Notre position

Algérie «mise au point»
L'Algérie avant tout ! PPAgency

Par M. Aït Amara – Cette «mise au point» a été rendue nécessaire par les commentaires de lecteurs auxquels nous adressons nos plus vifs remerciements d’être restés fidèles à notre site, en dépit des chimériques tentatives de son musellement qui persistent à ce jour.

Parmi nos lecteurs, certains croient entrevoir un «revirement» dans notre ligne éditoriale. Qu’ils soient rassurés : il n’en est rien. Algeriepatriotique n’a jamais dévié d’un iota de ses convictions, malgré toutes les critiques et les attaques – normales – qu’il subit ; «normales» parce que nous n’avons pas pour habitude de tenir le bâton par le milieu, ni de mitiger nos propos. Cette franchise – parfois même corrosive – nous vaut des retours de flamme que nous considérons comme tout à fait logiques, car nous n’affectionnons pas particulièrement le monologue et la flagornerie. «Je préfère recevoir une mise au point que de m’entendre dire que personne n’a eu cure de ce que j’ai écrit», disait un directeur de rédaction chevronné. Aussi les remarques de nos lecteurs sont-elles les bienvenues.

Avant le 22 février 2019, Algeriepatriotique avait commencé à mettre en garde les citoyens au sujet des appels anonymes qui foisonnaient sur les réseaux sociaux, les incitant à occuper la rue un vendredi après la prière. Ces appels largement relayés faisaient craindre une manipulation des résidus du FIS dont les porte-voix sont plus que jamais actifs à l’étranger. Mais cette crainte, qui sera balayée par l’extraordinaire prise de conscience du peuple algérien mature, n’était pas la seule. Il s’est avéré, dès les premières semaines du Hirak, que celui-ci avait été récupéré par l’ancien chef d’état-major pour régler ses comptes avec une partie du clan auquel il appartenait et qu’il a protégé et parrainé pendant quinze longues années.

Algeriepatriotique, qui avait été jusqu’à décider de sa fermeture en raison des amalgames et des interférences qui faisaient que son maintien pouvait nous impliquer malgré nous dans [leurs] querelles de chapelle, avait dû revenir sur cette décision lorsque des voix malveillantes, corrélées aux milieux de la corruption et à des officines étrangères hostiles à l’Algérie, s’étaient élevées pour crier victoire. Le retour du site était alors devenu une nécessité impérieuse.

Dénonçant les dérives de Gaïd-Salah depuis son déplacement au Val-de-Grâce en 2013 et sa désignation au poste de vice-ministre, dates qui allaient sceller le maintien forcé de Bouteflika au pouvoir fortement adossé au généralissime, le site s’attendait à une vengeance de ce militaire aigri, complexé, narcissique et mégalomane qui a fait de son rang et de sa puissance éphémère un moyen d’écraser tous ceux qui étaient susceptibles de se mettre en travers de son chemin et de gêner ses plans. Algeriepatriotique en faisait partie.

Sur ces entrefaites, le Hirak allait en se renforçant, réclamant un Etat de droit et une nouvelle République. Deux revendications que nous partageons avec les millions de nos concitoyens qui manifestent inlassablement pour mettre fin à ce mode de gouvernance corrompu et archaïque. Nous avons, pour cela, payé le prix cher : blocage du site en Algérie, fermeture de l’entreprise SLC, harcèlement judiciaire, etc. Mais cela fait partie du combat, l’intérêt du pays passant avant le nôtre.

Puis, de semaine en semaine, le pouvoir montrait qu’il n’était aucunement dérangé par le Hirak dans son entreprise politique qui consistait à maintenir le système en l’état, en procédant à des ravalements de façade. Les manifestants qui juraient que l’élection du 12 décembre n’aurait pas lieu se sont réveillés le lendemain avec un nouveau Président «élu» contre leur gré. Quelques jours plus tard, le parrain meurt et des funérailles dignes d’un chef de l’Etat lui sont consacrées, auxquelles même les ambassadeurs étrangers ont été conviés, faisant du mort le véritable Président par intérim – ce que nous avons toujours dit et écrit.

