Le général Ali Ghediri : «Pourquoi je suis candidat à la présidentielle»

Ghediri
Le général-major à la retraite Ali Ghediri. D. R.

Nous publions le texte intégral de la déclaration de candidature du général-major Ali Ghediri à la présidentielle d’avril 2019

«Algériennes, Algériens,

L’Algérie traverse une phase décisive de son histoire. Au désespoir que vit notre peuple, notamment sa jeunesse, s’ajoute la déliquescence de l’Etat et de ses institutions. Le constat est amer : Etat de non-droit, vieillissement de sa composante humaine, injustice sociale, rente érigée en système de gouvernance, népotisme et corruption gangrènent notre société. L’insécurité qui menace quotidiennement les Algériens est aggravée par le trafic et la consommation de drogues de plus en plus dures. L’autoritarisme empêche l’émergence d’une réelle démocratie. Le clanisme et la prédation ont érigé le régime politique en oligarchie.

Face à cette situation qui menace l’existence et la cohésion nationales, la résignation n’est pas une fatalité en soi. Un sursaut salutaire est possible.

J’ai décidé de relever le défi en me portant candidat à l’élection présidentielle d’avril 2019.

Ce défi majeur ne peut se réaliser sans l’adhésion et l’implication du peuple. Il consiste en une remise en cause, sans tabou, de l’ordre établi, tant les conditions actuelles sont des plus complexes et des plus périlleuses pour la nation. Il s’inscrit, pour sa réalisation, dans le cadre d’un projet novateur, qui s’articule autour d’un objectif : la rupture sans reniement.

La rupture est certainement un mot fort, qui fait peur aussi bien à la minorité qui, s’accommodant de ce système – ou de ce qu’il en reste –, œuvre pour le perpétuer, qu’à l’écrasante majorité qui, tout en appelant le changement de tous ses vœux, en redoute les retombées. A cette majorité, je dis que, ce dont ils doivent avoir légitimement peur, ce sont les maux générés par ce système qui poussent nos enfants à fuir leur pays et qui empêchent ce peuple d’y vivre sereinement dans le confort et le bien-être et de profiter pleinement des richesses qu’il est potentiellement en mesure de leur offrir.

Algériennes, Algériens,

La rupture s’impose à nous, si nous voulons aller de l’avant. La question se pose en termes existentiels pour la nation,  pour renouveler le serment avec ceux de Novembre et sauver l’Algérie pour laquelle tant de sacrifices ont été consentis. Cette rupture, je la perçois comme démarche salvatrice. Je la scande comme voie, non pas pour choquer les esprits, mais parce que j’estime qu’elle est, au point où en est le pays, le seul remède contre les maux qui rongent notre nation, notre société et nos institutions entamant dangereusement notre base sociale et mettant en péril réel la République. Je l’envisage sans reniement des valeurs de Novembre. De ces dernières, nous en sommes tous jaloux. Elles ont façonné la nation algérienne et l’Etat national naissant et donné sens à notre «moi» national. Non seulement, ensemble, nous les restaurerons, parce que la déviance de la trajectoire novembriste les a ternies, mais nous en ferons le socle éternel de la deuxième République que nous nous promettons d’édifier pour mettre définitivement l’Algérie en phase avec ce que je pense être sa destinée.

Algériennes, Algériens,

Général-major à la retraite sur ma demande depuis 2015, ma carrière a été une construction personnelle, sur la base de convictions personnelles profondes, ancrées dans mon subconscient par le milieu nationaliste et ouvrier qui a été celui de mon enfance et de ma jeunesse. Ces convictions ont non seulement orienté mes choix fondamentaux, mais elles m’ont permis de trouver dans les rangs de l’Armée nationale populaire, que j’ai servie pendant quarante-deux ans, le terreau qui a raffermi, en mon for intérieur, l’amour de la patrie et le sens du devoir envers la nation. Durant ma carrière militaire, j’ai vécu de mon salaire comme unique source de revenus, comme, présentement, je vis de ma seule pension de retraite et j’en tire orgueil et satisfaction.

