Contribution – Sionisme colonialiste israélien et harkis «intellectuels»

Sansal intellectuels
Boualem Sansal. D. R.

Par KaddourNaïmi –A présent, examinons en particulier les intellectuels harkis algériens ou d’origine en ce qui concerne, en particulier, le sionisme colonialiste israélien. Pour éviter tout malentendu, définissons ces deux termes : ils se manifestent dans l’idéologie et l’action niant ou visant à nier tout droit du peuple palestinien au territoire qui lui a été reconnu par les résolutions de l’ONU.

Concernant les intellectuels harkis, le cas le plus médiatisé est celui de l’écrivain Boualem Sansal. Voici les constatations empiriques : il a écrit le roman Le Village de l’Allemand (1) ; il s’est rendu en Israël pour un «colloque» sur la «paix» ; il vient de signer un appel «Contre le nouvel antisémitisme». Tous ces actes semblent, à première vue, relever de la «culture» dans son sens noble, et des «bonnes» intentions du romancier dans le domaine des conflits sociaux.

A propos du roman, la question et la réponse ont déjà été fournies dans une partie précédente : une telle œuvre aurait-elle pu être promue, médiatisée et recevoir le prix Goncourt si elle n’avait pas mis ensemble le nazisme et l’islam du «héros», d’où il devient facile d’amalgamer pour obtenir nazisme = islam ? Ce qui suggère, par la suite, islam = antisémitisme, entendu, de manière unilatérale, comme signifiant atteinte aux droits humains uniquement des juifs, confondus avec les israéliens ? Or, tous les juifs, en Israël comme dans le monde, ne se reconnaissent nullement dans la pratique coloniale et d’apartheid envers les Palestiniens.

A propos de médiatisation, signalons une première contre-épreuve. Un auteur, Pascal Boniface, a écrit un essai prouvant la fausseté de l’assertion suivante : critique des actions de gouvernants israéliens = antisémitisme. Voici les mésaventures de publication de son essai Les Intellectuels faussaires : le triomphe médiatique des experts en mensonge, dont le premier visé était Bernard-Henri Lévy, défini comme «le seigneur et maître des faussaires» :

«Boniface a fait face à 14 refus d’éditeurs avant que son manuscrit ne trouve preneur auprès des éditions Jean-Claude Gawsewitch. «Certains étant des éditeurs universitaires le trouvaient trop polémique, d’autres estimaient que je mettais en cause certains de leurs auteurs. Mais il y eut également le cas fréquent d’éditeurs me disant qu’ils avaient apprécié le livre (…) mais qu’ils ne pouvaient prendre le risque de le publier car ils ne voulaient pas se fâcher avec des gens puissants dans le milieu de l’édition et des médias», explique l’auteur. «L’autocensure a très bien fonctionné.» (2)

Deuxième contre-épreuve : le genre d’accueil en Israël. Alors Que Boualem Sansal fut reçu avec tous les égards, voici ce qui arriva à Pascal Boniface : «J’ai été pris à partie par une demi-douzaine d’individus franco-israéliens apparemment – ils parlaient très bien notre langue – qui m’ont insulté de façon très vive», a déclaré l’auteur d’Antisémite. «Ils ont mis en avant mes liens avec les Arabes. Il y avait beaucoup de racisme anti-arabe dans leurs propos, dans leurs insultes», poursuit-il. «Ils m’ont bousculé, ils m’ont craché dessus, ils ont voulu m’entraîner en dehors de l’aéroport pour me crever les yeux, selon leurs propos», a poursuivi le chercheur. «Ils ne l’ont pas fait parce que j’ai un peu résisté et, au bout de quelques minutes, la police est intervenue pour me mettre à l’abri.»

Pascal Boniface souligne que la police «ne les a pas interpellés, mais au moins elle a évité que ça ne dégénère plus que cela». «Ces personnes qui m’ont pris vivement à partie pensent que je suis antisémite parce qu’il m’arrive de critiquer le gouvernement israélien. Il y a donc une confusion qui est gravissime entre la critique d’un gouvernement et la haine d’un peuple.» (3)

Ajoutons que Pascal Boniface est l’auteur de plusieurs ouvrages, notamment Est-il permis de critiquer Israël ? Il y dénonce l’amalgame entre la critique des actes de gouvernements israéliens et l’antisémitisme, entendu comme haine des juifs. Le tort de Boniface est de n’avoir pas été, comme Sansal, invité par les autorités gouvernementales israéliennes pour parler de «culture», mais pour faire des conférences sur le problème palestinien, sur invitation du consulat français à Jérusalem.

Des intellectuels ont dénoncé le comportement agressif des sionistes contre Pascal Boniface. Mais Boualem Sansal a-t-il dit quelque chose à ce propos ? Pourtant, en 2016, il déclara : «Ce qui est triste, c’est de voir des intellectuels jouer à la police de la pensée et s’en prendre à leurs confrères. C’est triste de les voir se faire les avocats gracieux d’un pouvoir qui les opprime, eux aussi, même s’ils ne le voient pas. (…) Ceci dit, un intellectuel qui écrit des platitudes qui ne dérangent rien, ni personne n’est pas un intellectuel. Je revendique le droit et la liberté de traiter de sujets qui m’intéressent, même s’ils fâchent le grand nombre et enragent la police de la pensée.» (4)

Alors ? Deux poids, deux mesures, monsieur Sansal ? Quant à «se faire les avocats gracieux d’un pouvoir qui les opprime», que dire de se faire l’avocat gracieux (mais bien promu et invité !) d’un pouvoir colonialiste israélien qui a réduit le peuple palestinien à une situation d’apartheid sud-africain ?

Pourtant, non pas une romancière, mais une simple actrice vient de démontrer qu’une personne juive conserve le sens de l’équité humaine. On lit : «La Genesis Prize Foundation, organisation qui décerne annuellement ce qu’Israël présente comme le prix Nobel juif, a annoncé qu’elle annulait la cérémonie remise des prix 2018 après que l’actrice israélo-étatsunienne oscarisée Natalie Portman l’eut informé que “les événements récents en Israël lui ont été extrêmement pénibles et qu’elle ne se sent pas à l’aise pour participer à des événements publics en Israël”.» (5)

En cherchant bien sur internet, on apprend, également, ceci : AlgérieTouteHeure : Compte tenu des derniers événements, je voulais savoir votre position sur cette action menée par Sarkozy, Valls, BHL et Boualem Sansal, appelée «Appel contre le nouvel antisémitisme».

Jacob Cohen : D’abord, on a laissé l’initiative à Philippe Val, un non-juif, un fidèle de BHL. Un contempteur de l’islam et des musulmans. C’est lui qui a diffusé les caricatures de Mahomet dans Charlie Hebdo et qui avait licencié Siné, le dessinateur historique de Charlie pour une plaisanterie sur le fils de Sarkozy qui s’était converti au judaïsme après son mariage avec l’héritière Darty. Dans la liste, les sionistes sont en retrait et à l’affût. Il y a aussi les intellectuels gaulois proches des identitaires et que le mot «islam» révulse. Puis, tous ces artistes qui font partie du même monde et incapables de comprendre la manipulation. Et, enfin, l’Arabe de service, l’écrivain algérien Boualem Sansal, qui a visité Al-Qods récemment pour parler de «paix» avec l’occupant sioniste. Ce manifeste suit un autre publié il y a quelques semaines et qui, apparemment, n’a pas atteint les objectifs souhaités.» (6)

Ceci dit, la démarche sioniste envers Boualemn Sansal et le comportement harki de ce dernier ont de singulières ressemblances avec un «illustre prédécesseur», celui-ci d’origine libanaise. Comme quoi l’histoire enseigne, quand on sait en découvrir les faits, simplement sur internet. Voici le parcours de ce prédécesseur : «Sympathisant de la gauche libanaise du temps où il était journaliste au quotidien arabophone An-Nahar, l’écrivain franco-libanais basculera dans le camp des milices chrétiennes à l’élection de Bachir Gemayel à la présidence de la République, en 1982, où il s’était vu proposer un rôle de conseiller du chef milicien au sein d’une task-force constituée autour de Michel Abou Jaoudé, à l’époque éditorialiste du journal An-Nahar.

Ce membre de l’Académie française depuis 2011 suscitera les réserves des forces progressistes libanaises lors de son ralliement au clan phalangiste, matérialisée par sa présence aux négociations israélo-libanaises.

Pour atténuer les critiques, ses sympathisants avaient expliqué qu’Amine Maalouf avait été ‘’convoqué’’ par le président phalangiste, alors que l’écrivain s’est porté volontaire pour servir l’éphémère président du Liban. Il suscitera une nouvelle polémique, 23 ans plus tard, à la suite de son interview à la chaîne israélienne I24, le 2 juin 2016.

Le quotidien libanais Al-Akhbar a lancé la controverse avec un éditorial qu’il n’a pas hésité à titrer ‘’Léon l’Israélien’’, parodiant le titre du roman de Maalouf Léon l’Africain. N’a-t-il pas été gêné par cette reconnaissance symbolique d’Israël ?» interroge l’éditorial virulent. L’auteur, «né au Liban, qui a grandi en Egypte et qui a été formé en France, est-il désormais si éloigné de son pays, de son peuple et de ses ancêtres qu’il ne partage pas leurs sentiments et ni la même idée de ce qui est bon pour leur pays ?» questionne encore l’article qui a mis le feu aux poudres. «Le quotidien As-Safir a exécuté, lui, sa cible d’un titre laconique mais cruel : ‘’La trahison d’un intellectuel’’ (7).

Quant à la «performance» du même personnage à la télévision israélienne, on lit : «Le troisième égarement de l’auteur de Léon l’Africain est, sans doute, le plus consternant encore parce qu’il cède autant aux facilités de l’arrivisme le plus caricatural qu’à celles d’une trahison politique affichée. Al-Akhbar encore : «Amin Maalouf sacrifie ainsi son image d’écrivain aimé des Arabes qui étaient fiers de lui, le lisant avec plaisir et passion. Certains rêvent que les créateurs soient ainsi obligés de passer par la case Israël et recevoir l’onction de Bernard-Henri Lévy pour exister… Mais, c’est Amin Maalouf ! Que fait-il là devant cette caméra-là, comme un élève poli et docile subissant l’interrogatoire d’une speakerine israélienne ? Dans quel but ? Boudiné dans son costume d’académicien trop serré, Maalouf n’a certainement plus de soucis de fin de mois, mais il doit faire acte d’une allégeance – immortelle elle aussi – à ses pairs tels Jean d’Ormesson ou Marc Lambron, ainsi qu’à ceux des éditions Grasset, très pro-israéliennes, elles aussi.

