Comment des déclarations faites à Alger ont monté le cours des actions d’Orascom au Caire et à Londres

Des experts financiers ont révélé à Algeriepatriotique que des déclarations attribuées à des responsables politiques en Algérie ont monté le cours des actions d'Orascom de l'Egyptien Naguib Sawiris aux Bourses du Caire et de Londres. Ces mêmes experts expliquent, en effet, qu’au moment où les médias répercutaient le chiffre astronomique de 6,9 milliards de dollars comme estimation de la valeur de Djezzy, se basant sur un audit du cabinet juridique et financier Scherman and Sterling, le patron du Groupe amassait une fortune grâce à la plus-value générée suite à ces annonces dont il semblerait qu’elles auraient été orchestrées dans ce but justement. Il faut rappeler, d’ailleurs, que les ministres des Finances, Karim Djoudi, et des TIC, Moussa Benhamadi, avaient démenti avoir avancé un tel chiffre, les deux responsables n’ayant pas caché leur étonnement quant à une telle affirmation inexacte. Nos sources n’excluent pas la présence en Algérie d’acteurs qui tireraient les ficelles dans le but de pousser le gouvernement algérien à racheter Djezzy au prix fort, pour en tirer un maximum de bénéfices eux-mêmes. Il n’y a pas de doute que ces acteurs, tapis dans l’ombre, participent à cette immense escroquerie qui vise à vendre à l’Etat une coquille vide contre une somme pharamineuse. Dans une contribution transmise à Algeriepatriotique, l’expert financier international algérien installé en Suède, Noureddine Legheliel, relevait «les contours intrigants de cette affaire» et «les signes apparents d’une surévaluation de Djezzy». L’expert s’est demandé, sceptique : «Djezzy vaut-elle vraiment 6,5 ou 6,9 milliards de dollars ?», avant de présenter une pléthore d’arguments pour affirmer qu’OTA a été surévaluée et non pas évaluée1. Cette arnaque a été rendue possible par l’inertie d’une autorité de régulation présidée par Mme Derdouri et qui, bien qu’ayant elle-même constaté la position dominante de Djezzy sur le marché algérien de la téléphonie mobile, en totale contradiction avec les lois en vigueur dans le pays, n’a pas usé de ses prérogatives pour imposer les mesures coercitives applicables dans ce genre de situations illégales. Cette absence de réaction de l’ARPT a adoubé le Groupe de Sawiris au détriment des autres opérateurs, mais également aux dépens des intérêts de l’Algérie, désormais traînée devant les tribunaux internationaux, portant ainsi atteinte à sa réputation. Un autre point intrigue les experts interrogés par Algeriepatriotique, à savoir le limogeage de l’ancien président de l’ARPT, Mohamed Belfodil, et son remplacement par la présidente actuelle qui a tout fait pour empêcher l’application de la décision 06/SP/PC/ARPT du 6 février 2007, qui dispose expressément que «l'opérateur Orascom Telecom Algérie est en position dominante sur le marché du service de la téléphonie mobile au public de type GSM»2. Pour quel but ? Il va sans dire que si l’Algérie perd le procès que lui a intenté Naguib Sawiris au Centre international de règlement des différends relatifs aux investissements – siégeant à Washington –, les Algériens seront en droit de demander des comptes à tous ceux qui auront contribué à renflouer, avec l’argent du contribuable, les caisses d’un investisseur égyptien véreux.
M. Aït Amara

1- Un expert international évalue les actifs de Djezzy : «L’Etat achète une coquille vide»
2
– Djezzy : comment l’ARPT a fait perdre deux milliards de dollars à l’Algérie


 

Comment (10)

    mon coeur bat pour mon pays
    24 mai 2013 - 21 h 08 min

    dommage que notre nation est
    dommage que notre nation est entre les mains des incapables;au faite,il faut voir avant tout comment la licence a été attribuée a djezzy un nourrisson de la téléphonie contre des chevronnés orange et téléfonica,bande de salop vous avez crachés sur le visage de nos valeureux chouhada.Z




    0



    0
    Anonyme
    2 mai 2013 - 13 h 09 min

    je peux vous jurer, avec tous
    je peux vous jurer, avec tous ceux que vous voulez comme dit le GRAND Ferhat ,que boutef est hors jeu depuis belle lurette (juste à la fin du 2ieme Mandat) et que c’est Da Said qui regit tout ,mais il tient quand même la main de Boutef pour signer ,voilà la realité que tout le monde connait y compris ALG PATR,




    0



    0
    AnonymeKELAM
    2 mai 2013 - 10 h 11 min

    sa me fait mal au coeur : car
    sa me fait mal au coeur : car le virus dans la demeure est le notre :on veut que l’ALGERIE tombe, alors là il faut que les tête soient coupées, car nous n’avons pas a être des enfants de coeur.
    dés le débuts cette djezzy fut aidés par des ALGERIENS véreux;
    TOUTS LE MONDE AIMENT L4ARGENT MAIS PAS AUX D2PENTS DE SON PAYS AU CONTRAIRE NOUS DEVONS TROUVES LE REMÈDE POUR QUE NOTRE PAYS SOIT LE BONHEUR MAIS pas L ENFER.




