Le dernier rapport de la Cosob décrit un marché boursier et obligataire en stagnation

La capitalisation boursière en Algérie qui a connu une explosion entre 2010 et 2011 a repris une tendance à la baisse en 2012. C’est l’un des enseignements du dernier rapport mis en ligne, aujourd’hui, par la Commission de l’organisation et de la surveillance des opérations boursières (Cosob) sur son site web. Avec seulement trois titres cotés en Bourse, l’EGH El-Aurassi, le Groupe Saidal et la société privée Alliance Assurances, en attendant l’introduction de NCA-Rouiba, la capitalisation boursière a reculé à 13,388 milliards de dinars en 2012, contre 14,967 milliards de dinars en 2011, constate le document de la Cosob. Le pic de 2011 a été réalisé après un exercice 2010 quelque peu chaotique avec une capitalisation boursière de 7,9 milliards de DA. La Cosob explique l’absence d’évolution notable entre 2011 et 2012 par le fait qu’il n’y ait pas eu d’émissions de nouveaux titres. «Le marché primaire des actions n’a pas connu durant l’année 2012 de nouvelles émissions de titres de capital», relève la Cosob. Pour le marché secondaire, les ordres d’achat et de vente de titres en 2012 sont en nette progression par rapport à 2011 avec une hausse conséquente de 1,3 million de titres, selon la Cosob qui indique que le volume total des titres vendus et achetés s’élève en 2012 à 2,5 millions de titres, dont 117 052 achetés et 2,3 millions vendus.
Au chapitre du marché obligataire, la tendance est également à la stagnation, puisque la commission n’a délivré, en 2012, aucun visa dans ce domaine, en raison, visiblement, de l’absence de demandes en ce sens des opérateurs. «A cette absence d’émission d’emprunts obligataires vient s’ajouter l’arrivée à échéance des emprunts antérieurs, notamment ceux émis sur le marché institutionnel (hors Bourse) ; ce qui a réduit considérablement l’encours obligataire sur le marché», note la Cosob qui précise que l’encours global des obligations disponibles s’élève, au 31 décembre 2012, à 64,21 milliards de dinars contre 78,23 milliards de dinars en fin de l’année 2011, soit une baisse de l’ordre de 18%. Quant à l’encours des obligations cotées, il se situe, à la fin de l’année 2012, à 32,36 milliards de dinars, soit le même que celui de 2011. Pour ce qui est de l’évolution des titres cotés en 2012, il est à relever une stabilité de l’encours d’Alliance Assurance, alors que le titre de l’Aurassi a affiché une volatilité de 38,86 %. Pour le Groupe Saidal, il a été de 11,81 %. Comme fait saillant durant l’exercice 2012, la Cosob note, notamment, la situation tendue de sa trésorerie, due, explique-t-elle, essentiellement à la baisse des redevances sur les transactions sur le marché financier et la reconduction au même niveau pendant cinq années successives de la subvention, soit 37 millions de DA depuis l’exercice 2007.
Amine Sadek
 

Commentaires

    amyne
    6 mai 2013 - 12 h 48 min

    enfin ce sadmi est un
    enfin ce sadmi est un rentier au service de cet etat rentier stérile qui ne veut pas faire avancer ce pays…
    il est à la bourse d alger depuis sa création il sait manipulé les chiffres et la com…pour préserver ses interets et sa retraite
    toutes les bourses dans le monde entiers appartiennent aux privés….si on ne definit pas encore la nature et l orientation de notre economie et surtout de notre finance…on ne s en sortira jamais y aura toujour des énérgumènes pareil qui viendront nous vendre des papiers ….comme ghribe du mouloudia cé kif kif…..iiibe pour ce pays….iiibe




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.