Révélation : cette réforme avortée de Bouteflika qui allait éliminer Gaïd-Salah

Boutef pavé
L'ex-président déchu Abdelaziz Bouteflika. D. R.

Par Mohamed K. – Il est de ces déclarations qui échappent à l’attention du plus grand nombre mais qui, pourtant, valent leur pesant d’or. Il en est ainsi du pavé qu’un candidat à la présidentielle incertaine du 12 décembre vient de jeter dans la mare.

Abdelkader Bengrina vient de déclarer, en effet, que l’ancien président de la République, Abdelaziz Bouteflika, était en passe de procéder à une profonde réforme du système politique en 2018, c’est-à-dire une année avant l’échéance électorale annulée du 18 avril. Le chef de l’Etat déchu voulait instituer une Assemblée constituante et instaurer un système fédéral, nous apprend l’ancien ministre du Tourisme qui s’est lancé, avec quatre autres lièvres, dans l’aventure électorale imposée par le commandement de l’armée et rejetée par le peuple.

Abdelkader Bengrina affirme avoir été contacté par deux «responsables de deux institutions, dont un est en prison actuellement», pour lui demander d’adhérer au chantier qu’Abdelaziz Bouteflika allait lancer. Le candidat à la présidentielle n’a pas précisé quels sont ces deux responsables qui ont pris langue avec lui et d’autres acteurs politiques, à l’époque, cela va de soi.

Si la révélation de cet ancien membre du gouvernement d’obédience islamiste s’avérait juste – et il n’y a pas de raison pour qu’elle ne le soit pas –, cela signifierait que Bouteflika allait réaliser, avant terme, les changements revendiqués par les millions d’Algériens qui manifestent depuis neuf mois pour exiger ces mêmes transformations, qui semblent avoir été programmées par le Président déchu mais qui aurait donc été freiné dans sa démarche. Par qui ?

Si le système fédéral est mal perçu par de nombreux Algériens qui y voient une division de l’Algérie, bien que ce concept soit loin de tout morcellement du pays, l’Assemblée constituante, elle, est un des éléments que la majorité des citoyens envisagent pour fonder la nouvelle République à l’avènement de laquelle aspire le peuple majoritaire qui marche tous les vendredis depuis le 22 février. La nouvelle approche avortée visait donc à décentraliser le pouvoir et à mettre fin au système ultra-présidentiel à l’orée de l’échéance d’avril 2019 à laquelle Abdelaziz Bouteflika n’avait pas l’intention de participer, selon une autre révélation faite, celle-là, par le général Toufik lors de la parodie de procès de Blida et dévoilée récemment par des sources fiables.

A la lumière de ces deux nouveaux détails qui revêtent une importance extrême dans l’analyse de la grave crise politique qui secoue le pays actuellement, on entrevoit le jeu malsain des résidus du système Bouteflika, commandés par le chef d’état-major de l’armée, qu’une telle réforme aurait écartés du pouvoir. Le blocage de cette initiative par Gaïd-Salah lui a permis d’opérer le coup d’Etat déguisé du 2 avril dernier.

M. K.

 

Comment (43)

    Brahms
    25 novembre 2019 - 6 h 53 min

    Il faut que les citoyens se prennent en charge et mettent ce gouvernement de corrompus sous tutelle. Le prix de la mosquée d’Alger 05 milliards de dollars, le prix d’une autoroute 15 milliards de dollars. En réalité, que de la surfacturation pour virer l’argent à l’étranger sous couvert de soi disant travaux réalisés. Qui ira vérifier les comptes de ces margoulins ? personne. Qui ira contrôler les travaux réalisés sur la Mosquée et l’autoroute (Factures) ? personne. Les containers qui viennent de l’étranger c’est le même mode opératoire, on surfacture via des services (transport) puis on sous – évalue le contenu de ces containers afin de faire des triples voir quadruples bénéfices, le tout, sans rien déclarer aux impôts. C’est pas de la politique.