Les manifestants ont, à juste titre, brandi les portraits de l’architecte de la glorieuse Guerre de libération nationale, le martyr Abane Ramdane, lors du 45e vendredi. Ce rappel historique est d’une brûlante actualité. Abane Ramdane, comme Ferhat Abbas et d’autres, était convaincu que la guerre n’était pas une fin en soi, mais un moyen de parvenir à une solution. C’est dans cette perspective qu’il est entré en contact avec l’ennemi dès 1957 pour négocier un accord qui ferait taire les armes, épargnerait des vies et accélérerait le processus de décolonisation.

Aujourd’hui, le Hirak n’a d’autre choix, croyons-nous, que de s’appuyer sur les partis de l’opposition qui l’ont accompagné et lui sont demeurés loyaux depuis le début, pour entamer des pourparlers avec le régime dans les plus brefs délais. Les représentants du Mouvement populaire ne peuvent être issus que de ces formations politiques expérimentées qui représentent l’ensemble des obédiences au sein du Hirak et de l’intérieur de celui-ci, en veillant à écarter les cyber-parasites. Faute de quoi, cet élan patriotique sans précédent sera encore une fois récupéré – et il est en train de l’être irrévocablement – par ces mêmes cercles malintentionnés qui avaient dévié le soulèvement d’octobre 1988 de sa trajectoire pour aboutir aux événements tragiques des années 1990 où les hordes fanatisées voulaient imposer un califat et enterrer la démocratie. Les résidus de ces hordes sont toujours présents. Ils ont juste troqué leur accoutrement pashtoun contre un costume-cravate à l’occidentale et leurs discours ultrareligieux par des sermons odorés à l’encens démocratique.

Oui, le Hirak doit se poursuivre, aussi pacifique et aussi magique, pour peser dans les négociatons. Mais le pays a besoin de retrouver sa stabilité pour faire face à ce qui l’attend. Et ce qui l’attend n’est pas une mince affaire. Il est grand temps de mettre nos rivalités de côté pour une fraternité enfin retrouvée entre tous les Algériens. Sans exclusion, ni rancœur.

M. A.-A.

Comment (22)

    Anonyme
    8 janvier 2020 - 21 h 25 min

    @Mokrane

    Tu as raison de te sentir viser.. C’est bien de personnes comme toi qu’évoquait Karamazov avec qui pourtant je ne suis pas toujours d’accord.

    Toi et tes comparses êtes devenu des jusqu’au boutiste par choix et par soif de réparer des blessures narcissiques et beaucoup de frustrations.
    Le peuple algérien ne vous suit pas.
    Game Over….

    Et n’oublie pas : Dans le cochon tout est bon…faites vous plaisir et restez en France loin de l’Algérie…

    9
    43
      mokrane
      13 janvier 2020 - 14 h 36 min

      Libre à toi d’ aimer le cochon à défaut du cachir ( attention aux varices) tu es un vrai Auressien qui se respecte. Pour ma part, je n’ en mange pas et vu que tu dis que dans le cochon tout est bon, il me semble que la queue en tire bouchon te soi montée à la tête et que dans ta cabessa, rien que ça tourne, ça swing un max. Contrairement à toi, je fais parti de ceux qui, quand ils engagent un combat de surcroît National, ils le font jusqu’ au bout et ne s’ arrêtent pas en chemin quand votre défaillance naturelle fait que l’ arnaque devient votre motivation démoralisatrice. Pas de place à la personnalisation, ni à l’ émotion, ni ni à l’ affect, on a pas le temps avec ces bêtises, le Hirak s’ est soulevé pour un but, des aspirations et des revendications. Tu parles de blessures, de frustrations etc oula mais dis moi donc, serais tu en train de faire dans l’ inversion accusatoire ou dans ce qui s’ appel le transfert dans le but burlesque d’ ailleurs de te soulager d’ un fardeau qui te pèses de trop en le rejetant sur autrui ? Ça en a tout l’ air. Pour une élection factice, tu en es resté au stade de l’ index coloré, passant du marron au bleu pour démontrer ton patriotisme, risible, je suis en france certes et j’ ai les mains propres comme 95% des Algériens d’ Algérie.

