Algérie-UE : convention d’échange de certification électronique des passeports biométriques

passeport biométrique
Cérémonie de remise du premier passeport biométrique à Alger le 4 janvier 2012. New Press

Une convention d’échange de certification électronique permettant de lire les informations contenues dans les passeports biométriques a été signée jeudi à Alger entre le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire et l’Union européenne (UE).

Cette convention permettra de reconnaître et d’authentifier les passeports algériens et européens afin de faciliter la circulation des personnes, notamment les Algériens, dans les aéroports européens, a expliqué le directeur général de la modernisation au ministère de l’Intérieur, Abderrezak Henni.

La cérémonie de signature de la convention a été présidée par le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Nouredine Bedoui, et le Commissaire à la politique européenne de voisinage et des négociations d’élargissement, Johannes Hahn, qui est en visite de travail en Algérie.

R. N.

Comment (3)

    MELLO
    22 juillet 2017 - 18 h 36 min

    C’est maintenant que je comprends pourquoi j’ai été mis de coté , pendant plus de quarante minutes , au niveau de la PAF d’un pays Européen, moi qui croyais détenir un passeport biométrique lisible facilement au niveau de toutes les frontières. Cette convention est comme qui dirait  » mettre la charrue avant les bœufs ». Et pour mener à bien la confection et la délivrance de ces passeports biométriques, l’Hotel des monnaies en est l’un des acteurs principaux. Pour mener à bien ce PROJET, l’Hôtel des monnaies acquiert une série d’équipements pour la réalisation des livrets du passeport biométrique. Cette ligne de production se compose de deux imprimantes Bookmaster One (Pays-Bas) et de trois imprimantes Dilleta 600i (Allemagne), de deux Authentificateurs 100 (Etats-Unis) pour la vérification de la personnalisation des données du demandeur du titre de voyage ainsi que d’une perforatrice Bookmaster IP/NP (Pays- Bas). Bien que ces détails n’intéressent guère l’Algérien lambda, les deux premiers modèles de machines ont été achetés auprès de l’entreprise allemande Atlantic Zeiser, l’entreprise néerlandaise IAI s’étant chargée de fournir les deux premières imprimantes et la perforatrice. L’Hôtel des monnaies étant une institution très «fermée », il nous a été impossible d’avoir des détails sur les modalités de passation de ces marchés. Cependant, des questionnements subsistent à propos de ces acquisitions. La réglementation en vigueur a-t-elle été respectée ?




    0



    0
    Zlango
    22 juillet 2017 - 0 h 36 min

    Cela veux dire qu’à chaque passage de frontière on est tracé, on sait par quel pays on est passé ?




    0



    0
      bird
      23 juillet 2017 - 13 h 37 min

      C’est tout a fait normal de savoir qui passe dans l’espace européen ,puis le ficher ,le suivre ,du bon travail de surveillance .




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.