S’est-il seulement demandé de quoi Israël-24 est le nom ? Lancée par un ancien rond de cuir de cabinet ministériel – Frank Melloul – parti de France-24 (avec les recettes de cuisine de ce média de l’audiovisuel public extérieur), Israël-24 est une chaîne de télévision spécialisée dans la communication complaisante de l’Etat d’Israël, du Likoud, de la colonisation, de l’occupation et de la répression quotidienne des Territoires palestiniens occupés. Financée par le milliardaire franco-israélien Patrick Drahi (14 milliards, selon Forbes) – qui a racheté SFR, L’Express et L’Expansion, entre autres –, Israël-24 s’est dernièrement illustrée par une série de licenciements abusifs pas très glorieux…» (8)

Si l’on croit que la méthode d’enrôlement de harkis intellectuels et de promotion de leurs livres est nouvelle, c’est qu’on ignore l’histoire. Voici la méthode existante durant la «guerre froide» sur le front «culturel» : «Selon le rapport, l’une des pratiques préférées de la CIA consiste à faire publier des articles et essais biaisés dans des médias étrangers, d’où une fois traduits en anglais, ils reviennent aux Etats-Unis. Les livres suivent le même parcours. La CIA fait publier des livres à l’étranger, puis en commande des critiques élogieuses à des agents-maison implantés dans la presse des Etats-Unis, préférentiellement dans des publications prestigieuses comme le New York Times. De là, le livre en question entre dans les circuits de promotion littéraire américains, notamment universitaires, d’où il repart en Europe auréolé d’une gloire littéraire entièrement factice. Le sénateur Church écrit : ‘’Par exemple, la CIA fait éditer des livres pour des raisons opérationnelles, sans tenir compte de leur viabilité commerciale. Plus de mille livres ont été publiés, financés ou parrainés par la CIA jusqu’en 1967.’’

En résumé, une fois traduits en anglais, tous ces livres reviennent dans les librairies, bibliothèques, articles de presse et cercles universitaires américains où ils sont lus, critiqués et débattus par des gens (journalistes, professeurs, élèves, groupes de lectures, conférenciers, critiques littéraires) qui, dans leur vaste majorité, n’ont pas conscience de leur caractère de propagande.» (9)

Concernant le rôle des «journalistes» dans cette propagande, on lit dans le même texte : «400 journalistes américains ont effectivement secrètement travaillé pour la CIA au cours des vingt-cinq années précédentes : ‘’Quelques-uns de ces journalistes étaient des lauréats du prix Pulitzer (…)’’»

Quant au prix Goncourt, reçu par Sansal pour son Village de l’Allemand, Amine Maalouf a, comme on vient de le lire, obtenu mieux : l’Académie française ! A ce propos, laissons encore la parole à Richard Labévière : «Pauvre Richelieu ! Aurait-il pu imaginer que son Académie soit à ce point submergée par le déshonneur, l’orwellisation de la pensée et de la morale. Alors que l’Académie française lui ouvrait ses portes, Georges Bernanos – le défenseur des Républicains espagnols qui s’opposera à Vichy et au fascisme – répondait : ‘’Quand je n’aurai plus qu’une paire de fesses pour penser, j’irai l’asseoir à l’Académie…’’ N’est pas Bernanos qui veut ! Mais pourquoi cette prestation lamentable de l’auteur des Croisades vues par les Arabes est-elle grave à ce point de déclencher une telle réaction ? Trois séries de raisons doivent être – ici – rappelées pour saluer la vigilance mémorielle et politique des Libanais qui ont été scandalisés par l’interview d’Amin Maalouf.» (10)

Faut-il écrire davantage pour montrer comment les dominateurs-exploiteurs savent toujours trouver à leur service des harkis «intellectuels» ? Comme les vulgaires harkis du passé (agha, bachaghas, caïds, etc.), ces harkis intellectuels savent se draper dans l’«honneur» (de leurs maîtres oppresseurs), présenter sur leurs poitrines gonflées les «médailles» concédées par ces derniers, recueillir les miettes qui leur sont jetées en pâture. Comme si cela ne suffit pas, exactement comme les vulgaires harkis du passé mentionnés, ces harkis «intellectuels» ont l’imposture tartuffienne de faire des leçons d’«humanisme», préparé dans la marmite infâme des «prêcheurs» du «choc des civilisations» pour cacher l’ignoble agression impérialo-sioniste contre les peuples en lutte pour leur liberté, leur dignité et leur solidarité.

Boualem Sansal, en signant l’appel «contre le nouvel antisémitisme» a-t-il lu ce témoignage de Shraga Elam, journaliste israélien ? «(…) Je suis profondément convaincu que la raison principale pour la croissance de la judéophobie est fondamentalement à rechercher dans la politique criminelle qu’Israël conduit aux dommages des Palestiniens, comme dans le comportement déplorable des groupes de pression pro-Israël. (…) Nous pouvons constater que tous les juifs, sans considération de leurs positions individuelles, furent retenus responsables des atrocités commises par Israël. Cela n’était pas seulement le résultat de préjugés anti-israéliens, mais aussi de la prétention, erronée, d’Israël de représenter tous les juifs et d’être l’Etat des juifs. L’appui diffus et ostentatoire que beaucoup de juifs du monde entier offrent à Israël ne peut que renforcer l’impression que tous les juifs sont au côté d’Israël.» (11)

Quant aux profils des «personnalités» avec lesquelles Boualem Sansal s’est associé, voici des rappels : «Vous avez dit antiracistes ? Qui sont ces éminents antiracistes qui nous viennent en aide ? Il y a Manuel Valls, qui expliquait en septembre 2013 que ‘’les Roms ont vocation à retourner en Roumanie ou en Bulgarie’’. Il y a Nicolas Sarkozy qui a passé son quinquennat à pourchasser les sans-papiers et dont un ministre déclarait à propos des Arabes : ‘’Quand il y en a un, ça va, c’est quand il y en a plusieurs que ça peut poser des problèmes.’’ Il y a Laurent Wauquiez qui fait du copier-coller de Marine Le Pen sur l’immigration. Il y a Alain Finkielkraut qui déclarait sur l’équipe de France de football : ‘’Elle n’est pas black-blanc-beur, elle est black-black-black, ce qui fait ricaner toute l’Europe’’.» (12)

Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es, n’est-ce pas Monsieur Boualem Sansal ? A chacun donc sa «liberté» de choisir ses «intérêts» et sa «solidarité». Heureusement qu’existent d’autres, y compris des juifs du monde et des Israéliens dont la seule «gloire» est de contribuer à ce que tous les peuples de la terre, sans exception, c’est-à-dire l’humanité dans son ensemble, au-delà des croyances religieuses ou «ethniques», se libère de manière solidaire de toute forme d’exploitation, domination et aliénation, pour former une communauté humaine digne de ce nom.

A suivre.

  1. N.

[email protected]

(1) Une analyse en a été faite dans une partie précédente. Un portrait général du personnage se trouve ici : https://www.algeriepatriotique.com/2018/04/27/contribution-pr-abdellali-merdaci-bachagha-boualem-lantisemitisme/

(2) https://www.saphirnews.com/Les-intellectuels-faussaires-mitrailles-par-Pascal-Boniface_a12749.html

(3) https://fr.timesofisrael.com/pascal-boniface-agresse-a-son-arrivee-a-ben-gurion/

(4) Propos recueillis par Chahredine Berriah, in http://www.elwatan.com//culture/c­

est­triste­que­des­intellectuels­jouent­a­la­police­de­la­pensee­31­03­2016­317794_113.php

(5) http://www.pourlapalestine.be/lactrice-natalie-portman-illustre-le-divorce-croissant-des-juifs-etatsuniens-avec-israel-en-refusant-de-recevoir-le-prix-genesis/

(6) http://algerietouteheure.com/jacob-cohen-a-algerietouteheure-le-manifeste-vise-la-diabolisation-des-musulmans/

(7) René Naba, https://reseauinternational.net/liban-le-17-mai-1983-a-day-of-infamy-un-jour-dinfamie-yom-al-aar-ya-lil-aar/

(8) Richard Labévière, journal Afrique-Asie.fr, 14 juin, 2016,

http://www.afrique-asie.fr/humeurs-l-affaire-amin-maalouf-israel-24-enflamme-le-liban/

(9) Voir Corinne Autey-Roussel, «Déclassifié : Opération Mockingbird, la guerre froide culturelle de la CIA», https://www.mondialisation.ca/declassifie-operation-mockingbird-la-guerre-froide-culturelle-de-la-cia/5598263

(10) Voir note 8.

(11) Résident à Zurich/Suisse. Extraits du texte du rapport au Camp Antimpérialiste de Assisi (Italie), le 2 août 2004. Du site kelebekler.com, visité en 2007. Majuscules de l’auteur.

(12) Extrait du communiqué de l’Union juive française pour la paix, http://www.ujfp.org/IMG/pdf/com_ujfp_le_manifeste_de_la_haine_islamophobe_le_24-04-2018.pdf

Comment (41)

    ZORO
    2 juin 2018 - 11 h 49 min

    Aboustroff et Karamazov musulmans au paradis c est un de mes voeux en ce mois de ramadban.
    SigneZORO. ..Z….

    Karamazov
    2 juin 2018 - 7 h 39 min

    Aaah, Ya Madème, vous ne pouvez pas siffler la fin de partie comme ça, vous ne pouvez pas jouer et faire l’arbitre en même temps ! Il n’y a pas que mézigue et vous ya Madème ! Si vous êtes si irritable que ça c’est à vous de ne pas rentrer dans le débat !

    On est dans un échange multimodal, ouvert au tout venant. Le débat nous a amené là ou on allait et au moment de voir vous fermez les yeux.

    Je n’ai pas dit qu’il faut adorer Einstein mais au contraire que chacun se fasse son idée ou sa religion.

    Religion ne signifie pas monothéisme, il y a plusieurs religions. Etymologiquement le mot religion viendrait de « relire » pour les sceptiques et relier (à Dieu) pour les théologiens. Ça signifie juste ce à quoi l’on croit. Le paganisme, l’animisme, le panthéisme, le déisme, le bouddhisme, l’athéisme pour certains, le cherchisme, et enfin le j’mentapisme sont toutes des religions. Sans compter les religions sans Dieu.

