterai que c’est dans le gène .

    2
    3
    Salim
    27 septembre 2019 - 16 h 11 min

    Ya si Djilali; Pourquoi Zoubida Asoul, Bouchachi, Mohcene Belabbas et Tabbou marchent a alger mais pas vous ? Je pense aussi que vous est douteux.

    8
    6
    Anonyme
    27 septembre 2019 - 15 h 40 min

    Avec ces propos douteux Vous permettez aux salauds de Marquer des points gratuits. C’est vraiment désolant venant de vous. Il y’a évidemment la possibilité qu’on vous ait mal cité. Le départ de Tous est une façon de parler. On exige le départ de Bedoui et ce n’est que raisonnable. La vraie opposition maintient le cap, l’opposition de pacotille suit ses intérêts. Les postulants à la présidence que nous voyons se démarquer ne se sont jamais préoccupés des revendications du peuple. Ils se présentent parce qu’il font au fait partie du régime, même s’ils prétendent le contraire. Benflis trouve que les conditions sont « presque » toutes réunies quand on sait combien de fois il a répété que les préalables doivent être satisfaits avant d’aller aux élections. Comment compte t-il reformer le système quand il se résigne et accepte les conditions de ce système et non les revendications de la majorité des citoyens. Maintenant vous semblez donner raison à Gaid qui se moque de tout le monde. Merci.

    4
    4
    Lghoul
    27 septembre 2019 - 12 h 40 min

    Mr Djilali: J’espère que ce n’est pas une missive des pharaons de ce pays que vous nous ramenez. Vous avez très bien commencé au départ mais plus le temps passe, plus je vous trouve bizarre. Je ne voudrai tirer aucune conclusion sur votre personne ni vos convictions profondes. Mais je sens que quelque chose vous pousse a être évasif, indécis et incertain dans votre language. Et pourtant vous étiez courageux au début. N’ayez pas peur car tout ira bien et je vous donne une certitude: Le peuple vaincra car nous sommes presque arrivés a destination et le mur de la peur est tombé. Notre élan pour notre liberté est irreversible. S’ils vous ont « contacté » avec un gros sourire, en vous jetant un ameçon de promesses empoisonnées pour vous détruire, ne les croyez jamais car faites vos comptes pour trouver le nombre de personnes intègres qu’ils ont détruit depuis des décennies (le recent « pannel » pourra vous rappeler quelque chose). Ils les utilisent et les jétent en pâture a la fin, une fois leurs ruses réussies. Ces monstres ne pensent qu’a eux mêmes, leurs affaires et leurs interêts. Ces gens n’ont ni religion et ni principes. Ils n’ont que la ruse et la décéption dans leurs gènes. Alors retournez au peuple car votre futur ne peut exister qu’avec le peuple eternel, les proriétaires de ce pays, mais jamais avec les locataires transitoires qui arrivent et qui partent car ils n’ont ni pays et ni culture. Ils n’ont qu’un seul Dieu: L’argent, le pouvoir et et l’arrogance. Ou sont les khelil, bouchouareb , les ould kaddour pour ne citer que ceux la ? Ils sont tous comme cela. Ceux que l’on voit aujourd’hui, les criquets pellerains, ils disparaitront a jamais le jour ou il n’y aura plus rien a gratter et rien a privatiser pour leurs familles. Ce jour la, tous ceux qui étaient contre le peuple et ceux qui l’ont oublié, ce peuple qui souffre maintenant depuis 8 mois, le regretteront. Ils continueront leur vie dans les remords et les cauchemards. Soyez certain que la MAJORITE algérienne – qui ne votera JAMAIS – est dans la rue chaque vendredi et chaque mardi et que la minorité prédatrice et dormante comme des loups et des hyènes attend la direction du vent pour commencer a se prosterner devant le prochain master afin de participer a la rente ou obtenir des miettes. Une chose est SURE: La rente est FINIE et ils ne pourront jamais se prosterner devant le peuple car celui-ci les rejetra et les isolera comme étant des caméléons auxquels on ne POURRA JAMAIS faire confiance. A méditer Mr Djilali…

    13
    2
    Mon opinion
    27 septembre 2019 - 12 h 01 min

    Salam,
    Monsieur Soufiane Djilali, pardonnez mois l’expression, mais est parfois totalement à côté de la plaque.
    Par sa molesse, louvoiements et surtout ses peurs exagérées on le sent parfois divaguer(ce n’est pas la première que je le constate), dire que beaucoup de gens sont prêts à aller voter relève de lubies déraisonnables.
    Alors que des millions de gens battent le pavé regulièrement depuis des mois réfusent et rejettent catégoriquement ce pouvoir criminel et inique il se permet de dire qu’il irait bien aux élections si les conditions étaient favorables!
    Mais qu’actuellement il est impossible de se présenter.
    Donc si on lui offre une belle part de steak dans des conditions raisonnables il serait capable d’aller à la mangeoire!
    Mais ce qu’oubli Monsieur Soufiane Djilali maintenant , c’est que c’est le peuple qui est le maîte du jeu et rien ne se fera sans lui.

