Pétrole : le prix du panier de l’OPEP à près de 65 dollars le baril

Pétrole
L'Opep pour un marché du pétrole stable et équilibré. D. R.

Le prix du panier de quatorze pétroles bruts, qui sert de référence à l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), a grimpé à 64,87 dollars le baril vendredi, contre 64,28 dollars jeudi, a indiqué l’Organisation pétrolière lundi sur son site web.

Introduit en 2005, le panier de référence de pétrole brut de l’OPEP (ORB)comprend actuellement le Sahara Blend (Algérie), Girassol (Angola), Djeno (Congo), Oriente (Equateur), Zafiro (Guinée Equatoriale), Rabi light (Gabon), Iran Heavy (Iran), Basra Light (Irak), Kuwait Export (Koweït), Es-Sider (Libye), Bonny Light (Nigéria), Arab Light (Arabie saoudite), Murban (Emirats arabes unis) et Mery (Venezuela).

Le même jour, le prix du pétrole de Brent de la mer du nord, référence internationale du brut, valait 64,95 dollars à Londres, en hausse de 38 cents par rapport à la clôture de jeudi. A New York, le baril de WTI, référence américaine, gagnait 34 cents à 54,75 dollar. Lors des échanges asiatiques, le baril de Brent a franchi le seuil des 65 dollars pour culminer à 65,10 dollars, son plus haut depuis presque trois mois.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) avait annoncé début décembre que ses membres et leurs partenaires, dont la Russie, allaient accentuer leurs efforts de limitation de la production pour soutenir un marché dont les prix fondaient depuis début octobre.

A l’époque, les marchés n’avaient pas été convaincus et les cours avaient continué de reculer, pour atteindre fin décembre leur plus bas niveau depuis plus de deux ans, à 49,53 dollars pour le Brent et à 42,36 dollars pour le WTI. Mais les rapports mensuels de l’OPEP et de l’Agence internationale de l’Energie (AIE) ont confirmé que les membres de l’OPEP tenaient leurs promesses et avaient taillé dans leurs extractions.

Outre les efforts volontaires de l’OPEP, les sanctions américaines contre l’Iran et le Venezuela devraient peser sur l’offre mondiale, et pourraient ramener le marché du pétrole à l’équilibre, selon certains analystes.

Ces deux producteurs importants voient en effet leurs exportations entravées par les mesures prises par Washington.

R. E.

Comment (2)

    Anonyme
    18 février 2019 - 21 h 10 min

    c’est dommage, cela va enrichir quelques-uns…..

    3
    5
    Anonyme
    18 février 2019 - 20 h 51 min

    Allez les esclaves consentant precipitez vous sur cet article pour les pouces en bas bande de charognards

    4
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.