La Présidence rassure le Cnapeste : Ahmed Ouyahia va-t-il tomber ?

Ouyahia Cnapeste
Ahmed Ouayhia, actuel Premier ministre et président du RND. New Press

Par Karim B. – Les responsables du Cnapeste, le syndicat des enseignants le plus radical, laissent entendre que la décision de mettre fin à leur débrayage et de reprendre les cours a été prise suite à des contacts avec les plus hautes autorités du pays. Cela signifie que la présidence de la République a décidé de prendre les choses en main après l’échec du gouvernement dans ses négociations avec les enseignants dont le mouvement de grève illimitée constituait une réelle menace sur l’année scolaire et risquait de perturber la tenue des examens de fin d’année.

C’est la deuxième fois que la présidence de la République court-circuite l’exécutif. La première fois, ce fut lors des émeutes provoquées par le refus de l’APN d’accorder davantage de fonds pour la promotion de la langue amazighe. Des citoyens avaient alors investi la rue pour dénoncer ce déni culturel de la part des «élus du peuple». Le Premier ministre, son gouvernement et les partis du pouvoir étaient alors montés au créneau pour dénoncer une tentative de déstabilisation, accusant les manifestants de vouloir créer des troubles dans le pays.

A la surprise générale, le président Bouteflika avait pris tout le monde de court en répondant à la colère de la rue par une décision historique, celle d’officialiser le Jour de l’An amazigh, Yennayer, et d’annoncer la création d’une académie amazighe.

La révélation faite par les responsables du Cnapeste intervient dans un contexte marqué par l’intrigante absence du Premier ministre, dont les seules activités couvertes par la Télévision officielle furent l’audience accordée à un ministre palestinien de second ordre et l’accueil protocolaire du chef de l’Etat turc en raison de l’invalidité du président Bouteflika. Ahmed Ouyahia s’était, auparavant, prononcé sur la grève des enseignants et des résidents en tant que secrétaire général du RND, dénigrant les grévistes pour avoir pris les élèves et les malades en otage et joignant sa voix à celle de cinq groupes parlementaires qui s’étaient ligués contre les fonctionnaires frondeurs.

La réaction de la présidence de la République et l’éclipse d’Ouyahia sont-elles le prélude à un remaniement imminent du gouvernement ?

K. B.

Comment (25)

    Le Ducs
    2 mars 2018 - 8 h 16 min

    Pharaon disait je ne veut pas de ministres intelligent plutôt obéissent et soumis,pour le reste je m’en occupe,la preuve nous sommes champion toutes catégories de la corruption,de l’injustice,de magouilles et même des trahisons,grace nos génies dirigeants messieurs saidani,ould abbes,sellal,tliba,djemai,ghoul,et les autres,un peuple en sommeil profond lorsque il se réveille ça sera trop tard

    Anonyme
    1 mars 2018 - 21 h 56 min

    Tombera -t-il, ou ne tomber a-t-il pas?
    Franchement, on s’en fou. Le pays a besoin de quelqu’un qui a de la poigne, du charisme, des idées et la volonté de sortir le pays de son marasme.
    O, est tout mou, il n’ose pas, il ne propose rien, on sent qu’il est là pour exécuter les ordre venus d’en haut, et pire que tout, on sent carrément qu’il a peur pour son poste.
    Du coup, ça vous dégoûte des politiciens, et de leur politique politicienne, et bonjour la méfiance ou l’indifférence du peuple vis à vis de ceux qui le gouvernent.
    Combien d’années, à ce jour, le peuple s’est-t-il tapé la tête d’Ouyahia? Qu’a-t-il fait au juste?
    Ras le bol, vivement une nouvelle tête dynamique, pour combler cette léthargie maladive dans lequel le pays est plongé.

    ALGERIE TOUJOURS DEBOUT
    1 mars 2018 - 18 h 36 min

    Qui est le Cnapest, qui est le Premier des ministres, qui est la Présidence ? et qui va faire tomber l’autre ? Des titres grandiloquents, tout simplement.
    C’est un véritable cirque pour donner du grain à moudre au petit peuple. Un point c’est tout.

    Felfel Har
    1 mars 2018 - 17 h 46 min

    En acceptant de dérouler le « programme du président » malgré sa casquette RND, Mister O a fait une monumentale erreur. Il a joué son destin politique à pile ou face: pile, il perd, face il ne gagne pas.Le président l’a roulé dans la farine en refusant de nommer un PM issu du FLN, car tout échec (et il était évident que le dit programme était irréaliste et illusoire) lui aurait été imputable. La présidence est plus intéressée par la neutralisation du RND ( et de son SG) que par la réussite de son plan de sortie de crise dont personne n’attend des retombées bénéfiques pour le pays. Tel est pris qui croyait prendre!