    Oui, concepteur-créateur, religion, d’accord, mais cela ne signifie pas monothéisme ni même Dieu ! Sans parler du lien de servitude. Religion c’est aussi juste s’interroger sans prétention à répondre et sans s’en faire une conviction.

    Voilà, cette fois j’ai fini!

    Parole de scorpion !

    Karamazov
    1 juin 2018 - 9 h 48 min

    Mme CH,
    Quand j’évoquais  » le substrat matériel de la conscience », je pensais  » matériel » pas « spirituel » et je n’étais pas du tout sur la voie de Dieu, bien au contraire, c’est parce que je cherchais ailleurs.

    Ceci dit….

    El Bir in Echitane a bon dos. On peut lui attribuer tout quand il s’agit de sa caution non pas seulement aux religions mais à l’idée du Dieu des monothéistes.

    Bien sûr qu’en tant que physicien EL Bir in Echitane s’interroge sur l’origine du monde. Qu’est-ce qu’il y avait avant l’origine du monde. Le fait qu’il y ait des lois en physique en chimie en biologie ne signifie pas qu’il y ait un chef d’orchestre un Dieu anthropomorphique derrière tout ça car il nous parait inimaginable que cela soit dû au hasard, n’autorise absolument pas à faire de El Bir 3ine Echitane un bigot du monothéisme. Sur cette question 3ine Echitane était plutôt spinoziste( pantéiste) . Et le fait que la physique n’ait pas résolu la question de ce qu’il y avait avant le bigbang n’implique pas qu’il s’est rendu à Dieu tout repentant. Ce qui n’interdit pas à Einstein de s’interroger comme tout homo sapiens sur l’origine du monde et sur le mystère de sa création sans entrer dans un sacerdoce ou vouer un culte pour ce à quoi on croit.

    En vous rappelant que pour la plupart des Grands penseurs de ce monde non monothéistes ce n’est pas la question de l’existence du Dieu des monothéistes qui pose problème mais le rapport à lui : en clair l’Aliénation et les servitudes qu’il impose. Ils ne sont ni athée ni monothéiste. Pour la bonne raison que s’il ne croit pas au Dieu des monothéiste ils ne cherchent pas à prouver qu’il n’existe pas, car on ne peut pas démontrer qu’une chose qui n’existe pas n’existe pas. En quelques mots :  » Que Dieu existe ou pas ça ne changera rien à notre sort ». Inna allahou la yougheyiorou ma bi ennasi hetta youghayirou ma bi anfoussihim..

    « L’expérience du mystérieux, même mêlée de crainte, a également donné naissance à la religion. Savoir que ce qui nous est impénétrable existe réellement et se manifeste à travers la plus haute rationalité et la plus rayonnante beauté, raison et beauté qui ne sont accessibles à notre entendement que dans leurs formes les plus primitives, ce savoir et cette intuition constituent la vraie religiosité ; c’est en ce sens, et seulement en ce sens que je puis me considérer comme un esprit profondément religieux. Je ne peux pas me figurer un Dieu qui récompense et punisse ses créatures et qui possède une volonté analogue à la nôtre. » Alber Einstein.

    Quant à la question de l’idée du Dieu des monothéistes voilà la position d’Einstein à ce sujet.

    « Ce que vous avez lu sur mes convictions religieuses était un mensonge, bien sûr, un mensonge qui est répété systématiquement. Je ne crois pas en un Dieu personnel et je n’ai jamais dit le contraire de cela, je l’ai plutôt exprimé clairement. S’il y a quelque chose en moi que l’on puisse appeler « religieux » ce serait alors mon admiration sans bornes pour les structures de l’univers pour autant que notre science puisse le révéler ».
    Homo sapiens no sapiens!

    Il sait qu’il ne sait pas.

    1
    1
      Mme CH
      2 juin 2018 - 0 h 50 min

      Sir Karamazov, je vous ai compris, quand j’ai parlé du substrat neuronal, je parlais de la matière, mais qui a créé cette matière si complexe et si mystérieuse…??

      La complexité de l’univers qui fonctionne selon « des lois uniformes mathématiques et physiques » , des galaxies, de notre planète, de l’être humain avec un cerveau qui « traite plus d’un million de messages par seconde », un œil qui « contient 130 millions de bâtonnets, 7 millions de cônes et peut faire la différence entre sept millions de couleurs. Il dispose d’une fonction automatique de mise-au-point optique et a la capacité extraordinaire de gérer simultanément 1,5 million de messages, ou encore plus de 7 mètres d’intestins »…etc.. tout cela ne ne peut que conforter l’idée de l’existence d’un Concepteur et d’un Créateur qui a non seulement créé, mais qui continue à maintenir le tout en équilibre jusqu’à ce jour et jusqu’au jour où le soleil se lèvera de l’Ouest.

      « Les plus grands scientifiques sont toujours dans l’étonnement devant ce fait étrange. Il n’existe aucune nécessité logique pour l’existence d’un univers qui obéit à des lois, à plus forte raison à des lois mathématiques. Cet étonnement provient de la compréhension que l’univers n’est pas obligé de fonctionner ainsi. Il est facile d’imaginer un univers dans lequel les conditions changent de façon aléatoire d’un instant à l’autre, ou même un univers dans lequel des éléments se mettent à exister, puis disparaissent tout aussi soudainement. »

      Quant à Albert Einstein, excusez-moi, c’est un Minus Créatus comme vous et moi, qui ne pouvons même pas créer une moustique, son raisonnement n’engage que lui et ceux qui pensent comme lui…! Pourtant, c’est lui qui a dit aussi: « La science sans religion est boiteuse, la religion sans science est aveugle. » alors comment pourrais-je faire confiance à quelqu’un qui dit une chose puis son contraire..!
      Au fait, il y a toujours cette controverse sur la paternité de la relativité qui remet en cause l’attribution de la relativité restreinte, de la relativité générale et de l’équation E=mc2 à Albert Einstein.

      ça a été un plaisir de croiser la plume avec vous, mais je pense qu’il faut passer à autre chose…!

      Cherchez sir Karamazov….j’espère que vous allez enfin trouver…!!

      2
      1
        Abou Stroff
        2 juin 2018 - 9 h 15 min

        et pourtant le grand cosmologiste Stephen Hawking (mort récemment), a étudié le cosmos sans montrer le moindre étonnement face à la complexité de l’univers. en fait, c’est parce que l’univers est complexe que les hommes, pas les végétaux que sont la plupart des musulmans du moment, investissent toute leur ardeur pour le comprendre. quant à l’univers qui serait réglé comme une horloge, les physiciens quantiques sont, au moment présent, en train de remettre en cause cette hypothèse (y t il de la place pour l’aléa dans vos textes sacrés?). enfin, vous avez mentionné quelque part le big bang. certains physiciens sont en train d’émettre l’hypothèse qu’il y eut quelque « chose » avant le big bang. vos textes sacrés mentionnent t ils un « avant-big bang »?
        PS: je trouve la prose que vous pompez d’ailleurs assez puérile dans la mesure où ses sources font partie intégrante de la propagande de la vermine islamiste qui veut, faute de retrousser ses manches et travailler, à tout prix fusionner le dogme et la science. cette fusion étant objectivement impossible, nous retombons, encore une fois, dans des pratiques onaniques dans lesquels excellent, bien évidemment, tous les islamistes, sans exception

        2
        1
          Anonyme
          2 juin 2018 - 10 h 46 min

          Toutes les vérités sont provisoires ! Le fait que l’on soit parvenu jusqu’au bigbang ne signifie pas qu’il n’y a rien derrière. Ainsi , on n’en finira jamais avec les créateurs.
          Et s’il n’ y a rien derrière le «  »Créateur, pourquoi il y aurait un créateur ? Il n’y a rien derrière tout !

    Kerkoub Ali
    30 mai 2018 - 22 h 58 min

    L’elitisme et l’intellectualisme font fausse route. Mieux encore, ils donnent la preuve tous les jours qu’ils s’entretuent (moralement parlant heureusement) mutuellement
    Pensee unique et islamisme ont fait braucoup de degats…collateraux. Apres ca, algerien lamda, pacifique, choque par la facilite avec laquelle on compare Sensal aux harkis, je ne ferai plus de commentaire. Promis jure. En ce mois sacre.

    3
    4
    Karamazov
    30 mai 2018 - 8 h 02 min

    Ce n’est pas réduire tout à l’économie que de dire que les rapport économique sont déterminants. Cela ne signifie pas qu’à seuls il expliquent tout.

    A propos des théories de Weber sur le protestantisme qui serait plus favorable au capitalisme ou qui aurait fait son lit, c’est plutot de l’inverse qu’il s’agit, c’est le développement du capitalisme qui a engendré le protestantisme, le rationalisme, le libéralisme et la nécécissité de réformer toutes les croyances qui faisaient obstacle à son développement.

    S’il y a d’une part les conditions économiques (les rapports de production) qui commandent et qui influence les idéologies , il y a aussi ces idéologies qui résistent à leur transformation. Et c’est dans l’interaction entre les conditions matérielles et ces idéologies qu’il faut chercher l’explication. On ne peut pas dire que les croisades ou l’expansion islamiste sont identiques à la colonisation qui est un pur produit du capitalisme : ouverture des marchés , matières premières, et main d’œuvre corvéable à merci.

    Cela ne signifie pas que tout ce que produisent les conditions matérielles d’existence est rationnelle ou que les idées correspondent à l’état des particules qui composent le monde à un instant T. Il y a aussi les illusions qu’on se fait. Et ces illusions peuvent aussi provoquer des bouleversements. Je ne dis pas que les religions sont des abstractions pures qui n’ont aucun fondement socioéconomique ou qu’elles ne sont pas sous-tendues par des rivalités mercantiles.

    Les idées , idéologies, religions, ne sont pas là pour servir le capitalisme , elle existent aussi en réaction contre le capitalisme. Même si parfois ce ne sont de part et d’autres que des illusions.

    Même si , me concernant , je crois qu’il n’existe pas d’idées en dehors de la matière. Je vous expliquerais ça , quand j’aurais découvert le substrat matériel de la conscience.

    6
    6
      Mme CH
      31 mai 2018 - 0 h 10 min

      Je ne sais pas auquel des quatre frères Karamazov vous ressemblez le plus..(rires).?? J’ai peur que cela va vous prendre beaucoup beaucoup de temps, pour découvrir le substrat matériel de la conscience, car le substrat matériel veut dire substrat neuronal, c’est à dire que vous devriez fouiner dans l’organisation cérébrale dont le moteur est le cerveau, et qui a créé ce terrible cerveau qui contient des milliards de neurones.

