Rahabi au journal Le Monde : «Le statu quo n’est plus possible en Algérie»

Monde Rahabi
Abdelaziz Rahabi, diplomate et ancien ministre de la Culture et de la Communication. PPAgency

Par Mounir Serraï – L’ancien diplomate et ministre de la Communication Abdelaziz Rahabi affirme que l’Algérie est «le pays le plus fermé de la Méditerranée alors que le peuple est mondialisé».

Dans un entretien au journal Le Monde, Rahabi souligne le «décalage profond qu’il y a entre la société, en lien avec le temps réel, et la structure gouvernementale, le fonctionnement de l’Etat, qui est archaïque et qui manifeste une très forte résistance au changement». «Soit parce qu’il n’a aucune vision de l’avenir, soit par crainte de perdre sa rente, ses intérêts. Il est incapable d’accompagner la transformation de la société sans vouloir en contrôler tous les tenants et les aboutissants», assure cet ancien diplomate qui a œuvré, vainement, pour un dialogue national, en juillet dernier, pour une issue consensuelle à la crise.

«Prenons Bouteflika. Pendant vingt ans, il n’a pas construit un Etat, il a construit un pouvoir. C’était un Président omnipotent qui décidait de tout, qui a construit son pouvoir à coups de complicités étrangères, en dépensant la rente… Or, il s’est effondré en une semaine, car il n’a pas construit d’Etat. Il a neutralisé toute forme d’intermédiation entre lui et le peuple. Son pouvoir ne reposait que sur des allégeances», précise Rahabi pour lequel «à défaut d’accompagner le Hirak, le pouvoir cherche à le neutraliser dans une tentative d’assurer la continuité du système Bouteflika. Le principe d’une élection n’est pas rejeté».

«Ce qui est rejeté, ce sont les conditions dans lesquelles elle va se dérouler. Or, les conditions d’une élection régulière et transparente ne sont pas réunies. Ce que nous demandons, c’est la mise en place de mesures de confiance et d’apaisement», soutient cet ancien diplomate qui dénonce les arrestations et la répression qui touche, en plus des militants politiques, la presse. Il estime que «la demande de démocratie en Algérie est endogène, ce n’est pas une greffe voulue par l’étranger. Le pouvoir a des réflexes sécuritaires en emprisonnant et en ré­duisant au silence les opposants et les médias, alors que la crise est politique. Et la solution est forcé­ment politique».

Pour Rahabi, «tout est possible» dans le contexte actuel. «Un faible taux de participation à la prochaine élection va entacher la légitimité et la crédibilité de celui qui sera élu. Un candidat élu dans ces conditions hypothèque forcément sa présidence. J’ai peur qu’on mette en place les conditions d’une ingouvernabilité de l’Algérie», argue-t-il. «Nous entrons dans une phase de transition. Celle du passage vers un système démocratique, car le statu quo n’est plus possible. Il est peut­-être dans les calculs d’une partie du système mais il n’est pas dans celui du peuple algérien», souligne-t-il, ajoutant que le peuple algérien n’est pas sorti, et il ne sort pas, dans la rue depuis huit mois pour avoir un système édulcoré ou la reproduction du même système sous d’autres formes.

M. S.

Comment (24)

    Brahms
    22 octobre 2019 - 13 h 15 min

    Monsieur,

    Il n’y a aucun développement en Algérie car c’est que de la sous traitance que vous confiez à des entreprises étrangères afin de vous arrangez le pays en 5/7 dans le but de camoufler des retards ou des carences. Vous dîtes, voilà des milliards de dollars et faites ceci, cela, sans aucun contrôle. Puis, l’entreprise étrangère distribue des commissions occultes et hop, elle prend le marché et la vie continue. Les émigrés ramènent quant à eux des devises mais les margoulins algériens les récupèrent pour les emmener en Turquie, France, Dubaï donc la musette algérienne reste tout le temps trouée. L’import / export n’a donc rien apporté de bon et la confiance est partie donc je préfère croquer mon argent afin d’en profiter car les salades du Gouvernement algérien c’est que du bidon et ce, pour tout le monde. Pour attirer les émigrés, il fallait travailler correctement depuis plus de 30 ans mais comme rien n’a été fait, les émigrés ne reviennent plus. Regardez, l’Espagne, Israël, Portugal, Italie, beaucoup d’émigrés vont chaque année dans leur pays car ils ont beaucoup de facilités et leurs pays respectifs se développent donnant au final du courage et de la motivation pour ceux qui sont à l’étranger. Mais, chez nous, rien, on vole, on vole, on vole sans arrêt jusqu’à donner le Hirak. A l’étranger, vous êtes rincé, ils n’aiment pas les gouvernements de voleurs surtout chez les catholiques.