    3
    14
      Bibi
      25 novembre 2019 - 18 h 35 min

      Au rédacteur en chef,
      De grâce arrêter de mettre la photo de cette Momie fossilisée dans vos articles Svp.
      Elle fait peur aux enfants et donne des nausées et vomissements aux adultes.
      Merci

      6
      9
    J'ai du mal à croire cet article...
    24 novembre 2019 - 2 h 14 min

    Car rappelez vous l’intox est souvent le travail des médias, mais disons que même si c’est vrai, je n’y crois toujours pas que Boutesrika puisse penser ne serait ce qu’un jour à la patrie Algérie. C un homme qui n’a que du dédain envers son Peuple, il vomit l’Algerie entière autrement il n’aurait pas choisi le 4ème et 5eme mandat bach yetsadar ki laaroussa de deux sous avec des 1er ministres et dirigeants étrangers devant des caméras et dés flash de TV pour servir d’intox envers un peuple qu’il haïssait depuis toujours et lui dire, « regardez je peux bouger mes lèvres et un bras comme je l’ai toujours fait avant ». Boutesrika ne connaît que les ruses, la corruption à outrance, les calculs machiavéliques, et se soigner à l’étrangers au lieu d’avoir e’nif taa rjal et construire à nos médecins un hôpital de rêve et à la dimension du pays…mais non, il attendait avec impatience que la grande mosquée soit fini, et l’a baptisée en son nom comme celle de Hassan dos au Maroc. Alors imaginez comment la pensée d’un fédéralisme est juste impossible et incompatible vu l’itinéraire de ce personnage périmé depuis 1978. Citez moi un seul institut, ouvragé économique d’importance que les enfants d’Algerie ont construit d’eux même depuis 20 ans? Walou! Tout a été importé clef en main alors que nos universités ne demande que ça. Le fédéralisme est trop gigantesque pour ce merdeux, et Al hamdou li Allah, l’histoire retiendra ila youm eddine que le nom BOUTEFLIKA et celui leurs descendants sera synonyme du mal et de traîtrises envers la patrie.

    48
    21
    revolution
    23 novembre 2019 - 22 h 29 min

    Je pense plutot que le plan de boutef etait de mettre la touche finale au plan de morcellement de l’algerie commandé par ses maitres, apres les fleurons industriels du pays, le petrole et le gaz et tout le reste, cette, soit disant, reforme etait le courronnement de 20 ans de destruction methodique et continue de tout ce que possaie ce pays en ressorces et en investissements, le plan des puissances occidentales est clair, et il a toujours consisté a essayer d’isoler le sahara du reste du pays, et c’est ce que bouteflika s’appretait a faire, l’etape suivante aurait consisté a trouver, ou plutot créer, un pretexte pour l’isoler … et les bases militaires de ces puissances sont déla sur place et encerclent des 3 cotés la zone convoitée

    63
    92
      Nadir
      24 novembre 2019 - 1 h 41 min

      Totalement d’accord avec vous.

      9
      33
    K.DZ
    23 novembre 2019 - 19 h 31 min

    Les révélations se suivent et se ressemblent. Flen à contacté felten pour lui proposer d’être le président de la République rien que ça !, mais ce Flen a décliné l’offre parce que… Il n’y a pas assez d’argent dans les caisse. Ensuite un autre felten déclare avoir été « approché » par de puissants barons (R’BOUBA) pour sauver le pays des griffes de la euhhh… l’instabilité, ce Flen a accepté mais à condition qu’on lui donne le pouvoir de faire ce qu’il veut….du peuple. Accordé, l’autre felten à décliné l’offre parce qu’il ne serait qu’un 3/4 de Berzidan, etc. On dirait que ces R’BOUBA se comportent comme dans un marché aux puces, oubliant totalement qu’il s’agit de l’avenir d’un pays et de tout un peuple.

    71
    28
    Anonyme
    23 novembre 2019 - 18 h 58 min

    Ce grandissime Harki, préparé par De Gaulle et couvé par le roi du Maroc, était en Algérie pour un seul but :LA DETRUIRE! et par là même prendre une revanche pour la France.

    73
    34
    Apulée de Madaure
    23 novembre 2019 - 18 h 21 min

    Plagiat de Boutef et le réchauffé de Abdelkader Bengrina.

    Réforme des structures et des missions de l’état : La régionalisation pour en finir avec le régionalisme
    M A O Publié dans El Watan le 06 – 06 – 2010.