      Selon les données scientifiques Le cerveau humain est composé d’environ 86 à 100 milliards de neurones ! Chaque neurone constitue environ 1 000 connexions avec d’autres neurones, soit environ 100 000 milliards de connexions. Les neurones se combinent de manière à ce que chacun contribue à emmagasiner beaucoup de souvenirs à la fois.
      Si votre cerveau fonctionnait comme un enregistreur vidéo, il pourrait contenir trois millions d’heures de programmes TV !
      Pour venir à bout de tout ce stockage, il faudrait laisser votre téléviseur fonctionner en permanence pendant plus de 300 ans. Autant dire qu’il est humainement impossible d’épuiser la capacité de mémoire du cerveau humain.
      voici quelque chose qui pourrait vous aider -(peut être que vous le savez déjà)- Selon le professeur Keith L. Moore , ce n’est qu’au cours des soixante dernières années que les scientifiques ont découvert les fonctions de la région préfrontale. (Les miracles scientifiques du devant de la tête], Moore et al., p. 41). Cependant dans le Coran Allah a dit:  » Mais non! S’il ne cesse pas, Nous le saisirons, certes, par le naseyah (le toupet, le devant de la tête), un naseyah menteur et pécheur! » (Coran, 96:15-16) Pourquoi le Coran décrit-il le devant de la tête comme menteur et pécheur? Pourquoi le Coran n’a-t-il pas simplement dit que cet homme était un menteur et un pécheur? Quelle relation y a-t-il entre le devant de la tête, le mensonge et le péché?

      Si nous observons l’intérieur du crâne, là où se trouve le devant de la tête, nous trouverons la région préfrontale du cerveau. Que nous dit la physiologie sur la fonction de cette région? Un livre intitulé « Essentials of Anatomy and Physiology » (Éléments d’anatomie et de physiologie) dit, à propos de cette région: « La motivation et la faculté de prévoir la planification et la mise en action des mouvements se trouvent dans la partie antérieure du lobe frontal, c’est-à-dire la région préfrontale. C’est la région du cortex associatif… ». Dans ce livre, on dit aussi: « À cause de son implication au niveau de la motivation, la région préfrontale est également considérée comme le centre fonctionnel de l’agressivité… ».
      Donc, cette région du cerveau est responsable de la planification, de la motivation et de la mise en action des bonnes et des mauvaises actions, et elle est également responsable du fait de dire des mensonges ou de dire la vérité….!

      Alors est-ce que la vie est née de façon aléatoire…??

      Au fait, Capitalisme ou communisme c’est la face et le revers d’une même médaille…les deux concepts ont été inventés par les juifs….devinez pourquoi…??? Dominer le monde d’une façon sinon d’une autre…!

      un vrai plaisir.
      Saha Shorkom.

      4
      4
        Karamazov
        31 mai 2018 - 9 h 05 min

        Votre anthropomorphisme ramène tout à nous. Malgré les immenses capacités de stockage interne des ordinateurs, de nos jours nous avons recours au « cloud ».

        Qu’est-ce qui vous dit que toutes nos connaissances sont stockées en nous ? Et que nous ne sommes pas des réceptacles. Vous donnez l’exemple de la télévision ou du smartphone, il ne produisent pas eux mêmes les images et les sons que vous entendez ou vous voyez.

        Bon appétit!

        2
        4
          Mme CH
          31 mai 2018 - 15 h 59 min

          Bien évidemment que j’ai fait allusion uniquement à la capacité de stockage, l’être humain est plus complexe et incomparable à’un ordinateur ou un téléviseur.
          Intellect, connaissance et foi sont intimement liés; et comme j’ai essayé de dire à notre cher Abou Stroff, il y a des liens solides entre le savoir (science) et religion mais aussi entre l’intelligence et la foi.
          L’homme connaît d’abord une création matérielle, puis il une dimension immatérielle: son âme qui fait de lui un « Insân).

          « Si le Coran met particulièrement en relief l’existence de la faculté d’intellection humaine en invitant sans cesse l’homme à la réflexion et à la médiation, il ne le limite pas au statut d’« animal raisonnable » ou de roseau pensant » tel que l’ont décrit les philosophes. Le Coran utilise deux termes principaux pour désigner l’être humain :
          Bashar qui fait référence à l’homme dans sa dimension charnelle et mortelle.
          Insân désigne l’homme dans son aspect corporel et spirituel. »…
          « L’homme éprouve au fond de lui-même une lutte permanente qui l’entraîne tantôt d’un côté, tantôt dans l’autre. Ce tiraillement de l’âme est ce qu’on appelle :
          La lutte de la raison contre l’ignorance
          Ou de l’intelligence contre l’âme charnelle
          Ou de l’esprit et du corps

          Il jouit d’une essence spirituelle autonome et sa volonté procède de l’Essence de Dieu. De ce fait, il jouit du libre arbitre et de la liberté. Il est donc responsable de lui- même dans la société.

          L’homme est l’un des trois éléments à partir desquels émerge la civilisation humaine. Il en est l’élément influant et agissant. Tout en étant l’axe du peuplement dans cette vie, il est aussi son objectif. Tout ce qui est en dehors de lui n’est qu’un ensemble de causes, dissimilées ici et là, et actionnées pour l’assister dans son activité. Il s’en sert pour réaliser ses espoirs et finaliser sa mission. C’est pourquoi, le Coran lui prête une attention particulière, plus qu’à une autre créature. Le premier verset descendu est orienté vers l’homme et commence par définir son être et expliquer sa provenance.

          « Lis au nom de ton Seigneur qui a tout créé, * qui a créé l’homme d’une adhérence ! » (S.96, 1 et 2)

          Merci Karamazov.

          3
          3
        Abou Stroff
        31 mai 2018 - 11 h 46 min

        en vous lisant, je comprends, enfin, pourquoi les musulmans sont en avance, dans tous les domaines, de quelques années lumières, des autres peuples qui peuplent la planète.
        en effet, grâce au coran (et au hadiths?) les musulmans confirment, à chaque fois, les découvertes scientifiques que les abrutis de non-musulmans passent un temps fou à découvrir. ces non-musulmans n’auraient ils pas dû lire le coran et passer à autre chose au lieu de perdre leur temps à découvrir ce que savent les musulmans depuis 15 siècles?
        conclusion: quand on mélange le dogme et la science, on ne peut que pratiquer l’onanisme à grande échelle

        2
        4
          Mme CH
          31 mai 2018 - 15 h 15 min

          Selon Albert Einstein, célèbre physicien « La Science sans religion est boiteuse. La religion sans science est aveugle. »
          Le Coran n’est pas un livre de science proprement dit, mais un livre de “ayats » (signes). « Il y a plus de six mille
          ‘signes’ dans Le Coran dont plus que mille d’entre eux ont affaire avec la science. » Prenons 2 petits exemples en Astronomie:Création de l’Univers: le « Big Bang »
          « La création de l’univers est expliquée par les
          astrophysiciens par un phénomène largement accepté,
          populairement connu sous le nom de ‘Big Bang’ ou ‘grand coup ‘. Ce phénomène est soutenu par des données résultantes des observation et expériences recueillies par des astronomes et des astrophysiciens pendant des décennies. Selon le ‘Big Bang’ ou ‘grand coup, l’univers entier était au commencement une grande masse (Nébuleuse primaire). Et puis, il y aurait alors un ‘Big Bang’ ou ‘grand coup (séparation secondaire) qui a eu comme conséquence la formation des galaxies. Celles-ci alors se sont divisées pour former les étoiles, les planètes, le soleil, la lune, etc… L’origine de l’univers était unique et la probabilité que celle-ci aurait été produite par ‘chance’ est zéro.
          Le Coran contient le verset suivant concernant l’origine
          de l’univers : « Ceux qui ont mécru, n’ont-ils pas vu que les cieux et la terre formaient une masse compacte? Ensuite Nous les avons séparés et fait de l’eau toute chose vivante. Ne croiront-ils donc pas ? » (Le Coran 21:30). »

          L’Expansion de l’Univers: « en 1925, Edwin Hubble, astronome américain, a établit par observation que l’ensemble des galaxies s’éloignent les unes des autres, ce qui implique L’Expansion de l’Univers. L’expansion de l’univers est maintenant un fait scientifique établi. Voici ce que Le Coran indique à propos de la nature de l’univers : « Le ciel, Nous l’avons construit par Notre puissance: et Nous lui faisons subir une expansion (constamment).(Le Coran 51:47).

          Si actuellement les Musulmans sont en bas de l’échelle, c’est parce qu’ils se sont et/ou ont été éloignés de leur religion. Des facteurs et externes sont la cause de ce déclin. Cependant l’épreuve que traversent actuellement les musulmans, ne peut en aucun cas nous faire oublier la période de l’âge d’or qui se situe de 632 à 1258. Des mathématiques à la philosophie en passant par la médecine, la chimie, la Physique, l’astronomie, la géographie, l’histoire….. ou encore la sociologie, les savants et les penseurs musulmans ont largement contribué à faire de l’occident ce qu’il est; même les occidentaux le reconnaissent sauf les menteurs /hypocrites/ malhonnêtes.
          L’économie du monde musulman à son apogée s’est développée à la fois en Asie, en Afrique et en Europe.
          D’autres domaines ont été influencés par les musulmans, l’architecture, la littérature, les codes juridiques des monarques tels Frédéric II, Roger II etc.. se sont basés sur la loi islamique pour poser les premières bases de la jurisprudence européenne. (sans oublier l’Emir Abdelkader et les droits de l’homme)

          Au 10 e siècle, alors que Rome et Paris font figure de bourgades de province, Bag­dad, fondée en 762 par le second calife abbasside Al-Mansour, se caractérisait par une architecture extraordinaire..sans oublier Al Andalous..!

          L’historien Howard R. Turner a dit: »Les artistes et scientifiques musulmans, les princes et les travailleurs ont fabriqué ensemble une culture unique qui a directement et indirectement influencé les sociétés sur les autres continents ».

          Notre problème ce n’est pas le dogme puisque nos ancêtres, Maîtres du monde à l’époque étaient brillants, lorsque les autres étaient en bas de l’échelle…mais la roue ne cessera jamais de tourner….!!!

          Saha Ftorkom.