Algériennes, Algériens,

Cette deuxième République qui représente le cœur de notre projet politique, nous la rebâtirons sur la base d’une réelle refondation démocratique et d’une totale reconfiguration institutionnelle dans le moule d’un projet de société moderniste, dont le peuple aurait participé à la définition de la philosophie autant qu’à la mise en œuvre. Ce projet ne saurait se réaliser sans l’indispensable jonction du peuple avec son élite. En cela, les «Six immortels» nous ont montré le chemin. Ils ont rêvé d’une Algérie libérée et indépendante. Elle l’est. Nous rêvons d’une Algérie réellement démocratique, fière, prospère et moderne. Elle le sera. Tel est notre pari».

Alger le 20 janvier 2019

Ali Ghediri

Comment (219)

    Taryal
    20 janvier 2019 - 7 h 34 min

    Que … Rebrab soit à ton écoute et puisse t’accorder son sourient. Amène.

    1
    5
    Hamid
    20 janvier 2019 - 6 h 27 min

    Thinking for Algeria and how it should be governed by any loyal , honest politician is a great patriotic vertue or sentiment but politics is one of the ever hardest things to comprehend because people so often accuse them of breaking their political promises after being elected .Strange , isn’t it ? I have never heard of this former general but let me say that ,obviously,as I look at his appeal, and just read him , I can see a pattern of negativism in his attitude regardless of the justifications .I think that if he relentlessly continues in this direction he will lose the debate .I often hear or read a lot of frightening things from these critics of the politics of fear .This is indicative of irrational policy of hopelessness , despair .This doesn’t help but divide us .Anyone interested to lead our country should come up with alternatives .So the moral of my comment is the following : Any potential candidate for the coming elections should think twice remembering not to count his / her chicken before they are hatched .It’s easier to come up with a package of wonder ideas but I’m asking myself : can they be overnight magic panacea for our many social problems and can they be deliverable ? A bit of positivism as well in your future campaigns , General ! Maay Allah bless our country .Take care and tahia ElDzair as always !

    3
    10
    Anonyme
    20 janvier 2019 - 6 h 14 min

    Je suis d’accord pour dire que le bouclage et le blindage hermétique des frontières ouest est un élément très important dans le choix des candidats. Tout candidat qui appellerait à l’ouventure des frontières ou au rapprochement avec le Makhzen pourri est un traître qui ne mérite même pas le passeport algérien.

    32
    10
    bentazir
    20 janvier 2019 - 6 h 13 min

    bonne chance Mr ghediri l Algérie a besoin de ses enfants authentiques et en ce moment elle a besoin de patriotes et vous en etes un si hier ce pays a enfante didouche benmhidi abane amirouche ferhat abbes boudiaf zeroual il peut enfanter encore des hommes intègres qui le serviront et non le contraire vous êtes l espoir de cette jeunesse richesse de notre pays mais jetée en pâture aux trafiquants de drogue a ces nouveaux barons dont le seul objectif est le pillage

    19
    1
    AAA
    20 janvier 2019 - 3 h 19 min

    BOUTEF DISAIT LA MEME CHOSE EN 1999 ET POURTANT !
    UN AUTRE FACON DE DIRE QUE L’ ALGERIE A BESOIN AUJOURD’HUI D’UN PRESIDENT NÉ APRES 1962 POUR ASSURER UNE VRAIE RUPTURE AVEC LA PREDATRICE NOMENCLATURAT ACTUELLE.

    23
    8
      chaoui40
      20 janvier 2019 - 13 h 17 min

      Ghediri en 1962 avait 6 ans, ça pose problème ?

      4
      2
    Ahmed
    20 janvier 2019 - 3 h 01 min

    Les lièvres sont deja de sortie! lol

    17
    7
    Yah
    20 janvier 2019 - 2 h 40 min

    Salam à tous .Ce n’est pas un général qui peut commander un pays comme l’Algérie mais il nous faut un homme sortie d’une bonne instruction MIT ou grande école internationale qui soit hors système qui est peur de Dieu un homme qui a toujours travaillé honnêtement qui a une vrai stratégie bien claire de développement durable et équitable pour une vie harmonieuse basé sur l’équité,la liberté ,la fraternité afin de construire une démocratie saine pour tous les algériens et algériennes.