    Anonyme
    21 octobre 2019 - 7 h 22 min

    Ce que je trouve bizarre avec Mr Rahabi c’est d’avoir l’impression qu’il a toujours un pied de chaque côté. Il y a des choses qui me paraissent louches. Quand Lakhdar Ibrahimi est venu à Alger sauver le régime de Boutef, un des premiers qu’il a reçu à l’Aurassi, c’est Rahabi alors qu’il n’appartient à aucune organisation ou parti (il était censé discuter avec les chefs de partis). La deuxième chose encore plus inquiétante c’est qu’il soit contacté par le pouvoir pour mener le dialogue et faire sa rencontre à Ain Benian. La 3ème chose c’est l’immunité dont il jouit alors que des Bouregâa,Tabbou, Boumala, etc… sont en prison pour avoir dit la même chose de ce régime…

    12
    1
      Omar Khayyam
      21 octobre 2019 - 7 h 48 min

      Et c’est , cher internaute, tout le problème de nos élites (si tant est qu’on peut leur attribuer ce qualificatif) depuis 57 ans ils ont subit bon gré malgré, actif ou passif, l’estampillage idéologique d’un systeme usurpateur de notre histoire (celle inscrite du sang et de la sueur des authentiques enfants de notre pays) et INSTALLE et infiltré en permanence depuis 57 ans par l’ancienne puissance COLONIALE…à quelques exceptions, les réflexes dont ils sont incapables de se libérer chez bon nombres de nos élites sont ATAVIQUES…

      7
      1
    hercule
    20 octobre 2019 - 23 h 55 min

    J’ai une question qui me taraude l’esprit qui n’a rien à voir avec l’article en question :
    Faut-il juger bouteflika?

    38
      Anonyme
      21 octobre 2019 - 7 h 06 min

      @Hercule t’inquiètes ce sera fait après la chute de la dictature. Il viendra à la barre s’expliquer avec ses frères Said et Nacer pour bien voir qui a fait quoi..s’ils ne veulent pas parler, ce sera la perpétuité pour les 3

    Mona Liza
    20 octobre 2019 - 19 h 57 min

    Monsieur RAHABBI, avec tout le respect que je dois à votre personne, je ne puis m’empêcher de vous dire : CE N’EST SÛREMENT PAS AVEC DU TOC QUE L’ON POURRA FAIRE DU NEUF.
    Désolé.

    8
    4
    Mounir Sari
    20 octobre 2019 - 13 h 54 min

    Gaid Salah a placé toutes les institutions de l’état si état il y a sous la tutelle du ministère de la défense.Il est président de la république, ministre des relations chargé avec le parlement, ministre de l’intérieur, ministre de la justice, ministre de la défense, ministre de la communication et dernièrement on lui a découvert même avec la loi sur les hydrocarbures des talents de ministre de l’économie et de l’énergie que personnellement j’ignorais qu’il avait de telles compétences et de telles expertises.Même

    sous l’ère du dictateur Bouteflika on n’a pas connu une telle concentration des pouvoirs!!!!

    68
    3
      Anonyme
      20 octobre 2019 - 14 h 04 min

      Je suis d’accord avec votre objectivité : GS fait pire que tous les pires dictateurs réunis !
      Bouteflika était quelqu’un de bien comme dictateur mis à part avoir vendu notre pays détruit les élites marocaniser notre pays et detouner 1500 milliards de dollars pour ses proches et courtisans…
      Je vous rejoins totalement !

      7
      3
    elbled
    20 octobre 2019 - 13 h 50 min

    Leur comportement cupide et inqualifiable a même déteint sur le peuple…l’appât du gain facile coûte que coûte !
    L’Algérie ne renaîtra qu’à condition de TOUT décontaminer : Administration, écoles, importations, entreprises publiques, religion, influences du golf…
    Tout ce qui pouvait developper le pays a été carrément saboté : Travail,Tourisme, enseignement,industrie, agriculture, médias TV…
    Ils ont préféré privilegier ce qui nous laisse dans le sous-développement : Arabisation, religion politique, traditions dépassées, importations à outrance (corruption)…
    Tant pis, si on n’a plus d’argent pour importer ce qu’on peut produire, la nation renaîtra alors, forcée de retrousser les manches.
    Les pays sous sanctions et embargos ont vu se développer chez eux une maîtrise technologique, industrielle, agricole…la fin (faim) justifiera les moyens.