    0



    0
    memona
    1 mai 2013 - 15 h 21 min

    cette dame doit démissionner
    cette dame doit démissionner ,passer devant la justice et diligenter une enquête pour délit d’initiés au plus vite




    0



    0
    about mohamed
    1 mai 2013 - 15 h 08 min

    L’affaire de Djezzy . c’est
    L’affaire de Djezzy . c’est un problème que je pense il va hospitaliser certain algérien qui ont leurs cœurs remplis d’amour pour l’Algérie et qui n’aiment pas voir le sang de nos chouhadahs et la souffrance de notre peuple . pour avoir un indépendance gérer par des types qui ont aucune compétences. pour ne pas les traiter d’autre noms. Et qui sont la cause de ce retard de notre pays que normalement et d’après les experts sa place est avec la coré du sud . la solution de ce problème elle est entre les mains du peuples. Responsabilisé le c’est de son argent qu’il s’agit. Je vous garantis qu’en un seul mot dans la presse algérienne vous allez voir le boycott de la population comment il va donner son résultat. Ni tribunaux ni expert c’est affaire de Nif . Et vous avez l’exemple de la révolution algérienne lorsqu’elle a été remise dans les bras du peuple. C’est une affaire de quelques milliards de dollars donné juste l’ordre à la presse




    0



    0
    Micipsa
    1 mai 2013 - 14 h 05 min

    Vous faites de ce leghliel un
    Vous faites de ce leghliel un expert financier mondial alors qu’il est un illustre inconnu dans le milieu de la finance internationale et un simple analyste boursier en Suéde.
    On ne trouve d’ailleurs son nom que dans la presse algérienne.




    0



    0
    inspektor Tahar
    1 mai 2013 - 10 h 43 min

    Comment des déclarations
    Comment des déclarations faites à Alger ont monté le cours des actions d’Orascom au Caire et à Londres….Voici comment les moyens orientaux vont avaler l’économie algérienne….nos frères arabo musulmans….pas les judo chrétiens




    0



    0
    Anonyme
    1 mai 2013 - 10 h 14 min

    Monsieur Ait Amara, Madame
    Monsieur Ait Amara, Madame DERDOURI est les TIC c’est comme deux droites parallèles, elles ne se rencontrent jamais. Pas besoin d’article, il suffit de jeter un coup d’œil sur le torchon arpt.dz




    0



    0
    Walho
    1 mai 2013 - 9 h 50 min

    Pauvre peuple Algérien ,
    Pauvre peuple Algérien , trahi par ses propres enfants, floué par des Politiques qui n’ont pour ambition que de s’approprier des privilèges excessifs et qui , par leur mal-gouvernance le condamnent à vivre dans un mépris total . Ecrasé par des chefs d’un autre âge, il est à la traîne d’un monde qui , lui , continue son avancée vers le progrès et la modernité . Ya si Aït Amara , d’après vous , à qui le peuple algérien va –t-il se plaindre des comportements nocifs , toxiques et néfastes des pilleurs de ses richesses ? N’est-ce pas du délit d’initié passible de poursuites judiciaires ? Bessah , goulli , limène techki . N’est-ce pas de l’impunité , celle qui autorise tous les dépassements ? Carence , déficience , tout concourt pour affirmer qu’il y a absence totale de l’AUTORITE.Nwaklou aalihoum Rabbi Soubhanou .




    0



    0
    Nenuphar
    1 mai 2013 - 9 h 43 min

    Allons, allons, soyons
    Allons, allons, soyons sérieux, mais qui a limogé Mohamed Belfodil et qui a nommé à sa place Mme Derdouri ?
    C’est celui là qui doit rendre des comptes et c’est toujours le même qui privilégie les enturbannés et les égyptiens au détriment des intérêts nationaux.
    Bon, bon, pour vous aider je vous donne un indice : il est actuellement à l’étranger pour se soigner sur le dos des algériens.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.