Le chef de l’Etat soulève pour la première fois la question de la presse électronique : régulation ou mise au pas ?

Le président Bouteflika. New Press

Dans son message à l’occasion la célébration de la Journée nationale de la presse, le président Bouteflika a souhaité que la presse électronique en Algérie puisse être soumise, à l’instar des autres segments médiatiques, à une forme de «régulation». Se référant aux démarches entreprises dans beaucoup de pays pour «réguler» cette presse, il exhorte journalistes, responsables de l’Etat et société civile à «réfléchir ensemble à cette question dans notre pays». Pour le président Bouteflika, il s’agit d’un défi pour l’Algérie tout entière du fait que la presse électronique «provient souvent de pays étrangers et permet de diffuser des insinuations calomnieuses et injurieuses, de semer les idées subversives voire de s’attaquer ouvertement et sans aucun scrupule, à notre peuple et à notre pays», a-t-il argué. 

Faut-il, alors, s’attendre dans les semaines et les mois à venir à la mise en œuvre de cette instruction du chef de l’Etat par le ministère de la Communication pour préparer un texte de loi portant sur la régulation de la presse électronique ? Cela devrait commencer d’abord par une reconnaissance officielle de ce type de presse, désormais dominante, car aucune législation algérienne n’y fait référence. Ce qui n’a pas empêché la prolifération des sites d’information traitant de l’actualité nationale, en plus des titres de la presse écrite qui disposent de leurs propres sites électroniques.

Il faut dire qu’une telle disposition est à double tranchant. Si, d’un côté, l’autorisation légale de cette presse en Algérie est susceptible de la booster, en permettant aux nombreux sites existants d’évoluer dans la légalité, avec tous les avantages que cela peut leur apporter – accès à l’information officielle et à la publicité soumise au monopole de l’Etat –, une éventuelle régulation ne pourrait qu’accroître la censure et faciliter d’autres mesures coercitives sur ces organes. Une sorte d’épée de Damoclès serait ainsi maintenue sur les sites et limiterait à coup sûr la liberté de ton dont ils jouissent. Car ce qui intéresse réellement les autorités est moins d’organiser ou de réguler cette presse que de la museler et de la domestiquer. 

Vue sous un autre angle, cette analyse du chef de l’Etat est certainement une reconnaissance du rôle de plus en plus important que joue la presse électronique, et prouve que le pouvoir a bien compris que celle-ci supplante réellement la presse traditionnelle qui, elle, est confrontée à des difficultés économiques et est soumise au chantage à la publicité étatique, sachant que la grande majorité des journaux sont à deux doigts de mettre la clé sous le paillasson et que des milliers de journalistes risquent de se retrouver au chômage.

Enfin, cette exhortation du chef de l’Etat coïncide avec l’approche d’une élection qui s’annonce aussi houleuse que capitale pour les prochaines échéances politiques, que le pouvoir cherche à contrôler en amont et en aval. C’est dire à quel point ce dernier craint que les réseaux sociaux et les sites électroniques puissent peser dans le choix des électeurs dans un sens qui n’est pas souhaité. 

R. Mahmoudi

 

Comment (58)

    Billel
    23 octobre 2016 - 10 h 32 min

    Les « décideurs » comprendre
    Les « décideurs » comprendre par là : ECHOUAKER….!!! Font fermer définitivement le jeu. Ce sera la DJOUMLOUKIA de Tlemcen… c’est grave yal khawa ! N’y-a-t-il que ce vieillard octogénaire pour remplacer le drabki tunisien ? C’est foutu en jouant du lik-liya…. pour fermer le jeu en DOUBLE BLANC…. C’est la DESTRUCTION DE L’ALGERIE qui est recherchée par ces mercenaires là. Ya plus rien à espérer face à la descente aux enfers qui nous attend tous…