          3
          6
          Anonyme
          31 mai 2018 - 19 h 42 min

          Mme CH ; Le Coran collectionne les erreurs scientifiques et historiques vu que Mohamed n’avait aucune connaissance sur ces sujets :
          Le Dieu du Coran serait omniscient : «C’est Lui le premier et aussi le dernier, l’extérieur et aussi l’intérieur, tandis qu’Il connaît bien toute chose.» (sourate 57, 3). Il ne devrait donc y avoir aucune erreur dans le Coran s’il vient de Dieu. Or le Coran contient de multiples erreurs scientifiques.

          La création en 6 jours (Sourate 11, 7 ; Sourate 7, 54) : c’est faux. Il s’agit d’un mythe repris de la Bible. Dans la Bible, la Création en six jours est un conte philosophique. Mais le Coran présente le récit de la Création biblique comme un fait réel. D’où l’archaïsme scientifique des musulmans actuellement, qui sont à plus de 90% créationnistes ! C’est un fait peu connu, mais les musulmans ne croient ni en l’évolution des espères, ni dans un Big Bang qui aurait eu lieu il y a 13 milliards, 800 millions d’année.
          « C’est lui qui a crée les cieux et la terre en six jours , – alors que Son Trône était sur l’eau , – afin d’éprouver qui de vous serait meilleur à l’œuvre. » (Sourate 11, 7).
          La création est raconté dans le désordre dans le Coran : les montagnes sont créées avant le ciel (Sourate 41, 9-12) : c’est faux.
          « Renierez-vous Celui qui a créé la Terre en deux jours et Lui assigner des rivaux ? C’est le Seigneur des mondes ! Il a établi sur la Terre des montagnes et a mis en elle plénitude de bénédiction, et y a réparti, en quatre jours d’égale durée, les ressources répondant aux besoins exacts des vivants, Il s’est occupé ensuite du ciel qui n’était qu’une nébuleuse, puis Il lui dit, ainsi qu’à la terre : Venez, tous deux, de gré ou de force.» (Sourate 41, 9-12)
          Le ciel serait constitué de sept cieux (Sourate 67,3 ; Sourate 71, 15-16) : c’est faux. Il s’agit d’une croyance qui provient de Platon et qui a été reprise par les mouvements gnostiques des II au VIe siècles.
          « N’avez-vous pas vu comment Dieu a créé les sept cieux posés les uns sur les autres ? Et y a désigné la lune comme lumière et désigné le soleil comme lampe ? » (Sourate 71, 15-16).
          En fait, cette croyance provient du fait que lorsque l’on regarde le ciel à l’œil nu, seuls sept corps célestes semblent se déplacer (le soleil, la lune, Mars, Mercure, Jupiter, Venus, Saturne). Toutes les civilisations l’ont remarqué. Ces 7 astres ont d’ailleurs donné leur nom au jour de la semaine. etc…etc…

          2
          3
          Mme CH
          31 mai 2018 - 23 h 07 min

          Oulà cher Anonyme, vous êtes très fort en portés acrobatiques et banquine autrement dit: Chegleb Megleb..! Vous savez, le mot « faux » que vous avez utilisé au moins trois fois m’a fait vraiment rire. Vous affirmez des choses sans apporter d’arguments valables et convaincants,….tout le monde peut dire c’est faux ».
          Vous dites: « Le Coran collectionne les erreurs scientifiques et historiques vu que Mohamed n’avait aucune connaissance sur ces sujets » mais le Coran n’est pas l’oeuvre de Mohamed (saws) qui était un illettré, c’est la parole divine révélée au prophète (saws), tout comme la Torah et l’Évangile…! Alors, pour vous l’Evangile est un livre de philosophie..??

          Pour mieux comprendre l’histoire de la création de la Terre et du ciel puis les 7 cieux , je vous invite à lire entre autres, un article intitulé: « Qu’est-ce qui a été créé d’abord : les cieux ou la Terre ? Le Coran évoque-t-il un ordre de succession entre différents éléments de la création des cieux et de la Terre ?

          Ce n’est pas la peine de chercher des poux dans la tête, en plus c’est la petite cervelle des Minus qui ne n’arrive pas encore à tout réaliser, tenez par exemple, ce n’est qu’en 1609 que le savant Allemand Yohannus Keppler a édité « l’Astronomia Nova » où il concluait que non seulement les planètes se déplacent dans des orbites elliptiques autour du soleil, mais aussi, ils tournent sur leurs axes en vitesses irrégulières. D’après cette connaissance, il est devenu possible aux savants d’expliquer correctement plusieurs mécanismes du système solaire y compris la séquence de nuit et du jour. Après ces découvertes, il était cru que le soleil était
          stationnaire et ne rotait pas sur son axe comme la terre.
           »Et c’est Lui qui a créé la nuit et le jour, le soleil et la
          lune,chacun (des corps célestes) voguant «Yasbahoon» dans une orbite en son propre mouvement. » (S;21:33).
           »Le soleil ne peut rattraper la lune, ni la nuit ne peut
          devancer le jour; et chacun vogue dans sa propre
          orbite » ( S;36:40)……Ce verset mentionne un fait essentiel découvert par l’astronomie moderne, c’est-à-dire l’existence d’orbites indépendantes du soleil et de la lune, et leur voyage dans l’espace par leurs propres mouvements.

          Cher Anonyme nul ne peut être forcé de croire ou pas…« Nulle contrainte en religion. A vous de voir..! Toutefois, pourquoi il y a la vie et il y a la mort..??

          Saha Shorkom

          2
          4
          Abou Stroff
          1 juin 2018 - 6 h 50 min

          je viens de découvrir que madame ch. pratique le plagiat à grandes échelle. or le plagiat est un vol et le vol n’est guère permis à une musulmane.
          en effet, le paragraphe, par exemple, qui commence par: « L’homme est l’un des trois éléments à partir desquels émerge la civilisation humaine. Il en est l’élément influant et agissant…….. » est pompé de tahar gaïd (« l’homme au centre de la réflexion ») mais ce dernier n’est guère cité.
          conclusion: madame che. est un escroc qui ne mérite guère d’être prise au sérieux.

          3
          3
          Anonyme
          1 juin 2018 - 9 h 39 min

          Mme CH; Le choix de l’année lunaire est une erreur grossière (Sourate 9, 36-37 et Sourate 2, 189). L’auteur du Coran ignore que ce qui détermine la durée d’une année est le temps qu’il faut à la terre pour faire le tour du soleil. Une année n’a rien à voir avec une douzaine de cycles lunaires. Ce n’est pas notre satellite qui détermine l’année… mais le fait que la terre tourne autour du soleil.
          « C’est Lui qui a fait du soleil une clarté, et de la lune une lumière, et Il a déterminé pour elle des mansions afin que vous sachiez le nombre des années. » (Sourate 10, 5).
          Les hommes créés d’argile (S. 55, 13-14). Il s’agit d’un mythe sumérien du XXIV e siècle avant JC, et qui a transité par la Bible. De nos jours, combien de musulmans s’accrochent pitoyablement à cette croyance que Adam aurait été réellement fabriqué à partir d’argile, alors que les archéologues ont retrouvé la tablette qui raconte ce mythe, païen et polythéiste (elle est au Louvre).
          L’infériorité intellectuelle des femmes (S. 2, 228). Lors du passage d’un contrat, on prend un témoin homme ou deux témoins femmes : « à défaut de deux hommes, un homme et deux femmes d’entre ceux des témoins qui sont agréez, en sorte que si l’une d’elle s’égare, l’autre puisse lui rappeler » (S. 2, 282). Les femmes sont si bécasses que la précaution d’en prendre deux pour témoigner serait de bon sens.

          Le sperme proviendrait des reins (Sourate Al-Tariq (86), 5-7) :
          « Que l’homme regarde donc de quoi il a été créé ! Il a été créé d’une giclée d’eau sortie d’entre lombes (sulb, ) et côtes (tarâ’ib). » (Sourate 86, 5-7).
          Mohamed sait donc qu’un bon coup de rein permet l’acte sexuel et la reproduction…. mais il ignore que le sperme qu’il éjacule provient des testicules et de la prostate…. et pas du dos ! C’est l’urine, mon bon monsieur, qui est produite par les reins, pas le sperme.

          1
          3
        Mme CH
        1 juin 2018 - 15 h 24 min

        Ya Si Abou Stroff, vous vous comportez comme disent les deux adages de chez nous: « 3djouza hakmet Sarra9 » et « BaGra Chafet Vitrina, Daret Mou »…

        On dit de la discussion jaillit la lumière, mais comme vous n’avez pas d’arguments, vous avez changé votre statut de commentateur au statut de chercheur des poux…!
        Si vous avez bien remarqué, j’ai commencé et terminé la première section par des guillemets « Si le Coran met particulièrement……………et spirituel » ça veut dire que ce n’est pas de moi..ensuite j’ai commencé la deuxième section par des guillemets « L’homme éprouve……. » et j’ai oublié de la fermer par des guillemets, cela pour dire que je n’avais aucune mauvaise intention contrairement à vous. Vous vous êtes érigé en Juge, procureur, avocat et Jury et vous avez même prononcé la sentence pour me discréditer..! Allah est Le Seul Juge..!

        2
        2
          Abou Stroff
          2 juin 2018 - 8 h 58 min

          tout ce que je sais, madame est que Allah n’aime pas les fourbes. relisez vous et vous allez découvrir qu’il n’y a pas que le paragraphe que j’ai cité qui ait été volé.
          quant à cette histoire d’arguments, je vous rappelle simplement que vous n’étayez vos discours par aucun argument. vous vous contentez de ressasser des dogmes (voir définition de « dogme ») auxquels seuls les musulmans croient. si ressasser des dogmes est synonyme d’argumenter, alors je vous tire ma révérence et vous souhaite, de tout mon coeur, de continuer à barboter au sein de votre univers qui ne peut être que virtuel.