    PREDATOR
    1 mars 2018 - 17 h 29 min

    Chez nous le premier ministre n’est qu’un bouclier et n’est utilisé que comme fusible et rien de plus

    Djeha Dz
    1 mars 2018 - 17 h 11 min

    Ce monsieur n’est qu’un .. carriériste, un opportuniste. Ceux qui s’évertuent à lui trouver des qualités ne sont meilleurs que lui. C’est le bouffon de la cour.
    Les vrais Patriotes, ne sont pas au pouvoir. Les honnêtes citoyens ne fréquentent pas n’importe qui ?
    Ceci dit Bouteflika est impitoyable, il n’aime pas les larbins, il les utilise.
    (Je sais que je vais m’attirer les foudres du rnd et seulement)

    LOUCIF
    1 mars 2018 - 17 h 01 min

    La Présidence rassure le Cnapeste : Ahmed Ouyahia va-t-il tomber ?

    Moi je réponds « tout de go » non, il ne tombera jamais sous le règne de Bouteflika, car Bouteflika adore le profil type Ouyahia qui est près à s’agenouiller et à jouer à tous les postes : attaque, milieu de terrain, défense, banc de touche, équipe réserve etc… etc… selon le plan mis en œuvre par le Brizidène au grès des conjonctures politiques et économiques du pays !

    Anonyme
    1 mars 2018 - 16 h 46 min

    Quand on a un 5eme Mandat en vue, on rassure même les invisibles.
    Tout ça au dépend du respect des institutions.

      Anonyme
      1 mars 2018 - 19 h 37 min

      … et du peuple algérien !
      Je dis cela parce qu’on a tendance à toujours le mettre aux oubliettes. Comme si il n’existait pas vraiment !

        Anonyme
        2 mars 2018 - 3 h 16 min

        Vous avez raison
        Pauvre peuple

    Tinhinane-DZ
    1 mars 2018 - 16 h 36 min

    Jusqu’à quand allons nous subir les caprices des islamistes.
    Ces islamistes prêts à vendre l’Algérie et son peuple aux enchères.
    La Oumma est leur pays et non pas l’Algérie.
    Jauqu’à quand sommes nous obligés de subir la trahison de ces barbus sataniques qui se prennent pour des musulmans.

    DYHIA-DZ
    1 mars 2018 - 16 h 32 min

    La décision de la cnapest d’arrêter la grève coïncide avec la visite de ERDOGAN l’islamiste .
    Juste une remarque. Mais dans ce désordre total , tout est possible.

    صالح/ الجزائر
    1 mars 2018 - 15 h 11 min

    Il est bien connu que chaque fois que vous lancez un chat dans le vide , il arrive toujours à retomber sur ses pattes , quelle que soit sa position initiale , mais jamais sur sa tête.

    Anonyme
    1 mars 2018 - 12 h 14 min

    J aime cette photo où je vois enfin des femmes responsables sans torchon sur la tête….
    avez vous remarqué que toutes les femmes de la génération 1970,qui ont bravé l hydre islamiste et qui représente la génération post indépendance à l université continuent à mener fièrement le combat du modernisme par rapport à l obscurantisme et pourtant elles sont autant musulmanes que les autres?
    Elles sont issues d une école qui était chargé de transmettre la connaissance et pas d une école annexe de la mosquée.
    Elles savent faire la distinction entre la foi et la joie d avoir pu profiter d une formation pour se rendre utile au pays….elles ne se sont pas laissées manipuler par des ignorants islamistes….je suis fier de voir cette génération de femmes se battre encore et j espère qu elles seront un exemple pour les générations futures.

      Anonyme
      1 mars 2018 - 15 h 20 min

      Vous n’avez pas vu des femmes médecins spécialisés et qui trainent une longue robe dans les salles et couloirs des hôpitaux. Personne n’est contre la tenue correcte mais la longueur de la robe ne rajoute rien à la foi, elle ramasse les bactéries présentes sur le sol et qui peuvent être transmises aux malades.

        Kahina-DZ
        1 mars 2018 - 16 h 53 min

        La longuer de leur robe sert à essuyer les microorganismes pathogènes qui circulent dans les couloirs des hôpitaux et dans les rues.
        Cette pseudo-medecin va être en contact avec son entourage à l’interne et l’externe tout en trainant avec elle une bonne dose de microbes dangereux.
        … qui vous dit de trainez les microbes avec vous ?? L’Islam de Mokri et de l’Aribi ?

          Anonyme
          1 mars 2018 - 18 h 40 min

          Un pays qui fonctionne sans normes d’hygiène

          Allah ghalleb, et pourtant ils se lavent 5 fois pour la prière.
          Une mentalité mystérieuse qui a envahi l’Algérie.

          Asma
          1 mars 2018 - 20 h 11 min

          L’exode rural aussi contribue par une forte dose à la nouvelle image de l’Algérie , bien sûr le pire vient des barbus avec une longue robe. hommes et femmes en robes longues, quel pays.

          Anonyme
          2 mars 2018 - 3 h 20 min

          [email protected]

          Bienvenue au pays des robes longues

    PREDATOR
    1 mars 2018 - 11 h 58 min

    Cela signifie que la présidence de la République a décidé de prendre les choses en main après l’échec du gouvernement dans ses négociations avec les enseignants dont le mouvement de grève illimitée constituait une réelle menace sur l’année scolaire et risquait de perturber la tenue des examens de fin d’année.