    62
    2
    Anonyme
    20 octobre 2019 - 12 h 21 min

    Ce Monsieur est une perle! Prenons-en soin pour construire, avec d’autres compétences algériennes, un vrai état de droit, juste, protecteur et sévère en même temps, quand il s’agit de défendre les lois de la république et préserver la constitution contre toute forme de transgression( comme l’autre!).

    18
    4
    SACI TOLGA
    20 octobre 2019 - 12 h 19 min

    Un autre SURFEUR spécialiste DE LA VAGUE qui veut à tout prix utiliser la PLANCHE A SURFER du HIRAK.
    Ah cimes enivrants du pouvoir quand tu nous tiens… Ils ne peuvent plus ou du moins ILS NE VEULENT PLUS s’en défaire !
    Des FAUX ! C’est tout ce qu’ils sont… TOUS !

    10
    14
      Le danger des émotions
      20 octobre 2019 - 12 h 53 min

      Pourquoi est ce qu’a la moindre intervention d’une personne qui a travaillé pour ce gouvernement, vous criez au faux et au mensonge pour prendre le pouvoir ? Vous savez, l’on va avoir besoin d’un peu de jujotte pour la suite et généraliser c’est plus le fait de têtes de linottes… « tous » ne sont pas les mêmes mégalos, imbus de pouvoir. Tout comme « le peuple » n’est pas non plus une entité homogène, droite, non-corrompues et qui veut une démocratie avec ce que ça sous entend comme égalité des droits et respects des minorités (femmes, chrétiens etc.)… Mais enfin ceux qui ont gouverné AVANT et ceux qui gouverneront DEMAIN sont aussi issus du peuple, pourquoi s’obstiner à différencier l’un de l’autre ? C’est dans la nature humaine de faire le pire comme le meilleur, d’ou La nécessité de penser au cas par cas et aux différences individuelles. Tout comme certains ont voulu changer les systèmes de l’intérieur et ont échoué, tout comme vos voisins et d’autres au bas de l’echelle sociale l’ont perpétué en étant injustes et tricheurs. Il va falloir mettre les émotions un peu en stand by à un moment… et faire fonctionner ses neurones. Votre argumentaire n’en est pas un ; vous crachez votre désillusion et faites l’économie de penser. Les personnes comme vous seront celles avec qui demain, il ne sera pas possible de discuter… Secouez vos neurones très Cher Monsieur! Bon courage à vous.

      51
      8
        LES DANGERS DE LA NON EMOTIVITE
        20 octobre 2019 - 15 h 03 min

        Les dangers de la non émotivité sont bien là et parfaitement résumés par l’adage suivant :
        On ne fait pas du neuf avec du vieux.
        DE QUOI a-t-on peur ? Il est parfaitement clair, à présent, qu’on ne peut faire du NEUF qu’avec UNE NOUVELLE CLASSE POLITIQUE issue de la Nouvelle Génération à savoir : LES JEUNES DU HIRAK.
        La SITUATION ACTUELLE du pays parle d’elle-même et avec force s’il en est de l’impasse et du désastre programmé vers lequel nous ont mené de pareils gens comme Harrabi…
        Dès lors, cessons de discourir dans un ensemble PHI (vide) comme le disent si bien nos matheux.

        8
        7
          Le triste aveuglement des émotions
          20 octobre 2019 - 18 h 41 min

          En résumé : J’étais venue en paix pour souligner qu’on ne devrait pas generaliser puisque chaque individu est unique, ni tomber dans des jugements réducteurs – causes de la propagation de la haine et à plus long terme de génocides, d’injustices et de guerres civiles. Quel est votre problème avec ce que j’ai voulu souligner au juste ? Votre petit ego se sent-il menacé car privé de son statut de « sachant », d’où les majuscules pour reconquérir votre semblant d’autorité ? Voilà où nous en sommes lorsque les personnes ne réalisent pas l’importance de l’autorégulation.

