Les députés boudent-ils Bouchareb après l’avoir imposé à la tête de l’APN ?

Bouchareb députés
Mouad Bouchareb, l'actuel président de l'APN. PPAgency

Par Kamel M. – C’est face à un hémicycle quasiment vide que le nouveau président de l’APN a présidé une session en présence des ministres concernés. Cette absence des députés soulève des interrogations d’autant que le Parlement ne s’est pas encore remis de sa crise qui a failli le mener à sa dissolution.

Mouad Bouchareb a été parachuté à la tête de la Chambre basse du Parlement au moment du putsch conduit à partir de Hydra par le secrétaire général du FLN, Djamel Ould-Abbès, dont on ne sait pas, non plus, s’il continue de présider aux destinées du parti ou s’il s’est résigné à accepter son départ forcé. Il est fort probable que les querelles de chapelle qui minent l’ancien parti unique aient eu un impact direct sur le déroulement des travaux à l’Assemblé populaire nationale.

Le Parlement s’est-il auto-dissous de facto ? L’ambiance générale qui règne au sein de l’instance législative est délétère depuis que Djamel Ould-Abbès a décidé de déboulonner manu militari son président qui n’a, à ce jour, pas déposé sa démission et qui a disparu des radars depuis sa dernière apparition furtive sur la terrasse d’un café non loin du siège de l’APN, l’air insouciant, comme pour signifier à ses opposants que le branle-bas de combat qui mettait «son» institution sens dessus dessous ne le perturbait pas outre-mesure. Depuis, Saïd Bouhadja se terre et se mure dans un silence qui en dit long sur le sens qu’il conférait à la lourde responsabilité qui était la sienne en tant que troisième personnage de l’Etat.

Pourtant, tout ne semble pas avoir été réglé à Zighoud-Youcef. Il y a comme un air de mécontentement général qui ôte à l’Assemblée un peu plus de sa légitimité entamée. Elu par les députés de l’alliance présidentielle, boycotté par l’opposition représentée au Parlement et occupant le perchoir sans que son prédécesseur ait rendu le tablier, désigné à la tête du FLN sans que son mentor ait cédé son siège, Mouad Bouchareb a été envoyé au feu sans avoir les coudées franches pour pouvoir affronter deux situations conflictuelles à la fois. Il se retrouve ainsi face à deux dinosaures du parti «majoritaire» qui s’affrontent par députés et militants interposés, désarmé et désormais seul, ses collègues de l’alliance l’ayant abandonné à son sort.

Le jeune président du Parlement et secrétaire général par intérim du FLN se sortira-t-il de cette mauvaise passe ou finira-t-il par jeter l’éponge ?

K. M.

Comment (20)

    baril
    25 novembre 2018 - 0 h 58 min

    Nos politiques sont trop préoccupés par les élections pour penser à la bonne gestion du pays.
    Marre, overdose de mouvements politiques, partis, religion, changements, trafics…

    Anonyme
    24 novembre 2018 - 21 h 28 min

    Des acteurs qui se remplacent, qui défilent , et qui jouent des roles bien précis,
    Pendant un certain temps bien précis, et selon la conjoncture, et la situation de l’heure
    (agendas, échéances,…), dans des lieux bien déterminés, tirés, et maniés par des vrais maitres, meneurs, Occultes, et secrets, …..derrière les rideaux noires de l’opacité
    Tout est « bien organisé », tout est « bien joué », le peuple, assistant en marbre, regardant médusé,
    Sans broncher, ne serait ce qu’ avec le moindre geste
    Mais pour quand, et jusqu’à quand , la situation demeurera « Hitckokienne », où « Kafkaienne » insoluble
    Avec ses énigmes, et ses puzzles interminables…
    Pendant que le pays, ses institutions paralysées, son économie mauvaise, et son peuple pauvre
    Encaissent les mauvaises situations, et les mauvaises performances

    Anonyme
    24 novembre 2018 - 19 h 44 min

    Déjà que cette apn n’avait pas de crédibilité ,mais là c le début de la fin.. Vivement la dissolution et meme suppression pure et simple. Une apn et senat qui ne servent à rien,à supprimer ça fera des économies,bouteflika doit gouverner par ordonnances et faire comme boumediene..