    souk-ahras
    23 octobre 2016 - 7 h 40 min

    En pays de liberté effective
    En pays de liberté effective de la presse, le journalisme constitue un indice infaillible sur la santé sociétale, intellectuelle et morale d’un peuple. Mais dans notre pays, mis à part El Moujahid et quelques autres titres affidés, le journalisme est perçu comme un prisme, déformant les  »bienfaits » du règne en place et donc attentatoire à sa pérennité. La loi médiatique (régulation)  »susurrée » par fakhamatouhou, consistera bon gré, mal gré, à tempérer, à cacher, à noyer, et finalement à effacer l’information. Sentant l’étau se refermer implacablement autour de son règne catastrophique, fakhamatouhou, en vieux renard rompu à toutes sortes d’intermèdes  »brouilleurs », qui ne s’est jamais lesté des calculs complexes de la projection dans le Futur (non le temps), doit rêver secrètement d’une réussite de cette mission qui lui assurera, doit-il imaginer, une sortie honorable et une reconnaissance hautement ……. médiatisée.

    Anonymous
    22 octobre 2016 - 17 h 25 min

    Non, les Algériens ne sont
    Non, les Algériens ne sont pas des Imbéciles, ni des Aveugles ni des Sourds….Le Président et ses Marionnettes au Pouvoir préfèrent regarder ailleurs comme d’habitude «  » la Fameuse Main Etrangère «  » qui serait responsable de Tous les Problèmes en Algérie ( Problèmes Sociaux, Religieux, Ethniques, Economiques etc…) pour empêcher le Peuple de diriger son Regard vers les Dirigeants et leur Petits copains de la Mafia qui ont tous des Papiers Etrangers et des Appartements de Luxe à l’Etranger où ils ont fait fuir les Enfants. La Mafia au pouvoir, après avoir fait du Chantage à des Sites Journalistiques et Medias du Pays, les ont été fermés car ils disaient des vérités historiques et actuelles qui faisaient mal aux Dirigeants……. Il faut voir tout ce qu’il y a sur le Net sur Ben Bella, Boumediene, la Guerre de Libération, les Assassinats politiques, les Faux Moudjahidines, la Décennie Noire….des vérités dites par des Responsables Algériens ( anciens Résistants, Anciens Agents du DRS, Anciens Politiciens, Anciens Ministres etc…) à des Médias étrangers…..On est loin de la Propagande Officielle du Régime.

    BOUCHAGROUNE
    22 octobre 2016 - 17 h 05 min

    Sincèrement, ce n’est pas bon
    Sincèrement, ce n’est pas bon signe. Je n’aime pas la restriction, là où il faut procéder le contraire. Allah yahoo makhlaq…! Amine ya rabi al aâlamine. Allah tester echaâb wal bled dialna wal djeich….

      BOUCHGROUNE
      22 octobre 2016 - 17 h 34 min

      Bien lire : Sincèrement, ce n
      Bien lire : Sincèrement, ce n’est pas un très bon signe. Je n’aime pas la restriction, là où il faut procéder à l’ouverturele….. Allah yahdi makhlaq ! Amine ya rabi al aâlamine. Allah yastor echaâb, leblad, wal djeich dialna…. Mes excuses.

    lhadi
    22 octobre 2016 - 15 h 21 min

    Le Président de la république
    Le Président de la république se fait une fixation sur un point de détail alors que la maison Algérie brule. Il regarde ailleurs alors qu’elle souffre de la mal gouvernance qui abdique devant tous les signaux d’alerte qui s’allument : qu’ils soient politiques, économiques, sociaux et moraux. Ainsi, nier les contraintes au nom de l’urgence n’a pas de sens. Je persiste à dire qu’il n’est d’autre solution pour le développement d’un Etat fort, d’une république solide, d’une Algérie moderne, apaisée que d’oeuvrer pour une gouvernance affranchie de tout dogme idéologique et résolue à saisir, sans idée préconçue, les formidables opportunités que lui offre, dans tous les domaines, un monde qui n’a jamais paru aussi ouvert, aussi prometteur, même s’il n’a rien perdu en lui même de sa complexité. Fraternellement lhadi ([email protected])

    Kahina
    22 octobre 2016 - 13 h 19 min

    Sans les journaux
    Sans les journaux électroniques je n’aurais jamais su que 35% des Algériens vivent sous le seuil de pauvreté.