      2
      1
    Vroum Vroum 😤..
    8 janvier 2020 - 20 h 51 min

    Merci AP pour votre Article …Très clairvoyant … Pour moi le Hirak est arrivé au bout de ces possibilités , il a servi de réveil , si bien pour le Peuple que pour les Dirigeants ou Hommes politiques ou Décideurs…la s’arrête là raison d’être du Hirak authentique qui doit maintenant transformer sa Force d’éveil en force constructive d’appoint au côté du Nouveau Président et son nouveau Gouvernement pour l’accompagner à sortir l’Algérie à émerger , surmonter les difficultés économiques et sociales à venir , car c’est à ça qu’il faut se concenter en urgence , trouver les remèdes à la Crise Financière et Économique qui si rien n’est fait rapidement , c’est la descente aux enfers économiques et sociales à venir . . Pour ma part je ne suis pas du tout anti Hirak , au contraire , mais la situation Économique du Pays oblige tous les Algériens à être Unis pour le même objectif , à savoir sauver l’Algérie , ce qui dépasse et de loin toutes manœuvres politiciennes ou de division ou calculs vicieux de certains intervenants Islamistes /Makistes dans le Hirak et sur les Forums de discussion pour justement eterniser le Hirak qui lui justement doit se structurer par des Personnalités afin d’accompagner la réussite de l’Algérie en y participant Politiquement . . Dans cette situation Économique dramatique le Hirak tel qu’il est devient contreproductif , un frein . . Maintenant il faut une Tête au Hirak , de façon à éjecter tous les Parasites Islamistes /Makistes qui ont infesté le Hirak , Les Algériens doivent être Unis , un Bloc , pour faire face à la pire Crise Économique , Financière qui en 2022 ou 2023 va exploser car la réserve de Devise qui à ce rythme va arriver à Zéro et avec seulement 35 MDS de Dollars de Rente pétrolière et gazière , ce ne sera pas suffisant pour faire vivre 40 millions de Personnes . . À ce rythme le Hirak est devenu un Frein . . Il a duré 10 mois , fait son travail d’éveil , et l’Algérie avant 22 février est dans les archives , on est dans le Deuxième Cycle définitivement , donc le Hirak en se perpétuant servira plutôt des Objectifs néfastes pour le Pays alors que la Situation Économique dramatique actuelle et à venir demande l’Unite et stabilité de l’Algérie . . Perpétuer le Hirak revient à se faire Hara Kiri , un suicide collectif . . Ceux qui veulent perpétuer le Hirak , cherchent l’insurrection et Destitution du Président et par conséquent renverser l’Etat Algérien , mais ils ne le diront jamais franchement , mais de manière sournoise , Vicieuse , et refus de toutes solutions constructive pour aider le Pays qui en a vraiment besoin . . ..Alors chers « Annonymes  » ou  » Vendredire  » Mounir Sari  » et tous vos semblables soit Islamistes FIS AIS et MAK séparatiste Sionistes , dit « Berbèristes  » , comme « Islamistes  » , passez votre chemin , on connaît déjà vos propos « Cachiristes ou Doubabs ou Lèche bottes…à l’encontre de tout Algérien souhaitant un solution et Unité des Algériens face aux Difficultés Économiques et sociales . . .Alors chers Hypocrites passez votre chemin . .. Encore merci pour l’article AP …J’adhère à fond à votre Article .

    13
    59
      Anonyme
      8 janvier 2020 - 21 h 33 min

      @Vroum Vroum

      Je pense que la secte destructrice dont tu parles ca se déchaîner de nouveau à coups de pouces vers le bas…c’est leur vision de la démocratie et de l’Algérie : le sectarisme communautaire destructeur et extrémiste.

