L’Algérie a-t-elle convaincu l’Egypte de lâcher le belliqueux maréchal Haftar ?

Haftar Sissi L'Algérie
Le président égyptien, Abdelfattah Al-Sissi, et le maréchal libyen Khalifa Haftar. D. R.

Par Houari A. – De nombreuses sources ont indiqué que l’Egypte serait en voie de lâcher l’homme fort de l’Est libyen, le maréchal autoproclamé Khalifa Haftar. Selon ces sources, Le Caire chercherait déjà un successeur à celui qui fait barrage à toute solution politique en Libye, au moment où les deux voisins immédiats de ce pays livré au chaos sont très préoccupés par la tournure prise par les événements en raison de la décision de la Turquie d’envoyer des troupes au sol et de l’entêtement des Emirats arabes unis à vouloir saboter tous les efforts de paix.

Après une absence sur la scène internationale due à la crise interne, l’Algérie est revenue avec force dans le dossier libyen qu’elle a décidé de reprendre en main, au vu des menaces que l’enlisement de la crise libyenne induit sur la sécurité intérieure et la stabilité du pays. D’aucuns ont remarqué que le président égyptien, Abdelfattah Al-Sissi, tenait à échanger avec son homologue algérien lors de la conférence de Berlin, qui a mandaté Alger pour gérer le dossier libyen à nouveau, en abritant une première réunion des pays voisins de la Libye en prévision d’une rencontre entre les différentes parties au conflit libyen dans les jours à venir.

Alger et Le Caire semblent être convenus de la nécessité de privilégier le dialogue pour éviter que la Libye se transforme en terrain de bataille pour Ankara et Abu Dhabi qui se livrent une guerre par procuration en Libye et s’immiscent ainsi directement dans un dossier qui concerne en premier lieu les pays limitrophes.

Le lâchage de Khalifa Haftar par Le Caire intervient également après un échange téléphonique entre le Président égyptien et son homologue russe dont on dit qu’il aurait rappelé la position ferme de Moscou qui refuse toute ingérence étrangère en Libye. Abdelfattah Al-Sissi se démarquerait donc de l’Emirati Mohamed Ben Zayed dont les velléités expansionnistes font peser de graves menaces sur toute la région du Maghreb et du Bassin méditerranéen, d’où l’empressement des Européens à chercher une solution qui prévienne une déflagration générale.

L’entrée en jeu de l’Algérie dans l’affaire libyenne a changé la donne, après que l’Allemagne eut, dans un premier temps, essayé de l’écarter de l’échiquier. Mais la sévère mise en garde d’Alger a fait se raviser les pays initiateurs de la conférence de Berlin qui ont compris que les autorités algériennes, malgré une crise politique interne complexe, ne comptaient pas se laisser marcher sur leurs plates-bandes par de nouveaux intervenants dans ce dossier.

H. A.

Comment (18)

    Rayo
    25 janvier 2020 - 1 h 01 min

    Algérie debout

    7
    7
    Raouste veck
    25 janvier 2020 - 0 h 11 min

    Bravo pour les prises de décisions du gouvernement et du haut commandement militaires Algériens dans le problème libyens .
    La Libye pays limitrophe à l’Algérie doit retrouver la paix civile, avec l’aide par la participation de tous les pays frontalier .
    Les autres pays charognards doivent déguerpir et rentrer chez eux sans condition, de gré ou de force .