    7
    4
    yassine
    27 septembre 2019 - 10 h 55 min

    Mr Jilali
    Arretez de tenir le baton par le milieu .
    * Sachez que l’ensemble du peuple est UNI .
    * La seule opposition qui existe : C’EST LE PEUPLE qui est dans la rue !
    Tout les autres partis dit d’opposition sont la creation du DRS .
    * Dans la nouvelle Algerie , de nouveaux partis seront crees surtout par la
    jeunesse . L’acces au parlement ne sera possible qu’en ayant recolte 5% du
    total des suffrages .
    Tout les partis bidons qui existent maintenant grace a la manne du DRS
    disparaiteront naturellement .
    * Je vous rejoins sur un point . L’avenir proche s’annonce tres sombre et la
    violence peut resurgir . Le peuple n’acceptera JAMAIS LE DICTAT DES
    MILITAIRES ! JAMAIS !!!!!

    16
    5
    Merzouk M
    27 septembre 2019 - 8 h 47 min

    Pauvre Sofiane Djilali, après avoir longuement soliloqué sur la démocratie et les droits de l’homme pendant la supercherie organisée par Rahabi en juillet dernier, j’ai trouvé cela lamentable et pas du tout à la hauteur du personnage, alors que des jeunes étaient arrêtés et traduits en justice pour des faits absurdes, ils brandissaient un morceau de tissu qui menace l’unité de la nation, il y a encore quelque semaines de cela, il disait haut et fort qu’il faut négocier avec la hiérarchie militaire, que nous n’avons pas le choix, négocier s’il vous plait avec 3ami Saleh et compères, aujourd’hui comme quelqu’un qui vient d’être éjecté par violence depuis un cauchemar vers la réalité crue, nous dit que finalement le commandement militaire menace le pays et son avenir, j’avoue avoir eu beaucoup de sympathie et d’espoir pour ce jeune de la politique algérienne, en plus un chique intello qui nous éloigne des caciques du régime, hélas à l’épreuve des faits, il s’avère peu stratège, en se berçant d’illusions comme tout les autres partis broyés par le DRS pendant les 30 dernières années, il est là l’uns des plus grands écueils à la possible solution dans notre pays, nous avons une classe politique qui n’a d’opposition que le nom, certains par cupidité et opportunisme, d’autres par ignorance et naïveté, certains comme Sofiane Djilali pour absence tout simplement de stratégie, la politique est un art qui se base sur la vision et la stratégie, on peut souvent se tromper sur des acteurs que nous connaissons peu, c’est grave de se faire berner par des gens qui sont là depuis 60, depuis 1957, les mêmes, les mêmes méthodes, les mêmes résultats bien entendu.

    9
    6
      Lghoul
      27 septembre 2019 - 12 h 45 min

      @Merzouk M – BARAK ALLAH oufik – Tout est expliqué dans votre contribution combien profonde.

      3
      2
    57
    27 septembre 2019 - 7 h 49 min

    que DIEU les pardonne car ils savent pas ce qu ils font mais moi je ne pardonne pas car ils persistent et s enfoncent dans leurs erreurs

    7
    5
    ABOU NOUASS
    27 septembre 2019 - 7 h 20 min

    Monsieur Djilali, gaid Salah n’a jamais réussi à rallier à sa cause la véritable opposition , celle qui tient front encore contre le régime.

    Il a pu rallier les islamistes et certains opportunistes de bas étage et vous, vous aviez quand même participé à quelques réunions du Panel de Karim Younès, que vous aviez quitté, chemin faisant, parceque vous aviez constaté que la rue a rejeté énergiquement ce Panel de la Honte.

    Inutile donc d’accuser les vrais opposants et l’Histoiresaura distinguer le vrais patriotes , des opportunistes.

    11
    4
      Anonyme
      27 septembre 2019 - 15 h 45 min

      Cher Abou Nouas on a vraiment envie de se … en pensant à tous ces types qui changent de point de vue selon la direction du vent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.