Le FFS réitère son appel à l’élection d’une Assemblée constituante

FFS Assemblée
Le secrétaire national du FFS, Hakim Belahcel, au centre. PPAgency

Le Front des forces socialistes (FFS) a dénoncé, ce lundi, «la poursuite des mesures de répression et des arrestations arbitraires, le refus de toute libération inconditionnelle des détenus politiques et d’opinion et le non-abandon des poursuites judiciaires».

Le FFS rejette également «toutes les manœuvres qui visent à étouffer les revendications de la révolution pacifique du peuple algérien, qui aspire à un changement radical du système et non à un ravalement de façade» et rappelle que «les revendications légitimes du peuple ne peuvent être satisfaites que par l’élection d’une Assemblée nationale constituante dont la mission est l’élaboration d’une nouvelle Constitution consensuelle, adoptée par un référendum populaire, prélude à l’avènement de la deuxième République qui est la seule perspective de sortie de crise».

Le FFS «considère que les exigences de cette révolution pacifique, sur le plan politique, économique, social, culturel, ne peuvent être satisfaites que dans le cadre d’une transition démocratique pour instaurer un Etat de droit civil, démocratique et social». Le parti, qui se dit, par ailleurs, «préoccupé par le contexte régional et international menaçant à nos frontières», «réitère son attachement indéfectible à la défense de la souveraineté nationale, de l’intégrité territoriale et de l’unité de son peuple», tout en exprimant «sa solidarité au peuple frère libyen et son souhait que la crise actuelle trouve sa solution dans le cadre de la légalité internationale et du dialogue entre Libyens».

N. D.

Comment (9)

    Hirak .... et Assemblée constituante ??!!
    14 janvier 2020 - 12 h 09 min

    Je voudrais simplement dire au FFS, au PST, au PT etc. etc.qui exigent sans cesse une Assemblée Constituante, admettons qu’une majorité se dégage pour qu’on l’organise, il serait utile qu’ils nous expliquent d’une manière précise et concrète, aussi bien au Hirak qu’aux citoyens algériens en général, qui siégera au sein de cette assemblée ? Comment élire (ou désignés) cette composante qui aura la charge, et ce n’est rien d’autre cela, de rédiger une Constitution afin de la soumettre au final au référendum populaire ? C’est beau et noble de parler de Constituante, pas de souci pour cela c’est d’ailleurs la solution idoine, mais dîtes nous simplement comment vous voyez, comment vous concevez, de manière claire, précise et concrète, l’organisation d’une si importante Assemblée. On veut bien entendre vos incantations sans fin, mais on souhaite des précisions claires à ce sujet, et si vous nous convainquez d’une manière concrète, on va y adhérer …pourquoi pas. Merci à vous.

    PS : moi, en ce qui me concerne, je préfère opter pour la rédaction d’une Constitution à partir d’un hirak auto organisé autour de la société civile et avec toutes les tendances des forces du vrai changement , celles qui sont pour un nouveau système politique et de gouvernance, pour un vrai Etat de droit, dans le but de rédiger sa propre mouture de Constitution qui tienne compte de toutes les revendications du hirak et qui sera proposer directement au référendum populaire en se basant sur les articles 7,8 et 12 de la Constitution. Il faudrait profiter de la formidable dynamique du hirak pour écrire notre propre Constitution et pour l’imposer au pouvoir durant les négociations et pour être plus à même de la défendre ! Le hirak doit être une force d’opposition et de proposition, et ne pas chercher à compliquer les choses par un Constituante qui prend du temps et qui risque de nous surprendre par certains aspects qui ne sont pas en en rapport avec la vraie démocratie qu’exige le hirak ! Attention de trop jouer avec une Assemblée Constituante dans un pays comme le notre ! Aujourd’hui le hirak est fabuleux de cohésion et d’unité, est-ce qu’il en sera de même au sein de cette Assemblée ?????????

    12
    4
    Front des Forces Stupides.
    14 janvier 2020 - 3 h 39 min

    Ce partis à perdu le peu de respect qu’il avait,je regrette d’avoir voté pour eux je pensais que c’est le seul partis qui pouvait libérer la jeunesse kabyles du mak et dès regionalistes et être un pont avec le reste du peuple malheureusement il est rentrer dans leurs jeux ou peut être je me suis trompé ils ne sont différents!..