    Felfel Har
    24 novembre 2018 - 18 h 51 min

    Sur la photo, Bouchareb semble dubitatif. Il doit se dire « mais dans quelle galère je me suis mis ». Réalise-t-il que sa promotion est le fait de nombreux marionnettistes et que chacun tire la ficelle de son côté? Ighidh meskine! Il a accepté de jouer « le jeu » diabolique de Abbès et de ses sponsors, il n’a qu’à s’en vouloir si les coups lui tombent sur la tête.
    Je lui dédis ce court poème de Voltaire (Adieux à la Vie, 1778):

    « Petits papillons d’un moment,
    invisibles marionnettes
    qui volez si rapidement,
    de Polichinelle au néant,
    dites-moi donc ce que vous êtes ».
    Bidoun ta3lik!

      Gatt M'digouti
      25 novembre 2018 - 5 h 27 min

      Sur la photo, Bouchareb semble dubitatif?
      Normal ! il est coupable d’usurpation de fonction et doublement !!!!
      Pour un LÉGISLATEUR c’est gravement grave !!!

    Anonyme
    24 novembre 2018 - 16 h 32 min

    Mr Bouchareb…. bien que je n aid jamais voté pour vous, vous êtes comme disent les media le 3iemehomme de l état! Alors conduisez vous comme tél…un petit conseil, ton body language me dit beaucoups de choses…et ton body language dit beaucoups de choses à la main étrangère dont vous vous plaignez à chaque tournant….je vous invite à faire un cours de body language pour vous protéger et protéger l institution qui vous emploie. Au fait ou es votre cv, je veux le voir..le vrai…

    Anonyme
    24 novembre 2018 - 16 h 25 min

    Des habitudes clientélistes quasi anarchistes donnent un va-et-vient qui n’augure rien de bon. Il faut établir un décret selon lequel toute absence est déduite du salaire. Au delà de 5 par mois, la moitié du salaire est retiré, c’est la seule façon de les rendre responsables au moins au niveau des heures dues à défaut de leur engagement ! Ces députés sont une honte totale. Et nous devrions être fiers de ces incapables ?

    5
    2
    TRISTESSE
    24 novembre 2018 - 12 h 31 min

    MoI je vie à l’étranger depuis toujours.
    Et je peux vous dire que ce n’est pas avec fierté que nous disons je suis algériens à quelqu’un qui nous demande : qu’elle est ton origine.
    Et dire qu’autrefois ne le proclamions à tu tête à qui voulait bien l’entendre.
    Mon coeur est complètement déchiré .
    Nous avons des richesses naturelles incommensurable et pourtant nous ressemblons à un pays du tiers monde.
    Même nos enfants n’ont plus cette enthousiasme naturel de continuer à vouloir aller dans leurs pays en algérie.
    Ils vont vers d’autres destinations et ma colère de voir ça me révolte.
    Qui sont ils ce qui nous dirigent.
    Que ce soit des membres du gouvernement Aux walis aux préfets etc. ..etc….

    10
    6
      Anonyme
      24 novembre 2018 - 16 h 24 min

      Tristesse. Tu n es pas le seul à être triste..à voir des voyous faire de la politique … et prennent des décisions au nom de ce bon peuple algériens… je perds tout espoirs.. va voir sur YouTube les dipitis a l APN entrain de faire la mascarades….enfin j ai honte… comment sommes nous arriver à ce stade..je le jure je n ai jamais cru qu on arrive à ce stade. Notre génération était intelligent, agile et joue pour gagner …. Allah youstourna

        J'ABANDONNE
        24 novembre 2018 - 19 h 13 min

        @ : Anonyme
        24 novembre 2018 – 16 h 24 min
        Merci de m’avoir répondu.
        Ce qui me console c’est de voir que je ne suis pas seul d’être dégoûté de ce temps si précieux que nous perdons à tourner en rond où faire un pas en avant et deux pas en arrière.
        Je misais tant pour que nos enfants fassent partie d’une génération déterminante pour participer à l’émergence de
        de nôtre pays.
        Mais je vois que le navire algérie par à ma dérive.
        Plus personne pour guider le gouvernail vers des rives ou des lendemain qui chantent attendent nos enfants.
        Je n’arrive même plus à leurs mentir.
        Il savent par les presses les réseaux sociaux tout ce qui se passe chez nous
        Le bouche à oreille fini le reste.
        Il nous reste que les yeux pour pleurer.

          Anonyme
          24 novembre 2018 - 20 h 19 min

          Mon cher compatriote… attache toi bien et restons vigilant jusqu à 2019…patience..peut être on aura nos enfants aux commandes…patience et priez…

    karimdz
    24 novembre 2018 - 12 h 26 min

    Ce n’est pas la première fois que l hémicycle est vide, cela devient une habitude, nos chers députés sont en congés permanents.

