Mokri et les femmes

Par Kamel Moulfi – Une femme qui a tout l’air d’être «progressiste», membre du gouvernement dont elle est solidaire et donc pleinement engagée, à égalité complète, aux côtés de ses collègues ministres, hommes, peut-elle donner du grain à moudre aux islamistes pour les aider dans leur combat anti-femmes ? Chez nous, oui, c’est arrivé tout récemment et le président du MSP, Abderrezak Mokri, qui tient à son ancrage dans une conception rétrograde de la société, n’a pas raté l’occasion. Mokri sait pertinemment que rien n’arrête le progrès, et que sa conception passéiste est chaque jour un peu plus emportée par les nouvelles réalités qui s’imposent, aussi est-il en permanence à l’affût des résidus de l’archaïsme pour s’y s’accrocher désespérément.

La perche lui a été tendue cette fois par les propos involontairement sexistes et soumis de la ministre de la Solidarité (qui ont choqué tout le monde) et qui ont eu vite trouvé preneurs : les islamistes. Opportunisme et démagogie vont ensemble et font dire n’importe quoi pourvu que ce soit dans ce que l’on croit être le sens du vent dominant. C’est ce qui peut expliquer la sortie inattendue de la ministre de la Solidarité qui a cru étayer sa proposition de renoncement – au nom de la… solidarité – à son salaire de ministre par un «rappel» – l’homme serait «supérieur» à la femme – et en suggérant aux autres femmes cadres de renoncer à leur salaire puisqu’elles ont toutes un époux qui peut subvenir à leurs besoins financiers.

Il serait absolument navrant que Madame la ministre pense vraiment ce qu’elle dit. Car, à son poste, sa mission consiste à aider la femme à se libérer et pour cela, lui permettre d’avoir une autonomie financière, y compris à l’égard du mari. L’autre rôle, consistant à s’opposer au progrès social et à tenter de maintenir la femme dans un statut de mineure à vie, il faut le laisser à Mokri qui en a fait son cheval de bataille et qui veut poursuivre l’action du FIS intensifiée à la fin des années 1980 contre les femmes. L’idéal pour les islamistes est que les femmes restent à la maison et s’occupent uniquement des tâches du foyer que leur assignent les hommes et sous leur autorité.

Dans cette conception, les femmes ne doivent pas travailler, et encore moins gagner de l’argent. La réalité algérienne est tout autre : les femmes sont presque dans tous les métiers et, comme ministre ou députée, elles disposent parfois de revenus qui dépassent très largement ceux des hommes de la famille. A part Mokri et d’autres esprits particulièrement rétrogrades, y aurait-il quelqu’un parmi les proches de ces ministres et députées (ou sénatrices) qui les encourageraient, voire exigeraient d’elles, à renoncer à leurs salaires et indemnités ? L’Algérie s’enorgueillit d’être parmi les pays qui respectent le principe de l’égalité des salaires entre hommes et femmes. La reconnaissance pour les femmes de leur égalité en droits avec les hommes est un acquis de la lutte des femmes depuis celles qui ont participé à toutes les phases de la résistance anticoloniale, en particulier dans la guerre de Libération, aux générations actuelles de travailleuses et cadres qui s’emparent de tous les espaces.

Mokri et les islamistes qui veulent copier le modèle rétrograde d’Erdogan ou celui que mettent en pratique, dans leur milieu, les Frères musulmans égyptiens, ne peuvent faire tourner la roue de l’histoire en sens contraire et revenir à l’ancien temps où la femme n’était rien dans notre société. Maintenant, les jeunes filles jouent au football et pratiquent même la boxe, et pas seulement dans la capitale mais presque partout dans le pays. Elles vont au restaurant, entre copines ou seules, où elles côtoient des hommes attablés à côté, et paient avec leur propre argent, pas celui du mari et encore moins du frère. Quelle hérésie !

