Premier anniversaire du Hirak : le Comité pour la libération des détenus à pied d’œuvre

Hirak détenus
Marche des étudiants à Alger. D. R.

Par Mounir Serraï – Tout en continuant à apporter assistance aux familles des détenus et en mobilisant des avocats pour leur défense, le Comité national pour la libération des détenus du Hirak et d’opinion prépare activement la marche du vendredi prochain, qui aura lieu la veille du 22 février, pour marquer une année du Hirak.

Une réunion de la coordination nationale en charge d’organiser la solidarité au profit des détenus s’est réunie pour faire le point sur les préparatifs de cette marche à Alger. Une marche particulière en ce sens qu’elle va sanctionner une année de lutte pacifique sans que le Mouvement populaire présente des rides. Pour ce Comité, la mobilisation et la pression de la rue pacifiquement sont les seules armes pouvant aider les détenus politiques et d’opinion à retrouver leur liberté. La pression doit donc se poursuivre afin de pousser le pouvoir à libérer tous les détenus «injustement incarcérés».

Le Comité a fait le point sur les nombreux procès qui auront lieu les prochains jours mais aussi sur la mobilisation de citoyens pour participer à la prochaine marche de célébration de ce Mouvement pacifique qui a contraint le Président déchu à non seulement renoncer au 5e mandat mais aussi à quitter définitivement le pouvoir avant la fin de son 4e mandat d’un mois.

Le Comité rappelle qu’une centaine de détenus du Hirak sont toujours en prison et attendent qu’ils soient jugés. Il fait état d’ailleurs de quelques procès programmés pour ce mercredi, comme celui des détenus Abdellah Benaoum et Yacine Khaldi au tribunal de Oued Rhiou, à Relizane. Ces deux détenus sont accusés d’incitation à attroupement à travers des publications sur Facebook. Le procès en appel de l’activiste Amar Ameur Youcef, sous contrôle judiciaire, est programmé pour ce mercredi 19 février à la cour de Relizane, suite à l’appel du procureur. Le procès des ex-détenus Ahmed Bahdi, Abdelali Ben Ammar, Farouk Kadiri, Kiram Chibrou et Mohamed Ben Arouba est programmé, par ailleurs, pour ce mercredi au tribunal de Oued Souf.

Il est à rappeler que ces ex-détenus ont été remis en liberté provisoire le 2 janvier. A Tipaza aussi, il y aura ce mercredi le procès d’Oumira Mohamed au tribunal de Cherchell. Il est accusé d’entrave au bon déroulement de l’élection présidentielle. A Bordj Bou Arréridj, ce sont les deux frères Braza, Yacine et Hamza, qui seront présentés ce mercredi 19 février devant le juge d’instruction.

M. S.

Comment (4)

    Zaatar
    21 février 2020 - 13 h 43 min

    J’espère qu’ils vont faire un mega gâteau….et feront goûter tout le monde…

    Thamourth
    19 février 2020 - 13 h 19 min

    Les « bénénistes » sont ils des détenus d’opinion ? that is the question.

    1
    18
      Anonyme
      20 février 2020 - 0 h 19 min

      Si c’est un harki qui pose la question…

      15
      8
      Anonyme
      20 février 2020 - 8 h 31 min

      @Tamurt uharki Quelqu’un qui est emprisonné sans motif condamnable par la loi est forcément un détenu d’opinion. Les juges honnêtes qui ont libéré une partie de ces prisonniers ont dit eux même qu’ils n’avaient rien à leur reprocher car la loi n’interdit pas l’emblème amazigh. Il ne te reste qu’à changer de site car le pare-doubab d’AP est très costaud et empêche toutes les intrusions!!

      11
      5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.