          3
          1
    Abou Stroff
    29 mai 2018 - 12 h 18 min

    je pense que les lunettes religieuses qu’utilisent certains pour essayer de comprendre la dynamique de l’histoire rendent ceux qui les portent complètement aveugles.
    car, les massacres, en général, n’ont rien à voir avec une quelconque religion, laquelle religion ne sert en dernière instance qu’à camoufler la poursuite d’intérêts nationaux ou de classe inavoués. ainsi
    -les massacres perpétrés par les musulmans peuvent être « compris » comme actes visant en premier lieu à contrôler le commerce entre l’europe d’une part et l’afrique et l’asie, d’autre part, la religion ne servant que de paravent à des intérêts bien terrestres.
    -les massacres perpétrés par les européens en amérique, en australie etc.. pose essentiellement les bases de l' »accumulation primitive du capital ». comme le capital n’est pas une chose (K. Marx) l’esclavage (et les massacres qui lui sont liés) a été introduit en amériques pour pallier à au déficit abyssal en termes de force de travail.
    – les massacres perpétrés par les croisés avaient pour but ultime de remettre en cause le rôle d’intermédiaires des musulmans en ce qui concerne le commerce international de l’époque.
    – les massacres perpétrés par les nazis sont en grande partie liés au fait que l’allemagne en tant que puissance capitaliste n’avait quasiment pas de colonies (marchés captifs des différentes puissances coloniales) alors qu’elle avait besoin de marchés pour écouler sa production. quant aux juifs, nous n’avons pas besoin de tomber dans piège dressé par la propagande sioniste. il y eut certainement des massacres de juifs mais certainement pas de l’ampleur que la propagande sioniste avance.
    – etc.
    quant au conflit du moyen orient, il faut être d’une naïveté absolue ou complètement aliéné par la religion (quelle que soit cette dernière) pour croire, que le dit conflit est religieux. en effet, l’entité sioniste est d’abord et avant tout un vestige colonial qui se drape du « drapeau » religieux pour cacher sa vraie nature. et les musulmans, en général et les islamistes, en particulier vont dans le sens de la pérennisation de la domination sioniste sur la région en adoptant des lunettes religieuses pour « observer » le monde.
    moralité de l’histoire: en dehors de la vision matérialiste de l’histoire, il n’y a que des formes d’onanisme plus ou moins sophistiqués

    16
    8
      LOUCIF
      29 mai 2018 - 13 h 35 min

      Cher compatriote @Abou Stroff, je partage entièrement vos explications et arguments !

      NB : Avec tout le respect que je dois aux musulmans, je pense qu’ils doivent arrêter (on est en 2018) de délirer avec leur projet politique utopique (cher surtout aux Frères Musulmans notamment) de conquête du monde par l’expansion de l’islam sur toute la planète car il faudrait au préalable: 1/- une armée plus forte que celle de l’occident, 2/- un développement économique et technologique digne de ce nom et 3/- une unité , une union religieuse qui dépasse les multiples mouvances qui caractérise notre religion (sunnisme, chiisme, kharidjisme etc… etc…) ! On est loin du compte puisque que la querelle pour la succession du prophète n’est pas terminée … 14 siècles après sa mort !

      12
      8
      Hibeche
      29 mai 2018 - 17 h 20 min

      @Abou stroff.
      Avec l’âge, on devient de plus en plus tolérant, on juge de moins les autres, on ne dit plus à personne s’il a raison ou il a tort. Tout le monde à une perception propre de la vie, ou de la mort, d’où il vient, et où il va. Comment s’est construit le monde, l’univers, par qui? Pourquoi ?. Et quid de l’eschatologie des différentes religions, monothéistes ou polythéistes ou autres. L’être humain vit aussi avec un imaginaire, une mémoire, une subjectivité. Pas automatiquement religieuse mais parfois aussi. Même si le conflit israélo-palestinien n’est pas d’essence religieuse , (d’ailleurs tous les fondateurs du sionisme sont des laïcs) . Les 1ers jalons du sionisme, c’est le congrès de Basel en 1897, alors que le judaïsme, lui, a 4000 ans. Mais ils ont mobilisé les juifs du monde entier autour du mythe de la terre promise, et non autour d’une mine d’or, ou un puits de pétrole. Il n’y a pas qu’un intérêt mercantile chez les religieux qui les pousse à la guerre, à la conquête, ou à la violence. Sinon, quel intérêt matériel gagne un fanatique islamiste (parfois même pas fanatique, mais BCBG) à vous agresser si vous ne faites pas ramadan en public ? Quel intérêt pécuniaire gagne-il à vous agresser en vous écoutant blasphémer ?. Je peux multiplier les exemples à satiété mais je ne veux être trop long et trop lourd aux lecteurs. Démocratiquement votre

      3
      6
        Abou Stroff
        30 mai 2018 - 11 h 02 min

        merci de m’avoir lu. lorsque je parle de poursuite d’intérêts matériels, je ne vise aucunement l’islamiste lambda dont le niveau d’instruction est, en général, des plus bas et qui peut être manipulé par autrui. je vise particulièrement ces « gourous » à différents niveaux de la hiérarchie de la mouvance islamiste, gourous qui appellent au djihad pendant qu’ils se mettent, avec leurs familles, à l’abri. vous aurez remarqué que la plupart des victimes de la décennie dite noire proviennent des couches populaires et rares sont les victimes provenant des couches « aisées » quel que soit leur penchants idéologiques.
        PS: concernant l’entité sioniste, si ma mémoire ne me trahit pas, je crois qu’au départ les sionistes avaient pensé à créer un « foyer juif » en afrique noire (ouganda) avant de se replier sur la palestine puisque les textes religieux pouvaient faire office de justificatif quant au choix.

        3
        4
      Mme CH
      29 mai 2018 - 22 h 45 min

      Cher Abou Stroff, Quand on est à l’eau, il faut nager en profondeur et ne pas se contenter de faire quelques brasses à la surface…! Il ne faut pas se contenter de la partie visible de l’iceberg, car la partie cachée est beaucoup plus importante…!
      En fait, ce sont les idéologies des Minus Créatus qui sont à l’origine des conflits et des guerres.

      Tenez par exemple, commençons par le dernier « le Choc des Civilisations et la Refondation de l’Ordre Mondial » de Samuel Huntington. L’auteur précise ainsi dans les premières lignes de sa préface : « Durant l’été 1993, la revue Foreign Affairs a publié un de mes articles intitulé “The Clash of Civilizations ?”. Cet article, selon les rédacteurs en chef de Foreign Affairs, suscita plus de discussions en trois ans que tout autre article publié depuis les années 40… Les gens ont été diversement impressionnés, intrigués, outragés, effrayés et embarrassés par ma thèse selon laquelle la composante principale et la plus dangereuse des politiques mondiales émergentes engendrerait des conflits entre groupes issus de civilisations qui diffèrent. »
      Huntington considère par ailleurs que la religion est l’élément le plus important….
      Il affirme, que l’Occident est, sans conteste, la civilisation la plus puissante, bien qu’elle décline. Certaines cultures tentent cependant toujours de l’imiter. D’autres (essentiellement confucéenne et islamique) tentent d’augmenter leur propre puissance pour contrer l’Occident. C’est un des axes majeurs de la géopolitique internationale : l’affrontement entre cultures occidentales et non-occidentales. Car le monde, selon lui, est « devenu multipolaire et pluricivilisationnel »…Avez-vous compris..?

      Un autre exemple, « Max Weber a été en partie incité à écrire L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme par des données élaborées pour la région de Baden en Allemagne qui montraient que les protestants étaient plus performants que les catholiques à la fois en ce qui concerne le revenu familial et l’éducation (je pourrais mentionner, soit dit en passant, que les juifs sont plus performants que les protestants). La divergence protestant / catholique continue à ce jour… »

      Un autre exemple, les huit guerres de religion qui s’étalent sur une période de trente-six années « Protestantisme, guerres de Religion, ces deux entités se trouvent liées dans la mémoire collective » (J. Garrisson). Ces trente-six années, de 1562 à 1598, sont une des périodes les plus sombres de l’Histoire de France.

      le Communisme, n’est il pas une idéologie..fondée par le juif Karl Marx « qui appartenait à une lignée de rabbins. Une très grande partie – environ 80% – des commissaires directeurs de la Russie léniniste étaient d’origine juive; et 12 des 19 membres du premier gouvernement de Lénine étaient juifs. Au commissariat du ministère des Affaires étrangères, les 17 diplomates bolcheviques appartenaient tous au Peuple d’Israël et au Ministère de l’Intérieur, il y avait 9 Juifs parmi les 10 commissaires. »

      Un autre exemple, le Nazisme est une idéologie qui se base sur « la refonte de la civilisation, ce qu’ils appellent la Kultur, qui se différencie du mot français «culture». Pour eux, il faut opérer une «révolution» dans le sens de «retour à l’origine»…. La révolution nazie est une révolution au sens pré-révolutionnaire du terme. Ce n’est pas une ouverture vers un progrès, ou vers un avenir moderne, mais la volonté de se réenraciner dans un passé où coïncidaient culture et nature. La germanité, selon les nazis, c’est le moment de la liberté, de l’absence de négation. L’homme germanique antique n’était pas dénaturé par le judéo-christianisme. Pour les nazis, l’évangélisation chrétienne a imposé les principes juifs à la race germanique. Les contraintes de la monogamie, de l’interdiction de la violence, de la proscription du meurtre n’existaient pas auparavant. »

      Un autre exemple, l’illuminisme, l’idéologie des Illuminatis , « est une idéologie qui rassemble tout un panel de gens hétéroclites (on en trouve à droite, à gauche, au centre, aux extrêmes, dans l’abstention, parmi les jeunes et les moins jeunes, dans de nombreux pays du monde) qui partagent l’idée d’une illumination intérieure directement inspirée non pas par Dieu, comme on peut le lire généralement sur les encyclopédies de mauvaise qualité, mais plus sûrement par Lucifer (éthymolo- giquement le « porteur de lumière »), l’ange déchu qui voulait se faire calife à la place du calife, et Satan à la place de Dieu !  »

      Un dernier exemple, l’idéologie maçonnique « Les grands maîtres du Grand Orient, du Droit Humain ou de la Grande Loge veulent changer la société. Des lois comme l’avortement, l’euthanasie ou le mariage homosexuel correspondent aux idées maçonniques d’émancipation de l’individu qui n’en réfère plus qu’à lui même, sans autre limite morale que celle qu’il se fixe. Un grand maître de la Grande Loge de France, Pierre Simon, a avoué que toutes ces lois étaient pensées et mûries en loges avant même d’être débattues par les députés.
      La franc-maçonnerie croit en sa propre « utopie ». Autrement dit, tout ce qui est possible à un être humain, peut et doit lui être permis. La morale découle du pacte social et pas de la loi naturelle voulue par Dieu. Sans enfer ni paradis, sans jugement dernier ni rédemption, il n’y a pas d’autre mode de vie possible que l’hédonisme : le plaisir et le bonheur en cette vie sont l’unique but à poursuivre. Le Salut éternel n’existe pas, il faut jouir de la vie présente. La franc-maçonnerie conspire, dès lors, contre toute façon de penser qui ne serait pas la sienne et ne suivrait pas cet objectif. »

      Les lunettes ne suffisent pas, il faut plutôt des jumelles, car nous faire croire que « la dynamique de l’histoire » est juste une affaire de lutte pour des intérêts relève du benêtisme…!

