La politique au service des affaires : le FCE compte 79 députés

Soutien à Haddad : le secrétaire général de l’UNI s’en lave les mains
Ali Haddad, président du FCE. New Press

Le Forum des chefs d’entreprises (FCE) compte 79 députés au sein de la nouvelle Assemblée populaire nationale (APN) issue des élections législatives du 4 mai 2017, selon un décompte fait sur la liste officielle des élus publiée par le Conseil constitutionnel. Les 79 hommes d’affaires élus sont affiliés au FCE, dirigé par le patron du groupe ETRHB, Ali Hadddad, et appartiennent à plusieurs formations politiques, dont le FLN, le RND, TAJ, et des indépendants principalement.

Plus qu’en 2012 ou en 2014, la tendance vers une implication de plus en plus active du FCE dans les affaires politiques se confirme en 2017. Lors de l’élection présidentielle de 2014 déjà, le Forum des chefs d’entreprises, sous l’influence des patrons acquis au cercle présidentiel, s’est mué en un syndicat défendant les intérêts de ses membres. Il est allé jusqu’à suggérer, voire imposer des mesures à l’actuel gouvernement. Le FCE d’Ali Haddad impose sa feuille de route. 

Dès lors, on parle de redistribution des cartes économiques et le premier aspect reflétant cette redistribution est le contrôle de toutes les structures au sein desquelles s’agrègent les intérêts des acteurs économiques publics et privés. Il en fut ainsi pour le FCE et la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (Caci). Les patrons affiliés au FCE militent pour une privatisation tous azimuts du tissu économique. Cela n’est pas nouveau. Toutefois, ils vont maintenant s’efforcer d’accélérer la cadence en agissant de l’intérieur même du pouvoir législatif… et au gouvernement.

Lorsqu’il menait sa campagne pour son élection à la tête du FCE, Ali Haddad s’est résolument exprimé en faveur de l’ouverture au privé du transport aérien, des hydrocarbures et des ressources en eau. Le FCE plaide ouvertement pour une libéralisation qui ne fera aucune distinction entre les secteurs d’activités. La liberté d’entreprendre ne doit, en aucun cas, être entravée, argumente-t-on au sein du FCE, s’appuyant en cela sur l’article 37 de la Constitution qui consacre la liberté d’entreprendre et d’investir.

Pour rappel, Djilali Mehri, patron de l’usine Pepsi-Cola en Algérie, a été élu député de la législature de 2002, de même qu’Omar Ramdane, ancien moudjahid et ancien président du FCE, qui est devenu un sénateur du tiers présidentiel en 2010. A l’époque, le FCE ne comprenait pas en son sein des patrons députés. Des patrons qui investissent l’APN commençaient à devenir nombreux à partir de 2012, lorsqu’Abdelaziz Belkhadem a ouvert les portes du FLN à des personnages comme Mohamed Djemai et Baha Dine Tliba et d’autres.

Ramdane Yacine

Comment (21)

    Cheikh kebab
    11 mai 2017 - 21 h 18 min

    Article biscornu. Le problème
    Article biscornu. Le problème n’est pas dans l’argent c députés sont élus par ce que le fce est transformé en syndicat qui soutient et finance les tenants du pouvoir,au lieu de soutenir les investisseurs. S’il soutenait au moins un gouvernement qui réussit ça serait normal,mais il soutient l’échec pourvu qu’on lui attribue des projets juteux. Et en retour il finance les campagnes électorales du régime,les vases communicants.