     » … Mais au-delà de ce que l’on peut penser de cette annonce et des motivations de ses auteurs, elle a au moins le mérite d’avoir ressuscité le débat sur la nécessaire restructuration de l’Etat tant évoquée mais jamais réalisée. L’approche, par laquelle on aborde cette réforme, varie selon que l’on soit au sein des appareils de l’Etat ou dans l’opposition. Bien qu’ancienne, l’idée de la régionalisation a été ainsi évoquée pour la première fois par le Front des forces socialistes (FFS) en pleine crise de 1992. Le parti de Hocine Aït Ahmed avait parlé de « régionalisation positive », qu’il présentait comme une voie salvatrice au pays et comme un rempart contre le clanisme imposé par le pouvoir … »

     » … Près d’une décennie plus tard, soit en 2001, le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD a relancé l’idée à sa manière, en recommandant une régionalisation modulable. Un projet qu’il défend toujours comme le FFS le fait aussi pour la « régionalisation positive ». Le RCD mettait en garde contre les méfaits de la monopolisation du pouvoir par un clan issu d’une même tribu. Une monopolisation qui peut déboucher sur des actions incontrôlées, voire sécessionnistes. Pour éviter ce genre de dérive, il a appelé à « accélérer le processus de désintégration de l’Etat-nation de façon réfléchie en optant pour un Etat nouveau fondé sur la décentralisation des centres de décision » … »

     » … La même année, le chef de l’Etat avait mis en place une commission ad hoc sur la réforme de l’Etat présidée par Missoum Sbih, professeur spécialisé en droit constitutionnel. Dans son rapport remis au président Bouteflika, la commission Sbih avait ainsi préconisé « la décentralisation ou la déconcentration ». La commission a proposé dans son rapport la création de circonscriptions administratives de l’Etat qui regrouperaient plusieurs wilayas et seraient dotées d’un pouvoir consultatif … »

     » … En 2009, le président Bouteflika a insisté, dans son discours d’investiture pour un troisième mandat, sur la réforme des structures et des missions de l’Etat. Il a attesté que « la réforme des structures de l’Etat a pour objectif une nouvelle répartition des pouvoirs publics, en particulier ». Il a ainsi fait sortir un autre concept : la décentralisation poussée. Une décentralisation qui devra, selon lui, prévenir les risques de dérives … »

     » … La centralisation a provoqué un énorme déséquilibre en termes de développement local et régional selon que telle ou telle région détient les leviers du pouvoir central. L’une des conséquences de ce déséquilibre est l’entassement de la population dans une aire géographique ne dépassant pas les 4% de la superficie de notre pays qui est cinq fois plus grand que la France. »

    68
    23
    Trahisons sur Trahisons
    23 novembre 2019 - 17 h 17 min

    C est ce que je disais juste hier …ils vont remplacer le peuple algérien par ses migrants juste pour un jour le 12 déc voilà tt s explique et c vrai l Algérie a elle seule ses derniers temps je l ai lu sur un article dépasse tte la Europe en migrants …

    58
    32
    Le Berbère
    23 novembre 2019 - 15 h 40 min

    J’ai une forte intuition que la déclaration de ce candidat  » lièvre  » de prochain scrutin présidentiel n’est pas une déclaration innocente à cause de son timing. Ya ibad Allah, les détenteurs du pouvoir actuel sont une copie/ collée de même régime qui gangrène notre pays depuis plus de 20 ans. Les Bouteflikiens ont toujours étaient des anti intérêts nationaux .ils étaient invité pour géré le pouvoir exécutif pour un seul but : faire endormir le peuple et envoyer l’Algérie vers les abîmes..Bouteflika est un destructeur de la nation algérienne avec sa politique de pacification avec les groupes terroristes et leurs résidus . Bouteflika à détruit les valeurs de la nouvelle Algérie issue des principes de novembre 54 en instaurant et imposant l’arabe comme une langue officielle dans un pays dont la quasi-totalité de sa population est berbère par la culture , les coutumes et les marqueurs génétiques . Bouteflika est son clan de même douar n’ont jamais voulu de bien pour l’Algérie, ils étaient là car la junte militaire et criminel l’ont imposé au peuple algérien qui à subit un sanglant génocide causé par la décennie noire. Je ne suis pas historien et je ne le prétends pas de l’être, il m’arrive de lire des ouvrages, des bouquins qui retracent l’histoire de notre pays depuis l’existence de notre pays sous forme d’une nation politique et militaire ( l’antiquité) et je peux vous dire que les algériens n’ont jamais eux des dirigeants intègres qui défendent les intérêts nationaux depuis la fin des grandes dynasties Numides …Je vais cité une sagesse de défunt de grand Mahatma Gandhi  » Un individu conscient et debout est plus dangereux pour le pouvoir que dix mille individus endormis et soumis  » .
    Soyons des individus conscients et debout devant ce pouvoir mafieux mes chers compatriotes , C’est le destin de toute une nation qui est en jeu durant cette dure transition politique . C’est le destin de notre Algérie..On à pas une autre nation de substitution si nous laissons les collabos détruisent ce qui à été construit depuis plus de 3000 ans . Tahya Al Djazëir et son honorable peuple fière et combattant . VIve le peuple Algérien !