    7
    15
      anonyme
      20 janvier 2019 - 8 h 42 min

      MIT, Harvard et autres ENA, WXD, BVT, BBU (je tape au hasard sur mon clavier) n’ont jamais été que des écoles élitistes pour des élites riches et endoctrinées au système capitaliste. Elles n’ont rien donné de bon, si tu regardes l’Occident où ils prolifèrent aux postes les plus importants … Pour le moment, en Algérie, quiconque veut se présenter est le bienvenu. Il ne s’agit pas tant d’améliorer les choses, mais de les changer. Nous aurons fait ainsi un grand pas vers … le meilleur. Si le nouveau président ouvre le champ politique à un parti « communiste », nous serons sur le bon chemin : celui de la collectivisation qui SEULE peut sauver notre pays. Car la prédation est capitaliste …

      4
      6
    citoyen algerien
    20 janvier 2019 - 2 h 26 min

    Désolé Messieurs Dames, il y a marre des militaires des dictateurs, nous n’avons besoin d’un général comme candidat, la primauté des civils, nous avons besoin des gens respectueux des valeurs démocratiques et républicaines pour une Algérie république démocratique et parlementaire, le parlement devra être la haute autorité de ce pays

    13
    15
      Djazairi Hor
      20 janvier 2019 - 7 h 05 min

      Monsieur le citoyen algérien, comme nous tous d’ailleurs, je voudrai vous rappeler que les militaires sont des enfants de l’Algérie profonde, notre armée n’est pas une armée de janissaires, ce sont nos frères, nos enfants qui forment ses rangs ou nous faut-il importer des mercenaires pour défendre le pays;je ne prends pas la défense de ces gens mais les responsables civils sont-ils des anges (je vous pose la question: combien de wali, maires, chefs de daira, ministres, PDG…connaissez-vous qui ne sont pas voleurs?, alors pourquoi s’acharner contre les militaires uniquement, j’en suis convaincu que le tout petit maire de votre localité a beaucoup de choses à se reprocher); vous dites que l’Algérie a besoin d’un civil à sa tête, la plus mauvaise expérience que nous avons connue est celle d’un civil qui a pris les commandes pendant 20 ans, comparez-le à ses prédécesseurs: Zeroual, chadli eux qui étaient militaires et faites la comparaison.
      Une chose est sûre si nos avis sont différents, et qu’on prend le temps de commenter c’est que nous portons tous l’Algérie au cœur et que son avenir est le notre).

      19
      7
    Mhand
    20 janvier 2019 - 0 h 54 min

    Ils ont fini la fabrication d’un nouveau président à partir de leur aboratoires. Eux, qui sont-ils ?? Ils le font depuis l’assassinat de nos martyrs (( Abbane Ramdane, Si Alhaouse, Amirouche, Chaabani, Krim, et autres), L’Ah yerham El chouhada.Le System restera le meme encore! …, et ca pendant 56ans

    7
    12
    Anonyme
    20 janvier 2019 - 0 h 24 min

    Une lueur d’espoir, bonne chance à lui, qu’Allah l’assiste.

    14
    5
    moh_blida
    20 janvier 2019 - 0 h 21 min

    Hi All,

    Ali Ghediri, est un des meilleurs fils de ANP, relativement jeune avec une instruction au top. je ne comprends pas comment des hommes comme ca sont a la retraite au lieu d être eu poste de CEM alors qu un inculte, ignorant occupe se poste de CEM.

    moi, aussi j aurais aucun complexe mais plutôt une fierté de mettre mon bulletin de vote pour un homme comme A G. je ne sais pas si notre peuple et assez mature pour soutenir un homme d une telle instruction et bacjkgroud…

    En tout cas, bonne chance Mr Ghediri.

    18
    5
    Karim
    20 janvier 2019 - 0 h 12 min

    Un pouvoir, s’il est honnête, il le sera civil comme militaire,
    S’il est malhonnête, il le sera civil ou militaire,
    Les âneries du civil, militaire, démocratique ou autocratique, ne devrait plus s’écrire en 2019.
    Il n’y a qu’une seule chose qui compte, c’est l’économie, le reste n’est que formatage qui se doit d’être obsolète dans la réflexion de la majorité.