    0



    0
    Anonymous
    11 mai 2017 - 19 h 54 min

    ça me donne de la diarrhée de
    ça me donne de la diarrhée de voir ces khnachich
    Ce type même qui a invité les chinois à plus investir et se marier avec des algériennes ya rab el ali
    Nous sommes tombés bien bas pour laisser cette vermine prendre notre destin en main




    0



    0
    Kahina
    11 mai 2017 - 19 h 33 min

    On prend les trabendistes

    On prend les trabendistes pour des patrons ?? S’ils ont tous le nivouuu de haddad, alors on aura pas une APN … mais un SOUK des baznassa. Que la vente aux enchères continue




    0



    0
    Chelieth
    11 mai 2017 - 13 h 22 min

    L’ Algerie a grand besoin de
    L’ Algerie a grand besoin de patriotes d’un autre genre pour nous debarasser de ces terroristes vermines de la « finance » et de « l’economie. » Confisquons leur argent mal acquis et envoyons les avec des chaines travailler sur le barrage vert aux cotes de tout terroriste « Islamiste » capture vivant et les armes a la main.




    0



    0
    cirta
    11 mai 2017 - 12 h 30 min

    La nouvelle politique de l
    La nouvelle politique de l’Algérie est en train de se transformer plus dans les affaires, et devient une startup c’est une nouvelle émergence de la société qui démarre. Le monde est connecté en un seul pole celui des affaires l’Algérie et la France sont sur le même mouvement. Il y a une méga transformation de la politique, Il faut penser et voir autrement. Ces gens de la finance n’ont pas de temps à perdre. Celui qui suit tant mieux sinon….




    0



    0
      Kassaman
      11 mai 2017 - 13 h 09 min

       » Ces gens de la finance n
       » Ces gens de la finance n’ont pas de temps à perdre. Celui qui suit tant mieux sinon…. », si tu veux vivre dans un monde gouverné par la finance, grand bien te fasse! mais permets-nous de ne pas vouloir être esclaves dans notre propre pays en y important un modèle de société mû par l’argent roi.




      0



      0
    Anonymous
    11 mai 2017 - 11 h 34 min

    En Algérie tout s’achète, le
    En Algérie tout s’achète, le hram ,le hallal…, il suffit de mettre le prix.




    0



    0
    lhadi
    11 mai 2017 - 9 h 54 min

    Je recommande d’interdire aux
    Je recommande d’interdire aux représentants de la démocratie indirect de pouvoir exercer simultanément un emploi dans le privé. Pourquoi ? Parce que Le conflit d’intérêt peut potentiellement remettre en cause la neutralité et l’impartialité avec lesquelles ils doivent accomplir leur mission du fait de leurs intérêts personnels. Fraternellement




    0



    0
    QUE CHOISIR
    11 mai 2017 - 8 h 27 min

    est-il prudent de méprisé et
    est-il prudent de mépriser et humilier tout un peuple en lui faisant peur;des mains étrangère;des intégristes;des terroristes;juste pour le voler et le piller? On en est ou avec les 23 milliards de l’autoghoul;les affaires sonatrach 1-2-3-4 ;détournement de l’argent des agriculteurs; el khalifa-bank;la corruption des tribunaux et autres? Jusqu’à quand le citoyen algérien pourra tenir sans exploser? Il suffit de constater l’état de santé des algériens et vous allez vite comprendre : la première cause des décès ce n’est pas les accidents de la route, c’est la tension artérielle et les maladies cardiovasculaires dus a la tension permanente des divers problèmes quotidien inventés par nos dirigeants pour qu’on ne se mêle pas de leurs affaires louches… Juste une petite question : depuis quand monsieur haddad est milliardaire ? En un laps de temps unique au monde…




    0



    0
    OMAR
    11 mai 2017 - 7 h 38 min

    Attention aux mauvaises
    Attention aux mauvaises pratiques!!

    qui ferait couler la boutique

    Attention à certaines misères

    qui feraient péter les colères!!!

    Au profit des dits/islamistes /dans un pays musulman!!!!???

    LA LUCIDITE/LA FRANCHISE /LA JUSTICE ET LE PROGRES

    NOUS EVITERONT LE GRAND BALAI!!!