    67
    25
    Anonyme
    23 novembre 2019 - 15 h 20 min

    Un handicapé invalide qui voulait faire des réformes dans le pays, Mouhahaha. On aura tout entendu. Son frère faisait quoi : Balade en voiture, matait les nanas, lunettes de soleil, des CD de Raï dans la voiture Cheb ceci, Cheb cela, l’Europe, l’Amérique, on rêve de belles voitures, de grosses coupures, villa par ici, appartements à l’étranger, smartphone dernier cri, je vais flexi (recharger), je vais voir mes copains, copines et après j’irai tapé dans la caisse, j’ouvre le tiroir – caisse et je prends des millions sans travailler. Pas belle la vie, je fais comme je veux, aucun compte à rendre à personne car j’ai des connaissances (réseau), je pique tout le fric et je m’en vais. C’est la culture de ces gens, ils ne recherchent que l’impunité et sont toujours dans le (mazèle in râli) car ils ne veulent que voler en faisant payer les pots cassés aux pauvres (ouvriers, employés). Que des fumiers.

    53
    34
    ASSAYI ATHENSSAYES
    23 novembre 2019 - 14 h 38 min

    le phantome de zeralda etait hors jeux depuis longtemps et tous ses soutiens y compris ceux de la bande actuelle se sont servi de lui jusqu au moment ou il y a eu embrouille entre eux. le clan actuel qui a pris le dessus se plait a ressasser que c est grace a lui que la bande est eliminee .il oublie que c est lui vraiment le noyau dur. l a veuglement et la folie qui animent ces voyous qui ont pris l Algerie en otage en imposant la tyranie et la fuite en avant finiront par les emporter. voila une bande d hyenes qui n obeit qu a son instinct feroce , qui ne reflechit guere aux consequences de leurs actes.
    meme si vous etiez propre bande d ignorant; vous n avez quand meme pas la competance.
    ….
    salutations a Imed Lakhdara de Monreal qui fait un beau travail pedagogique et qui est tres pertinent dans son combat contre cette meute enragee.

    113
    32
    Anonyme
    23 novembre 2019 - 13 h 03 min

    J e me battais pas paracerque tu étais un bon président, mais paracerque nos ancêtres sont les même.

    3
    36
    Anonyme
    23 novembre 2019 - 13 h 01 min

    Je me battais toujour de ton coté par ma plume

    1
    43
    mokrane
    23 novembre 2019 - 12 h 45 min

    Certains profitent de la couverture du hirak pour nous faire rentrer plus de 500 migrants par jour. Les migrants affluent de plus en plus pensant que les autorités ont trop à faire avec le Hirak. Prenez des dispositions à l’ encontre de ces cambrioleurs qui osent franchirent une enceinte qui n’ est pas la leur. Il faut un véritable balayage et reconduire chez eux tout les migrants, tous. Ils sont sous agendas sans le savoir. Affaire sérieuse, zone rouge.

    138
    170
      Anonyme
      23 novembre 2019 - 15 h 37 min

      Rak tekhrott lil wenhar!! Tu es infatigable!!

      81
      63
        ANONYME-MAN
        23 novembre 2019 - 16 h 43 min

        Moi je dirai que vous êtes tous pareilles
        des khorotos tous que vous etes ici…

        32
        62
    Anonyme
    23 novembre 2019 - 12 h 18 min

    Ils continuent à nous prendre pour des imbéciles! Ils voudraient réhabiliter leur gourou, en nous faisant croire que, tout ce qu’il n’a pas fait en 20 ans ( et même plus!!), était sur le point de le faire après avoir perdu toutes ses capacités mentales et physiques?!! Ces criminels que d’aucuns appellent des résidus de la bande, moi, je dirais que l’ancienne équipe, au grand complet, est toujours aux commandes de ce pays, avec la caution de la France et des monarchies moyenâgeuses.

    63
    34
    Karamzov
    23 novembre 2019 - 11 h 49 min

    Mais bien sûr qu’il allait instaurer le fédéralisme, une constituante, et la séparation de la mosquée et de l’Etat. Tamazight seule langue nationale et officielle Et une dawla madania matchi 3eskariya. Et comme il savait que ça n’allait pas être facile, il a attendu d’avoir un pied dans la tombe pour l’oser.

