Un livre intitulé «Renault, nid d’espions» révèle la face cachée de la firme automobile française

S’étant imposé jusque-là comme le groupe industriel intouchable dans le fameux indice boursier du CAC40, le constructeur automobile français Renault doit faire face actuellement à des accusations d’une gravité qui dépassent l’entendement pour une entreprise considérée comme modèle. Si aujourd’hui les langues se délient, c’est que la situation est devenue intenable pour les cadres et travailleurs du groupe. C’est un journaliste français, Matthieu Suc, qui a réussi à jeter la lumière sur une machination industrielle où corruption, manipulations et espionnage se mêlent, au service parfois de forces occultes. Renault, nid d'espions, paru aux éditions du Moment, s’il peut se lire comme une enquête approfondie qui va dans les entrailles de la gestion et du fonctionnement d’un groupe industriel, s’impose presque comme un polar au vu des situations rocambolesques qui y sont décrites avec une extrême minutie. C’est que l’intrigue, le flou entretenu, les manipulations, les règlements de comptes, les peaux de banane, les menaces et représailles contre des cadres et des travailleurs sont, visiblement, devenus des constantes dans la gouvernance de cette entreprise. Tout y passe. Fruit de trois ans d’enquête, Renault, nid d’espions propose, à travers de nombreux témoignages et documents inédits, une plongée hallucinante dans une entreprise mythique où les barbouzes manipulent les polytechniciens. Une histoire glaçante. Pourquoi ? Parce que tout est vrai, réplique-t-on. «J’avais couvert la vraie fausse affaire d’espionnage pour France Soir et il me restait beaucoup de choses à raconter. Cette affaire est en fait un vrai roman d’espionnage, qui oscille entre comique et tragique, mais je voulais aller plus loin. L’affaire me permet de raconter les dessous d’une grande entreprise du CAC40, avec son lot de barbouzeries, les hommes qui se détestent, d’autres qui s’admirent. Si cette affaire a éclaté, c’est parce qu’une véritable paranoïa règne chez ce constructeur», révèle Matthieu Suc dans une interview accordée au journal L’Usine Nouvelle. «Le problème vient de Carlos Ghosn et de la peur qu'il engendre parmi ses plus proches collaborateurs. En 2005 déjà, une source anonyme expliquait à la presse que Carlos Ghosn vivait entouré d’une cour de béni-oui-oui qui n’osaient jamais le contredire, et que cette situation poserait un jour un problème. Avec l’affaire d’espionnage, nous sommes dans ce cas de figure», estime le journaliste auteur de l’ouvrage qui livre quelques explications sur l’ampleur prise par le phénomène de l’espionnage. Matthieu Suc évoque, notamment, la reconversion de nombreux ex-espions suite à l’effondrement de l’URSS dans la sécurité des entreprises et la lutte contre l’espionnage industriel, qui «doivent bien un jour justifier leur salaire et alimentent la paranoïa des grands patrons». «Il aura fallu dix ans à Renault pour devenir le théâtre des complots et des coups fourrés», note le journaliste qui livre, en sus, quelques escobarderies des responsables de l’entreprise. «On transporte un adolescent de nuit dans un coffre de voiture pour qu’il pirate les ordinateurs des employés, on enquête sur la vie sexuelle des syndicalistes. On fait croire à des ingénieurs qu’ils sont pourchassés par de sanguinaires Tchétchènes, on interroge un sous-traitant dans un faux commissariat.» Le journaliste rapporte aussi que quatorze salariés sont licenciés sur la base d’accusations «farfelues», alors que sept suicidés sont recensés dans les effectifs du Technocentre. Si le journaliste indépendant revient longuement sur l’affaire de l’espionnage industriel chez Renault et qui avait défrayé la chronique, il s’avère que ce n’est là que l’arbre qui cache la forêt. Apparemment, c’est juste la goutte qui a fait déborder un vase déjà plein à ras bord. Le mal est trop profond pour être camouflé et il est peu probable que de telles pratiques épargnent la filiale algérienne de la marque au losange qui caracole en tête des ventes automobiles depuis de longues années, et dont une partie des bénéfices sert à financer des journaux algériens inféodés au Quai d’Orsay.
Amine Sadek
 

Comment (22)

