Leon Panetta : «Nous n’avions aucune stratégie face au printemps arabe»

Printemps Panetta
Leon Panetta, ancien ministre de la Défense américain. D. R.

Par R. Mahmoudi – Lors d’un débat sur l’«extrémisme violent» animé lundi à Washington, l’ex-ministre de la Défense Leon Panetta (2011-2013) a averti que, malgré les «récents succès» réalisés à Mossoul et Raqqa pour en déloger Daech, cette organisation terroriste ne disparaîtra pas. «Le pire est d’avoir déclaré la victoire sans traquer Daech ailleurs, notamment dans le sud de la Syrie et en Afrique du Nord.»

Dans le même sillage, Panetta a révélé avoir proposé, lorsqu’il était en charge de la Défense dans le gouvernement Obama, la mise en place d’une coalition composée des pays du Moyen-Orient, comprenant aussi Israël, pour faire face à ces défis. Il a également suggéré un centre de commandement commun avec les Etats-Unis dont l’objectif sera «la poursuite des terroristes dans différents endroits, avec diverses tactiques», sans préciser toutefois les pays ciblés dans cette stratégie, ni la nature des tactiques à préconiser.

Dans son analyse de la situation dans le monde arabe, l’ex-secrétaire américain à la Défense avoue que son pays n’avait aucune stratégie adaptée aux insurrections du «printemps arabe» qui ont coïncidé avec sa nomination à la tête du ministère de la Défense, ni aucune solution à appliquer pour rétablir la stabilité dans la région.

Dans un autre registre, Leon Panetta prévient contre l’éclatement d’une guerre civile entre les Kurdes et le gouvernement irakien. «Si une guerre éclate, affirme-t-il, l’Irak ne retrouvera plus sa stabilité. Alors, il faudrait continuer à aider le gouvernement irakien et le Premier ministre, Haydar Abadi, pour une plus grande intégration des Kurdes et des sunnites en vue de réunifier l’Irak.» Pour lui, «il est grand temps que toutes les parties se prononcent si elles veulent réellement d’un Irak uni».

Selon Panetta, il faudrait éloigner Bagdad à tout prix de l’«emprise iranienne» et casser, ainsi par tous les moyens, les ramifications de Téhéran dans la région. Il considère que le gouvernement Abadi a fait «un grand pas» dans ce sens, en s’approchant de l’Arabie Saoudite, à travers notamment une série d’accords signés à l’occasion de la visite d’Abadi à Riyad.

R. M.

Comment (8)

    Anonyme
    25 octobre 2017 - 7 h 32 min

    «Si une guerre éclate, affirme-t-il, l’Irak ne retrouvera plus sa stabilité. Alors, il faudrait continuer à aider le gouvernement irakien et le Premier ministre, Haydar Abadi, pour une plus grande intégration des Kurdes et des sunnites en vue de réunifier l’Irak.»

    Quelle hypocrisie et c’est pourtant vous qui aviez détruit l’Irak et permis l’éxistence du terrorisme




    0



    0
    Anonyme
    25 octobre 2017 - 7 h 29 min

    Et c’est pourtant vous les artisans principaux du printemps arabe, vos mains sont tachées de sang sur divers coins de la planète et plus particulièrement dans le monde arabo musulman
    Allez raconter vos bobards ailleurs
    Vous êtes contre la vie




    0



    0
    Felfel Har
    24 octobre 2017 - 15 h 31 min

    Méfions-nous de tous ces boni-menteurs qui viennent nous conter fleurette. L’épouse de son ami Bill Clinton a admis avoir donné naissance à DAESH et qu’elle a secrètement comploté avec le général Petraeus contre son président Obama, ce qui leur a valu d’être limogés après l’assassinat de leur ambassadeur en Libye par ceux-là mêmes qu’ils avaient chouchoutés.. Les docteur Jekyll et mister Hyde américains n’arrivent plus à contôler une partie des monstres qu’ils ont créés. « They have a taste of their own medicine » (ils goûtent à leur propre poison) et celà leur cause pas mal de soucis. Les monstres se retournent toujours contre leurs créateurs, et ce n’est pas toujours à Hollywood que celà se passe.




    4



    0
    Anonyme
    24 octobre 2017 - 14 h 06 min

    Panetta propose à ce qu’israel participe dans la lutte ou règlements des problèmes dus au terrorismes – Voici un article qui dit le contraire sur les israéliens, ils sont le terrorisme, ils sont le bras du terrorisme – Lisez c’est effarant, ce Panetta se moque du monde.
    ======
    Le fils de l’ancien président irakien et dirigeant kurde Jalal Talabani a rendu publics des documents qui prouvent la coopération de Massoud Barzani avec Israël pour affaiblir le gouvernement central de Bagdad.

    Bafel Talabani a révélé dans une interview exclusive à la chaîne d’information France 24, que le président du Kurdistan irakien Massoud Barzani avait bénéficié du soutien d’Israël pour inviter les terroristes de Daech en Irak.

    « Appuyé par Israël, Massoud Barzani a demandé aux terroristes de Daech de se rendre en Irak et affaiblir le gouvernement central de Bagdad et cela pour que les Kurdes puissent renforcer leur mainmise à Erbil et à Kirkouk », a-t-il expliqué.