    16
    2
    Anonyme
    20 janvier 2019 - 0 h 10 min

    Je vais bien dormir Monsieur Ghediri, si vous pouviez nous débarrasser de cette … qui a déshonoré l’Algérie. Il faut entendre ce qu’on dit de l’Algérie avec du genre un candidat président qui n’est pas au courant de sa candidature…
    mon rève c’est de ne plus voir ni entendre ghoul, hmimed, drabki, le faux condamné à mort etc..
    Soyez fort Monsieur, car ceux qui sont en face à vous sont des faibles. Le peuple authentique est avec vous

    21
    3
    Anonyme
    20 janvier 2019 - 0 h 09 min

    A votre place je rendrai visite au president Zeroual, un conseil de sa part vous sera d’une grande utilité. Un homme honnête et sincère à voulu mettre la patrie sur rails et juste au moment de la me

    14
    4
    Ferid Chikhi
    20 janvier 2019 - 0 h 08 min

    Il dit vouloir la rupture, je veux bien et je suis prêt à lui accorder ma voix à condition qu’il s’engage au moment de la présentation de sa candidature et s’il est élu, de mettre tout à plat en réunissant – comme l’a fait Feu le Président Boudiaf – Un haut conseil national de la sauvegarde de la patrie (composé de deux anciens membres du FLN – authentique – deux officiers supérieurs, de deux intellectuels parmi les  »exilés », de deux autres vivants en Algérie, de deux femmes intellectuelles, de deux jeunes – un gars et une femmes – de moins de trente ans) qui sera chargé de réunir les conditions nécessaires et suffisantes pour la tenue d’une assemblée constituante en vue
    1) réviser la constitution en incluant un chapitre sur le statut du citoyen
    2) approuvant une charte des droits et libertés
    3) en abrogeant l’article faisant de l’Islam la religion de l’État
    4) en révisant l’organisation administratif du pays et en accordant plus d’autonomie aux régions, y compris celles du sud
    5) en assurant que les revenus des hydrocarbures soient répartis entre les régions au prorata de leurs régions et des besoins de la populations…
    Tous les hommes politiques, toutes les femmes politiques des 20 dernières années ne feront pas partie de ce HCE.
    Si ce candidat prête serment sur ce qui précède au moment de sa candidature, non seulement je lui accord ma voix mais je fait campagne pour lui.

    17
    8
    ben
    20 janvier 2019 - 0 h 00 min

    C’est le seul homme que je vois sur la scène politique capable de gèrer ou de diriger notre pays vers la sauvegarde de l’unité du peuple,il sera soutenu de l’ANP et du peuple pour nettoyer notre èconomie de cette maffia,maintenant on va voir la pseudo opposition se dirige vers le refuge de la caste du pouvoir

    11
    3
    Belabesien
    19 janvier 2019 - 23 h 36 min

    Face à Boueflika il n’a aucune chance. Personnellement je lui souhaite bonne chance pour ses bonnes intentions et son engagement pour réformer le pays.

    10
    4
    Anonyme
    19 janvier 2019 - 23 h 35 min

    Merci Antisioniste pour cette information de taille -( vous avez rencontré les services sécuritaires de l’Ambassade américaine à Paris secrètement il n’y a pas si longtemps. Ma question pour vous cher Monsieur est la suivante :
    Pourquoi avoir rencontré les amerlok secrètement alors que vous êtes à la retraite avant de publier cette déclaration concernant votre intention de vous présenter aux élections ?)- Donc, cela résume tout le programme de ce candidat ..qui a écrit deux lettres ouvertes comme hors d’oeuvre il y a quelques temps! Avec Chakib kalil, le DG de la Sonatrach, et compagnie, ils formeront un bon trio.

    En plus, on se méfie de tous ceux qui parlent de la deuxième Répoublique..!??? On n’est pas d’accord, gardons la première République mais changeons les Zommes par des Hommes.

    On ne veut pas changer les pions de Fafa par les pions des zaméricains! On veut des Algériens qui ont l’Algérie dans le sang et dans la moelle épinière!