    Mais d’autre part, il faut reconnaitre qu’il ya des journaux électroniques qui sont à la solde des ennemis de l’Algérie….C’est une réalité.

      momo
      23 octobre 2016 - 7 h 41 min

      ENNEMI DE L’ALGERIE =
      ENNEMI DE L’ALGERIE = boutesrika et le pouvoir et les CHIATES , partez sinon c’est la fin de l’algerie

    les damnes de la terre
    22 octobre 2016 - 12 h 53 min

    Le president est mal informe
    Le president est mal informe.Le vrai danger vient du pouvoir lui meme.C ce meme pouvoir qui a terni l image de l algerie.La presse qu elle soit ecrite ou electronique en algerie defend le pays a sa maniere.Une defense sr deux fronts a l exterieur contre les ennemis de la nation et a l interieur contre les personnes quj ont rn charge la gestion dela chose publique qui ne cessemt de dilapider les deniers publics sans aucune poursuite judiciaire,une gestion a l avegulette,des decisions prises inilateralement sans aucune concertztion avec les algeriens que nous sommes,un appareil judiciaire decrie par tt le monde sauf les tenants du pouvoir,etre responsable est devenu synonyme d amasser des fortunes d une facon illegale et tte une serie de defaillances qu il est difficile d enumerer ici.Je crois que le president aurait du d abord s adresser au gouvernement qu il a nomme et de lui signifer de cesser de parler sans agir ,de mettre un peu d ordre ds ses rangs et de prendre au serieux les attentes des algeriens et qui sont nombreuses.Pr terminer ,je dirais qu en plus du pouvoir qui est decrie il y a aussi cette presse aux ordres. qui fait de la subversion et la desinformation son credo et elle ne fait qu envenimer les paysages mediatoque et politique.

    Naceur
    22 octobre 2016 - 12 h 44 min

    J’appelle de tous mes voeux
    J’appelle de tous mes voeux le président de la république de procéder à ce qui suit
    – Des élections présidentielles anticipées
    – Dissolution à tout jamais de l’APN qui ne sert absolument à rien sinon à vider les caisses de l’état
    Le peuple vous sera reconnaissant

    No Pasaran
    22 octobre 2016 - 11 h 58 min

    Et pourtant vous avez été
    Et pourtant vous avez été avertis puis prévenus de ce qui vous attends……..
    mais vous n’avez pas été sages………

    Un peu de littérature pour faire passer la pilule:

    Une Grenouille vit un Boeuf
    Qui lui sembla de belle taille.
    Elle, qui n’était pas grosse en tout comme un oeuf,
    Envieuse, s’étend, et s’enfle, et se travaille,
    Pour égaler l’animal en grosseur,
    Disant : « Regardez bien, ma soeur ;
    Est-ce assez ? dites-moi ; n’y suis-je point encore ?
    – Nenni. – M’y voici donc ? – Point du tout. – M’y voilà ?
    – Vous n’en approchez point. « La chétive pécore
    S’enfla si bien qu’elle creva.
    Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
    Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
    Tout petit prince a des ambassadeurs,
    Tout marquis veut avoir des pages.

    Source: La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Bœuf
    Jean de La Fontaine

    reda
    22 octobre 2016 - 11 h 24 min

    Il y a du monde aujourd’hui
    Il y a du monde aujourd’hui et les commentaires y vont bon train.En tout cas j’en suis ravi et on pourra pas dire que les algériens sont devenus inerte.J’appel tout les algériens qui aiment ce bled et qui sont contre boutesrika et son pouvoir , ainsi que les chiates à 2 sous, de ce manifester sur les réseaux sociaux.A l’etranger la diaspora doit jouer son role devant les ambassades et consulats.J’ai assisté avec Nekkaz à paris devant la maison de bouchouareb , on scandait sellal voleur, bouchouareb voleur saadani voleur et tous les français regardaient ébétés.La police avec leurs pagné à salade était , envoyé par bouchouareb, très nombreuses , en nous humiliant.L’important est que le message est passé.Au courant du mois de novembre , ce sera de nouveau à Genève et vive bladi l’algérie (avec quelques larmes qui tombent…) C’est la vie mais je suis optimiste