    58
    33
    Thamourth
    23 novembre 2019 - 11 h 39 min

    Ils nous vendent des slogans et des projets de ghettoïsation régionaliste des citoyens, sous couvert de fédération. Ils sont extraordinaires ces apprentis sorciers qui veulent diviser le pays pour le mettre à disposition des maîtres invisibles.
    Fédérer ou fédérations ???? Le peuple est unit, et eux, leurs projets c’est de le diviser en ethnies, en kabyla, en archs. En somme le tribalisme et les identités coloniales brillamment décrites par Patricia Lorcin sont profonds au sein des décideurs déchus.
    Pas mal de proposer la régionalisation, au moment où l’Europe s’unit pour faire face aux défis d’aujourd’hui et de demain.
    On a besoin de penseurs, et pas de danseurs.

    108
    212
      Kamel75
      23 novembre 2019 - 15 h 57 min

      Tu n’as malheureusement pas le niveau pour comprendre le concept de fédéralisme.
      Ce sont les gens comme toi qui veulent nous diviser et nous mener vers la guerre civile.
      Il suffit d’affirmer que peuple est uni pour qu’il le soit.
      L’état jacobin algérien n’est rien d’autre que le poison que jacobinisme français nous laissé.
      La décentralisation et le respect des identités dans un cadre fédéral est le seul qui pourras sauver ce pays du démembrement. Le mariage doit être consentie et non forcé car autrement il finit en drame.

      162
      96
      mokrane
      23 novembre 2019 - 18 h 24 min

      L’ europe s’ unit ?? Va dire ça au brexit. En parlant de danse, c’ est pas avec la danse du ventre que tu arriveras à duper quiconque.

      110
      27
    aitberber
    23 novembre 2019 - 11 h 38 min

    Azul . Bonjour . C’est une information tout à fait crédible . le président Bouteflika est un homme qui a eu toujours la méfiance vis à vis des militaires , depuis qu’ il était ministre des affaires étrangères . d’ailleurs il en eu maille avec feu Kasdi Merbah , et même le défunt président Boumediène à qui il avait dés 69 reproché de ne pas accorder plus de postes de ministères à plus de civils . je pense que c’est la mafia miltaro – politqie qui a agi de manière à ralentir , voire freiner les dites réformes . il a pris conscience qu’ il fallait aller vers un système décentralisé , du type fédéral afin d’éviter que la Kabylie ne revendique de manière radicale son Indépendance . le drame de cette situation est que les Kabyles n’ ont pas saisi la perche , quand à plusieurs reprises , il a eu le courage de déclarer à Tizi – Ouzou que L’ Algérie n’existe pas sans la Kabylie qui est son âme , comme la Kabylie ne peut pas exister sans ce grand territoire qu’est notre pays . d’ailleurs , lors de la coupe d’ Algérie , le drapeau fédéral amazigh a été accroché partout à Alger .

    82
    43
    Momo
    23 novembre 2019 - 11 h 20 min

    Bouteflika est le plus grand malheur qui a accablé ce pays.
    L’idée de fédération n’a jamais été, ne serait ce qu’une fois évoquée par le pouvoir. Et puis ce genre de question ne se discute pas en aparté, qui plus est, avec le représentant dun parti confidentiel. Le pouvoir a assez de bras dans les assemblées qui lui sont acquises (APN et Sénat ) pour se passer du concours de Bengrina.
    De plus ce sont des questions qui sont sujettes à référendum populaire.
    Encore une fois, Bengrina veut passer l’idée qu’il y avait complot visant la partition du pays dont Bouteflika est l’instigateur et que Gaid Salah est le sauveur de l’état nation. Ce qui est faux bien sûr.
    Ce Bengrina est un tartuffe. Si on était dans un pays normal , je le verrai comme instituteur d’une école primaire dans une ville comme Sidi Bahbah. Surtout avec son noeud de cravate approximatif.

    80
    33
    Anonyme
    23 novembre 2019 - 11 h 17 min

    Je ne pense pas que Bouteflika dans l’état ou il était pouvais decider de quoi que ce soit , on décidait pour lui , c’était une marionnette , et cela arrangeait les vautours qui l’entourraient.

