Savoir assumer sa double nationalité

vote communauté
La communauté algérienne établie à l'étranger doit constamment marquer sa présence sur le terrain. D. R.

Par Bachir Ouazène – Il est à constater que la communauté algérienne en France a connu des mutations dans sa nature et dans sa structure.

Dans sa nature, elle est passée d’une émigration provisoire à une microsociété établie en France, secrétant ses propres facteurs de croissance. En outre, son statut, lui aussi, subit une modification : d’Algérien, il est devenu citoyen français établi définitivement en France. Le retour en Algérie se limite à des visites familiales ou à des vacances périodiques. Tel est le constat que l’on peut établir sur la réalité des Algériens en France.
Cette réalité doit servir de base et de postulat à toute tentative d’organisation de cet ensemble humain évalué, plus ou moins, à 4 millions de personnes. Les dénominateurs communs à cette communauté sons fort nombreux et doivent, naturellement, servir d’assise socio-humaine à toute forme d’organisation.

Ainsi, ils ont en commun des bases culturelles traduisant ou exprimant leur algérianité et leur islamité. Ils ont aussi en commun la même aspiration : celle de s’affirmer en tant que groupe homogène partageant des valeurs communes avec le reste de la population française. Ils ne sont ni étranges ni étrangers. L’histoire est là pour témoigner qu’ils ont partagé avec le peuple français les mêmes espérances et les mêmes vicissitudes.

A partir de ces constats, elle a le double avantage : celui d’une algérianité assumée et d’une francité somme toute normale. Elle n’est ni une diaspora ni le passager d’un exode égaré en mer. Elle est le résultat d’une longue histoire franco-algérienne. Evaluée à sa juste valeur, elle peut être un atout très important dans les relations bilatérales, voire un dénominateur pour dépasser, sans les oublier, les pesanteurs de l’histoire. D’où un style d’organisation conforme à ces réalités et à ses légitimes aspirations de vivre, respectée et respectable, dans un environnement auquel elle n’est naturellement pas étrangère et auquel elle apporte une importante richesse socioculturelle et socio-humaine.

En fonction de ce qui précède et des aspirations de s’affirmer en tant que citoyens français intégrés à la cité, leur premier devoir est de s’inscrire sur les listes électorales et d’assumer leur double citoyenneté en tant qu’électeurs actifs concernés par la vie de la cité en France et de l’Algérie en tant que pays d’origine.

Cette plate-forme admise, il appartint à tout un chacun d’assumer et d’accomplir sa responsabilité en tant que rouage d’un ensemble homogène et en tant qu’individu au service d’une communauté qui peut jouer un rôle déterminant, si elle sait être solidaire et active, tant au service de la cité que de celui de la communauté.

Dans cet esprit, l’un des premiers devoirs de tout citoyen est de s’inscrire sur la liste électorale et de voter à chaque scrutin, prouvant ainsi son intérêt pour sa ville et, par voie de conséquence, pour son propre intérêt et celui des siens.

Pour mettre en œuvre les principes d’une organisation regroupant, au moins, une majorité d’Algériennes et Algériens, elle doit faire preuve de détermination et d’activité concrète sur le terrain. Une organisation n’est efficace que par l’activité de ses militants. A nous de prouver cela sur le terrain.

B. O.

Président de la Fédération Paca de l’Anaaf
Ancien député

Comment (7)

    OULHACI
    18 décembre 2017 - 18 h 34 min

    Les algériens et algériennes qui ont choisis la France, ne sont pas les bienvenus en Algérie

    1
    6
    rezoug
    17 décembre 2017 - 19 h 03 min

    bsr je comprend les inquiétudes de chacun d’entre nous et surtout l’avenir de nos enfants. sommes nous les biens aimés par certains ou mal aimés par d’autres pour moi c’est sans importance premièrement il faut laisser notre Arrogance et notre jalousie de coté ,qui nous détruisent toujours au moment ou des gens veulent s’exprimer comme nous tous et de construire un UNION fédéral pour nous Algériennes et Algériens et nous sommes les derniers a nous construire en France c’est notre ( grand défaut) commençons par fédérer les Associations nous entendre sur une voix . se solidariser entre nous et défendre les intérêts de notre communauté bien sur celui de notre pays

    LOUCIF
    17 décembre 2017 - 13 h 59 min

    Cher Bachir Ouazène , on est entièrement d’accord avec vous pour dire que les bi-nationaux se doivent aussi d’aller voter en se rendant à chaque échéance électorale au niveau des bureaux de vote ouverts en France ! Mais la méfiance née du manque de transparence, de détournement des urnes, de la possibilité de trafic ou de bourrage des urnes les rendent hésitants, sceptique et ce, de la même façon que les algériens qui vivent en Algérie ! D’où le taux abstention élevé !

    Tout est question de crédibilité dans le processus d’organisation des élections en général ! Le jour où s’installera une vraie démocratie et une gouvernance digne de ce nom dans notre pays alors on n’aura même plus à faire des campagnes de civisme pour inciter au devoir électoral ! Les bi-nationaux le feront d’eux-même car malgré tout ils gardent toujours l’amour du pays dans leur cœur même si ils dénonce souvent le système politique algérien !

    8
    1
    moms
    17 décembre 2017 - 12 h 52 min

    salam! La France a la limite je comprends et je l excuse même de nous passer pour des francais de seconde zone!! mais l Algerie dans quel but joue t-elle ce jeux là ?Avez vous vue d autres pays penaliser et mépriser ses ressortissants vivants a l’étranger? d’ou viens se mépris ce racisme ont peux meme l appeler comme ça!! Est ce une question materiel ?d’argent ? pourquoi on est pas aimer en A lgerie? j’ aimerai savoir!!

    9
    4
    MoiNews
    17 décembre 2017 - 10 h 21 min

    Si, le régime actuel en Algérie continue sa politique anti-émigrés;les six millions des binationaux dans le monde vont tourner le dos a la mère patrie ;d’ailleurs nous le constatons par le refus d’un grand nombre de joueurs sportifs a opter pour l’Algérie!! dommage que nos enfants fuient la nation a cause des corrompus traitres et injustes!!

    16
    4
    Anonyme
    17 décembre 2017 - 9 h 43 min

    Et le savoir d’assumer sa mono nationalité ?

    RezkideBelcourt
    17 décembre 2017 - 9 h 21 min

    °° Une organisation n’est efficace que par l’activité de ses militants. A nous de prouver cela sur le terrain °° Quel terrain? La bas ou ici ? L’algérien a changé, il a évolué dans le sens de ses intérêts. Mais il reste attaché au bled, il est toujours fier des ses origines, mais parfois il subit le coup de fouet qui le fait hésiter comme l’article 51.

    14
    12

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.