    VOUS AURIEZ PU DIRE QUE LE MOUVEMENT DE GRÉVE CONSTITUAIT UNE RÉELLE MENACE POUR CEUX D’EN HAUT QUI S ACCROCHENT COÛTE QUE COÛTE AU TRÔNE
    UNE GIFLE POUR LE PREMIER MINISTRE QUI A ÉTÉ HUMILIÉ PAR LA SMALA

    lhadi
    1 mars 2018 - 11 h 06 min

    Pour déterminer ce qu’est le bonheur, Aristote part de la fonction propre de l’homme. De même qu’il y a une fonction propre aux joueurs de flûte, qui est de jouer de la flûte, ou au sculpteur, qui est de sculpter, il doit y avoir une fonction propre de l’homme en tant que tel. De même, le fait que chaque partie du corps humain ou organe a sa fonction propre nous entraine à penser qu’il doit y avoir une fonction propre de l’homme comme tout. Cette fonction doit être absolument propre à l’homme. Ce ne peut donc être la vie végétative -nutrition ou croissance -, activité que nous partageons avec les plaisirs. Ce ne peut donc être non plus la vie sensitive, car nous la partageons avec les animaux. Or, il y a en l’homme une faculté qui lui est propre, à savoir la raison. Cet élément rationnel en l’homme comprend deux parties : »La première ne fait qu’obéir aux ordres de la raison, la seconde seule a faculté délibératrice », et seule la partie active doit être considérée ici.

    La fonction propre de l’homme est alors l’activité conforme à la raison, l’activité de l’âme, et le bonheur consiste dans l’accomplissement ou l’excellence de cette activité :  » Si (…) nous posons que la fonction de l’homme consiste (…) dans une activité de l’âme et dans des actions participant de la raison ; si, de plus, la vocation de l’homme accompli est de réaliser cette tâche pleine de noblesse, la valeur de la tâche tenant à la vertu à laquelle elle s’apparente ; alors, s’il en est ainsi, le bien propre à l’homme consiste à une activité de l’âme conformément à la vertu, et , si ces vertus sont multiples, conformément à la plus haute et à la plus parfaite.  » (ibid., livre1, chapitre7.)

    Le bonheur étant une activité conforme à la vertu, il faut déterminer ce qu’est la vertu.

    Aristote distingue les vertus de discernement – ou intellectuelles – et les vertus de caractère – ou morales. La sagesse théorique, la sagesse pratique, l’intelligence sont des vertus de discernement ; la générosité et la tempérance sont des vertus morales.

    La vertu de discernement vient en grande partie de l’instruction, et nécessite de l’expérience et du temps. La vertu morale vient de l’habitude. Ainsi, aucune vertu morale n’est mise en nous par la nature. La vertu est disposition acquise par l’habitude. « Nous n’acquérons (…) les vertus que par l’exercice, et il en est de même des autres arts. (…) C’est en bâtissant qu’on devient bâtisseurs, en jouant de la cithare qu’on devient cithariste ; de même, c’est en accomplissant des actes justes qu’on devient juste, des actes modérés qu’on devient modéré, des actes courageux qu’on devient courageux. » (ibid., livre 2, chapitre1.).

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    Anonyme
    1 mars 2018 - 10 h 57 min

    Peut-on imaginer ce qu’il en coutera à l’Algérie et à son peuple, si, par malheur, Ouyahia devenait président de la république ? Incapable de gérer la contestation d’enseignement qui ne demandaient que la concrétisation des engagements écrits des autorités, peut-il gerer les problemes d’un pays comme l’Algérie,

      Ania
      1 mars 2018 - 20 h 17 min

      Si Ouyahia saura nettoyer l’Algérie de la moindre trace des migrants subsahariens, dans ce cas il aura le mérite avec la bénédiction du peuple qui est à l’agonie avec ces étrangers clandestins.

    Samy
    1 mars 2018 - 10 h 16 min

    Le premier Ministre Ahmed Ouyahia est un nationaliste commis de l’Etat qui hait le populisme que les islamistes anti-nationaux adorent.Là est toute la différence entre deux modes de gouvernance.Tous les populistes caressent dans le sens du poils le temps de s’incruster pour ensuite montrer leur vrai visage hideux comme celui de tous ces adeptes de l’islam politique lesquels en réalité ne cherchent que leurs intérêts mesquins et finalement ne brassent que du vent.Et les exemples ne manquent pas car là où ils passent ils ne laissent que ruines et désolation.Leur ruse suprême est de promettre le paradis …dans l’au delà.

      Anonyme
      1 mars 2018 - 16 h 51 min

      « commis de l’Etat !!!! » plutot commis du pouvoir, n’importe quel pouvoir qui voudra bien de lui. N’a t’il pas été un éradicateur convaincu avant de devenir un réconciliateur tout aussi convaincu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.