Plan d’action du gouvernement : Tebboune devant l’APN le 18 juin

Abdelmadjid Tebboune. New Press

Le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, sera, le 18 juin prochain, à l’Assemblée populaire nationale (APN) pour présenter le plan d’action de son gouvernement aux députés issus des élections législatives du 4 mai dernier, rapporte l’agence officielle.

Des groupes de travail représentant plusieurs départements ministériels se penchent actuellement sur l’élaboration de ce plan d’action, dont les principales priorités sont l’amélioration du pouvoir d’achat, la protection de l’économie nationale et la rationalisation des importations à travers notamment la réduction de la facture des produits superflus afin d’éviter un retour à l’endettement extérieur, précise-t-on de même source.

La lutte contre le chômage, la réalisation de logements, la justice sociale et la préservation des couches défavorisées et l’encouragement des projets d’investissement figurent également parmi les priorités du nouveau gouvernement.

A l’issue de la cérémonie de passation de pouvoir avec son prédécesseur, Abdelmalek Sellal, le nouveau Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, avait indiqué qu’une reconversion économique «nécessaire» et «urgente» allait être la priorité de la nouvelle équipe gouvernementale pour que l’Algérie «ne dépende plus des fluctuations des prix des hydrocarbures».

«Une autre priorité s’impose, c’est la reconversion de notre économie, qui a été entamée par mon prédécesseur, ami et frère, Abdelmalek Sellal. Une reconversion économique nécessaire et urgente pour faire en sorte que notre pays ne dépende plus des fluctuations des prix des hydrocarbures», avait-il déclaré.

«Il s’agit de construire une économie plus saine et plus équilibrée dans laquelle le secteur privé aura toute sa place, peut-être même une place prioritaire, avec toute la régulation et le contrôle que doit faire le gouvernement, au nom du président de la République», avait ajouté M. Tebboune.

Il avait précisé qu’un plan d’action du gouvernement «plus détaillé sera exposé incessamment, dès qu’il sera achevé, devant les élus de la nation, à commencer par l’APN et ensuite le Conseil de la nation».

M. Tebboune avait assuré que son gouvernement allait continuer la mission initiée par M. Sellal avec les mêmes priorités qu’a fixées le président de la République, qui sont l’éradication totale de la crise du logement, l’éducation et la santé.

Il convient de souligner que le nouveau gouvernement va certainement revoir le brouillon de la loi de finances pour 2018, non seulement dans le chapitre des dotations budgétaires réservées à chaque ministère, mais aussi dans la révision de la législation fiscale et parafiscale.

Ramdane Yacine

Comment (16)

    Mello
    6 juin 2017 - 12 h 36 min

    Un plan d’action du
    Un plan d’action du gouvernement, voila un sujet de these a donner aux magisters en socio-politique. Car si l’on se rapproche davantage de la composante gouvernementale, on doit comprendre que la premiere action a faire par cet executif c’est de refonder cette ecole, cette universite qui ne forment que des analphabetes.
    Formes a coup de milliards, leurs salaires coutent des milliards a l’Etat, mais ils sont incompetents et ignorants par incompetence et ignorance.
    Il faudrait comprendre l’inadequation entre l’incompetence du salarie et le poste qu’il occupe. L’incompetence et l’ignorance sont ces freins qui empechent le pays de decoller. Populisme, piston, cooptation et inadaptabilite encadrent le monde du travail, en general, en Algerie. La promotion ne repose sur aucun critere de competence, si bien qu’en Algerie on peut devenir ministre, wali, magistrat , journaliste , editeur ou responsable en management sans avoir mis les pieds a l’ecole!!! Comme on peut sortir d’une grande ecole avec un bac+ 10 completement analphabete. Voila le premier chantier a ouvrir afin de retablir les equilibres entre les classes sociales qui ont disparu au profit de ce desordre social.




    0



    0
    AMAR MOKHNACHE
    6 juin 2017 - 9 h 50 min

    Peut ont raisonnablement
    Peut ont raisonnablement nager dans la boue? Notre probleme ce n est pas de « ramener » des hommes de « poigne »
    et autres « oiseaux » rares! L’economie est une affaire de confiance et le probleme N°1 du pays c est de RETABLIR cette confiance completement perdue!!!! L’adhesion a n importe quel projet economique ne peut etre fecond qu’avec une JUSTICE independante, une separation des pouvoirs sans ambiguites et une presse libre, epanouie et surtout bien formee!!! Une telle athmosphere ne permettrait pas aux avanturiers d ‘affronter la societe avec leurs casseroles…sans rougir..sans avoir peur!!! Un mandat politique ou a la tete d une institution demande a etre evalue et surtout « NOTE »…Or que constate-t-on ? DES TETES QUI N’ONT PAS PU GERER LE PAYS AVEC DES RECETTES QU AUCUN PAYS N A EU LA CHANCE D EN AVOIR S’IMPROVISENT DES « REDRESSEURS  »
    DES RECETTES DE GRAND-MERE et AU MILIEU D UNE FAUNE OFF SHORE..!!!encore une fois, le seul rempart contre les crises de tout genre c est une societe mature la ou la citoyennete a un sens!!! ce qui se passe au pays c est la meme chose « qui se passe dans le milieux du foot »…comme le disait un specialiste de la chose …. »aidons Hannachi » a partir..!!!!