    11
    13
      Anonyme
      20 janvier 2019 - 7 h 14 min

      Au sujet de cette information ou fake news du journal mondafrique, le général Ghediri a fait une mise au point au journal en squrestion

      13
      2
    Rédha
    19 janvier 2019 - 23 h 31 min

    Je n’ai aucun doute sur votre honnêteté,votre réputation vous a précédé Monsieur Ghediri, ni vos bonnes intentions.
    Ce qui me gêne c’est que l’armée se mêle encore une fois de plus de la politique dans mon Algérie chérie. On en voit les résultats depuis 1954.

    9
    4
    Ana manvotich
    19 janvier 2019 - 23 h 31 min

    Cette candidature ressemble étrangement à celle de Uisa J’avoue pour le 4è mandat. Elle expliqua qu’elle se présentait pour soutenir là politique et le programme de Bouteflika

    2
    2
    Ben
    19 janvier 2019 - 23 h 04 min

    Bravo mon générale. je vous prends au mot il faut régler le problème de la représentation des algériens dans l APN s’occuper le l’économie et de l’innovation dans les entreprises arrêter avec comme odjectif etre au niveau de la Corée du sud, arrêter la destruction de nos ville par cet urbanisme sauvage car c’ est l’ avenir de notee tourisme, de l’arabisation qui pour le moment ne vehicule que des medehebs importes d’ orient. Quant à Boutelika et Gaid deux mots : la concorde civil et la modernisation de l’armée a leur décharge.

    7
    3
    Anonyme
    19 janvier 2019 - 23 h 02 min

    Allez calmez vous les gars et ne jetez vous pas dans la marmite bouillante sans prendre le temps de la reflexion.la naivete peut etre un poison mortel.Il faut temperer et attendre l annonce des prochaines candidatures et il y en aura…..On fera des recherches et on fouinera dans le passe,le present de chaque candidat sans laisser aucun coin de la vie sociale,familiale et professionnelle de chaque candidat….pour pouvoit porter un jugement.Ce n est pas sur simple lecture du texte intégral de la déclaration de candidature fusse t elle tres bien redigee qu on se jettera dans les bras du candidat …il faut beaucoup plus que cela…le chantier Algerie est un immense chantier…tout est a reconstruire tellement la pourriture a depassee les bords de l acceptable et tout ceci dans une conjoncture internationale et regionale des plus complexe et complexees Elire un president apte a presider le pays ,est un exercice d une importance capitale…c est le plus important
    et ce president elu n aura aucune difficulte a former sans difficulte un gouvenement d hommes et de femmes hautement qualifies et competants,il aura le grand choix entre une elite jeune sortie des meilleures universites
    et nos cadres superieurs et nos diplomate aux grandes experiences internationales dans les institutions de renommee mondiale….Mais en aucun cas il ne doit se servir dans les anciens clans qui ont causes tellement de mal a notre peuple et notre Patrie….Reste le parlement qui doit imperativement changer de mentalite et oeuvrer dans la modernisation de la constitution et surtout reformer les lois consernants la haute instance des elections et le conseil constitutionnel pour sortir du systeme de designation des membres par le pouvoir plutot faire le choix de l election des membres par le parlement ….

    3
    2
    Anonymeplus
    19 janvier 2019 - 22 h 32 min

    En lisant le speech de Ali Ghediri, un seul mot revenait sans cesse dans ma tête : « utopie ».
    De 1954 à nos jours, les arcanes du pouvoir dans la dechra Algérie est semé de traîtrise, de coups bas, de liquidation, de vol, de passe droit et j’en passe et des meilleurs.
    1- ce que dit Ali Ghediri est avant tout une plaidoyer de la bonne gouvernance qui n’a jamais existé en Algérie, donc pas du tout applicable.
    2- ceux qui seront les premiers ennemis de son programme sont les étrangers, plus précisément ceux qui se sucrent sur le dos des algériens depuis des décennies, il veut leur couper l’argent facile, jamais ils ne le laisseront faire.
    3- le pouvoir sclérosé ne permettra jamais un quelconque changement politique.
    Pour ceux qui n’ont pas compris, le pouvoir cherche un homme qui pérennise l’actuel, un homme de consensus dans la corruption et la gabegie, bref pas d’intellectuels, pas de visionnaire, on cherche un mutant entre saïdani, belkhadem et ouyahia, une triple girouette, voilà ce que le pouvoir cherche.
    L’aventure présidentielle en Algérie quand elle n’est pas cautionnée par les gardiens du temple, est une lotterie ou la case mort revient très souvent.
    Nous sommes devenus fataliste par défaut, aucun changement n’est possible. L’Algérie est condamnée à vivre dans la médiocrité institutionnelle, nous avons déjà une administration métastasée, des cadres rongés par la corruption et une population plus en plus atteint par le fléau, toutes ses données sont là pour contredire le programme de Ali Ghediri, l’algérien s’accomode de la tchipa pas des valeurs humaines, ni du travail et encore moins de l’honnêteté.