    3
    14
    Anonyme
    13 janvier 2020 - 18 h 51 min

    « Constituante »!!!.. très mauvaise idée!! grosse perte de temps et potentiellement très dangereux !!
    Le plus vieux parti de l’opposition est-il aussi le plus déconnecté de la réalité ??
    Ce qu’il faut plutôt, c’est une période transitoire de 2 ans, gérée par une présidence collégiale avec pouvoir de légiférer. Un gouvernement de technocrate sera nommé, sa mission principale sera l’organisation, dans un délai de 2 ans, d’une présidentielle. Dissolution des 2 chambres et de TOUS les partis politiques. La liste électorale sera mise à jour et le code électoral sera révisé. L’armée assurera la sécurité et la sérénité, sans faire de politique.
    Mais le point le plus important durant cette période de 2 ans, serait de LIBÉRER LA PAROLE. Instaurer une véritable liberté d’expression. Permettre à tous les citoyens de s’exprimer et de s’organiser (surtout ceux que nous n’avons jamais entendu), donner libre accès aux médias publics et privés. Le but étant de permettre l’immersion de nouvelles têtes, de nouveaux leaders, d’une nouvelle classe politique qui prendra les choses en main. De nouveaux partis politiques et de nouvelles associations seront créés. Et une vraie élection présidentielle sera enfin organisée. Et c’est le président élu, avec toute la légitimité qui sera la sienne, qui poura engager les gros chantiers pour construire la nouvelle Algérie.

    3
    23
      Anonyme
      13 janvier 2020 - 21 h 34 min

      « immersion »! oups!
      Lire « émergence » au lieu de « immersion »

      1
      2
        Dahman
        14 janvier 2020 - 12 h 50 min

        t inquiètes pas les gens qui te connaissent ne te lisent plus
        un manipulateur,pro-gouvernement,les insultes ect..

      Anonyme
      14 janvier 2020 - 15 h 48 min

      @Anonyme 13 janvier 2020 – 18 h 51 min , ce que vous proposer est du n’importe quoi car on ne peut rester indéfiniment avec la Constitution hyper napoléonienne de Bouteflika ! Où on va vers une Constituante qui demandera certainement du temps, ou par l’auto organisation du hirak dans toutes ses composantes élabore une Constitution qui tienne compte des revendications du hriak et on la soumets au référendum populaire ! le statut quo est dangereux et arrange le pouvoir !

      1
      1
        Anonyme
        14 janvier 2020 - 21 h 55 min

        @Anonyme 14 janvier 2020 – 15 h 48 min
        Le peuple Algérien est très divisé. Une constituante ne fera qu’aggraver cette division, et plus ça dure dans le temps, plus c’est dangereux. Alors qu’avec une période de transition de 2 ans suivie immédiatement par une présidentielle, on aura un président légitime qui pourra rassembler les Algériens autour de lui. Deuxièmement, comment peut-on croire qu’il suffit d’écrire une « bonne » constitution pour régler le problème Algérien? personne ne s’est jamais soucié du respect de la constitution et des lois! Troisièmement, j’ai parlé d’une période de 2 ans dirigée par une présidence collégiale avec pouvoir de légiférer. s’il le faut, cette présidence pourra modifier la constitution afin de réduire le pouvoir du président. Encore une fois, une constituante, c’est très dangereux!

    Fellag
    13 janvier 2020 - 17 h 59 min

    Il n’existe pas d’autres solutions,il faut que l’Issaba disparaitre a jamais de la vie politique du pays,ni Tebboune,ni chorfi;ni younes,ni mokri ,n’attirent confiance,se sont que des complices de l’Issaba

    12
    5
      Oui ....mais !!!
      14 janvier 2020 - 12 h 15 min

      Cher internaute @Fellag, oui on est en très grande majorité d’accord il faut que la issaba disparaisse, mais entre temps, il faut que le Hirak pense à s’auto organise, commence à réfléchir sérieusement sur la transition, rédige sa propre mouture de Constitution en fonction de ces revendications depuis le 22 février, ainsi que sa propre feuille de route consensuelle à imposer au pouvoir. Il faut qu’on se mette au travail , çà urge !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.