    0



    0
    Anonymous
    6 juin 2017 - 1 h 19 min

    Kif-Kif du pareil aux memes
    Kif-Kif du pareil aux memes;tant que le pays n’a pas une vraie justice ;vous mettez les personnes les plus intelligente au monde sa ne changera rien du-tout ;c’est comme vous mettez un moteur de mobylette guelma a bus bus sonacom;impossible qu’il avance;et pourtant ce régime se dit croyant en dieu et au jugement dernier;sachez que dieu est un incorruptible




    0



    0
    Otto
    5 juin 2017 - 21 h 23 min

    Quel plan ???

    Quel plan ???
    Il fait arrêter les simulations des arcanes de la démocratie. Tous les gouvernements qui se sont succédés depuis 1962 sont là pour appliquer le programme du président. En d’autres termes se sont des exécutants qui n’ont aucune marge de manoeuvre, le gouvernement et son premier ministre sont des faire valoir, la meilleure preuve est le dégagement du ministre du tourisme 48 heures après sa nomination par un obscure conseillé que personne ne connaît mais qui tire les ficelles au niveau de la boîte tout aussi obscure d’el mouradia qui reste le centre décisionnel de la tchektchouka exécutive, législative et judiciaire.




    0



    0
    lhadi
    5 juin 2017 - 19 h 27 min

    Le nouveau modèle économique
    Le nouveau modèle économique algérien est un slogan chic pour faire choc. Cette arlésienne est faite pour détourner les masses de la seule tache qui mérite adhésion et que l’urgence rend nécessaire : se mettre en ordre de bataille pour changer le système de cette république de copains et de coquins qui obère toute chance de développement , d’un Etat fort, d’une république solide, d’une Algérie moderne, apaisée et conquérante dans ce monde de globalisation politiquement et économiquement injuste.

    Qu’on se le dise ! Il ne peut y avoir de développement économique sans développement politique.

    Comment peut-il en être autrement ? En effet, la ligne politique, de cette gouvernance, incarnée par celui qui considère comme Louis XIV : « L’Etat c’est moi » ou comme le rapporta Léon Trotsky dans la bouche de Staline : « La société, c’est moi « , est de mettre, d’une part, la nation sans armes face aux nombreux défis, et d’autre part, rendre les gens sans défense dans leur esprit.

    Cette autorité politique, de notoriété publique malodorante, est le problème politique le plus sensible.

    Pourquoi ?

    Parce qu’elle n’a ni pris la mesure des sarcomes inhérents au sous développement ni tenu compte de la diversité de notre pays et de sa population, des courants de pensée qui le traversent, des philosophies et des croyances qui le partagent. Elle n’a ni la philosophie qui rend le mieux compte de la réalité et qui fournit les meilleurs moyens de transformer la société algérienne ni les convictions qui donnent la force et l’espoir et in fine assurent le succès vers le mieux être.

    Comment peut-on construite la maison Algérie avec de solides charpentes si la nation n’est pas libérée de ce système d’un autre âge incarné par le Césarisme qui se modifie d’après les besoins et les intérêts de ses névrosés dont les divers rejetons demeurent étrangers aux histoires intimes des luttes, des espoirs, des projets, des efforts, des triomphes secrets, des désespérances cachées.

    Je vais être clair : Le mélange de visionnaire, de pragmatique et à l’autorité incontestable et incontestée, ne sont pas les trois notions qui viennent immédiatement à l’esprit quand on pense à cette mal gouvernance qui, en ces temps difficiles, s’étiole dans l’illusion, le mensonge, le trompe-l’œil..

    .
    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    0



    0
    Anonymous
    5 juin 2017 - 17 h 47 min

    ALLEZ VOUS EN TOUS
    ALLEZ VOUS EN TOUS




    0



    0
    Rien-ne-va-plus
    5 juin 2017 - 17 h 38 min

    Faut-il encore rappeler que
    Faut-il encore rappeler que le citoyen lambda s’étonne de cette façon d’agir comme si de rien n’était. Ces députés auxquels le projet du gouvernement va être prochainement soumis, s’ils ont été enrobés dans une légitimité politique, le sont-ils réellement sur le plan populaire ; sachant que la majorité du corps électorale ne les a pas officiellement élus.
    Pense-t-on vraiment que le plan d’action du gouvernement va être débattu comme dans une véritable assemblée nationale au sens propre du terme ; élue par la majorité des citoyens. Ce plan ne passera-t-il pas comme une lettre à la poste après que ces soi-disant députés aient chacun jouer tambour battant un rôle théâtral digne de leurs prédécesseurs.
    Laissons de côté ces « députés » se prélasser dans leur fauteuil, jouir de leur intérêt pour « justifier » un Bien mal acquis qui ne profitera jamais à son auteur, et passons. Le gouvernement Tebboune a-t-il vraiment le temps pour redresser la barre socio-économique. Arrivera-t-il à contredire les experts dans ce domaine qui prédisent une fin d’année 2017 très difficile, et une année 2018 plus inquiétante sur le plan socio-économique. Quant à 2019 c’est l’inconnu !
    Une seule main ne peut donc applaudir, et n’applaudira jamais. Mais pourquoi persistons à prouver le contraire. Malgré toute la bonne foi de ce nouveau gouvernement, n’a-t-on pas l’impression de pratiquer à chaque échéance, l’adage populaire « خلط مالعبناش». Souhaitons que cette fois-ci c’est la bonne car la situation se dégrade de plus en plus.




