L’Etat reste engagé à répondre aux préoccupations des éléments de la Garde communale

Etat Garde communale
Le ministre de l'Intérieur, Noureddine Bedoui. New Press

Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a réitéré mardi à Sétif l’engagement de l’Etat à «répondre progressivement aux préoccupations des éléments de la Garde communale». «L’Etat accompagnera les éléments de la Garde communale et les victimes du terrorisme, et œuvrera à répondre à leurs préoccupations», a indiqué M. Bedoui lors d’une réunion tenue au siège de la wilaya en présence du ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, et du ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaâlane.

«Ce soutien et cet accompagnement sont un principe fondamental pour l’Etat algérien et s’inscrit dans le cadre des orientations du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, d’appuyer tous ceux qui ont soutenu l’Algérie durant la décennie noire», a-t-il assuré, soulignant que plusieurs acquis ont déjà été réalisés en faveur de cette catégorie. Qualifiant la Garde communale de «la grande famille des collectivités locales», M. Bedoui a indiqué que «80% des préoccupations des gardes communaux concernant le logement sur l’échelle nationale ont été satisfaits».

Il a ajouté que «l’Etat s’emploie, en concertation avec les représentants de la Garde communale à l’échelle locale et nationale, à satisfaire d’autres préoccupations, conformément à la feuille de route établie», attestant que «l’Etat témoigne respect et considération à cette catégorie qui a soutenu l’Algérie dans les moments où elle en avait besoin». De son côté, le délégué de wilaya de la Garde communale, Mohamed Amokrane Aït Hamlet, a souligné que les préoccupations essentielles de cette catégorie dans la capitale des Hauts-Plateaux sont relatives au logement, au travail et à l’accès aux crédits des dispositifs d’aide à l’emploi.

Au cours de cette rencontre, une soixantaine de gardes communaux et des victimes de terrorisme ont été honorés. Des omras (petit pèlerinage), des logements et des crédits Angem ont été attribués.

R. N.

Comment (5)

    Kahina-DZ
    10 mai 2018 - 10 h 41 min

    C’est un mystère en soi ! Comment peut-on transformer ceux qui ont confronté le danger de la decennie noire en mendiants, pendant que les sanguinaires ont été récompensé par des primes qui leurs ont permis de construire des villas et ouvrir des commerces. Et une retraite assurée.
    Si vous continuez dans cette déroute, il n’y aura personne pour défendre le pays dans le cas où.
    Vous n’avez rien appris du printemps kharabe




    5



    2
    DYHIA-DZ
    9 mai 2018 - 22 h 26 min

    Je n’ai jamais compris cette façon d’agir. Ceux qui ont défendu le pays ont été marginalisés, et les terroristes ont été sécurisés avec une retraite confortable.Y a-t-il quelqu’un pour nous expliquer la logique de cette cocotte civile qui a enterré les patriotes. 3DJAB




    7



    2
    Patriote
    9 mai 2018 - 13 h 49 min

    @ Selecto,tu as bien dit mais ça sera une leçon pour la prochaine fois il ne y’auras pas ni Patriotes ni garde communale pour défendre la Patrie contre les criminels quelque soit son idéologie.




    4



    2
    Selecto
    8 mai 2018 - 17 h 50 min

    Les avantages et la protection aux ex terroristes et la matraque aux patriotes comme toujours.
    Le reste n’est que mensonges et promesses. Du vent.




    23



    2
      Anonyme
      9 mai 2018 - 14 h 43 min

      Je crains que quand le danger sera de retour, il n’y aura personne pour défendre le pays.
      Ils font tout pour tuer le patriotisme des Algériens.




      10



      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.