    10
    39
    LE DUC D'ALGER
    23 novembre 2019 - 10 h 53 min

    Ne soyez pas naifs et de croire aux mythomanes;ni aux commis et ni aux soumis,Mr Bouteflika n’a jamais voulu quitté le pouvoir,il voulait resté jusqu’a sa mort,il prévoyait etres remplacé par un membre de sa famille frères ou neveux,,soit par un proche né Oujda ou environs,s’il est surnommé Pharaon ce n’est pas pour quitté le pouvoir,c’est un malade du pouvoir et la corruption et les magouilles,sachez que ce traitre n’est jamais venu en Algérie pour son bien,il est venu pour la détruire ,pour l’a faiblir;comme preuve citer moi le nom d’un de ses collaborateurs qu’il n’est pas un traitre,un corrompu,un bandit,et un voleur,avec l’argent du peuple il a acheter tout le monde de l’Imam jusqu’au voyou,allez vous voir les pays voisins comment ils sont développer par rapport au notre,nous n’avons meme pas des hopitaux dignes pour soigner nos malades;un traitre né traitre et il demeura traitre jusqu’a sa mort

    69
    32
    Anonyme
    23 novembre 2019 - 10 h 53 min

    En vérité, est-ce vraiment le problème de savoir ce que Bouteflika allait faire…. Le problème , c’est la survie de notre pays par rapport à ses institutions politiques, son orientation économique, son devenir suite au réchauffement climatique et sa dépendance alimentaire. Et l’avenir des jeunes générations.

    Comme d’habitude on regarde en arrière parce que, comme d’habitude et depuis longtemps, on a peur, ou on ne sait pas, ou on ne veut pas, ou on ne peut pas affronter l’avenir et définir une gestion rigoureuse et un projet politique intelligent pour ce pays. Nous sommes dans la magouille jusqu’au cou.

    Le Hirak c’est une révolte, oui assurément, mais c’est aussi le désarroi d’une jeunesse qui instinctivement a senti que ce pays courait à la faillite. Alors continuons à brasser du vent, à faire semblant de penser. Nous nous enfonçons chaque jour qui passe dans une grave crise existentielle à l’échelle de tout un peuple qui n’a jamais connu la liberté. Et l’on nous parle de ce qu’aurait pu faire Bouteflika!

    C’est la preuve flagrante de la nullité de ces individus qui se présentent à la fonction suprême de l’Etat. En 57 années d’Indépendance, nous en sommes encore là. A désespérer. A prendre n’importe quel rafiot pour foutre le camp.

    64
    30
    LML
    23 novembre 2019 - 10 h 30 min

    JE me demande qui est le plus dangereux entre said,b et caid Les Mauvaises Langues disent que said,b et sellal allait solliciter l armer pour tirer sur les manifestants

    24
    103
    C'est invraisemblable quand on regarde la réalité
    23 novembre 2019 - 10 h 24 min

    …., premièrement Bouteflika est un putschiste de la première heure et de pur sang, il ne vit que par et pour la force, le dialogue pour lui se résume aux nombre de division camarade, il suffit juste de lire son CV et ses déclarations, l’Algérie c’est moi par exemple, aller jusque à instituer un système moderne dont la transparence, le dialogue, les compromis et la légitimité sont le pivot et l’esprit même, c’est tout de même aller vite en besogne surtout si on réalise une sorte de best of les dégâts de son règne durant 20 ans, ensuite comment ça se fait alors que Bouteflika n’était même pas conscient de son existence, incapable de faire ses besoins les plus élémentaires, puisse penser à un système politique en dehors de son idéologie, qui va le mettre lui et son frère hors jeu ? Enfin cet islamiste de Bengrina ! Peut on accorder une once de crédibilité à des personnes de son acabit, on dira un bahloul qui à échapper d’un asile pour personnes atteinte de la trisomie 21, le système de pensée des gens comme Bouteflika est incompatible avec la légitimité populaire et la transparence.

    59
    32
    Ayweel
    23 novembre 2019 - 10 h 15 min

    Après avoir dépouillé l’Algérie, et après l’avoir clochardisé, il est temps de la morceler et à chaque baron oriental, en tant que sous traitant de l’occident, son morceau en guise de récompense pour les services rendus. Chose connue qui rentre dans le plan américain pour la reconfiguration du moyen orient et de l’Afrique du nord, middle east and North africa reconfiguration .sauf que l’onde de choc du cinquième mandat a fait introduire un nouveau paramètre qui fait que cette reconfiguration doit se faire no seulement de la direction américaine mais aussi de la direction occidental et dans le contresens de la Russie de l’Inde et de la Chine, d’Où un blakout total sur le mouvement populaire. Cette nouvelle configuration tends à faire de l’Algérie le pays musulmans le plus démocratique superficiellement mais le plus dictatorial intérieurement. Juste une mutation artificielle dans les procédures de contrôle de l’état algérien au service del’occident .