    SiZineddine
    21 janvier 2014 - 18 h 39 min

    François Hollande est n naïf.
    François Hollande est n naïf. Il a laissé les bombes qu’avait laissé Sarkozy dans les arcanes du pouvoir, Sarkozy lui même ne controlait pas grand chose quand on voit comment les heritier de l’oas comme Buisson, copé et co ont pu le ridiculiser pour l’ecarter une fois le travail fini. A droite et à gauche, les neocolonailistes et les pro-israel sement leur jalons, verouillent tous les aracenes du pouvoir pour faire de la France une annexe d’Israel. On l’a vu la derniere fois dans le scandale Dieudo et Gayetgate comment ces deux scandale, le seul à tirer les ficelles etait le soldat du mossad Valls. Je doute que dans un avenir proche Hollande ne soit pas victime d’un attentat ou un accident comme une crise cardiaque comme Kennedy ou les autres president qui ont refusé d’être des soumis.
    La France neocoloniale est encore au pouvoir. Pire encore, elle est lié avec Israel pour soumettre l’Algerie, la France et le Maghreb entier avec la Libye comprise.
    L’Algerie est noyaté par des ennemis au services d’Israel, la France aussi.
    Dans le dernier scandale, on a vu comment F Hollande fut le dindon de la Farce en allant dans un appart nid de la mafia et truffé par de la technologie qui l’enregistra malgrè ses garde du corps.
    Enfin, Israel veut soumettre la France et les pays du Maghreb pour assurer son hegemonie. Elle a ses soldats dans toutes les arcanes du pouvoir, compris en Algerie. C’es quand on a voyagé, vecu à l’etranger que l’on comprenne que notre pays est en danger. La France ne l’est pas moins. C’est devenue une annexe d’Israel.




    0



    0
    SiZineddine
    21 janvier 2014 - 16 h 34 min

    Eh ben, on vient d’être au
    Eh ben, on vient d’être au courant. Et Alcatel lucent dont le pdg est un pro OAS ça devrait vous inquiter ça? Et puis à Aïn Amenas des tunisiens qui viennent cueillir les fruits du drame qu’a vecu notre pays. De l’etranger on connait tous la dangeorosité de ces entreprises dont certains memebres sont pro-israelien, pro-oas qui est revenu au gout du jour depuis le regne de Sarkozy. Et pourtant nos gouvernant font semblant de ne rien comprendre, ne rien savoir.




    0



    0
    Nasser
    21 janvier 2014 - 14 h 10 min

    Conférence du concierge de
    Conférence du concierge de l’Elysée
    __

    http://www.youtube.com/watch?v=ag5WXuAYIOo




    0



    0
    DADY
    21 janvier 2014 - 12 h 41 min

    El watan en est le che de
    El watan en est le che de file et le relais mediatique des forces du mal .La mission des journalistes d’El watan est de faire mploser l’Alrie et provoquer une confrontation generalisée en algerie entre Kabyles et arabo-darijophones.
    Au fait peut savoir comben touche hassan Moali faycal metaoui Bahmane et toues journalistes femmes ?




    0



    0
    LECTEUR
    21 janvier 2014 - 8 h 18 min

    financer des journaux
    financer des journaux algériens inféodés au Quai d’Orsay: IL S’AGIT DE JOURNAUX FRANCOPHONES BIEN CONNUS, DONT CERTAINS TITRES ONT ÉTÉ CRÉES A L’AMBASSADE DE FRANCE A ALGER AU TOUT DÉBUT DE L’OUVERTURE DÉMOCRATIQUE EN 1989. CELUI QUI SE SENT MORVEUX SE MOUCHE.




    0



    0
    aghilas-kosseila
    20 janvier 2014 - 18 h 05 min

    azul fellawen,
    Ce n’est pas

    azul fellawen,
    Ce n’est pas un secret de polichelle…il ne pas faut sortir de la zaouiya d’ICHALATEN la grande université de l’epoque pour savoir de tout temps que la veille technlogique a toutes les epoques et les airs geographique que la veille technologique ou intelegence economique c’est de l’espionage pure et simple… des exemples ne manquent pas…..les chinois actuellement déboursent des milliards pour pouvoir maitriser certaine technologie. volvo ,Mcormich le fleuron tracteur que pour sa boite a vitesse….idem pour les autres technologies….ECT…..
    – un jour je deambulait au souk de DAMAS. Tous les produits de la terre y existent sauf les notres meme pas notre NOBLE burnous…
    – heureusement les oranges de berkane,les grenades n’ait-haddou ,safran de talouine ont sauvés un peu notre deception….
    – nos chers algeriens ne sont pas agressifs pour imposer leurs produits et leurs technologies…ce n’est pas les talents ou les incubateurs qui manquent…mais faute de politique encourageante conjugués avec un comlexe du colinisé.on se retrouve a l’experience du singe….
    -peut-etre cette generation pourrait faire quelques choses…
    syndicaliste. …a suivre…
    tanmirt ar timlilit.