    Il faudrait instituer des pénalités d’absence, pour imposer à ces absentéistes, une présence plus régulière. La première fois 10% de leur indemnité, la deuxième 50% et s’il y en a trois, pas d’indemnité.

    11
      HÉLAS
      24 novembre 2018 - 16 h 07 min

      @ : Karimdz
      24 novembre 2018 – 12 h 26 min
      Que ces pseudo dipitis soient présents où pas présent le résultat est le même kif kif (…).
      Ils s’amusent avec leurs portables ils regardent des films.
      Ils papotent entre eux , des parties de fourires à ne plus en finir etc….etc….Et le premier ministre ne trouve rien à leurs dire.
      Tout le monde sans fou.
      L’Algérie et tout sauf un pays .
      Crois le mois le meilleur pour l’Algérie est passé.
      Le pire est à venir et la décennie noir c’est une bagatelle par rapport à ce qui l’attend.
      Je ne le souhaite vraiment pas.
      Je suis tout simplement logique est et très observateur.

      10
      2
    Jurassic Park
    24 novembre 2018 - 11 h 35 min

    Le musée des horreurs de la gérontocratie et de la baronnie s’accroche aux pouvoirs que ce soit la majorité ou l’opposition et ceci dans toutes les fonctions stratégiques de l’Etat, l’armée, de la sécurité, des sociétés publics,… Ils doivent partir après avoir tous échouer. Pas de 5ème mandat avec un renouvellement générationnel et un apport substantiel de sang neuf en compétences et jeunesse doivent se faire sinon nous les jeunes allons révolter.

    8
    1
    Vérité
    24 novembre 2018 - 11 h 28 min

    La honte d’une nation répétée Guerrière et révolutionnaire;devenue un Souk où chaqu’un fait sa loi et fixe son prix; nous serons tous condamné par l’histoire et la génération future de ne pas empècher ce désordre;nos arrières parents ont fait leur devoirs, nos parents aussi;et notre génération élevée aux lait en poudre,savent que trahir et s’enrichir illégalement;pourtant nos intégristes barbus disaient de nos anciens;qu’ils ne connaissent rien ni à la religion,n’est autres choses;mais ils ont oublie que s’étaient des vrais hommes et de femmes honnète et travailleurs;es-que vous avez visionné la vidéo enregistré au sien de l’hémicycle de l’APN;c’est plus qu’un Souk; HONTEUX à ces députés élus avec l’argent du peuple

    12
      Anonyme
      24 novembre 2018 - 16 h 14 min

      Honteux oui et oui…mais pour eux c normal tout à fait normal….la discipline…n y est plus car tout le monde se croit grand manitou à leur manière et façons. Salam

    Argentroi
    24 novembre 2018 - 11 h 24 min

    De retournement en retournement, nos pauvres députés, qui n’ont rien compris, vont avoir le tournis. Et si Bouhadja revenait, quelle attitude vont-ils adopter ? J’espère qu’il n’iront pas au suicide si l’assemblée était dissoute car sûrement qu’ils avaient reçu la garantie de la non-dissolution lors de leur pronunciamiento quand ils ont cadenassé l’entrée de l’APN. Hein, il faut le faire ça : cadenasser l’entrée d’une institution telle l’APN pour justifier l’état d’empêchement de Bouhadja ! Un prix pour celui qui a eu cette trouvaille, un prix pour ceux qui l’ont exécutée et le premier prix pour la populace que nous sommes d’avoir accepté sans rechigner cet état de fait inédit ! Le terme « ghachi » de Boukrouh est vraiment splendide pour nous décrire !

    Anonyme
    24 novembre 2018 - 10 h 56 min

    elli idji bla 3arda ma issibech emken

    Anonyme
    24 novembre 2018 - 9 h 59 min

    ….soyez droit au point,! Le sieur dont la photo est en haut à été parachuté epicitou. Vous vous demandez s il finira par jeter l éponge…eh bien non..il ne le fera jamais…les oignons ont leur odeurs…ça change rien…il ne jètera ni éponge ni welou tout comme ses confrère du fe le ne. Le président du perchoir doit toujours être indépendant des parti…neutre…pas du fln..pas du rnd…pas du msp..pas dukhorti…mais un intellectuel qui peut orchestrer les proceedings de l APN…neutre neutre neutre compris..sinon ça ne marchera jamais….

    6
    4
    Bahri
    24 novembre 2018 - 9 h 41 min

    La culture de la démission n’existe pas chez nous les « coups d’états » non scientifiques continuent au sein du « parti majoritaire » et le cirque continue……..

    13
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.