      Naceur
      22 octobre 2016 - 12 h 26 min

      Tu la coules douce à Genève e
      Tu la coules douce à Genève e tu veux en spectateur qu’on détruit notre pays , et pourquoi pas tant que tu y es d’appeler vos ASSASSINS d’hier à s’ingérer dans nos affaires
      Certes tout n’est pas rose mais « zitna fi bitna »
      Le cas de l’Irak la libye et la Syrie est éloque

        Naceur
        22 octobre 2016 - 12 h 51 min

        Juste pour correctif

        Juste pour correctif
        Tu la coules douce à Genève et tu veux en spectateur qu’on détruit notre pays , et pourquoi pas tant que tu y es d’appeler nos assassins d’hier à s’ingérer dans nos affaires Certes tout n’est pas rose mais « zitna fi bitna » Le cas de l’Irak la libye et la Syrie est eloquant
        Et puis nous avons aucune leçon à recevoir de ces impérialistes

          momo
          23 octobre 2016 - 7 h 48 min

          tu joues exactement le jei du
          tu joues exactement le jei du pouvoir.Tu nous demande d’etre sage, alors pourquoi tu ne demandes pas à ce pouvoir d’etre sage.Ils ont pris assez d’argent pour vivre une éternité

      Anonymous
      22 octobre 2016 - 12 h 32 min

      Bravo.

      Bravo.
      Il faut juste éviter le piège des baltaguis pro bouteflika qui consiste à vouloir mélanger le pays algerie et son peuple avec le régime algerien.
      Un Patriote algerien aime avant tout l’Algérie qu’il défendra toujours Et c’est parce que l’Algérie avant tout que le patriote algerien est contre ce régime antinational…
      Méfiez vous du discours qui consiste à dire si on critique bouteflika alors on est contre l’Algérie et pour le chaos…Or c’est exactement le contraire : on critique bouteflika parce qu’on est pour l’Algérie !

      Tiens nous au courant pour Genève…

        Naceur
        22 octobre 2016 - 13 h 14 min

        je ne suis ni pro Baltagui ni
        je ne suis ni pro Baltagui ni pro Bouteflika, je suis pour la préservation de l’unité du pays et sa stabilité il y va de l’avenir de nos enfants
        Tu n’as qu’à prendre un billet pour Genève et faire le pitre dans ce pays où l’argent sale est entreposé
        Tu ne connais rien à ce que peut engendrer la fitna comme destruction et malheur

    OMAR
    22 octobre 2016 - 11 h 08 min

    MON COMMENTAIRE D HIER SOIR
    MON COMMENTAIRE D HIER SOIR A ETE FILTRE PAR LE REGULATEUR

    OU LE METTEUR AU PAS,?????

    JE N INSULTE PAS MAIS JE CRITIQUE POUR ESSAYER D AVANCER

    C EST L UN DES RARES ESPACES ET POURTANT FAUDRAIT IL QUE JE ME CASSE????!!!

    GO

    bof!
    22 octobre 2016 - 10 h 05 min

    A bien des moments je me
    A bien des moments je me demande si je suis dans un cauchemar ou que je suis dans l’implacable realité!, a bien des egards je  » rêve  » d’être encore endormie c’est paradoxale mais c’est mon ressentie, et cet etat de lethargie que je desire est dû cher pouvoir a vos bon soins, y’a t’il plus grande imposture et propagande que de nous faire admettre obstinément que le president agit en son âme et conscience!,de ce faîte vous defiez toutes les lois de la science et de la physique qui regissent l’univers, somme nous une exception au point ou même nos maladies et leurs sequelles soient differentes des autres?!,oui messieurs je vous accuse de la plus grotesque intox du monde,Baleyez d’abord devant vos portes avant de vous en prendre aux autres,et quant á nos ennemis de l’exterieur en s’en charge.