    8
    8
    la fameuse ligne rouge
    24 janvier 2020 - 13 h 14 min

    je pense que tebboun doit vite rectifier le tir pour clarifier ce qu’il entend par ligne rouge. expliquer que la ligne rouge c’est par rapport aux discussions diplomatiques et non pas une menace militaire, car le libyens l’interpréteront comme une ingérence et une insulte faite pour eux. mais aussi pour que le clan haftar ne la prenne pas comme une menace et une déclaration de guerre par procuration. mais, les libyens doivent aussi ressentir que si les négociations échouent, alors l’algérie n’aura pas les moyens pour empêcher la turquie d’intervenir en libye. et en plus c’est la vérité; on ne va pas faire la guerre à la turquie, qui est de très loin le pays le moins hypocrite et le moins nocif pour l’algérie. si on doit choisir entre la tuirquie ou l’egypte, je pense que le choix de la turquie ne se pose même pas. les egyptiens sont comme les marocains des traitres et sissi est prêt à vendre sa mère pour plaire aux saoudiens, israéliens, russes etc. ils détestent l’algérie.

    59
    22
      LaPointe
      24 janvier 2020 - 18 h 03 min

      « … expliquer que la ligne rouge c’est par rapport aux discussions diplomatiques et non pas une menace militaire, car le libyens l’interpréteront comme une ingérence et une insulte faite pour eux. … »

      Then what? Leur ministre invite les gens a faire face a leur moustachu ! Cependant, il faut reconnaitre que le marechal, ne voulant traiter ou negotier avec les islamistes, n’est tout de meme pas condannable. Le probleme est qu’il sort d’une mauvaise ecole, celle des « guides de la revolution » etc. Autant changer de nom de haftar a gadafi II.

      La malediction Africaine !

      10
      8
    Brahms
    24 janvier 2020 - 13 h 12 min

    L’Emirati Mohamed Ben Zayed joue à la playstation dans son salon en cuir. Il pense que les citoyens du Maghreb sont des jouets, allez je dégomme dans le quartier ou tel pays et je ricane dans mon salon en visionnant le journal télévisé.

    24
    11
    Anonyme
    24 janvier 2020 - 11 h 40 min

    Méfiez vous de l Egypte !!!
    S il retire leur appui à Haftar ce n est pas pour les beaux yeux de l Algérie mais pour mieux monnayer leur positionnement.
    L Egypte ,notre plus grand malheur, a influencé notre politique durant et après l indépendance et elle veut continuer!!!!
    c est elle qui a fondé la ligue arabe qui ne sert qu à leur appétit ,à la demande de De Gaulle ,pour contrer le bloc communiste et le rôle des USA et nous a obligé à en faire partie.
    Les sourires mielleux de Sissi à Tebboune sont identiques à ceux de Gamel Abdennasser envers Ben Bella et Boumedienne.
    Dans quelle sauce vont ils nous mettront cette fois ci ? L Algérie doit être vigilante …..

    133
    11
      Dahman
      24 janvier 2020 - 20 h 06 min

      @ Anonyme
      plutôt s en méfier de toi pro-pouvoir!

      4
      15
        Anonyme
        24 janvier 2020 - 23 h 04 min

        Ha ha!!! Si j étais pro pouvoir je n aurai pas dit de se méfier de l Egypte …
        Lis bien avant de dire n importe quoi!!!

        6
        6
    Anonyme
    24 janvier 2020 - 9 h 48 min

    La reunion d Alger vient juste au bon moment .La participation de tous les pays ayant des frontieres communes avec la Lybie est imperativement importante mais la question que vient faire au milieu des participants le ministre des affaires etrangeres Allemand Heiko Maas envoye en urgence par Angela Merkel…??? Le celebre journaliste allemand tres influent Rudolf Augstein,fonddateur et coproprietaire du celebre hebdomadaire independant « Der Spiegel » ecrivait en titre de son editorial sur le conflit du proche orient en Israel et les pays arabes :
    « Pourquoi l Allemagne veut elle faire payer la facture de l holocauste et les crimes nazis par les arabes «  » et c est exactement le but accompli toujours par la politique etrangere de l Allemangne et surtout par la chanceliere Angela Merkel avec une grande arrogance.En politique il faut se mefier des discours et des agissement enrobes de miel des Allemands et de leur chanceliere Merkel…la naivete est un poison mortel..
    Revenons a la reunion d Alger,que d apres l avis de plusieurs experts,il faut designer deux grands diplomates specialistes des missions impossibles pour se charger du dossiers Lybiens et dans les meilleurs delais…Messieurs Ramtane Lamamra et le tunisien Mongi Hamdi connaissent parfaitement le conflit en Lybie et sont par leurs experiences tres competents pour aider a trouver une solution acceptable par toutes les parties en conflit mais doivent etre mandates par L UNION Africaine..oui absolument tres important par L UNION AFRICAINE…Il faut refuser imperativement et avec force toute ingerence etrangere ,ni OTAN…Ni Europe ..ni USA….rien de ces pays ..Seul les Lybiens et les deux diplomates mandates par l UNION AFRICAINE ,les pays ayant des frontieres communes avec la LYBIE sont bien representes dans l Union Africaine….Ni Berlin ni Merkel ni Ammar Bezzouar..et c est a L ALGERIE d imposer cette demarche..point barre.