    0



    0
    Anonymous
    10 mai 2017 - 23 h 49 min

    D’où ont ils acquis tout cet
    D’où ont ils acquis tout cet sale argent en un laps de temps record,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,?????????????????
    Un jour ils rendront des comptes




    0



    0
    Anonymous
    10 mai 2017 - 23 h 30 min

    le pays n’est pas en mains
    le pays n’est pas en mains sures , dégagez bande de corrompus
    Tout un sacrifice pour que des parvenus prennent en otage tout un pays
    Nous exigeons des élections présidentielles , on ne sait plus qui est à la tête de l’état




    0



    0
    Anonymous
    10 mai 2017 - 22 h 02 min

    Eh oui, on ouvre la porte de
    Eh oui, on ouvre la porte de l’immunité diplomatique pour qu’ils fassent le transfert de l’argent sale qu’ils se sont fait au détriment du peuple sans control !!! Un jour un homme qui m’a pris en stop m’a dis, » pauvre Algérie pauvres algériens, l’Algérie est une femme veuve qui n’a pas encore trouver le bon mari  » voilà un proverbe qui résume le tout




    0



    0
    Anonymous
    10 mai 2017 - 19 h 12 min

    c’est de l’esclavage moderne
    c’est de l’esclavage moderne a l’algérienne;et l’honnète homme n’a aucune chance de survivre dignement; il faut corrompre et accepter l’injustice;sinon partir mais ou




    0



    0
      Quand même
      11 mai 2017 - 4 h 22 min

      Bon, ok, mais… il ne faut
      Bon, ok, mais… il ne faut pas exagérer non-plus. A mon avis, vous ne connaissez pas l’Algérie. Ou alors vous ne connaissez pas le reste du monde et, du coup, vous ne faites pas la part des choses. Critique exagérée et mal placée tue la critique… et encourage l’impunité. C’est comme quand on dit : « ils sont tous pourris ». Même ceux qui, courageusement, se sont gardés de la pourriture, finissent par se dire : « du moment que nous ne sommes pas épargnés, alors, au moins soyons vraiment pourris et bouffons avec la meute ».




      0



      0
    amina
    10 mai 2017 - 18 h 41 min

    Si ma mimoire est bonne ,il
    Si ma mimoire est bonne ,il ya de ce la 25ans des hommes courageux avaient fait barrage aux islamistes terroristes pour sauver l Algerie ,quiva venir en aide a cette Algerie pour faire barrage a ces opportunistes terroristes .




    0



    0
      Mello
      11 mai 2017 - 12 h 52 min

      Tres bonne memoire, en 1992,
      Tres bonne memoire, en 1992, l’armee, toujours l’armee qui peut encore nous sauver. Ce n’est pas dramatique, mais c’est comme tel. A chaque fois que le pays est en danger, et il l’est actuellement, devant l’absence de ces cadres et intellectuels inertes, c’est l’armee qui intervient.




      0



      0
    anonyme
    10 mai 2017 - 18 h 14 min

    L’Algérie est entre les mains
    L’Algérie est entre les mains de corrompus, des traîtres, d’incompétents, complexés et voyous.




    0



    0
    Kassaman
    10 mai 2017 - 17 h 11 min

    Une telle présence de la
    Une telle présence de la composante affairiste de la nation au sein de l’APN est inquiétante. Elle peut facilement constituer un cheval de Troie de l’impérialisme. Un pays ne se réduit pas à sa vie économique, comme veut nous l’imposer cette bourgeoisie internationale et donc, la politique et nos lois n’ont pas à être au service des affaires en aucun cas!




    0



    0
    Anonymous
    10 mai 2017 - 16 h 49 min

    Il faut que le peuple prend
    Il faut que le peuple prend son destin en main .il divise l Algérie en tribu gérer par des milliardaire tel alilou pour devenir un royaume .korbathov a fait la même chose a l union soviétique il l a aflaibli diviser par des petit état .voilà le projet de ce système et ouyahia a participe a ce genocide




    0



    0
    Mello
    10 mai 2017 - 15 h 40 min

    C’est toute la creme
    C’est toute la creme renversee et viree qui nous couve.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.