    NOMADE DIGITAL
    22 octobre 2016 - 9 h 44 min

    mais les journaux
    mais les journaux éléctroniques sont en général des journaux nomades….le siége social peut etre en thailande , la ligne éditoriale : l’Algérie , le directeur de publication réside à dubai , et des journalistes éparpillés un peu partout …des nomades du journalisme digital !!!
    rien à faire dans ce cas ….QUE FAIRE ? on appelle cela the freedom

      Pêche
      23 octobre 2016 - 14 h 06 min

      Effectivement, prenons le cas
      Effectivement, prenons le cas d’un site dont le titre se termine par le chiffre 51:
      Créé en Tunisie, puis géré en Algérie avec un Admin au Pakistan et un autre à Singapour…
      Pour finir par être enregistré aux USA et géré en itinérance à partir d’Alger

    Anonymous
    22 octobre 2016 - 9 h 13 min

    Faut ‘il que les journaux
    Faut ‘il que les journaux électronique caressent le pouvoir dans le sens du poil pour être de bons journaux et cacher au peuple la vérité sur le pays.Parfois on se demande si ce pouvoir est en Algérie ou sur une autre planète. Hélas il est bien en Algérie.

    Abou Stroff
    22 octobre 2016 - 9 h 07 min

    notre bienaimé fakhamatouhou
    notre bienaimé fakhamatouhou aimerait bien jouer le rôle de Démiurge, rôle qu’a joué un certain boukharouba dans les années 60 et 70. rappelons nous qu’en ce temps là, boukharouba prononçait le verbe qararna (nous avons décidé) et la plèbe acquiesçait sans broncher. malheureusement pour notre bienaimé fakhamatouhou national (et heureusement pour ceux qui veulent réintégrer l’histoire qui se fait, pour le moment, sans eux), « el-moudjahed » et la « RTA » ne sont plus seuls dans le paysage médiatique algérien et la « plèbe » peut choisir divers canaux pour s’informer et prendre position. moralité de l’histoire: notre bienaimé fakhamatouhou national et la clique qui lui sert de serpillère appartiennent aux temps révolus où des hurluberlus qui ne possèdaient pas les outils nécessaires à la compréhension du monde d’aujourd’hui décidaient sans consulter ceux qui allaient être impactes par leurs décisions. fakhamatouhou et la clique qui lui sert de serpillère ne comprennent pas qu’ils sont en train de creuser leur propre tombe et la tombe de l’Algérie, en tant qu’ Etat et Nation.
    PS: le lecteur aura remarqué que je n’ai jamais manqué de respect à kouider puisque je n’ai pas cessé de lui balancer du fakhamatouhou à tout bout de champ.

      l'info venue daljiri
      22 octobre 2016 - 10 h 25 min

      je vous signale ya abou
      je vous signale ya abou catastrophe qu’à l’époque d’elmoudjahid et de la rta l’algérie allait bien mieux qu’aujourd’hui/ profitez de la liberté de ton de chourouq khouroub et compagnie qui diffusent le rêve saoudien, profitez des sites de marocains qui vous pondent 100 insultes à la seconde profitez profitez! je ne suis pas pour la gouvernance si on peut appeler ça comme ça qui sévit dans notre pays actuellement bien sûr que non mais je ne troquerai pas l’algérie d’hier qui a mal évolué contre la khalouta puante d’aujourd’hui pondue le plus souvent par des analphabètes « trilingues » des intégristes de la langue arabe des demi francophones pour rster gentil et autres ignorants possédant anormalement pignon sur rue et donc les moyens d’ouvrir grand leurs gueules pour abrutir davantage un peuple illettré burqinisé coupé du reste du monde alors qu’il est à deux pas de la civilisation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.