    7
    6
    bozscags
    19 janvier 2019 - 22 h 32 min

    mon general je suis a 100% avec vous debarrassez nous de ces faux algeriens qui ont ruine le pays bonne chance a vous.

    9
    6
    ben
    19 janvier 2019 - 22 h 31 min

    C’est le seul homme que je vois sur la scène politique capable de gèrer ou de diriger notre pays vers la sauvegarde de l’unité du peuple,il sera soutenu de l’ANP et du peuple pour nettoyer notre èconomie de cette maffia,maintenant on va voir la pseudo opposition se dirige vers le refuge de la caste au pouvoir.

    7
    2
    BabElOuedAchouhadas
    19 janvier 2019 - 22 h 29 min

    Moi je ne me prononcerais sur ce candidat qui de prime abord me paraît honnête et patriote, que quand il se prononce sur :
    1/- le traitement à réserver aux ennemis endémiques de notre chère Algérie (Makhnez, France néo-colonialiste, Arabie Yahoudite…), sur le dossier de colonisation du Sahara occidental et la destruction des pays frères comme la Syrie et Yemen par la Turquie et les féodales Monarchies du golfe.
    2/- le devenir du Clan d’Oujda et de sa progéniture qui pullulent dans toutes les administrations publiques et tous les postes décisionnels du Pouvoir tout comme sur le cas des 450.000 clandestins marocains qui circulent en toute liberté a travers le territoire national sans oublier l’utilité d’ouvrir un débat national pour constitutionalisation de la fermeture définitive des frontières du Haschich.
    3/- la place de la jeunesse algérienne dans la gestion du pays surtout quand on sait que cette jeune Constitue 70% de moins de 30 ans sur une population totale de plus de 41 millions d’Algériens alors qu’à ce jour l’Algerie est gérée par une caste de prédateurs octogénaires.

    4
    8
    Bravo Géneral!
    19 janvier 2019 - 22 h 25 min

    En plus de sa formation militaire, le général Ali Ghediri est titulaire d’un Master en relations internationales,et d’un Doctorat d’État en Sciences politiques ,dont le thème traite de sécurité nationale.
    J’ai comme le pressentiment qu’il tiendra la dragée haute à certains, et provoquera des cauchemars chez d’autres. Bravo pour votre intégrité, et votre bravoure. Que Dieu vous vienne en aide.

    10
    4
    kiki
    19 janvier 2019 - 22 h 04 min

    Moi j ai toujours pensé que Algérie de 2019 avait besoin d un Président issue de ANP Monsieur Ali Ghediri de par son parcours remplie les conditions et en tant homme il me ait une bonne impression vive Algérie

    6
    3
    Le Crabe desespéré
    19 janvier 2019 - 21 h 56 min

    Rabi yahafdhek wa yasarrak.Enfin. quelqu’un qui sera à l’écoute du peuple et qui saura répondre à ses questions et attentes.
    Vous avez la bénédiction et l’appui de toute un peuple, même si la route sera longue et ardue.
    Bon courage, général.

    5
    4
    Tredouane
    19 janvier 2019 - 21 h 52 min

    Je constate un Homme qui parle avec son cœur, et droit dans les yeux;avec une vision claire ;inflexible et déterminé,reste à savoir ces orientations économico-politiques et géostratégiques.
    Comme je disais toujours,l’opinion du militaire politisé dois être au cœur de la notion de défense globale et ce Mr est un exemple.
    Une déclaration très forte de sens.

    8
    2
    Anonyme
    19 janvier 2019 - 21 h 45 min

    Il nous faut un Mustafa Kemal Atatürk algérien.