      Saha Shorkom..

      5
      9
        Abou Stroff
        30 mai 2018 - 11 h 13 min

        merci pour votre longue tirade qui me conforte dans mon point de vue. en effet, vous représentez avec beaucoup de panache l’individu aliéné par la religion et qui ne comprend pas qu’il n’y a que les abrutis qui meurent pour des idées (particulièrement les dogmes aussi réels qu’un cercle carré.
        PS: quant à mon « benêtisme », je le préfère de loin à la pratique « onanique » à laquelle vous vous adonnez et qui ne vous servira point à comprendre le monde. au fait comment expliquez vous que les guerres inter musulmanes? sont elles le produit d’une mauvaise compréhension des textes religieux?

        3
        6
          Mme CH
          30 mai 2018 - 14 h 58 min

          Ne soyez pas trop susceptible, on croise juste les plumes..! Les guerres intermusulmanes dites-vous…??? Hé bien, si vous parlez des guerres qui ont commencé juste après le 11 septembre 2001, je dirai qu’il s’agit d’une nouvelle ère de croisades (avoué par Bush), mais cette fois-ci, faites par procuration…à l’aide de Terroristes teintés en vert pour l’occasion, (par exemple, ils étaient teintés en rouge en Italie pour une autre occasion). Même les commanditaires ont avoué que ce sont eux qui ont concocté, confectionné, armé, financé, entraîné ces bouloulous pour remodeler, dépecer, piller …etc..le Grand Moyen Orient, le Maghreb, le Sahel…etc..et par la même occasion ternir l’image de l’Islam et des musulmans ce qui a engendré le phénomène de l’Islamophobie…!!! Tout est calculé..!

          Aussi concernant les guerres intermusulmanes, il ne faut pas oublier la responsabilité des colonisateurs barbares à travers le temps et l’espace, des formes d’hybridation qui ont résulté du processus d’appropriation par l’ex-colonisé d’éléments de culture de l’ex-néo-colonisateur…!
          « Le christianisme, religion des colons européens, s’est-il contenté d’accompagner le sabre des conquêtes et les vaisseaux des marchands ? Comment le protestantisme et le catholicisme ont-ils réagi aux violences portées contre les peuples autochtones, à l’expression des différences culturelles et, pour la France, au projet «civilisateur» de la République laïque et anticléricale ? Comment enfin les religions des peuples dominés, l’islam, le bouddhisme et les religions ancestrales, ont-elles affronté l’arrivée et l’installation des Occidentaux ? » Autant de questions posées par Dominique BORNE et Benoît FALAIZE dans leur livre: « RELIGIONS ET COLONISATION : AFRIQUE-ASIE-OCÉANIE-AMÉRIQUES XVIE-XXE SIÈCLE »

          Ces colonisateurs ont pris part aussi à la création de sectes pour abrutir et diviser les musulmans…!
          Par exemple, le siège des Ahamadites se trouve en Europe,… le centre spirituel et administratif des Baha’is est situé à Haïfa et Acre, en ladite Israël….et comme par hasard ces deux sectes sont nées lors de la colonisation des Indes par les britanniques…!!!

          Vous dites: « les abrutis qui meurent pour des idées (particulièrement les dogmes aussi réels qu’un cercle carré.)…alors là, je vois que vous vous contredisez puisque vous avez dit: « les massacres, en général, n’ont rien à voir avec une quelconque religion…. » Vous savez maintenant que les gens n’agissent pas uniquement pour les intérêts matériels et matérialistes….!

          C’est la petite cervelle des Minus Créatus qui ont voulu prendre le rôle du Créateur qui est à l’origine de tous les mots-maux…! Le constat est là, le monde est au bord du gouffre…!

          Allez Abou Stroff, sans rancune aucune…!

          Ramadhan Karim et Saha Ftorkom

          3
          5
    ZORO
    29 mai 2018 - 8 h 07 min

    CORRECTIF : Amine Malouf ,chretien libanais revendique pleinement son origine arabe il peut etre vu comme harki arabe de service. Sansal ,Daoud et beaucoup d autre qui se decouvrent Amazigh ( homme libre) doivent etre cités en tant que tel: harki Amazigh de service.
    SigneZORO. ..Z….

    7
    27
    justice
    28 mai 2018 - 22 h 35 min

    Il n y a point de marches populaires en Palestine, mais des commandos armés qui tentent chaque vendredi de prendre d’assaut la frontière.
    Boualem Sansal est un seigneur en son domaine.Nous algériens sommes haineux envers les meilleurs d’entre nous; par méchanceté,ignorance et des fois jalousie

    15
    16
      Mme CH
      29 mai 2018 - 14 h 32 min

      « Il n y a point de marches populaires en Palestine, mais des commandos armés qui tentent chaque vendredi de prendre d’assaut la frontière. »…Quelle frontière..? il ne devrait y avoir aucune frontière , car les palestiniens sont chez- eux sur leur terre, ce sont les sionistes qui devraient retourner sur la terre de leurs ancêtres les Khazars… On ne pourra jamais falsifier l’histoire..! Et puis, ce qui a été pris par la force va être repris par la force un jour ou l’autre, même s’il y a des commandos, ils sont légitimes puisqu’ils luttent pour l’indépendance de la Palestine…colonisée par les étoiles bleues…!

      Voici les propos de David Ben-Gourion, le créateur de l’Etat hors la loi d’Israël en 1948, et l’un des leaders les plus importants du mouvement Sioniste.
      « Si j’étais un leader Arabe, je ne signerais jamais un accord avec Israël. C’est normal ; nous avons pris leur pays. Il est vrai que Dieu nous l’a promise, mais comment cela pourrait-il les concerner ? Notre dieu n’est pas le leur.
      Il y a eu l’antisémitisme, les Nazis, Hitler, Auschwitz, mais était ce leur faute ? Ils ne voient qu’une seule chose : nous sommes venus et nous avons volé leurs terres. Pourquoi devraient t-ils accepter cela ?
      David Ben-Gourion (le 1er Premier Ministre israélien) : Cité par Nahum Goldmann dans « le Paradoxe Juif », page 121).

      « Ne nous cachons pas la vérité…. Politiquement nous sommes les agresseurs et ils se défendent. Ce pays est le leur, parce qu’ils y habitent, alors que nous venons nous y installer et de leur point de vue nous voulons les chasser de leur propre pays. Derrière le terrorisme (des Arabes) il y a un mouvement qui bien que primitif n’est pas dénué d’idéalisme et d’auto-sacrifice. »
      David Ben-Gourion : Cité page 91 du Triangle Fatidique de Chomsky qui est paru le livre de Simha Flapan « Le Sionisme et les Palestiniens » – page 141-2, citant un discours de 1938.).

      Le 5 octobre 1937, Ben-Gourion écrivait dans une lettre à son fils, Amos, àgé de 16 ans :
      « Nous devons expulser les Arabes et prendre leur place…. Et, si nous devons utiliser la force -non pas pour déposséder les Arabes du Negev et de la Transjordanie, mais pour garantir notre propre droit à nous installer dans ces lieux – puis nous avons la force à notre disposition. »

      « il est très possible que les Arabes des pays voisins viendront les aider contre nous. Mais notre force sera supérieure à la leur. Non seulement parce que nous serons mieux organisés et mieux équipés, mais parce que derrière nous, il y a une plus grande force encore, supérieure en quantité et en qualité… l’ensemble de la génération plus jeune des Juifs d’Europe et d’Amérique. » (Ben-Gourion, Zichronot (Mémoires), Vol. 4, p.297-299, p. 330-331.Voir également : Teveth, Ben-Gourion et les Palestiniens Arabes, p. 182-189.).

      Alors Justice, vous avez compris qu’il fallait plutôt choisir le pseudo Injustice…!!

      6
      8
    Rayah
    28 mai 2018 - 16 h 21 min

    Le sionisme , l’assassin d’enfants a toujours ete expose comme etant pire que le nazisme. Il n’y a pas plus sinistre qe de supporter le VIRUS du siecle qu’est le sionisme-nazisme pour de l’argent. L’Histoire a montre avec l’exemple du bachagha Boualem et autres que les harkis de la trempe de K.Daoud et B Sansal meprises par leurs compatriotes, finiront toujours par etre abandonne par leurs maitres.

    14
    20
    Kahina-DZ
    28 mai 2018 - 13 h 27 min

    Ces Harksi, leur tube digestif oblige, ont oublié de mentionner les génocides programmés par les sionistes en Palestine.
    C’est quoi la différence entre les Nazis et les sionistes ?
    Les sionistes ont le feu vert de l’OTAN.

    23
    17
    Anonyme
    28 mai 2018 - 13 h 15 min

    Comme le nazisme, l’islam est un expansionnisme total ( l’espace vital ) .Il vise la domination du monde. Comme les musulmans le disent eux-mêmes, le « djihad » ne cessera que lorsque tous les « mécréants » (c’est-à-dire les non-.musulmans) auront été tués ou se seront convertis à l’islam.
    Ils ne font qu’appliquer ce qui est prescrit explicitement dans le Coran :
    Sourate 3, verset 59
    En quelques lieux, qu’ils soient, ils [les infidèles] seront couverts de malédiction. ((( On les tuera partout où on les trouvera.)))
    L’islam refuse par essence l’égalité métaphysique, ontologique, religieuse, donc politique. Le Coran l’enseigne  : au sommet, les musulmans, en dessous, les chrétiens, parce que gens du Livre eux aussi, puis, à la suite, les juifs, également partie prenante du groupe, parce que monothéistes. Enfin, après le musulman, le chrétien et le juif, arrive en quatrième position, toutes catégories confondues dans la réprobation générale, le groupe des incroyants, infidèles, mécréants, polythéistes et, bien sûr, athées… La loi coranique qui interdit de tuer ou de commettre des délits ou des massacres sur son prochain concerne seulement de manière restrictive les membres de la communauté  : l’oumma.

    34
    25
      Lyes Oukane
      28 mai 2018 - 16 h 18 min

      @ Anonyme de 13h15 .  » … l’islam est un expansionnisme total … » . Et le massacre de plus de 50 millions d’amérindiens avec la bénédiction des différents papes ? et ceux qui sont devenus chrétiens aux quatre coins du monde ,ils le sont devenus par miracle ? Pour paraître impartial ,il faut juger tout le monde avec la même énergie ,la même conviction sinon ,on dévie obligatoirement vers l’hypocrisie flagrante .