          Votre première phrase n’a pas de sens et ne répond pas à ce que j’ai précédemment souligné. Je suis tout à fait d’accord avec vous, c’est bien de jeunes dont nous avons besoin et je le dis en ma posture de (jeune) femme de 25ans désireuse d’avoir un ou une président(e) qui me représentera moi et les idées progressistes de ma génération. L’article parle donc de la candidature de Mr. Rahabi ? Je ne crois pas non, mais votre perception est malheureusement déformée. Mon bon monsieur, vous subissez l’effet du stress collectif mondial, en proie à une colère souvent légitime mais qui vire trop vite à la haine, à l’intolérance et à la sauvagerie (car l’inconscient collectif est primaire dans son fonctionnement, et c’est ce qui prend le dessus lorsqu’on est en groupe). C’est de plus puéril de votre part: C’est généralement les enfants qui, lorsqu’ils apprennent à dire non, le répètent sans arrêt quelle que soit la demande ou l’interlocuteur.

          Vous voulez faire taire des citoyens que vous jugez sur des bases obsolètes – à savoir l’hadra ta3 ezne9 au lieu de livres – comme étant des personnes à museler ? Relisez ce qu’est la démocratie, rien ne vous octroie le droit de faire taire quiconque et de vous comporter en tyran de la pensée. En cela vous n’êtes pas différent de cet animal blessé qu’est Gaid Salah, mon bon monsieur. Tout ce dont je suis sûre, c’est que vous ne pourrez enlever à Mr Rahabi son passeport algérien et qu’il continuera à s’exprimer sur l’avenir de NOTRE PAYS A TOUS 🙂

          De plus, cette diffamation et ces énergies négatives que vous balancez depuis le confort de votre fauteuil d’ordinateur vous reviendront à la figure. Ça s’appelle le Karma ou Eather Field (comme le disent si bien nos scientifiques censurés) et cela touche pauvres et riches, puissants et dominés, si l’on doit raisonner en et nommer des catégories pour vous faciliter la compréhension. Paix sur vous mon cher monsieur, je vous souhaite sincèrement l’éveil et la sérénité . . . car la vie est bien plus complexe et nuancée que la vérité absolue que vous pensez détenir et voulez calquez sur nous tous comme PENSÉE UNIQUE.

          34
          4
          Émotions irréfléchies et suicide collectif
          21 octobre 2019 - 19 h 31 min

          Quelle prose, diable ! Et surtout, quelle jactance, Madame /Mademoiselle !
          Votre haut niveau intellectuel, diantre ! Dépasse et de loin, j’en conviens, les limites de mes connaissances confinées, je n’en disconviens point à la vente quotidienne de mes cageots de poissons à la table que je possède au marché Clauzel…
          Ceci étant dit. Je ne puis me prévaloir, il est vrai, de votre statut de « sachant » voire de « connaissant savant » dont vous vous en prévalez « humblement »… Puisque la modestie ne vous étouffe point. Je préfère mieux cogiter avec mes poissons dont je sais par avance, hélas ! le funeste destin final qui les attend au fond d’une poile noyée dans une huile suspecte à la panse d’un nouveau parvenu au col blanc mais à l’habit sale par les larcins quotidiens qu’il commet sur le dos de la plèbe dont je fais partie…
          Je n’ai ni jugement réducteur, ni encore moins un jugement sentencieux qui m’aurait permis de juger les gens sans les connaître.
          Je n’ai absolument aucun problème avec vous. Loin de là ! Loin s’en faut, même, crénom de dieu…!
          Quant aux « majuscules » qui semblent vous gêner, elles ne sont là que pour appuyer mes argumentations qui sont loin de refléter un manque « d’autorité »… ou là, le gros mot ! Ce qui nous manque le plus c’est de SE PARLER et de COMMUNIQUER entre nous pour plus de compréhension et d’entente. Hélas…! Le constat est tout autre. Nous vivons dans une société autiste parce que sans garde-fous à tous les niveaux de notre société.
          Je ne pense pas que ma « perception » concernant le citoyen Rahabbi soit déformée par la radicalité d’une idéologie quelle qu’elle soit… haineuse ou pseudo libérale. Je ne suis pas la meute de notre jungle, grâce à Dieu ! Je vis sereinement loin de la chienlit. Gagnant mon salaire honnêtement au bout de ma peine quotidienne. Tout en restant quoi dans mon coin sans demander mon reste à la société névrosée au sein de laquelle je vis.
          Au passage, un grand MERCI pour la qualité d’enfant que vous m’affubler avec mépris mais qu’en réalité vous rabaisse pour vous placer et vous situer à votre véritable place : la dernière case de la société. Triste allégorie.
          Merci, également, pour el hadra n’taâ eznaq… mais pas celle des LIVRES. Peuchère !
          Mais de vous à moi :
          LAISSEZ-MOI LA RUE JE VOUS LAISSE LES LIVRES !
          Car ma seule école a été la CASBAH et ses ruelles tortueuses, sublimes à l’infini que je ne céderais pour rien au monde !
          Je DOIS ! Me dites-vous avec une « autorité » nazie très lénifiante et très aliénante voire sauvage et sans pitié pour l’ignare inculte que je suis. Alors, Madame, à mon tour ! Qui êtes-vous pour houspiller un pauvre poissonnier algérois de surcroît qui a un niveau de cours préparatoire ? Voyons, un peu de retenue, gente Madame…!
          Quant à votre bête « blessée » Gaïd Salah je vous le laisse.
          Achevez-le, si vous éprouvez un besoin sadique…
          Et votre Harrabi, faites-en un pot de confiture si vous préférez les reliques du passé qui ont mangé à tous les râteliers de notre Histoire naissante en 1962. Il est comme tous les autres qui n’ont absolument RIEN FAIT depuis 57 ans !!!
          Diffamation… dites-vous ? S’en est trop, chère Madame ! « Toutes les paroles blessent, la dernière tue… ». (Le CID de Racine). Je n’ose pas vous dire que vous êtes ignoble. J’ai trop de respect pour même sans vous connaître, Gente Dame. Alors, devant votre Auguste Personne, je m’écrase… Because, you are what you are ! But, I’m sure that you aren’t what you think you are ! Because, you are the false shadow of what you really are… NOTHING !!!
          Sur ce, je vous laisse Chère Respectable Dame à vos dérives linguistiques face au poissonnier que je suis. Ce n’est point de la victimisation de ma part. Loin de là !
          Que la PAIX soit sur vous !