      Le Hirak ils veulent en faire leur propre joujou…
      Ils adoptent les attitudes bien connus des sionistes : Pyromanes qui se font passer pour des pompiers…On ne peut pas vivre avec eux, le Hirak m’a juste convaincu de ce que beaucoup pensent aussi de cette communauté…

      11
      43
      mokrane
      13 janvier 2020 - 14 h 48 min

      Je suis berbériste Algérianiste et musulman, je le revendique avec une certaine fierté. Les berbéristes sont Nationalistes et non pas séparatistes, revoit donc ta définition. D’ ailleurs le slogan  » Algérie Algérienne » est un slogan crée par les berbéristes ce qui veut tout dire. Donc ta stratégie propagando- arabiste et baatho- diarrhéique tu peux aller la faire ailleurs. Tu remercies Mr Aït Amara mais il n’a jamais dit être pour tebboun ni être un doubeb, ni un cachiriste encore moins un lèche rangers comme toi. Les benu emiratis doubab pro sahyon wahhabo salafiste et les arabisto- baathistes cummunard athée – gristes sont la réelle peste de notre pays et tout ça, entretenu par une certaine communauté dont gaid était issu…

      1
      2
    Abdel kader
    7 janvier 2020 - 19 h 08 min

    Inchallah

    5
    5
    Monsieur Aït Amara
    7 janvier 2020 - 13 h 06 min

    Monsieur, merci pour votre article intéressant à plus d’un titre, mais j’ai une petite remarque à faire sur une seul point, si vous me le permettez! A mon sens, vous faîtes une très, très, très, très, très grave erreur en écrivant : « aujourd’hui, le Hirak n’a d’autre choix, croyons-nous, que de s’appuyer sur les partis de l’opposition qui l’ont accompagné et lui sont demeurés loyaux depuis le début, pour entamer des pourparlers avec le régime dans les plus brefs délais. »

    Non Monsieur, je suis désolé de vous dire les partis politiques ont certes leur importante et leur rôle en démocratie mais en ce qui concerne le hirak, ils n’ont pas à parler en son nom ! Au nom de quoi et de qui, ils le feraient ? Si les partis politiques mettent leur grain de sel çà se sera catastrophique pour le hirak et la grande « khalouta » ou « tchektchouka » ! Non, soyons sérieux Monsieur ! Le hirak a besoin d’une auto organisation dans les plus brefs délais pour dégager ou élire ses délégués à partir de la société civile, qui se réuniront en « cellule collégiale tournante » pour mettre en forme et en perspective les revendications du hirak sous forme de plate-forme consensuelle à défendre lors de négociations et directement avec le pouvoir ! Les partis politiques retrouveront leur rôle légitime partisan lors des joutes électorales une fois l’Etat de droit et la démocratie enfin instaurés ! Pour l’instant les partis politiques sincères et patriotes qui partagent les mêmes revendications que le hirak n’ont qu’à se fondre dans le hirak pour l’accompagner lors des marches ou appeler à sa mobilisation permanente jusqu’à la victoire finale. Pardon de paraître aussi vindicatif, mais votre appel n’est pas la solution idoine, la solution indiquée à mon sens ! Mes respects cher Monsieur Ait Amara et merci à AP d’avoir ressuscité, d’exister et de permettre le débat.

    36
    5
    Abou Stroff
    7 janvier 2020 - 11 h 40 min

    je pense que la position de M. A. A. est tout à fait défendable et peut même servir de base à une régénération du hirak.
    en effet, je pense que le temps du hirak comme révolte, i.e. comme un processus qui détruit sans construire, est terminé.
    le hirak doit, s’il veut donner un sens à ses actions, se métamorphoser en révolution, i.e. en un mouvement de déconstruction-dépassement du système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation dont les bases ont, sans nul doute, été ébranlées (mais pas détruites) par les marches du vendredi, entre autres.
    par conséquent, le hirak doit faire émerger une structure de proposition qui aura pour tâche de « dialoguer avec le pouvoir de fait que représente le président tebboune et d’aboutir à une feuille de route qui réaliserait les « aspirations justes » clamées depuis des mois par les révoltés du vendredi et du mardi.
    en d’autres termes, le mouvement hirak doit être pris en charge par des structures représentant toutes les couches sociales qui aspirent au dépassement du système rentier (le monde ancien qui ne veut pas mourir) par un système (le monde nouveau) basé sur le travail en tant que valeur suprême autour de laquelle graviteraient tous les rapports sociaux.
    PS: je persiste et signe: l’institution militaire doit être aux avant-postes de la révolution à venir, autrement, il n’y aura qu’un ravalement de façade du système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation qui nous avilit et nous réduit à des moins que rien depuis des lustres.