    44
    123
      mokrane
      23 novembre 2019 - 12 h 16 min

      Comment ne pas comprendre que c’ est justement le centralisme jacobin qui fait dans le morcellement de l’ Algérie ?? Comment ne pas le comprendre ??? Vous ne voyez donc pas que le MAK est né en réaction à ce jacobinisme centraliste strangulateur et mortifère ? Comment expliquer que mhenni est passé de la position d’ ultra Algérianiste à indépendantiste ? On peut tout reprocher à mhenni mais quand même ! Vous ne voyez donc pas que le Sud Algérien ( touaregs) avait aussi pris les armes et demandé son indépendance en réaction à ce jacobinisme centraliste strangulateur et mortifère ?? Vous ne voyez donc pas que même chez les chaouis ( MAC) des mouvements naissent qui émanent aussi d’ une prise de conscience ancrée insupportée par ce jacobinisme centraliste ? Que recherchez vous au juste ?? Que l’ Oranie demande à son tour son indépendance axé sur l’ ancien royaume de Tlemcen ?? Que le Constantinois aussi ?? Que le Chélifois aussi ?? C’ est cet aveuglement, ce déni qui vous poussent à rejeter toujours la faute sur autrui et sur les inquisiteurs étrangers et à ne pas voir que la mort programmée et assurée est dû à la politique de ce régime ! C’ est vous qui donnez à manger et à boire aux corbeaux de malheurs ! Quand est ce qu’ allez vous vous en rendre compte ?? Le morcellement se fait en réaction à cette gouvernance centraliste has been qui fait que l’ Algérie est aujourd’ hui une véritable cocote minute prête à exploser !! C’ est en cela que je déduis que la politique ( logos) rouillée de l’ Algérie perpétrée par gaid veut le morcellement de l’ Algérie et veut la faire rentrer dans le cadre d’ une reconfiguration mondial sinon il aurait compris depuis bel lurette que l’ avenir de l’ Algérie se trouve dans la schématisation National retranscrite par les six anciennes wilayas fédérale historique qui ont fait leur preuve dans l’ unité National car fédératrice et qui ont sorti la 5eme puissance mondial. Je vous vois arriver en me disant  » oui mais ces wilayas correspondaient à la libération National », réflexion par l’ absurde car nous parlons ici du mécanisme et de son bon huilement synchronique qui nous aurais pu nous mettre sur les rails d’ une viabilité diachronique soudée et non scindée comme c’ est le cas actuellement. En somme, le centralisme jacobin qui tire son essentialisme que dans le liberticide, est source de morcellement géographique et territorial. Le déni et l’ espoir du contraire renforcera cet enchevêtrement qui deviendra sous peu inextricable. L’ espoir réside dans ce Hirak et l’ émergence d’ une seconde république en phase avec notre temps pour faire face à l’ état actuel du monde. L’ Algérie dans laquelle nous vivons est totalement déphasée avec le monde actuel et c’ est pour cela qu’ émergence il n’ y aura jamais sauf pour les tyrans suicidaire qui la dirige.

      153
      33
    DZA
    23 novembre 2019 - 10 h 09 min

    Ce que raconte Bengrina peut être vrai à la limite.
    Seulement, quel crédit peut-on accorder à Bouteflika après le discours de Sétif (2012) où il a déclaré à la Nation entière : ‘’ Tab djanna ‘’.
    Tout le monde s’attendait à un changement et un passage du flambeau à la jeunesse. Or, il a fait tout le contraire.
    L’Algérie d’aujourd’hui est son œuvre. Il est inutile de chercher midi à 14 heures. Donc, on s’en fout de ses intentions.
    Ce sont les faits qui comptent.

    57
    35
      Anonyme
      23 novembre 2019 - 13 h 33 min

      On attend toujours l’organisation d’une coupe du monde dur les 2, promises, oh pardon! Juste un stade pour notre EN. Ce n’est pas une priorité, mais c’est important pour l’image du pays.