    L’Irak mène depuis plus de deux ans une lutte acharnée contre les terroristes de Daech, un groupe takfiriste-wahhabite qui ne s’est même pas donné la peine de lancer une attaque d’envergure contre la région du Kurdistan.

    Loin d’être un simple accident, le refus de Daech de se diriger vers les territoires kurdes était resté une énigme sans réponse jusqu’à présent.

    Les révélations du fils du défunt Jalal Talabani soulèvent des hypothèses qui auparavant semblaient improbables, d’autant plus que Massoud Barzani n’y a jamais fourni de réponse convaincante.

    Existe-il vraiment un lien entre les terroristes de Daech et les autorités du Kurdistan irakien ?

    Lorsque Massoud Barzani a décidé de tenir un référendum d’indépendance très controversé, c’est seulement le régime israélien qui l’a soutenu.

    Puisque le régime israélien est l’un des principaux sponsors des terroristes de Daech dans la région, le soutien qu’il apporte, d’une part à Daech et de l’autre au Kurdistan, renforce cette hypothèse selon laquelle les responsables du Kurdistan irakien – même s’ils n’ont pas demandé aux terroristes de Daech de venir occuper l’Irak – leur auraient demandé de mettre à l’abri de leurs attaques les territoires du Kurdistan.

    Le plan de Massoud Barzani prévoyait d’une part, l’occupation de l’Irak par Daech et de l’autre, la formation d’un État indépendant du Kurdistan irakien par référendum.

    Bref, les grands perdants de la crise dont a beaucoup souffert l’Irak, sont Israël, les États-Unis et Massoud Barzani et si ce dernier reste campé sur sa position erronée, le gouvernement central de Bagdad pourrait prendre une décision plus rigoureuse, visant à neutraliser cette sédition alimentée par Barzani.

    Source: PressTV




    1



    1
    Arezki
    24 octobre 2017 - 12 h 21 min

    ON NE VOUS CROIT PAS… TOUT SIMPLEMENT, Monsieur ! En d’autres termes : VOUS MENTEZ COMME VOUS RESPIRERZ !!! C’est parfaitement clair…..




    6



    0
    Aicha Benguendouze
    24 octobre 2017 - 11 h 44 min

    Leon Panetta : «Nous n’avions aucune stratégie face au printemps arabe»…Oui il a raison, car peut être lui et les gouvernements américains précédents, conseillés par la France depuis les années 40 les USA étaient plus concentrés a aider uniquement Israël te les monarchies arabes. Les USA ont beaucoup négligé les  » Nord’Af  » comme on nous surnomme en France surtout, et ils continuent a le faire pas mal encore….




    0



    0
    Abou Stroff
    24 octobre 2017 - 10 h 17 min

    «Nous n’avions aucune stratégie face au printemps arabe» dixit Leon Panetta.
    et pourtant les stratégies impérialiste et sioniste sont aussi évidentes que le nez de Pinnochio quand ce dernier se met à mentir.
    en effet, la stratégie qui sert de TOUT pour expliquer les PARTIES peut se résumer en la nécessaire recomposition de la région du moyen-orient et de l’afrique du nord sous forme de micro-états basés sur le religion et/ou l »‘éthnie » pour, d’une part permettre au capital financier mondial (fraction dominante de l’heure du capital mondial) de valoriser la valeur au moindre coût (de petites économies sont, par construction, plus faciles à dominer par le grand capital) et de garantir la pérennité de l’entité sioniste (entité raciste basée sur la religion) qui, entourée d’entités basées sur la religion ou sur l' »ethnie », n’apparaitrait plus comme un anachronisme (exit le fait que l’entité sioniste est essentiellement un vestige colonial qui doit disparaitre en tant que tel)
    moralité de l’histoire: les printemps arabes ont servi aussi bien l’impérialisme que le sionisme, mais Panetta en tant que représentant d’une puissance impérialiste n’oserait jamais parler du « plan Yinon ».
    PS: a t on entendu un quelconque sioniste soutenir que l’entité sioniste a assez de bombes nucléaires pour raser tous les pays dits arabes de la surface de la terre?




    9



    0
    Anonyme
    24 octobre 2017 - 7 h 52 min

    Ce que dit ce responsable américains , voir le deuxième paragraphe dont copie ci après :
    «Dans le même sillage, Panetta a révélé avoir proposé, lorsqu’il était en charge de la Défense dans le gouvernement Obama, la mise en place d’une coalition composée des pays du Moyen-Orient, comprenant aussi Israël, pour faire face à ces défis.»
    Ce Panetta se moque du monde, Israel doit participer à la lutte cntre le terrorisme, alors que ce pays est derrière le terrorisme, il vit par le terrorisme, occupe les terres palestiniennes par le terrorisme, et mène ses actions à travers le monde par le terrorisme.
    Des responsables occidentaux sont menacés par des actions terroristes. Plusieurs responsables à travers le monde «sont suicidés» par des actions terroristes.
    Les premiers terroristes au monde sont ceux là même qui proposent de lutter contre Daesh EI et autres alors qu’en arrière cours ils prodiguent soins, formations accélérées, assurent la logistique des armes et fournissent même à des terroristes des informations satellites sur leurs ennemis que sont les armées syriennes ou irakiennes..




    15



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.