    0



    0
    Brahim Haddou
    20 janvier 2014 - 16 h 07 min

    Il est clair comme de l’eau
    Il est clair comme de l’eau de roche, que derrière cette entreprise, se cache des considérations politiques. En coulisse, Renault se détourne de ce qui est censée être sa vocation au service du développement et du progrès. On a bien vu lors des négociations sur l’implantation de l’usine Renault en Algérie, comment ce constructeur avait tenté de nous flouer et était allé jusqu’à s’ingérer dans la politique exterieure de l’Algérie, en réclamant la réouverture des frontières avec le royaume voisin. Heureusement que la fermeté des autorités algériennes avaient acculés Renault à abandonner cette condition extra-économique et intolérable. On se doute bien forcément que les agitations de Renault étaient instruites par son actionnaire, l’état français. Renault ne cherche à qu’à vouloir s’accaparer l’argent du peuple algériens, par félons interposés, pour aller faire tourner son usine au royaume voisin, l’enfant gâté de l’état français et occident.




    0



    0
    anonyme
    20 janvier 2014 - 15 h 41 min

    En Algérie nous avons eu de
    En Algérie nous avons eu de grand noms de français, espagnols, d’Amérique du sud, d’africains ;qui ont épouser notre cause est ce que pour autant il fallait les considérer comme des espions ?je penses qu ‘il faut arrêter avec vos insinuations plus que anti tout nous devons croire a notre patriotisme mais sans exagérer il y a des gens qui ont fait beaucoup pour notre pays par amour aux algériens et par recherche identitaire ,on se sentant bien chez nous et voila que l on commence a les salir sans connaitre les répercussion sur notre société soyez au-dessus de cela et faite des commentaire a la auteur du journal .




    0



    0
    selecto
    20 janvier 2014 - 15 h 24 min

    On comprend maintenant
    On comprend maintenant comment sont financé certains journaux algériens indirectement par Renault.

    Carlos Ghosn en parlant de l’Algérie il disait « Nous irons quand nous voudrons en Algérie, c’est nous qui décidons ».




    0



    0
    anonyme
    20 janvier 2014 - 15 h 23 min

    fermer le pays et ne sortez
    fermer le pays et ne sortez plus il faut vivre en koree du nord qu est ce qu il se passe est ce que nous devons refuser le monde entier nous devons au contraire nous adapter et vivre dans la mondialisation au risque d’être mis a l ‘écart n oublions pas que nous avons énormément de concurrents




    0



    0
    KADA
    20 janvier 2014 - 14 h 11 min

    el hamdou lillah,les
    el hamdou lillah,les algeriens commencent a « ouvrir » les yeux pour savoir ce qui est fait pour l’algerie et connaitre ce qui l’ont vendu au moins offrant « pourvu qu’on garde « nos strapontins et quelques euros dans des banques etrangeres…..rfa3 rassek a ba




    0



    0
    Anonyme
    20 janvier 2014 - 12 h 37 min

    Nicolas Sarkozy et ses
    Nicolas Sarkozy et ses ministres de l’Industrie successifs Christian Estrosi, Eric Besson, ont tous eu des problèmes avec lui. Mais Carlos Ghosn, qui est très intelligent, s’est présenté comme le garant de l’Alliance Renault-Nissan. En substance, il faisait passer le message suivant : s’il était débarqué de Renault, Nissan reprenait ses billes, et Renault perdait sa vache à lait. Le gouvernement devrait alors gérer des milliers de suppressions d’emploi. Carlos Ghosn a surtout une tactique très habile de travestissement de la vérité pour sauver sa peau.
    Le bilan du manager n’est pas bon. Et côté industriel, la dernière grande nouveauté sortie par Renault, c’est la Logan, un projet lancé par l’ancien patron Louis Schweitzer. Depuis l’arrivée de Carlos Ghosn, Renault ne sort que de nouvelles versions des modèles existants. Le véhicule électrique, dont il est le chantre, est un échec. Mais là encore, la vérité est travestie. Au moment de l’affaire, Carlos Ghosn a expliqué que des centaines de brevets avaient été déposées, que Renault était le leader dans ce secteur et que c’était pour cela que le groupe était espionné. Or la technologie électrique n’est pas chez Renault mais chez Nissan. Et elle n’était pas performante puisque Renault n’a pas longtemps utilisé les batteries du Japonais et s’est associé à Bolloré, un industriel qui n’est pas venu du secteur automobile mais a réussi lui à faire un véhicule électrique performant.




    0



    0
    BISKRA
    20 janvier 2014 - 12 h 17 min

    Renault développe et vend des
    Renault développe et vend des véhicules électrique en Israël avec des accords d’exclusivitées.
    Le site en Algérie va devenir un point d’entrée et un siège de recrutement du Mossad. C’est un bon bureau de recrutement local.
    La DRS doit s’imposer et créer une cellule spéciale Renault avec une équipe très patriotique même si la DRS est patriotique mais il peut y’avoir des cellules mauvaises comme le cancer.