    5
    33
      ya dada @Abou Stroff
      7 janvier 2020 - 14 h 38 min

      Cher compatriote, ce qui « ruine » ton point de vue qui contient des choses intéressantes c’est la phrase suivante :  » je persiste et signe: l’institution militaire doit être aux avant-postes de la révolution à venir » . Tout ton post devient contradictoire, d’où les mauvais points que tu récoltes ! Réfléchi un peu plus bien avant d’écrire , … sauf si tu es un cachiriste , et là tu prends tes responsabilités.

      23
      41
        Zaatar
        7 janvier 2020 - 17 h 07 min

        L’ami, je crois bien que vous n’avez aucune idée du comment peut naître une guerre civile.

        21
        14
          Farida
          12 janvier 2020 - 20 h 28 min

          La reponse est dans les fleurs d’ouyahia.
          Te souviens tu ?
          La guerre civile vous etes responsables.

    lhadi
    7 janvier 2020 - 9 h 25 min

    Les algériens qui s’identifient à l’autorité souveraine de la constitution et mettent l’accent en affirmant que les événements survenus ces derniers jours n’ont pas vu la victoire d’une Algérie contre une autre, ni une idéologie contre une autre, mais la victoire d’une Algérie qui veut se donner les moyens d’entrer forte et unie dans le troisième millénaire, sont des citoyens qui font leur devoir.

    Primauté des devoirs sur les droits. Respect absolu de la loi. Tout est dit et éclaire le chemin du modèle de vie en commun qu’il nous faut continuer à bâtir pour être forts dans ce monde de globalisation politiquement et économiquement injuste.

    Nous devons nous préparer à relever les défis et les enjeux qui assaillent la jeune nation Algérienne, non pas en imitant les autres mais en assumant notre identité qui est le ciment de notre cohésion.

    L’Algérie avant tout !!!

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    11
    15
      Farida
      12 janvier 2020 - 20 h 32 min

      Le blabla sur la constitution me fais rire
      Qui respecte la constitution depuis 1999 ?
      Tes histoires a dormir debout tu pourras les raconter ailleurs.

