La crise au FLN s’achemine-t-elle vers le dénouement ?

Les signes d’un dénouement proche de la crise qui secoue le FLN depuis plusieurs mois, commencent à se faire jour. Selon des sources informées, les décantations au sein du comité central arriveraient à leur fin, ce qui doit logiquement précipiter la convocation d’une session extraordinaire pour élire le nouveau secrétaire général, par vote à bulletins secrets et non par plébiscite, comme cela a toujours été la tradition au sein de l’ex-parti unique. En l’absence donc d’un homme consensuel, les différents groupes n’ont plus qu’à présenter leurs propres candidats. Ainsi, selon des sources proches du comité central, la présentation de candidatures devrait se faire avant la fin du mois en cours, pour prévoir ensuite cette réunion tant attendue du comité central, dans un délai ne devant pas dépasser 15 jours. Plusieurs membres ont déjà affiché leur intention de se présenter, mais hésitent à l’annoncer publiquement. Outre les anciens outsiders de Belkhadem, de nouveaux noms sont apparus, comme celui de Saïd Bouhedja, ancien porte-parole du parti, qui mène une campagne pour une éventuelle candidature, mais aussi des cadres de la nouvelle génération, encouragés par certains vétérans comme Abdelhamid Si Affif. A l’approche du jour «J», tous les prétendants au poste de secrétaire général, à l’image du très controversé Amar Saïdani, de l’actuel ministre des Transports, Amar Tou, et le ministre de la Santé, Abdelaziz Ziari, aiguisent leurs armes et guettent le moment opportun pour annoncer leur candidature. Cela dit, d’ici le jour fatidique, toutes les possibilités restent ouvertes, y compris celle d’un retour en force de Abdelaziz Belkhadem qui, selon son entourage, jouirait encore de l’allégeance d’un nombre non négligeable de membres du comité central et qui peut, donc, faire la surprise. L’ancien secrétaire général, estime-t-on, n’aurait démissionné de son poste de secrétaire général que pour «mieux préparer sa propre succession».
R. Mahmoudi

 

Comment (2)

    Maysar
    24 avril 2013 - 23 h 04 min

    Le dénouement de  » la crise « 
    Le dénouement de  » la crise  » au FLN qui n’est pas un parti politique mais un appareil aux mains du pouvoir , voudrait dire que le conflit s’est résorbé au sommet de l’état au profit d’une partie ou d’une autre du clan au pouvoir ! Et pour moi , la meilleure place pour le FLN se trouve au musée de l’histoire d’Algérie !




    0



    0
    axelpanzer
    22 avril 2013 - 20 h 52 min

    En s’en fout,c’est comme si
    En s’en fout,c’est comme si vous utilisez des ingredients périmés dans solution ,ça n’a ni gout ni parfums!!allah el had!!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.