      33
      30
    KIF KIF
    23 novembre 2019 - 9 h 58 min

    Je ne crois pas un mot à ce qu’il déclare ce mythomane de Mr Bengrina,il est atteint de la maladie de caniches en manque d’effection de son maitre,Mr Bouteflika n’a caché son attachement à la monarchie du lieu de sa naissance et aussi celle de sa bande mafieuse d’oujda,il aussi grand fidèle admirateur de l’ex roi du Maroc hassan II,il a tout fait pour détruire la nationale Algérienne,et servir l’Algérie a ses mentors Marocains dans un plateau en OR dure,et si ALLAH et le HIRAK qui l’ont empècher de réalisés ses rèves de traitre,rappelez vous des beaux discours de l’autre mythomane d’Ould abbès,ce que de la propagande d’un système mafieux arrivé a sa fin,l’Algérie est indivisible et l’ex occupant n’est arrivé,n’est l’actuel n’est arrivera pas

    88
    32
    Anonyme
    23 novembre 2019 - 9 h 53 min

    Le pays est déjà fédéré par les castes qui ont chacune une région. Un fédéralisme des castes aura toujours le meme résultat, vu que le pouvoir central est là et constitué par les memes « fédérateurs ».
    Ceci dit, bouteflika n’est seul responsable, surtout que son pouvoir devant les militaires a toujours été limité, quoiqu’on dise les 500 milliards$ volés ne peuvent etre une affaire d’un seul homme. Il faut donc que tous ceux qui ont géré de près ou de loin le pouvoir doivent passer devant les juges

    54
    47
      Amin99
      23 novembre 2019 - 11 h 58 min

      @Anonyme
      23 novembre 2019 – 9 h 53 min
      C’est bien Bouteflika qui a miné le pays par ses calculs et sa ruse, il a placé ses hommes à tous les niveaux et semer le vol et la corruption, c’est lui qui a concentré le pouvoir autour de sa personne en noyant l’ensemble des institutions du pays, c’est lui aussi qui a favorisé les castes, il deboulonait qui il voulait sans rendre compte à personne, c’est le premier responsable du malheur du pays, il ne faut pas le dédouaner car il aurait pu choisir une autre trajectoire pour le pays.
      Maintenant il faudra des années pour changer les mentalités et sortir le pays de l’archaïsme dans lequel il baigne, c’est plus grave encore que les milliards détournés.

      67
      31
      mokrane
      23 novembre 2019 - 14 h 03 min

      C’ est pour cela qu’ il faut d’ abord assainir et refonder un Etat de droit

      88
      30
    Zaatar
    23 novembre 2019 - 9 h 28 min

    Tous les subterfuges sont bons pour brouiller les cartes. Et toute tentative de brouiller les cartes est la bienvenue pour le système. Je ne crois qu’en ce que je constate sur le terrain , qu’en ce qui est confirmé par tous. Tout le reste ne peut servir que les intérêts de celui qui les mets sur la table d’une manière directe ou plus subtile.

    23
    33
    Amin99
    23 novembre 2019 - 8 h 41 min

    Comment peut-on croire à une sortie pareille, surtout venue d’un candidat malheureux qui cherche à tout prix à justifier ses choix. Il faut être amnésique pour croire à une telle sottise.
    Jamais ces gens n’ont pensé au peuple, le Kourssi avant tout et cela continue aujourd’hui, la preuve, on continue encore à l’ignorer malgré toutes ses sorties.
    ..

    51
    34
      Bibi
      23 novembre 2019 - 11 h 45 min

      L’ Italie a la Sicile et les Corleone, nous nous avons le clan d’Oujda et bagrat el Arkan!

      65
      32
    ABOU NOUASS
    23 novembre 2019 - 8 h 33 min

    Si ce qu’avance ce Bengrina est réel en l’état, qu’il apporte des preuves concrètes de ce projet un peu trop tiré par les cheveux.

    Pourquoi annoncer ça aujourd’hui ? A quel dessein le fait-il ?

    Veut-il désavouer G.S ou le vouer aux gémonies ? Si Taoufik le savait pourquoi le cache-t-il ?

    Toutes ces interrogations prêtent à confusion et vont donner du grain à moudre à bon nombre d’individus concernés dans l’entourage du cercle décisionnel.

    21
    32
      Anonyme
      23 novembre 2019 - 11 h 00 min

      Ou ils se noient dans leur incompétence ou il y’a une lutte de clans sans merci ???

      17
      29
    Anonyme
    23 novembre 2019 - 8 h 19 min

    C’est encore une tentative de disculper Bouteflika qui ressemble à celle de Boumediene qui allait lutter contre la corruption juste avant sa mort!! Donc si je comprends bien , durant 19 ans il a mis le pays à genoux, et il a décidé miraculeusement de faire quelque chose dans sa 20ème année!!!

    69
    36

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.