Il a tué 59 personnes en Libye : du henné noir hautement toxique sur le marché

henné noir toxique
Ce henné contient des substances toxiques qui provoquent des inflammations de la peau. D. R.

Par Hani Abdi – Le ministère du Commerce lance une alerte au niveau de l’ensemble de ses directions à travers le territoire national contre la commercialisation d’un henné très dangereux pour la santé. Cette poudre mortelle a été ramenée de Libye et découverte par les services du département de Mohamed Djellab dans la wilaya de Djelfa. C’est plus exactement le service de la protection du consommateur et de la lutte contre la fraude qui a constaté l’existence sur le marché algérien de ce henné noir, qui a déjà tué 59 personnes en Libye.

Le henné noir incriminé contient, selon le ministère du Commerce, des substances chimiques toxiques qui provoquent des inflammations au niveau de la peau et des intoxications mortelles. Le ministère du Commerce a instruit le 15 avril courant ses directions de wilaya de veiller à empêcher la circulation de cette poudre qui tue. Une note, référencée sous le numéro 422, a été, en effet, adressée aux 48 directions du commerce à travers le pays.

Par cette note, le département de Mohamed Djellab a ordonné aux directions de wilaya de redoubler de vigilance afin d’éviter la commercialisation de cette poudre fortement toxique. Il faut juste préciser que le henné nature n’existe pas en noir. Le henné est un arbuste dont les feuilles, réduites en poudre, produisent des teintures rouge, jaune et orangée. Pour obtenir du henné noir, on le mélange avec diverses substances, parmi les plus importantes, la paraphénylènediamine. Mais d’autres substances beaucoup plus toxiques sont ajoutées, surtout quand le produit vient du marché noir, sans traçabilité. Un joli tatouage au henné noir pourrait donc virer au cauchemar, voire vous coûter la vie. Faites attention !

H. A.

Comment (4)

    DYHIA-DZ
    20 avril 2018 - 15 h 02 min

    Les barons de l’import-import achètent tout ce qui se vent. Ils ne sont pas contrôlés. Le pauvre citoyen paye la facture à chaque fois.
    Si ce n’est pas des infections mortelles importées par les migrants, C’est le henni toxique qui tue les pauvres algériens délivrés à eux même.
    Qu’est ce qui fonctionne dans ce bled.

    1
    3
    Kahina-DZ
    20 avril 2018 - 0 h 37 min

    Si ma mémoire est bonne ce Henni a déjà fait des victimes à GHARDAIA l’année passée.
    Comment peut-on permettre la commercialisation d’un produit mortel/ toxique avant qu’il soit analysé.

    9
    3
    Farid1
    19 avril 2018 - 18 h 33 min

    il faut faire l’annonce sur toutes les chaines de tv et radio en plus des journaux

    12
    Anonyme
    19 avril 2018 - 16 h 13 min

    Le ministère du commerce doit au moins présenter un échantillon de ce Henné.
    Le Henné noir est sur le marché depuis de lurette. tous les magasins et surtout les herboristes le vendait.

    13

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.