    78
    10
    Lalgerino
    24 janvier 2020 - 9 h 06 min

    Où va le monde? Quelqu un peut il m expliquer:comment un pays miniscule(Emirats) de la taille de Tiaret, peut il faire peur à de tres grands pays come Algerie+Egypte+Turquie+communauté Europeenne ?merci

    96
    16
      Zaatar
      24 janvier 2020 - 11 h 05 min

      Question d’argent l’ami, pas de superficie.
      En dollars il pèse plus que les pays que tu as cité ensemble

      40
      10
      Anonyme
      24 janvier 2020 - 16 h 07 min

      @ Lalgerino
      24 janvier 2020 – 9 h 06 min
      l Argent est le nerf de la guerre…mon ami

      4
      10
    Ma Vérité
    24 janvier 2020 - 9 h 05 min

    Ne soyez pas naïfs où des demeurés, depuis quand l’Égypte oppose aux pays du Golfe où l’argent coule à flot, si les Égyptiens sont resté sous développé, c’est à cause de leur amour à l’argent facile et les magouilles, pareil pour les Algériens et les autres pays Maghrébins, soyant franc et prennant le taureau par ses cornes, c’est la faute des Arabes d’avoir opté pour la danse du ventre et la folie des grandeurs, on abondonnant le développement et la démocratie, résultat lorsque nous n’aurons plus de pétrole nous serons un nouveau les esclaves des pays ennemis, depuis que le cerveau de l’Arabe a changé de place c’est la descente aux enfers

    36
    14
      yanis fifo
      24 janvier 2020 - 16 h 06 min

      fous ce ne pas l’argent ni les émiratie ces des portes parole des puissances occidentale sans sa ils ont insinifiant

      2
      10
    58 Ans
    24 janvier 2020 - 9 h 03 min

    Sincèrement je déplore de ce qui se passe en Libye et on a le droit de s inquiété mais il ne faut pas que cela détourne les médias de l objectif du hirak la lutte continu même si le pouvoir fait tout pour étouffer notre marche

    26
    56
      Thamourth
      24 janvier 2020 - 10 h 04 min

      Le peuple algérien te dit: « ne détourne pas notre regard de la guerre qui se profile et organisée par vos maîtres » pour installer le chaos en Algérie. Quel état au monde aurait accepter l’installation de guerres autour de ses frontières ???? Mali, Niger, Libye, ….. Tu nous prend pour des moutons ???
      Le Hirak est fini, il ne reste plus que les résidus d’Otpor, de la NED, Open House.

      6
      32
        Anonyme
        24 janvier 2020 - 15 h 31 min

        @tamurt uharki les moutons peuvent dès fois se rebeller ce qui n’a jamais été ton cas, il faudrait chercher une espèce d’animaux encore plus docile pour te comparer…

        19
        7
        Dahman
        24 janvier 2020 - 18 h 20 min

        @ thamourth

        Tu n’aurais pas dû dire ça toi aussi(tamourth ou harki)

        10
        7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.