«Dos d’âne» anarchiques : la circulaire interministérielle très peu appliquée

La circulaire interministérielle luttant contre les ralentisseurs «anarchiques» semble avoir été quasiment ignorée par les autorités locales destinataires de ce texte en février dernier, a constaté l’APS de visu à travers plusieurs villes du pays. Ces «dos d’âne» irréguliers font toujours partie du «décor» des rues et se multiplient même, faisant fi de cette circulaire signée par le ministre de l’Intérieur et des collectivités locales et celui chargé des Travaux publics, qui avait enjoint les autorités locales à prendre les mesures nécessaires pour éliminer cette catégorie de ralentisseurs. A travers ce texte, il était entendu que les autorités locales mettent fin aux anomalies et insuffisances dans la conception et l’implantation des ralentisseurs, occasionnant de graves conséquences sur la sécurité et le confort des usagers de la route, et causant parfois de graves dommages aux véhicules.

Il s’agit notamment de l’implantation de ralentisseurs sans études ni autorisation préalable, de l’utilisation de dimensions et de matériaux non conformes aux prescriptions techniques, du manque d’information et de concertation entre les services des communes et ceux des travaux publics, ainsi que du défaut de signalisation de la plupart des ralentisseurs. Que ce soit dans les cités urbaines, les agglomérations ou les douars, ces ralentisseurs posés illégalement ou mal conçus sont toujours là, et l’on se permet encore d’ériger des «mini-dunes» en béton sans se soucier du danger que cela puisse causer. Beaucoup d’automobilistes se plaignent de l’absence fréquente des autorités face à ce phénomène qui continue à prendre de l’ampleur. «Même si des ralentisseurs sont implantés à des endroits adéquats, ils sont la source d’accidents et de dommages pour les véhicules car mal conçus et non accompagnés de signalisation», se plaignent-ils.

La plupart de ces dos d’ânes «sont faits dans la hâte et réalisés par des riverains ou par les autorités locales sans le respect des normes exigées», constatent des chauffeurs. «C’est devenu une habitude, les dos d’âne sont implantés dans des petites agglomérations au seul gré même d’un riverain. Où sont les responsables locaux ? A quoi a servi cette circulaire interministérielle ? Je n’ai vu, pour le moment, aucune intervention du maire pour trouver une solution à ce problème», s’interrogent d’autres. «Nous sommes favorables à des ralentisseurs conformes aux normes universelles et faits pour la sécurité des usagers de la route», revendiquent-ils. A ce sujet, des présidents d’APC estiment que les opérations de suppression de ces «dos d’ânes» illégaux s’avèrent difficiles car elles sont parfois «avortées» par des riverains qui sont contre leur élimination. Un autre responsable local signale même des actions de réimplantation des ralentisseurs par les habitants d’agglomérations juste après avoir été supprimés par les services communaux.

Interrogé par l’APS, le directeur général des routes auprès du ministère des Transports et des travaux Publics, Mohamed Mahieddine, admet une prolifération des ralentisseurs sur les routes communales qui constituent 52%du réseau routier national. Selon lui, 20 000 ralentisseurs ont été recensés au niveau national dont 48% réalisés sans autorisation, soit plus de 9 600 érigés sans avoir eu recours aux services techniques locaux des travaux publics. D’après lui, arriver à bout de ce problème nécessite l’implication de tout le monde : «Nous n’avons pas de baguette magique. Cela va demander du temps et des moyens. A cet effet, nous avons demandé aux autorités locales de s’impliquer davantage et d’appliquer avec rigueur la circulaire interministérielle». Mais si les autorités locales tentent de justifier la difficulté de supprimer les ralentisseurs mal placés en raison de la contestation des riverains, elles peinent, cependant, à expliquer pourquoi leurs services techniques ne respectent pas les normes de réalisation (dimension, matériel utilisé…) des «dos d’ânes» autorisés.

Comment (4)

    oubbati
    3 octobre 2016 - 10 h 45 min

    Bonjour! concernant les dos d
    Bonjour! concernant les dos d’ânes, non réglementaires ils sont devenus de véritables obstacles pour tous types de véhicules à moteurs, véritables casses pipes construit en béton …
    On déplore cette anarchie dûment constatée dans les ruelles étroites notamment dans la rue tague LAGHOUAT (Leglette)
    Un message a été envoyé au Wali de laghouat sans aucune réponse positive de sa part ou de la part des services concernés..
    Nous espérons que ce message soit transmis à qui de droit pour remédier à cette situation qui a trop durée..
    Mes remerciements à l équipe de ce journal Algérie patriotique.




    0



    0
    Mlaoua
    3 octobre 2016 - 10 h 20 min

    Les « dos ânes »(vrais ânes)
    Les « dos ânes »(vrais ânes) mis sur nos routes ne sont pas au nombre de 20000 comme le prétend le directeur général des routes auprès du ministère des transports, mais dans la réalité, leur vrai nombre peut être estimé à 50 fois plus.Puisque nos dirigeants ont cette habitude de manipuler tout et même les chiffres, pour nous avancer ceux qui les arrangent, pour faire croire aux naïfs qu’ils travaillent,qu’ils veillent sur l’intérêt des citoyens et que tout va bien chez nous alors il déclarent des chiffres érronés.Avec ces mensonges on en finira jamais.L’anarchie qui caractérise l’implantation de ces « dos d’ânes »sur nos routes à elle seule peut suffire pour nous renseigner sur le fonctionnement anormal de nos institutions.Le directeur général des routes auprès du ministère du transport déclare que « Nous n’avons pas de baguette magique. Cela va demander du temps et des moyens ».Si le ministère qui est doté de tous les moyens de l’état ne peut rien faire,que dirions nous des chauffeurs qui subissent quotidiennement les désagréments provoqués par ces « dos d’ânes »placés en dizaines sur des tronçons d’un kilomètre seulement? Quant aux normes, je dirai qu’ils sont ignorés par les services des A.P.C et surtout par les riverains qui placent les dos d’ânes partout,en défiant les pouvoir publics, qui s’affichent absents.A force de voir pousser ces « dos d’ânes » partout sur nos routes comme des champignons, dans nos villages et dans nos villes,la fluidité de la circulation est devenue nulle.Conduire est devenu alors une tache pénible.




    0



    0
    GHEDIA Aziz
    2 octobre 2016 - 21 h 00 min

    Il faut sensibiliser les
    Il faut sensibiliser les enfants, et ce, dès la première année de l’école primaire quant aux dangers de la route au lieu de « dodaniser » les villages et les villes pour ne pas dire le pays tout entier. Ailleurs, ces ralentisseurs sont posés juste devant les maternelles et les écoles primaires, chez nous, et c’est malheureux de le constater, ceux-ci sont érigés même devant les… universités. Allez-y comprendre quelque chose.




    0



    0
    Langue de Bois ?
    2 octobre 2016 - 17 h 53 min

    s’il y avait que les
    s’il y avait que les ralentisseurs qui éaient anarchiques …
    tout est à refaire hélas , et cela prendra pas moins d’un siècle ( soyons conscients) , vous savez pourquoi ?
    je vais vous le dire et vous laissez juger :
    Avons nous une langue dans laquelle nous communiquons OFFICIELLEMENT ? ( par communiquer , il faut comprendre parler et écrire avec cette langue à 100 % ) ?
    Dés qu’on trouvera LA SOLUTION à ce drame de la Langue , alors on pourra discuter du comment trouver des solutions à des problèmes et des crises ….
    pour le moment …continuons à parler Algérien ( AraboFrancoBérbére)




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.