      20
      11
      Mme CH
      28 mai 2018 - 23 h 37 min

      Cher Anonyme, ou vous faites partie de ceux qui ont cru ou de ceux qui alimentent les nombreuses allégations des Pays des Trois Nord qui prétendent Za3ma que l’islam s’est répandu par l’épée…!! Les plus grands massacres ont été perpétrés lors des croisades qui firent de nombreux morts musulmans et juifs; des guerres coloniales qui ont fait des millions de victimes, comme en Algérie; des deux guerres mondiales et de la troisième qui a déjà commencé à faire des millions de victimes musulmanes (Palestine, Yémen, Syrie, Irak, Soudan, Afghanistan..etc..)…Il ne faut pas oublier le bilan humain des guerres de religion entre les Catholiques et les Protestants en Europe.

      Je vous invite à lire cet article intitulé:  » Histoire. Quelle est la religion, quelle est la civilisation qui a fait le plus de morts?  » (28/9/2015)

      Une étude du docteur Naveed Sheikh réalisée au sein de l’université de Louisville a répertorié les morts engendrés par les guerres, conflits civils et massacres politiques et ethniques au cours des 2 derniers millénaires. Cet historien pakistanais de quarante ans est actuellement en poste à l’université de Buckingham en Angleterre. Titulaire d’un doctorat en relations internationales et d’une médaille d’excellence remise par Margaret Thatcher, il a été boursier aux universités Harvard de Boston et Hosei de Tokyo.

      Publiée en 2009, cette analyse rétrospective tente d’évaluer le nombre des victimes sur des bases de conflits armés liés à des raisons de civilisation antagoniste ou de croyances religieuses.

      Entre l’année 0 et 2008 du calendrier grégorien, les violences toutes motivations confondues ont , selon les calculs de l’universitaire, entraîné entre 449 millions et 708 millions de victimes.
      Pour arriver à ce chiffre, l’auteur a listé les 276 conflits les plus violents de l’histoire du monde pour identifier la civilisation la plus mortifère parmi les 7 plus grandes de l’humanité:

      -Athée (pays du bloc communiste);
      -Bouddhiste (pays d’Asie du sud);
      -Chrétienne (Europe, Amériques et Afrique);
      -Islamique (Moyen-Orient, Asie et Afrique);
      -Autochtone (Amériques avant colonisation et partie de l’Afrique);
      -Sinic (Chine et certains Etats voisins).

      La méthodologie adoptée s’est basée sur un comparatif de 4 types de violence socioreligieuse:

      -Guerres ou actes de violence entre plusieurs Etats;
      -Guerres civiles entre membres d’une même nation (révolution, conflits ethniques);
      -Démocide ou assassinat de toutes formes d’opposition menaçant l’ordre établi;
      -Violences structurelles liées à l’exploitation ou la répression comme le système d’apartheid.

      -La civilisation chrétienne classée première. L’auteur la rend responsable de la mort d’un chiffre compris entre 119 et 236 millions de personnes.
      -Celui que l’auteur désigne sous le terme bloc athée est deuxième avec 96 à 153 millions de morts.
      -La civilisation Sinic est troisième avec un chiffre compris entre 95 et 120 millions de victimes.
      -Les pays bouddhistes sont à l’origine du décès de 80 à 95 millions de personnes.
      -Les guerres de colonisation contre les civilisations primo-autochtone ont engendré entre 34 et 56 millions de victimes.

      La civilisation musulmane classée dernière a occasionné en 1.430 ans entre 21 et 41 millions de morts.

      En termes de fréquences de violences, la civilisation chrétienne se classe toujours première avec 166 conflits létaux. Le monde musulman est 2e avec 81 conflits mortifères, le bloc communiste 3e (19), la Sinic 4e (17), la civilisation bouddhiste 5e (15) et le monde primo-autochtone 6e avec 13 conflits.

      Au regard des conclusions du docteur Naveed Cheick, il ressort que les civilisations qui se sont le plus affrontées l’ont fait pour des raisons religieuses.

      Alors Anonyme, qu’est ce que voue en dites..?? Faites de beaux rêves.

      10
      11
    الهوارية
    28 mai 2018 - 13 h 01 min

    Boualem Sansal ou Boualem SS est un polythéiste qui nous intéresse pas du tout, qu’il aille au diable se lamenter devant le mur ou devant ses maitres sionistes avérés. Un jour, il finira dans les caniveaux et Fafa l’enfouira sous terre chez Père-Lachaise…Rien à cirer de ce capon. En France, les algériens le connaissent pas du tout, ses livres dans les chiottes !!!!!!!!!!!!!! D’ailleurs, certaines familles algériennes préfèrent regarder les chaines algériennes et les jeunes vont au cinéma du coin sinon en Streaming ou location des films dans les médiathèques gratuitement. Que de suivre les interventions de ce Khabith à la tv

    Depuis des siècles le changement s’opère en France La révolution française est un coup d’état perpétré Par des Laïcs contre l’ancien régime Monarchique et Catholique français car le roi de France était le souverain, des français et le représentant de Dieu avec les religieux chrétiens en France, depuis ce jours tout à changé
    dans le Monde, la Religion Musulmane est aussi attaquée par les mêmes personnes Laïcs Athées, Francs-maçons et sionistes.
    Le Tour de l’islam depuis 10 ans subit les mêmes attaques, tous les sionistes veulent la destruction des pays et région arabe, pour chasser les habitants de ces pays de confession musulmane sunnite
    Alors chaque individu de pays arabe qui se proclame intellectuel revendique son appartenance au Sionisme et s’en va en France pour se soumettre aux intérêts de l’OTAN et attaquer son pays d’origine.
    L’État Algérien doit supprimer sa citoyenneté algérienne et l’interdire de séjour en Algérie afin, qu’il ne fasse plus partie du peuple algérien ni en Algérie, ni à l’étranger.

    18
    30
    Felfel Har
    28 mai 2018 - 10 h 56 min

    A l’instar des saltimbanquues qui se produisent dans les foires, Sansal se contorsionne, multiplie les acrobaties et se donne en spectacle pour attirer sur lui l’attention des lobbies qui contrôlent la vie politique, économique et culturelle en France. Pour lui, « qu’importe le verre, pourvu qu’on ait l’ivresse ». Les prix littéraires ne récompensent pas toujours la créativité ou le talent, mais la soumission à des thèses éculées vantant la « supériorité » du peuple qui se dit élu. Certains auteurs maghrébins ont compris que la critique/destruction de leur propre pays, de leur propre culture et de leur religion leur ouvrirait la voie à une consécration. Ils me rappellent ces joueurs de « rey-rey » qui dupaient ceux qui croyaient leur slogan: « Misez gros, tarbah gros! » Ce qui se traduit pour nos éclairés auteurs par une agressivité plus virulente contre leur patrie d’origine pour mériter des lauriers qui se fânent aussitôt. Sansal s’inscrit dans cette lignée.

    15
    21
    salah
    28 mai 2018 - 10 h 16 min

    le sionisme étant le stade suprême du nazisme. Sansal étant sioniste la conclusion?? Les juifs sionistes se vengent de ce que les européens leur on fait en tirant sur des enfants palestiniens. Le crime parfait est permis pour les juifs. ce n’est pas cette génération d’arabes d’aujourd’hui qui va libérer la Palestine, mais viendra celle qui le fera et débarrassera cette terre de ce résidu du nazisme qu’est le sionisme.

    13
    18
    LOUCIF
    28 mai 2018 - 8 h 07 min

    Être contre le sionisme n’est pas de antisémitisme. Être contre le prosélytisme et l’extrémisme politique juif n’est pas de l’antisémitisme : Je hais et je suis contre le sionisme sous toutes ces formes dérivées (politique, religieuse et communautariste) mais je respect le juif et les peuples juifs.

    Être contre l’islamisme n’est pas de l’islamophobie. Être contre le prosélytisme et l’extrémisme musulman n’est pas de l’islamophobie : Je hais et suis contre l’islamisme sous toutes ses formes (politique, religieuse et communautariste) mais je respecte le musulman et les peuples musulmans !

    J’espère m’être fait comprendre un tant soit peu !

    42
    14
    Anonyme DZ
    28 mai 2018 - 7 h 50 min

    PS : le jour où N.Portman reconnaîtra que la Palestine est aux PALESTINIENS, que la Palestine est OCCUPÉE même après ça aucun risque que je lui déroule un tapis rouge.
    Quant à ces intellectuels de pacotille seuls leur portefeuille compte en banque les intéressent…et une notoriété de façade.

    16
    27
    Anonyme DZ
    28 mai 2018 - 7 h 42 min

    Attention AP : la duplicité de Pascal Boniface n’est plus à démontrer (voir enquêtes du journaliste français panamza/ d’ailleurs lors de son agression chez l’entité sioniste j’ai pensé ça lui apprendra à baisser son froc) Boualem Sansal invité aux côtés de Jeannette Bougrab lien direct avec les attentats sous faux drapeau de charlie hebdo de m* et la mort masquée en suicide du policier Eric Fredou (voir panamza).
    C’est Brice Hortefeux qui a dit quand y’en a 1 ça va c’est quand y’en a plusieurs que ça pose des problèmes à propos d’un militant d’Auvergne d’origine maghrébine UMP.
    Sarkozy a dit en banlieue vous voulez qu’on vous débarrasse de la racaille… on va nettoyer tout ça au kärcher.
    Pour finir Natalie Portman idem posture elle a encensé le criminel de guerre Shimon Peres donc de la farce c’est une prosioniste pur jus (voir panamza.com).

    12
    33
    Hibeche
    28 mai 2018 - 6 h 31 min

    Pendant tous les vendredis que les gazaouis manifestaient pour le droit au retour et contre la nakba, ils se faisaient tirer dessus comme des lapins, je scrutais la moindre réaction, la moindre condamnation de la part de K. Daoud, ou Boualem Sansal (sans sel comme disait l’autre), il n’en fût rien. Alors dire que ce sont des harkis ? Eh bien ils le sont bien qu’ils n’en sont pas fiers (surtout « sanssel » qui a signé le manifeste des 300).
    À la montée du nazisme, Berthold Brecht disait aux intellectuels: « celui qui ne sait pas c’est un imbécile, mais celui qui sait et ne dit rien, c’est un criminel ».
    Pour moi, ces deux là sont complices des criminels donc….

    29
    35

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.