      1
      1
    mokrane
    6 janvier 2020 - 22 h 40 min

    Bien à vous Mr Aït Amara et Vendredire, sahit frère . Vendredire, je n’ ai pas bien compris ta réaction, de quoi parles tu camarade ? Ne le prend pas comme ça, j’ aimais pourtant bien tes posts. Mr Aït Amara est une personne que j’ apprécie comme beaucoup chez AP. Des supers articles d’ artistes toujours objectifs (voir même sarcastique concernant un article à dahmoune qui a plut à énormément de monde). Vendredire, tu étais le premier à dire qu’ il fallait s’ écouter pour s’ entendre. Pourtant Aït Amara n’ a absolument rien dit de contrariant, il a juste rappelé qu’ AP n’ a pas changé de position, qu’ il à toujours était pour le peuple et aux côtés du peuple, il a rappelé ce qu’ a valut à AP d’ avoir maintenu sa droiture envers le peuple Algérien dans la rue par conviction et loyauté, on ne peut pas faire plus humble. Il a aussi souligné pourquoi et comment AP a été dans le viseur de cette caste diarrhéique. Concernant le hirak, Mr Aït Amara a émis une constatation pour sa préservation, une analyse, il a émis une idée pour le bien uniquement de la continuité du hirak en proposant de placer un porte parole civilo- politique d’ opposition pour contrer ces surfers, ces récupérateurs. Je suis moi même pas d’ accord sur tout car si je suis opposé à djillali que je ne peux pas saquer, il porte sur son visage tout le contraire de la loyauté, des principes, c’ est un opportuniste égoïste à l’ égo démesuré injustifié. Néanmoins je rejoins mr Aït Amara quand il dit que ce hirak doit avoir un corpus à sa tête à la condition synequanone que bouregaa et tabbou soient à la tête de ce corpus car tout deux n’ ambitionnent aucun intérêts personnel, l’ un est âgée et l’ autre milite et dénonce depuis des années depuis son parti non agrée, c’ est pour dire. Ils parlerons de fait objectivement pour le hirak. Je suis aussi totalement opposé à ce qu’ un parti d’ opposition tel que jil jaddid ou assoul ( même si je j’ aime bien) soit des représentants du Hirak. Il faut continuer à faire pression sur ce gouvernement afin qu’ il libère Tabbou sans quoi, le hirak ne s’ attablera jamais avec ce gouvernement pour dialoguer. Nous voulons tabbou car il a gagné ses mérites, car nous avons confiance en lui et en sa loyauté, le hirak ne peut se permettre de mettre à sa tête n’ importe qui pour dialoguer. Il faut que ce gouvernement le comprenne. Quoi qu’ il arrive, la force sera et restera toujours du côté du peuple et ce gouvernement le sais, même si de cette force il faut s’ en servir à bon escient. Il faut développer, travailler et réfléchir sur un véritable travail populaire pour que ce nidham ni ne méprise les hirakistes, ni ne les prennent de haut, qu’ il ne le prend pas aux sérieux et surtout qu’ il se sente constamment en danger par le hirak. Le hirak n’ est pas un jouet, ce n’ est pas de la rigolade, on fait pas joujoue là !! On s’ amuse pas ici ! Ce Hirak c’ est quelque chose de gigantissime, black out ou pas, la planète en est au courant et elle le dit. Le But principal des vrais hommes Algériens d’ après guerre était l’ entretien du prestige voir de la sacralité de la révolution Algérienne, il faut en faire de même avec le Hirak, lui donner toutes ses lettres de noblesses en majuscules et tout en lettres d’ Or. Si ce gouvernement veut un dialogue, qu’ il libère tabbou ! Moi le premier qui suit pour toutes les forces allant dans le sens du hirak, si j’ étais emmené à voir zitout dans la rue, je lui dirais  » Chouf zitout, si tu veux donner un coup de pouce au hirak ou un coup de main, mrahba bik, bessah si tu donnes un coup de main au Hirak pour des intérêts personnels ou idéologiques, le hirak te mettras un coup de pied au c.. ( fesses). Des chants vont surgir pour que ces récupérateurs intégristes sans frontières comprennent qu’ il n’ y a rien à gratter idéologiquement parlant, des chants tel que  » Non aux tueurs du FIS d’ hier, non au dictat militaire, pouvoir civil et non militaire. Allé frère, reprend le moral et j’ attend ton prochain post. Thanemirth.

    19
    8
    Hocine-Nasser Bouabsa
    6 janvier 2020 - 14 h 56 min

    Oui monsieur Ait Amara, « la guerre n’était pas une fin en soi, mais un moyen de parvenir à une solution ». Ce qui était valable pour retrouver l’indépendance de l’Algérie et la liberté des Algériens l’est aussi pour construire l’Algérie indépendante et organiser sa société en lui imprégnant un charactère social, solidaire et moderne, ancré dans la logique de l’état de droit. Pour cela il faut corriger les errances corruptive et prédatrice du système Bouteflika en mettant en place un impôt sur les fortunes et ressources amassées sur le dos de la communauté nationale, sans pour autant altérer le fonctionnement des entreprises, pour que celles-ci continuent á produire de la richesse et créer de l’emploi. Ceci permettra avec le temps d’une part à la communauté nationale de récupérer son dû et d’autre part préserver la cohésion nationale et développer une tradition honnête des entrepreneurs.

    Le Hirak est une bénédiction pour l’Algérie. Il est temps de l’organiser pour qu’il puisse contribuer à la réussite de la transition démocratique qui a déjà débuté le 22 février et qui continuera au-delà de l’élection du président de la République. Vu le bruit des bottes à notre frontière, l’élection du 12 Décembre fut une nécessité absolue.

    4
    16
    Zaatar
    6 janvier 2020 - 14 h 14 min

    Et comment!!! AP a tout a fait le droit d’avoir et de défendre sa ligne éditoriale, et puis quoi encore? Moi j’espère qu’AP va continuer ainsi. Personnellement ça rejoint un peu ce que j’écris a la différence que pour moi, le hirak c’est fini, qu’il lui fallait cette représentation au début pour avoir une chance d’initier un changement.
    Reste que ce qui reste comme ce qui est préconisé comme représentants, ce ne sont que des opportunistes. Mais il n y a pas vraiment le choix, il n y a que le temps qui fera véritablement les choses.