          6
          2
      Mes plus plates excuses
      21 octobre 2019 - 22 h 57 min

      Oulala… la loghorrée et tout le lexique moyenâgeux du Larousse en un commentaire… Dire que vous avez mis 24h pour écrire tout cela, c’est que ça vous a fait du mal. Je suis désolée de vous avoir fait ressentir des émotions négatives, mais je me suis exprimée avec mon language et je continuerais à le faire bien que cela vous ait sorti de vos gonds. Ce n’était pas mon but. Ce que vous étalez là ne m’appartient pas. Entre projections, dénégations, sentiment d’infériorité, mot d’esprit et ironie pour masquer le conflit intérieur qui a émergé dans votre psyché… Je pourrais prendre votre écrit et en faire une étude de cas pour justement illustrer cette « névrose collective ». C’est quand même dingue l’égo blessé d’un mâle dominant lorsqu’une femme (plus jeune) le contredit et veut le pousser à réfléchir pour un vivre-ensemble… Je ne commenterai rien de ce que vous avez proféré à mon égard, je n’ai rien à vous prouver « Messire ». Et je vais encore moins m’excuser d’utiliser ma cervelle… Alors là! Cependant, je tiens à rajouter pour répondre au « poissonnier » que j’ai connu une « femme de ménage » qui était bien plus sage que vous et avec qui il était facile et enrichissant de communiquer. J’ai aimé bénéficier de ses conseils de femme âgée – qui connait bien plus la vie que moi – et des anecdotes de l’époque coloniale qu’elle me racontait. Là encore ça corrobore mon argument, soit que c’est absurde de categoriser les humains en fonction de leur classe sociale, sexe, orientation sexuelle, religion etc. mais… J’abandonne! Vous n’êtes pas prêt à comprendre et l’on tournerait en rond à l’infini. Je pense que vous êtes quelqu’un d’intelligent, mais vous avez eu votre lot de traumatismes que vous n’avez pas encore réglé. De ce fait, vous perdez le contrôle lorsque vous essayer de vous exprimer et vous n’avez pas l’air très malin à la fin. Je suis passée par là, une vraie tornade. Ce n’est pas facile et je vous souhaite du courage. Que la paix soit sur vous aussi, je ne le dis pas pour me moquer mais du fond du coeur. Adieu Monsieur.