K. M.

Comment (12)

    Antivol
    10 décembre 2016 - 11 h 07 min

    Vérité amère
    En 1946, la France était à genoux et on a décidé d’exclure toute femme ayant un mari travailleur du marché de l’emploi. Ce qui était logique au vu du droit français de l’époque considérant le poux comme chef de famille. Une conception héritée du droit romain.

    Voyons les choses en face. Laissons de côté les femmes qui subciennent aux besoins de leurs familles, durement et souvent à la limite de l’exploitation.

    Je parle des femmes cadres qui ont un mari gagnant bien sa vie. C’est un poids immense pour les finances, un gaspillage immense de ressources. C’est jeter de l’argent à la mer. Cela n’a rien à voir avec une quelconque liberté c’est du vol pur et simple .

    Celles et ceux qui s’en offusquent en profitent ou n’arrivent pas à faire face à celles qui tient le pantalon ou bien des gauchistes embourgoisés.

    Pauvre pays où il n’y a plus d’homme…




    0



    0
      Anonymous
      11 décembre 2016 - 23 h 11 min

      la caravane passe et les ….
      votre khorti qui ne s’appuie sur aucun chiffre ni aucune évaluation me donne envie de gerber, quelle indigence!




      0



      0
    Moskosdz
    10 décembre 2016 - 9 h 51 min

    Les islamistes ont toujours
    Les islamistes ont toujours fait de la femme leur principal cheval de bataille.qui,à leurs yeux,même les tremblements de terre et la sécheresse sont dû à la faute de leurs jupes.quand aux égorgements qu’ils commettent eux-mêmes sur leurs propres coreligionnaires,pas un mot,comme si le bon dieu était de leur coté.




    0



    0
      ras le bol
      11 décembre 2016 - 8 h 01 min

      bien dit
      bien dit




      0



      0
    Laetizia
    9 décembre 2016 - 22 h 05 min

    une idée lumineuse comme ‘y en a peu!
    finalement mokri n’a pas besoin de « plancher » sur de idées telle celle de l’article , il a en la personne de « madame la ministre » -excusez du peu- une excellente collaboratrice et gratos en plus! qui a dit que les femmes n’étaient bonnes qu’à faire le ménage et la cuisine ?




    0



    0
    Ain El Berda
    9 décembre 2016 - 18 h 19 min

    Mokri ceci, Mokri cela
    MOKRI EST UN POLITICIEN VOTER PAR LES GENS DE SON PARTI. IL EST DEMOCRATIQUEMENT VOTER A ETRE LE REPRESENTANT DE SON PARTI. CE PRESIDENT A UNE BASE POPULAIRE …CE PARTI A UNE POLITIQUE BIEN A LUI QUI VA AVEC SA BASE POPULAIRE. MAINTENANT CETTE DAME A CHOISI DE DIRE LIBREMENT CE QU ELLE VOULAIT DIRE..JE DIS BIEN SON CHOIX DE DIRE CE QU ELLE A DIT… ELLE A SON PARTI ET SA POLITIQUE DE MARCHE…MA QUESTION QUEL EST LE RAPPORT ENTRE LES DEUX.. POURQUOI S ACHARNER SUR MOKRI QUI EST LE CHEF DE PARTI ? SI VOUS ETES CONTRE CE PARTI , VOUS ETES LIBRE DE NE PAS AIMER MAIS ARRETER VOTRE BASSESSE DE LIER DES IDIOTIES A DES CHEF DE PARTI..LES INSULTES ET L INTOXICATION POLITIQUE CHEZ NOUS NE DEVRAIS PAS ETRE DE MISE. AUTRE CHOSES DEPUIS QUAND LES FEMMES NE SONT PAS VALORISER CHEZ NOUS…DEPUIS QUAND ? ALLEZ Y DITES LE MOI! (…) VOUS VOULEZ COPIER L OCCIDENT AVEC LEUR VALEURES ZERO. JE VOUS DIT NOUS SOMMES ALGERIENS ET NOUS AVONS NOS VALEURES ET NOUS DEVONS LES GUARDER..SI QUELQU UN QUI SE CROIT DEMOCRAT A L OCCIDENTAL OU JE SAIS QUOI..ALLEZ Y VOIR L EUROPE SI VRAIMENT LES FEMMES SONT AUSSI RESPECTER QUE CHEZ NOUS ..BAND DE MEDIOCRE QUI VEULENT EFFACER NOTRE CULTURE..ARRETER VOTRE MASSACRE ET SOYEZ RESPONSABLE DE CE QUE VOUS DITES ..NOUS SOMMES ALGERIENS AVEC NOS VALEURES DE 500000 ANS. SALAM