    0



    0
    Anonymous
    5 juin 2017 - 17 h 21 min

    Plan d’action du gouvernement
    Plan d’action du gouvernement :Tebboune devant l’APN le 18 juin = Austérité sévère des dépenses de l’état
    Plan d’action du gouvernement :Tebboune devant l’APN le 18 juin = Moralisation de la vie économique (transparence économique, financière, fiscale, et commerciale, Cour des Comptes à donner vie,…
    Plan d’action du gouvernement : Tebboune devant l’APN le 18 juin = Restructurations, et réformes de l’économie
    Diversifications, productions contre importations




    0



    0
    Mello
    5 juin 2017 - 17 h 07 min

    Comment deux entites issues d
    Comment deux entites issues d’un verouillage politique , issues d’une ablation cervicale, issues d’un muselement de la societe, issues d’une des plus grandes manipulations d’election, issues ,conjointement , d’une decision unilaterale presidentielle, puissent se confronter sur un programme issu de la presidence, dont le resultat est connu d’avance ?




    0



    0
    Algérienne-DZ
    5 juin 2017 - 16 h 07 min

    M.Tebboune,

    M.Tebboune,

    Wallah que je n’aime pas les couleurs des nouvelles cités. Nous, c’est la méditerranée, du Bleu-blanc. un beau vert ça marche aussi ( pour l’olivier).
    KHAR-BACHTOU GA3 L’Algérie.




    0



    0
    Kahina
    5 juin 2017 - 13 h 43 min

    J’aime la — justice sociale
    J’aime la — justice sociale—- Une loi anti-Hogra remontera le moral aux Algériens.
    Une loi —-anti-promotion de la médiocrité—- fera du bien au pays.

    Serait-il possible de décréter une loi —Anti-saleté— Nous avons besoin d’une loi pour maintenir la propreté. Nos villes sont désordonnées et sales. BASTA. Un peu d’esthétique SVP. C’est bon pour le moral.




    0



    0
    Abou Stroff
    5 juin 2017 - 13 h 34 min

    « Plan d’action du
    « Plan d’action du gouvernement : Tebboune devant l’APN le 18 juin » titre R. Y.. moua, avec ma naïveté maladive, ai toujours cru que le premier des ministres et les partis du pouvoir (ne corrigez pas, vous lisez bien DU) avaient pour unique objectif l’application du programme de leur bienaimé fakhamatouhou national. si un plan d’action est en train d’être élaboré, dois je conclure, avec ma naïveté légendaire, que le programme de leur fakhamatouhou national est obsolète, en supposant qu’il ait, un jour, existé?
    PS: comme l’équipe gouvernementale n’a pas été radicalement changé, dois je conclure que les ministres ne sont que de simples ouvriers au service d’un ingénieur inamovible?




    0



    0
    Algérien
    5 juin 2017 - 8 h 19 min

    Les reformes les plus
    Les reformes les plus importantes vont être conduites par un gouvernement le plus illégitime et validées par un parlement qui représente tout sauf le peuple.
    En Algérie, le pays de «par le peuple pour le peuple» .. ils est possible de gouverner sans le peuple !!!




    0



    0
    el wazir
    5 juin 2017 - 7 h 35 min

    il faudra réduire le soutient
    il faudra réduire le soutient financier injustifié au secteur industriel public ( se confinant dans un immobilisme qui le fait reculer de plus en plus , trahissant une ‘incompétence flagrante de son management, lequel refuse de prendre les initiatives afin d’assumer ses responsabilités,
    les soutient doivent être ajustés au regard bien évidement de la protection des emplois quand ils sont nombreux, il s’agit de dynamiser l’activité industrielle et dont la sous exploitation du potentiel existant du secteur public constitue un frein a son essor




    0



    0
    ALGERIEN
    5 juin 2017 - 4 h 45 min

    les prix exorbitants des
    les prix exorbitants des logements LPP prévus pour les cadres d’état à revenu moyen vont appauvrir cette couche qui incarne la force intellectuelle et productive de l’état surtout pour les Hors Alger ….pensez y svp.




    0



    0
    anonyme
    4 juin 2017 - 22 h 07 min

    M. Le premier ministre, si
    M. Le premier ministre, si vous ne changez l’ensemble des directeurs centraux, votre mission sera très difficiles.
    Il est temps de virer cette bande de corrompus qui bloque tout changement en Algérie.
    M. le premier ministre, il faut changer en profondeur les équipes ministérielle.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.