Présidentielle libyenne : comment Seïf Al-Islam Kadhafi veut prendre de vitesse Haftar

Seïf Al-Islam
Seïf Al-Islam Kadhafi. D. R.

Par Sadek Sahraoui – Bien qu’à l’heure actuelle personne ne sait si des élections présidentielles auront vraiment lieu en Libye cette année, Seïf Al-Islam Kadhafi se prépare néanmoins avec le plus grand sérieux à cette échéance électorale. Pour lui, ce rendez-vous est capital dans la mesure où il peut lui permettre de revenir dans le jeu politique. Avec ou sans victoire.

Pour se donner donc un maximum de chances d’être le premier Président de la Libye post-Mouammar Kadhafi, il a commencé à battre la campagne… en Tunisie où réside une importante communauté libyenne. Sa première initiative pour prendre de vitesse ses potentiels concurrents et faire découvrir son programme à ses concitoyens a été de fonder un magazine baptisé littéralement le «Mandela de Libye». Il est prévu que cette nouvelle publication – qui comme on s’en doute aura aussi pour objectif de rappeler les initiatives prises par Seïf Al-Islam du temps où son père était encore au pouvoir pour ouvrir la Libye au monde et libéraliser la société – soit diffusée dans les 24 provinces que compte la Tunisie. S’il se confirme que les élections auront bien lieu cette année, Seïf Al-Islam a prévu également de la diffuser dans les autres pays du Maghreb et en Europe.

L’entourage du fils de l’ancien guide libyen a ajouté que ce magazine, dont la périodicité n’est pas précisée, était fait également pour inciter les Libyens à participer activement aux prochaines élections.

La candidature de Seïf Al-Islam Kadhafi aux élections présidentielles libyennes a, rappelle-t-on, été annoncée en mars dernier depuis Tunis par l’un de ses avocats. Lors d’une conférence de presse celui-ci avait présenté les grands axes de son programme. Un programme qui évoque une «Libye unie, moderne, démocratique et qui compte sur la scène internationale». Pourquoi avoir retenu la Tunisie pour le lancement de sa campagne ? Il a expliqué ce choix par le fait que la Tunisie avait globalement observé une position de neutralité lors du renversement par la France et l’Angleterre de son père. Des élections parlementaires et présidentielles doivent avoir lieu avant la fin de 2018, selon une feuille de route de l’ONU. Cette feuille de route comprend aussi l’adoption d’une constitution et la réalisation d’une réconciliation nationale globale.

S. S.

Commentaires

    Mia
    18 avril 2018 - 9 h 54 min

    Que la paix et la stabilité soit ce pays frère…. qu’Allah éloigne des pays musulmans pacifiques ces vautours d’occidentaux, américains et khalijis

    13
    9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.