      1
      2
        Mes Respects
        22 octobre 2019 - 12 h 33 min

        Et moi qui croyais avoir affaire à une BATTANTE… digne héritière de notre Héroïne Hassiba Ben BOUALI ! Déçu.
        Ce n’est qu’un au revoir, dearest. Il n’y a JAMAIS d’Adieu entre Algériens… Remember always that.
        Mes respects les plus Sincères.

        2
        1
    Monsieur Rahabi dîtes nous tout !
    20 octobre 2019 - 11 h 38 min

    Cher Monsieur Rahabi, je vous demande pardon mais je vous trouve quelque part encore un tant soit peu ambiguë quand à vos propos sur cette Présidentielle. Je suis un trop pointillé, c’est mon défaut pardonnez-moi.

    Certes , comme vous le déclarez dans le presse, vous refusez d’aller à la Présidentielle sans la mise en place de mesures de confiance et de confiance et d’apaisement, vous refusez que la presse subisse toutes ces formes de répression et de chantage, vous n’acceptez pas que ce soit l’administration actuelle et le dernier gouvernement Bouteflika qui organisent les élections. C’est très bien et on est d’accord avec vous. Mais j’ai comme l’impression que si Gaid Salah accepte vos conditions évoquées ci dessus, vous vous accepteriez l’organisationnel de l’élection du 12 décembre sans ! C’est ma impression peut êtrer fausse.

    Mais Monsieur Rahabi quid de la Constitution ? Quid de la modification profonde et non en surface le la loi électorale ? Est-ce que vous pensez qu’on peut aller à la présidentielle avec la même Constitution de Bonaparte Bouteflika ou faut-il d’abord la changer au préalable ? Si on la change est-ce ce sera des amendements de certains article toxiques qui prendront en compte les revendications de la révolution citoyenne qui seront soumis au référendum populaire (article 7) ? Est-ce qu’il faut une nouvelle constitution qui sortira de l’organisation d’une Assemblée Constituante (ce qui demandera du temps, c’est mon avis) et qu’on soumettra aussi par la suite à un référendum populaire ? Si vous refusez que se soient l’administration et le gouvernement Bouteflika qui organisera et coordonnera la transition, est-ce que vous êtes d’accord ou non que se sera une instance collégiale crédible élue à partir de la société civile ou désignée par le pouvoir en accord avec des forces du changement qui se chargera de cette mission ?

    Bref, il y a des tas de questions qui , me semble-t-il, ne sont pas débattues frontalement chez vous. Je ne vous ai jamais entendu parler clairement de la question de la Constitution, ce qui me laisse présupposer que vous accepteriez d’aller à la présidentielle moyennant seulement les quelques préalables cités plus haut et ce serait au futur président élu de se chargera de concevoir et de conduire la transition, d’organiser une Conférence inclusive, de changer la Constitution etc… etc..! N’est-ce pas dangereux comme position ? Si c’est le cas, je pense que c’est grave. Si c’est le cas, je pense que vous êtes in fine comme Benflis à peu de chose près car je suppose que si le pouvoir avait accepté quelques uns de vos préalables, vous vous seriez déjà porter candidat à la magistrature sans problème ! Si je me trompe, il serait heureux de me contredire ! Mes respects cher Monsieur Rahabi.

    12
    3
    Monsieur X
    20 octobre 2019 - 10 h 45 min

    Sur le fond il a raison.
    Mais je crains toujours que cela se termine, comme d’habitude, avec un autre autocrate.

    11
    3
    rosa rosi rosam
    20 octobre 2019 - 9 h 39 min

    D’après le titre de votre photo « Ce fort en thème » comme dit Brel doit se déguiser en courant d’air.
    Le recyclage c’est pour l’écologie pas pour la politique. (Itnahaou Ga3).

    2
    12
    Anonyme
    20 octobre 2019 - 7 h 52 min

    C’est pas lui qui a servi bouteflika?

    5
    13
      Anonyme
      20 octobre 2019 - 9 h 10 min

      On s’en fout du moment qu’il est au diapason avec le mouvement.

      38
      6
      Anonyme
      20 octobre 2019 - 9 h 36 min

      C’est pas toi qui a voté pendant 20 ans pour Bouteflika?
      En tous les cas son analyse est très juste et mérite d’être prise en compte.

      38
      5
      ali
      20 octobre 2019 - 12 h 32 min

      en tout cas, c’est le seul à avoir donné sa démission au président de son poste en plein conseil des ministres.

      35
      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.