    23
    13
    Vendredire
    6 janvier 2020 - 11 h 11 min

    2 papiers en un jour pour essayer de vendre la nouvelle donne en un jour. C’est trop AP. Je constate un revirement graduel pour nous faire avaler à nous autres hirakistes d’autres couleuvres. Moi je dis trop c’est trop. Je n’ai pas envie de me battre contre une ligne éditorial.
    Ceci est mon dernier post. SVP publiez!

    29
    15
      Anonyme
      6 janvier 2020 - 14 h 54 min

      C’est du momo et du karimdz tout craché.

      2
      15
      Anonyme
      8 janvier 2020 - 21 h 06 min

      @Vendredire

      Dommage ta francophilie ta laicardise et ton islamophobie primaires vont nous manquer…De même que ton met favori avec Mokrane, le sanglier…

      Qui va défendre les positions extrémistes des makistes ??? Ils vont se retrouver encore plus isolés dans leur rhétorique bhlienne…Enfin pour un médiocre pseudo défenseur du hirak et de la démocratie, vous montrez comme je le dis souvent, tout le contraire : sectarisme extrémisme et intolérance sous couvert de hirak…
      Il y a encore quelques spécimens sur AP ..Mais les masques tombent et la parole se libère contre le terrorisme intellectuel imposé par les supposés défenseurs du hirak!

      Cet éditorial est d’une clarté et une objectivité à faire chavirer les bars parisiens glauques sordides et dégueulasses dans lesquels les ennemis de l’Algérie se retrouvent fourchettes et sanglier à la main!

      3
      6
    Karamazov
    6 janvier 2020 - 11 h 10 min

    Iben moua je trouve que vous êtes plutôt réalistes . Et après tout vous avez tout à fait le droit d’avoir votre ligne éditoriale de défendre qui vous voulez. Ce sont ceux qui croient que nous devrions tous penser de la même manière qui ont tort
    Les gens qui vous font des reproches aujourd’hui sont comme ceux qui reprocheraient au médecin légiste d’avoir tueR le cadavre qu’il autopsie au lieu de le ranimer.

    Personnellement je n’ai jamais été enthousiasmé par le Hirak et je n’ai pas raté une seule occasion de le dire et je vous remercie de m’avoir laissé le dire malgré toutes les foudres que je me suis attirées.
    Mais je dois dire que vous aussi vous avez été prudents , quand je dis vous , il n’y a rien de personnel , il s’agit de la ligne éditoriale. Vous n’êtes en rien responsables des volte-face des thuriféraires du début du Hirak qui ne savent pas comment le lâcher maintenant et qui soutiennent encore le Hirak comme la corde soutient le pendu.

    16
    38
      mokrane
      7 janvier 2020 - 12 h 16 min

      Je crois que tu te gourres sur toute la ligne, le Hirak est une gigantesque chance à ne surtout pas laisser s’ échapper, il n’ y en aura pas deux et ça ils en ont conscience. Puis ce n’ est pas à cause de certains récupérateurs gratteurs integristes que le hirak s’ estompera. Le PAD doit désormais prendre les choses en main et ne pas accepter le dialogue avec ce gouvernement tout de suite car il a deux choses à faire pour le moment, dans un premier temps, le PAD doit s’ imbriquer dans le hirak et faire corps avec et dans un deuxième temps, parallèlement tout faire pour libérer les derniers détenus politiques et d’ opinions.

      6
      4
    Lyes Oukane
    6 janvier 2020 - 11 h 02 min

    Quelle photo ! les fleurs sur la rambarde sont fanées mais pas sur le cœur de cette femme . C’est ses larmes qui irriguent notre résistance . Regardez comment d’une main elle sèche son visage quand de l’autre elle tient fièrement notre emblème national . Un frisson me parcourt l’échine . Mahak el fehla .

    29
    9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.