    0



    0
      Amnésique
      10 décembre 2016 - 10 h 05 min

      Ain el Berda
      Que de confusions mon cher de AIN EL BERDA. Comme vous le dites si bien , » nous sommes Algériens et nous avons nos valeurs que nous devons préserver » . tout comme vous ajouter  » Nous sommes Algeriens avec nos valeurs de 500.000 ans » Jusque là, je suis d’accord avec vous. Pour la suite remise dans l’ordre  » Si quelqu’un se croit démocrate à l’occidental ou je ne sais quoi  » et Bande de médiocre qui veulent effacer notre culture », je ne te suis pas. De quelle culture parles-tu ? Si c’est celle de nos ancêtres d’il y a 500.000 ans, M. Mokri fait tout pour l’effacer. Si c’est de celle pratiqué par M. Mokri, elle n’est pas aussi vieille que cela, celle là ne date que de 1400 ans et ce n’est pas notre culture et encore moins nos valeurs ancestrales. Pour la démocratie, c’est vrai qu’elle est antinomique avec les valeurs que défend le Sieur MOKRI, mais que tu le veuille ou non, elle fait partie de nos valeurs ancestrales. A bon entendeur, Salut.




      0



      0
        Ain El Berda
        10 décembre 2016 - 13 h 52 min

        Amnesique
        ECOUTER MON AM8, JE VOUS REMERCIE DE VOTRE REPLIQUE CONSTRUCTIF. A MON TOUR JE SUIS DANS LA MEME LIGNE DE PENSEE. NOUS AVONS NOS PROPRES VALEURES CULTIVONS LES..ON NE DOIT PAS COPIER CECI ET CELA ET ESSAYER DE LES FORCER SUR LES COMMUNAUTES DANS NOTRE PAYS. A VRAI DIRE AMNESIQUE JE CONNAIS PAS MR MOKRI ET JE L AI JAMAIS ECOUTER A LA RADIO OU TV. SII CE MR MOKRI ESSAYE D EFFACER NOTRE CULTURE ON LUI DIRA NON…ON EST ALGERIEN STOP ..TOUT IMPORT DE VALEURES OUST ON NE LES VEUT PAS .. AMNESIQUE JE COMPRENDS BIEN VOTRE SOUCIS ET J AI BIEN APPRECUER TA REPLIQUE. ENCORE UNE FOIS MERCI ET BON WEEK END DE L EST ALGERIEN




        0



        0
        sousoum
        11 décembre 2016 - 8 h 04 min

        merci amnésique, ,, c ce que
        merci amnésique, ,, c ce que je voulais lire!!!!




        0



        0
    billal
    9 décembre 2016 - 12 h 54 min

    parité
    Idée judicieuse de madame Mounia Meslem: mais elle doit la reformuler autrement, a savoir : « les hommes et les femmes mariés occupant des postes supérieurs doivent donner, chacun; la moitié de leurs salaires respectifs ».




    0



    0
      Anonymous
      9 décembre 2016 - 16 h 26 min

      La formule la plus cohérente
      La formule la plus cohérente serait, tous les voleurs et corrompus doivent rapatrier leurs butins respectifs
      Cordialement




      0



      0
        sousoum
        11 décembre 2016 - 8 h 05 min

        absolument, un vrai décor;;;
        absolument, un vrai décor;;;




        0



        0

Les commentaires sont fermés.