    7
    5
    Anonyme
    19 janvier 2019 - 21 h 43 min

    Bravo Mr Ghediri
    President d’une nation c’est de sacrifier sa vie pour son peuple.
    A mon avis voici les points essentiels que le PRESIDENT et son entourage doivent faire face.
    Economie, Sécurité total pour les citoyens, meilleurs hôpitaux, meilleurs universités, BUREAUCRATIE, CORRUPTION,
    ET une meilleurs vie…….
    Salam a tous les Algériennes et Algériens

    7
    2
    Anonyme
    19 janvier 2019 - 21 h 40 min

    Peut-être que Dieu a entendu enfin nos prières. Mais attention à la machine à frauder.

    6
    2
      Anonyme
      20 janvier 2019 - 13 h 47 min

      Le régime criminel à entendu et entend vous garantir un chef et sauver les biens de la caste. Vous allez pleurer deux fois, méfiez vous de l’ instinct…Les moutons y sont victimes

    marri
    19 janvier 2019 - 21 h 36 min

    ce qu’il nous faut est un homme à poigne, bien assuré de ses arrières. la naïveté n’est pas de mise, rappelons-nous l’assassinat en directe de Boudiaf Allah yarrahmou! Sans une solide assise sur les militaires patriotes et sur le peuple de l’Algérie profonde, Mr Ali Ghediri ne pourra rien faire sinon des voeux pieux, avec la mafia politico-oligarque qui constitue le système actuel. Un grand travail d’information et de sensibilisation des gens du peuple comme de la classe moyenne intellectuelle est à faire. Il faut aussi se mefier des batalguia-batardia qui seront mûs le moment venu par la mafia. Bon courage à vous….

    7
    1
    benchikh
    19 janvier 2019 - 21 h 34 min

    ce que j’ai aimé dans votre discours mon général Mr Ali Ghediri la rupture ,et la deuxième république qu’on a autant besoin de ce changement ,tout en respectant les valeurs du 1er Novembre.Un militaire politologue ,c’est bien on a les deux dans un ,la sécurité et les relations internationales ,formidable .Ils nous restent la gestion l’honnêteté et la patience pour un long chemin à parcourir avec une société qui a perdu la confiance et elle était mal gérée des l’indépendance .Peut- être avec vous mon général on leur donne cette confiance et de voir la réalité sans mensonge qui n’aboutira à rien.

    Anonyme
    19 janvier 2019 - 21 h 31 min

    Moi je voterais pour vous monsieur… bon courage mais il nous faut une constitution qui est à la hauteur des défis de ce centenaire. Plus jamais de discriminations entre enfants de mon pays.. pas de discrimination entrealgerien de l étranger et ceux de l intérieur. Plus jamais d incompétents plus jamais les mascarades des walis et des présidents d Apc….et surtout une gouvernance qui libérera le génie algérien. Plus jamais une administration qui a rendu le citoyen un esclave avec des tonnes de paperasse..etc… moi je vais voter pour vous…je vais voter pour vous…monsieur..

    7
    1
    zad
    19 janvier 2019 - 21 h 28 min

    Mon Général il faut sauver l’Algérie si vous avez besoin de moi personnellement je m’engage auprès de vous…à VOS ORDRES

    5
    2
    Anonyme
    19 janvier 2019 - 21 h 23 min

    MohandSaid
    Tout l’appareil politico-militaro-économico-répressif va immédiatement se meyytre en position de combat pour l’empêcher de déposer sa candidature, de l’annuler si elle passe et « in »constitutionnellement la non valider! Si miracle il y aura et que Si Ali passe,je serais pour une fois votant et plus encore…Disons in cha Allah!

    6
    2
    A3ZRINE
    19 janvier 2019 - 21 h 22 min

    Au bout de 1 an tu rentreras dans la file, ça reste un discours point barre.

    3
    7
    Anonyme
    19 janvier 2019 - 21 h 20 min

    En Algérie un candidat qui n’est pas pondu par la secte satanique FLN/RND n’a aucune chance d’accéder à la magistrature suprême du pays.