    0



    0
    Nasser
    20 janvier 2014 - 12 h 10 min

    « …dont une partie des
    « …dont une partie des bénéfices sert à financer des journaux algériens inféodés au Quai d’Orsay. »
    Voilà l’explication que l’on cherchait.Il doit y avoir une filière algérienne impliquée dans cet espionnage. Le « printemps algérien » souhaité pour notre pays et la formidable propagande anti-algérienne ne peut se faire sans des complicités internes du coté de la presse et des responsables. Il faut sévir!
    A suivre de près!!!




    0



    0
    Safiya
    20 janvier 2014 - 11 h 49 min

    Ce que je n’arrive toujours
    Ce que je n’arrive toujours pas à comprendre c’est pourquoi les Autorités tenaient tant à ce que Renault s’installe chez nous au point de céder à tous ses exigences, refus de Bellara, etc.




    0



    0
    Adel
    20 janvier 2014 - 11 h 17 min

    Il n’y a que les naifs pour
    Il n’y a que les naifs pour ignorer cela.
    Tout le monde espionne tout le monde ou est le problème.
    L’algérie n’est pas en reste, nous ne sommes pas aussi mauvais que cela.




    0



    0
    AnonymeKELAM
    20 janvier 2014 - 11 h 13 min

    ACTUELLEMNT TOUTES LES
    ACTUELLEMNT TOUTES LES ENTREPRISES D ETAT ET AUTRES SONT DES NIDS D ESPIONS(edf atochem renaults peugeots ect.total ect….)
    l’histoire de renault vraie ils furent des collaborateurs des nazis…)a la demande de pétain et consorts.




    0



    0
    Mouloud
    20 janvier 2014 - 10 h 44 min

    Rien d’étonnant quand on
    Rien d’étonnant quand on replonge dans l’histoire de la France coloniale, particulièrement celle liée à l’avènement de la 5ème République et l’influence pernicieuse du Sionisme international sur ses politiques y compris celles de De Gaulle pour ceux qui se laissent berner par la question des Frégates de 1965 (en rapport avec la guerre des 5 jours de juin 1965).




    0



    0
    laurent
    20 janvier 2014 - 10 h 17 min

    MERCI AMINE POUR CETTE
    MERCI AMINE POUR CETTE REVELATION ON SAVAIT MAIS NOS MEDIAS ALGERIENS PAS TOUS EVIDEMMENT MAIS LA MAJORITEE «  » »ils mangeaient dans la main du makzhen et le loby en france » » »TSA LIBERTE WATAN CHEROUK ECT…. » » GHONST DIRIGE RENAULT C EST INDIVIDU QUE EST ARRIVE DE NUL PART UN SIONISTE NOTOIRE AU DETRIMENT DES VAIS COMPETENT FRANCAIS C EST AFFOLANT IL HABITE AU MAROC AVEC UN RYADS DES MILLE ET MERDE AU PROFIT DES MAROCAINS DEMUNIS IL A TOUT FAIT POUR QUE L USINE RENAULT S INSTALLE AU MAROC AU DETRIMENT DE L ALGERIE MAIS LES ALGERIEN DE CE MOMENTRESPONSABLES SONT DES LACHES CAR NORMALEMENT AUCUNE VOITURE NE SE VENT EN ALGERIE EN REPRESAILLE MAIS ON EST GERER PAR DES (…) INCAPABLES EN ALGERIE




    0



    0
    00213
    20 janvier 2014 - 10 h 13 min

    Et notre unité d’assemblage
    Et notre unité d’assemblage bidons à 1 milliard d’euros pour 25.000 véhicules.
    Il a pas enquêté la-dessus ?
    La récente méga-usine de Wuhan va débiter 150.000 véhicules par an en intégration quasi totale et sans clause de monopole.
    Pour 850 millions d’euros !




    0



    0
    hamel
    20 janvier 2014 - 10 h 03 min

    Mais également, l’obtention
    Mais également, l’obtention d’une interdiction à d’autres concurrents d’y investir durant cinq ans. Pour une minable
    usine de montage.




    0



    0
    miloud
    20 janvier 2014 - 9 h 56 min

    Carlos Ghosn se que vous
    Carlos Ghosn se que vous avait oublier de dire,c’est que le complot avait bien commencer après guerre,car Louis Renault avait présenter au salon de l’auto une juvaquatre un prototype à Hitler et Göring à Berlin en 1938.La guerre fini l’état français accuse Louis Renault d’étre un collabo et qu’il à fabriquait des chars pour la Wehrmacht. Renault sera nationalisé à la Libération.




    0



    0

Répondre à Safiya Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.