    1
    3
    marri
    19 janvier 2019 - 21 h 18 min

    thebest, dis nous d’où est venu l’argent des campagnes de boutef?
    des caisses de l’état , du goudronneur, du monteur de pneumatiques et transporteur-monopole des étudiants, des monteurs de ckd etc….n’est ce pas?dis nous quoi……

    Youssef
    19 janvier 2019 - 21 h 16 min

    Imaginez une personne qui a 60 ans aujourd’hui a toujours connu Bouteflika dans les arcanes du pouvoir est-ce que c’est normal. Le mec est là depuis 1962 on est en 2019.

    2
    3
    Chibl
    19 janvier 2019 - 21 h 11 min

    Moi j’ai comme l’impression que la prison d’EL HARRACH aura de nouveaux locataires le 20 Avril, dites tous INCHALLAH.

    6
    4
      Anonyme
      20 janvier 2019 - 12 h 36 min

      Il faut restaurer Lambèse

      1
      1
    Anonyme
    19 janvier 2019 - 21 h 11 min

    A-t-il une équipe derrière lui ou il est seul? une main ne peut applaudir.

    5
    1
    Cmoi
    19 janvier 2019 - 21 h 11 min

    Elle est réjouissante votre candidature, Monsieur, je sens en vous l’algérien,et j’en suis un … de tout coeur avec vous.

    7
    1
    We need the Algerain Poutine n10 (power 10)
    19 janvier 2019 - 21 h 06 min

    Go ahaead my General, the people is with you. Tahya the Républic II with a Tunami as clean-up !

    22
    7
    Jean- Boucane
    19 janvier 2019 - 21 h 05 min

    Tant que tu gardes la frontiere ouest fermée, on votera pour toi!!!

    54
    27
      Yousef
      19 janvier 2019 - 23 h 02 min

      Notre maison brûle et toi tu regardes notre frontière ouest. Comment tu veux que je notre pays s’en sorte avec des mecs comme toi. Je pense que notre ennemie est a l’intérieur pas à l’ouest ni à lest ni au sud ni au nord.

      4
      12
      Sidali
      20 janvier 2019 - 3 h 11 min

      @Jean. Tout la questions des vrais Patriotes est là surtout quand on sait que dans sa plus proche proximité il ya un certain Sofiane Djilali connu pour être un grand adepte de l’ouverture des frontières du Cannabis au même titre que la brochette des pro-Makhnazistes ayant pour nom Amar Saidani, Cheb Khaled, Mohcine Belabbes, Ouahid Bouabdellah et meme le clown Ali Bencheikh.

      3
      8
    Bon pitch de postulation!
    19 janvier 2019 - 20 h 56 min

    Belle gueule, bonne âge de maturation, bon ADN (fils d’ouvrier et Militaire de carrière), Patriote, Républicain et Démocrate, solide formation, excellent projet politique, bonne vision. Je vote des dix doigts pour lui. Que Dieu mais surtout le peuple Algérien, Amin, Amin, Amin !!!!

    85
    18
    anonyme
    19 janvier 2019 - 20 h 51 min

    avec un candidat pareil il y a des chances pour qu’il s ‘imposera comme candidat et imposera le resultat des urnes ; la machine à frauder sera bien obligée d’etre transparente autant que faire ce peut ;
    un homme bien portant sans histoire ni revanche et visant l’interet supreme du pays ne peut pas échouer face à un président sortant absent depuis des années ;
    l histoire est un éternel recommencement ; 1954 !!!!!!!!!!!!!

    75
    5
    mergou
    19 janvier 2019 - 20 h 45 min

    « Refondation démocratique et reconfiguration institutionnelle » ce passage de votre discours est en soi tout un programme qui me redonne espoir en mon pays et en ses hommes. Je vous souhaite beaucoup de courage et vous fait part de mon entière adhésion à vos idées.
    PS. Il se trouve certainement un général-major qui va perdre le… sommeil.

    87
    10
      Essaid ferratn.
      19 janvier 2019 - 21 h 23 min

      Bonsoir mon général,
      Dites moi seulement que c est vrai,vous êtes sur que ce n est pas une blague
      Je rêve de cette Algérie{future) que nous construirons ensemble.
      Bonne chance à vous mon général.

      6
      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.